Navigation – Plan du site
Notes de lecture
Médias, information

Andrea Hajek, Christine Lohmeier, Christian Pentzold, dirs, Memory in a Mediated World. Remembrance and Reconstruction

Basingstoke, Palgrave-Macmillan, coll. Memory Studies, 2016, 284 pages
Roxana Patraș
p. 466-468
Référence(s) :

Andrea Hajek, Christine Lohmeier, Christian Pentzold, dirs, Memory in a Mediated World. Remembrance and Reconstruction, Basingstoke, Palgrave-Macmillan, coll. Memory Studies, 2016, 284 pages

Texte intégral

1Paru dans une collection déjà consacrée à la fois par le prestige des éditeurs et par le nombre consistent des publications, le volume collectif Memory in a Mediated World. Remembrance and Reconstruction, coordonné par Andrea Hajek, Christine Lohmeier et Christian Pentzold, propose quelques perspectives sur l’intersection entre la recherche de la mémoire (memory studies) et la recherche des formes de la médialité spécifiques au monde contemporain. En dépit de la riche bibliographie consacrée à la relation entre le média et la mémoire (Andrew Hoskins, John Sutton, Amy Holdsworth, Barbie Zelizer, Keren Tenenboim-Weinblatt, Katharina Niemeyer, Motti Neiger, Oren Meyers et Eyal Zandberg, Amanda Lagerkvist, Chiara de Cesari, Ann Rigney, Ansgar Nünning, Dagmar Brunow etc.), il faut remarquer d’emblée qu’il existe encore un fort engouement pour une telle direction de recherche. Sa nécessité ne s’impose pas en raison d’un renouvellement méthodologique, sinon par la capacité de mobiliser « les consommateurs de mémoire » et « les producteurs professionnels de mémoire » et de revenir sur des thèmes toujours actuels (tels que le rapport entre mémoire et histoire, ou la dialectique mémoire/oubli).

2Dans une perspective de politique académique, cette abondance des contributions illustre aussi la volonté des chercheurs des départements de communication studies de s’approprier les concepts et les schémas d’interprétation culturelle inspirés par les théories de Maurice Halbwachs et d’engager dans leur réflexion des questionnements phénoménologiques (Edward Casey, Remembering. A Phenomenological Study, Bloomington, Indiana University Press, 1987). Dès lors, on dira que la mémoire doit être traitée comme une « chose en soi », une expression parfaitement superposée avec son support média, qui retient, porte et transfère des souvenirs. À son tour, le média est considéré, dans la majorité des cas, comme une extension de la mémoire, comme « mémoire prothétique » (Alison Landsberg, Prosthetic Memory, Columbia, Columbia University Press, 2004). D’ailleurs, dans son article « Archive Me! Media, Memory, Uncertainty », Andrew Hoskins (pp. 13-35) reconnaît qu’une partie des catégories traditionnelles de l’étude sur la mémoire ont été réorientées afin de prendre en compte les nouveaux types de mobilité culturelle du monde contemporain : « transcultural memory », « travelling memory » et « multidirectional memory » (p. 19). C’est cette conversion qui a imposé le passage d’une approche considérée trop compréhensive et « charismatique » à une approche fonctionnelle. Une importante dimension mobilisatrice et éthique se réaffirme une fois avec l’intérêt pour les fonctions que la mémoire (pre-médiation, re-médiation) remplit dans la mnémotechnique ou dans l’imagination (Emily Knightley et Michael Pickering l’appellent mnemonic imagination).

