Navigation – Plan du site
Notes de lecture
Médias, information

Aurélie Choné, Isabelle Hajek, Philippe Hamman, dirs, Guide des humanités environnementales

Villeneuve d’Ascq, Presses universitaires du Septentrion, coll. environnement et société, 2016, 632 pages
David Chemeta
p. 461-463
Référence(s) :

Aurélie Choné, Isabelle Hajek, Philippe Hamman, dirs, Guide des humanités environnementales, Villeneuve d’Ascq, Presses universitaires du Septentrion, coll. environnement et société, 2016, 632 pages

Texte intégral

1Comme le titre de l’ouvrage l’indique – Guide des humanités environnementales –, il s’agit moins ici d’un recueil d’articles que d’un « guide », chacune des contributions analysant un thème de la réflexion sur l’environnement proposée par les « Humanités » et regroupant donc sciences sociales, politiques, culturelles ou encore ethnologiques. Le cœur de l’ouvrage se compose de deux axes : le premier prend à tâche de discuter certains points théoriques des études sur l’environnement et s’intitule « Comment penser la nature ? », le second se posant la question « Comment vivre avec la nature ? » et traitant de certains problèmes soulevés par les rapports que l’Homme entretient avec la nature.

2Dès l’introduction, les trois auteurs – Aurélie Choné, Isabelle Hajek et Philippe Hamman – préviennent : le point de départ est l’idée même d’une « crise » dans l’idée de nature, remise en question avec de plus en plus d’insistance. Si la notion de nature, surtout dans l’opposition nature/culture, fut centrale dans le développement intellectuel de l’occident et se retrouve aussi dans les champs nouvellement apparus des Human-Animal Studies notamment, les études récemment menées mettent en lumière à la fois la dimension historiquement mouvante de la représentation de la nature et sa dimension critique. Les auteurs soulignent à quel point ces recherches remettent en question cette dualité nature/culture, en détruisant les barrières qui retiennent la nature hors de la culture, et l’homme hors de la nature, dans des champs aussi divers que les sciences politiques (autour des politiques environnementales), de la sociologie ou de l’histoire environnementale. À cet égard, la multiplication des manuels (handbooks) sur la question de l’environnement et la « montée en force des Environmental Studies comme une spécialité reconnue au sein de disciplines des Sciences Humaines et Sociales » (p. 19) sont frappantes. Pourtant, les auteurs regrettent l’absence d’un ouvrage de référence qui aurait un point de vue interdisciplinaire, d’autant plus que ces champs de recherche sont bien plus établis dans le monde anglo-saxon que dans le monde francophone. C’est cette question de l’émergence des « Humanités environnementales » en Europe qui est posée dans l’ouvrage, en ouvrant le panorama à des recherches les plus variées possible.

3La première partie, « Comment penser la nature ? », traite donc de la « production des savoirs sur la nature » (p. 21). Si les disciplines abordées sont diverses, allant de la philosophie à l’ethnologie en passant par la psychologie, les Cultural Studies ou encore les études sur l’urbanisme, un point commun se dessine malgré tout dans ces 29 articles : la complexité des approches sur la nature, qui mènent in fine à la remise en question des savoirs que l’on pensait acquis jusqu’à présent. Plusieurs exemples illustrent cette idée : dans son intervention sur l’« Approche philosophique de la nature », Catherine Larrère (pp. 31-40) invite par exemple à « sortir de la modernité », et ainsi « sortir de la nature » (p. 36). Si elle admet qu’on « ne se débarrasse pas si facilement de la nature » (p. 37), elle note néanmoins la plasticité du naturalisme et insiste sur la nécessité de sortir d’une approche purement mécaniste de la nature. De la même manière, Catherine Repussard, explorant les origines de l’écologie politique dans l’espace germanophone (pp. 103-112), tire un bilan contrasté de son évolution, en insistant sur l’ambivalence de la question écologique dans les mondes germanophones, pris souvent entre deux feux dans ses deux dimensions, l’écologie et la protection de l’environnement d’une part, le projet politique, souvent conservateur, parfois progressiste, mais presque toujours hostile au capitalisme d’autre part, concluant que cette évolution est toujours restée « aux prises avec la mental map de l’époque » (p. 110), hier comme aujourd’hui. Un troisième exemple de cette remise en question des savoirs sur la nature se trouve dans l’article d’Éric Navet dans le champ de