3Dès l’introduction (pp. 1-12), les éditeurs évoquent « le souvenir productif » théorisé par Andreas Huyssen (Present Pasts, Stanford, Stanford University Press, 2003), dans le contexte d’une « modernité liquide » et de plus en plus marquée par la médialité (Sonia Livingstone, « On the Mediation of Everything », Journal of Communication, 59, 2009, pp. 1-18). Le syntagme désigne des souvenirs qui peuvent être utilisés afin de produire un meilleur futur, la mémoire dite « mémoire durable ». Ce cadre épistémologique, qui associe les configurations culturelles collectives à une éthique, permet un nouveau montage de la mémoire traumatique, ce que plusieurs auteurs appellent mémoire « impactée », qui résulte après les « événements d’impact » (Anne Fuchs, After the Dresden Bombing, Basingstoke, Palgrave-Macmillan, 2011). À cet égard, on constate dans tous les chapitres du volume l’articulation de l’analyse empirique avec les situations de crise (trauma, choc, désastre naturel ou conflit) et avec les qualités régénératrices virtuelles de la mémoire (mémorisation/commémoration/remémoration). D’un point de vue méthodologique, les approches sont plutôt diverses : du modèle scalaire, théorisé par Emily Pickering et Michael Knightley (pp. 36-52) et appliqué par Joanne Garde-Hanse, Lindsey McEwen et Owain Jones (« Towards a Memo-Techno-Ecology: Mediating Memories of Extreme Flooding in Resilient Communities », pp. 55-73) et celui hiérarchique, breveté par Mike De Kreek et Liesbet Van Zoonen et testé par Manuela Farinosi et Alessandra Micalizzi (« Geolocating the Past: Online Memories after L’Aquila Earthquake », pp. 90-110), à l’analyse quantitative des corpus des textes utilisée par Rolf Fredheim (« August 1991 and the Memory of Communism in Russia », pp. 210-225), l’analyse contrastive des discours employée par Chianoing Su et Paige L. Gibson (« Digitizing the Memorial: Institutional and Vernacular Remembrances of the Taiwanese 921 Earthquake and Typhoon Morakot », pp. 74-89), l’analyse poststructuraliste ressuscitée par Sarah Florini (« Disrupting the Past, Reframing the Present: Websites, Alternative Histories and Petit Récits as Black Nationalist Politics, pp. 113-128) et Ruth M. Sanz Sabido (« Echoes of the Spanish Revolution: Social Memories, Social Struggles », pp. 142-157) et à l’investigation ethnographique et anthropologique proposée par David Myles et Florence Millerand (“Mourning in a “Sociotechnically” Acceptable Manner: a Facebook Case Study », pp. 229-243), Laura Huttunen (« Remembering, Witnessing, Bringing Closure: Srebrenica Burial Ceremonies on Youtube », pp. 244-260), Bjorn Nansen et al. (« Remembering Zyzz: Distributed Memories on Distributed Networks », pp. 261-281). Cette diversité des techniques d’analyse peut être une conséquence de la variété des « événements d’impact » commentés dans ce volume (inondations, tremblements de terre, typhons, mouvements sociaux, trauma de l’identité sociale ou particulière), ainsi qu’un effet collatéral de l’instabilité du champ d’étude de la mémoire. Aussi trouve-t-on encore des traces du vocabulaire historiographique, bien que ses fondements soient fortement contestés par les chercheurs de la mémoire.

4Dans sa contribution, Andrew Hoskins s’attelle à démontrer le « tournant ontologique » (p. 15) dans la définition de la mémoire et de l’oubli, produit à la fois par l’émergence des nouvelles technologies, par le développement de la connectivité et par l’effacement de la conscience de soi. La perte du contrôle – des corporations ? – sur l’oubli apparaît tardivement dans l’article 17 de la proposition de Règlement général sur la protection des données : tous les citoyens européens ont le « droit à l’oubli numérique et à l’effacement ». Étant donnée la nature éminemment extérieure et technique de la mémoire, Andrew Hoskins avance l’hypothèse que le souvenir et l’oubli ne sont plus liés à la mémorisation, mais aux comportements de recherche. La recherche, à son tour, se fonde sur le rêve de la « mémoire totale ». C’est dans cette accumulation aveugle des technologies que Andrew Hoskins cerne une tension profonde, sans issue, entre l’archivage incessant (shadow archive) et la tentation de la communication. Par conséquent, des conduites aberrantes apparaissent non seulement au niveau des mécanismes de l’oubli, mais aussi en ce qui concerne le processus de mémorisation : on parle ainsi de la condition paradoxale de la « remémoration/souvenir sans mémoire » (p. 32) – une mémoire-simulacre formée des représentations fidèles de l’expérience mais qui n’est plus capable de faire sens.

5Comme Astrid Erll commente dans la Préface (pp. x-xii), l’orientation du concept de mémoire vers une compréhension « prospective-projective-progressive » se fondant sur des enjeux qui sont à la fois épistémologiques, ainsi qu’éthiques. D’un point de vue épistémologique, la mémoire ne représente plus un dépôt d’expressions de la subjectivité, une collection hétéroclite d’études de cas. D’un point de vue éthique, la mémoire se définit comme un passé remodelé en manière créative, en fonction des intérêts du présent et du futur. C’est un dispositif formé des « souvenirs durables ». Toutefois, il semble difficile d’anticiper ce qui, dans la perspective du futur, serait encore considéré comme « durable ». L’idéal même de la « durabilité » suppose la reproduction des conditions présentes dans un avenir incertain ; en fait, il implique l’opacité par rapport à ce qui peut faire « événement », produire des ruptures et des inconséquences (Jeremy Davies, « Sustainable Nostalgia », Memory Studies, 3(3), 2010, p. 264).

6Au-delà des qualités dynamiques et de médiation – déjà soulignées par Richard Crownshaw, Michael Rothberg et spécialement par Astrid Erll (Memory in Culture, Basingstoke, Palgrave-Macmillan, 2011), les échanges entre la mémoire et le média ne devraient pas être dominés par des préoccupations exclusivement méthodologiques. Il est encore nécessaire de réfléchir sur la situation culturelle générée par l’obsolescence accélérée des supports matériaux et de tous les dispositifs digitaux. Sur les traces de Sven Birkerts (The Gutenberg Elegies, New York, Faber &Faber, 1995) et Andreas Huyssen (Twilight Memories, London, Routledge, 1995), José van Dijck (Mediated Memories in the Digital Age, Stanford, Stanford University Press, 2007) – source citée plusieurs fois par les contributeurs – a averti que le processus de globalisation ainsi que le changement rapide des supports, technologies et pratiques média provoquera une modification de la nature même de la mémoire. Certes, le média et la mémoire se transforment réciproquement, mais il reste toujours difficile d’apprécier, dans la longue durée, les effets et les risques de cette contamination.

7L’importance de cette entreprise collective consiste en la tentative de dépasser les apories de la mémoire par l’établissement d’une visée « utilitaire ». Les analyses empiriques proposées par cet ouvrage permettent de formuler plusieurs interrogations sur la politique et les éthiques contemporaines de la mémoire. Quelles sont-elles les conséquences du déni à l’oubli ? Quelle est-elle la nouvelle forme du souvenir par rapport à l’enregistrement illimité de la vie ? En récupérant la vocation fonctionnelle des ressorts mémoriels à l’époque des technologies de communication, le volume met en évidence la capacité de la mémoire de rendre « utilisable » le passé, de le transformer dans une des « marchandises » de la vie contemporaine.

Haut de page

Pour citer cet article

Référence papier

Roxana Patraș, « Andrea Hajek, Christine Lohmeier, Christian Pentzold, dirs, Memory in a Mediated World. Remembrance and Reconstruction », Questions de communication, 30 | 2016, 466-468.

Référence électronique

Roxana Patraș, « Andrea Hajek, Christine Lohmeier, Christian Pentzold, dirs, Memory in a Mediated World. Remembrance and Reconstruction », Questions de communication [En ligne], 30 | 2016, mis en ligne le 13 mars 2017, consulté le 21 juillet 2017. URL : http://questionsdecommunication.revues.org/10966

Haut de page

Auteur

Roxana Patraș

Université Alexandru Ioan Cuza, Iași, RO-700506
roxana.patras@yahoo.ro

Haut de page

Droits d’auteur

Tous droits réservés

Haut de page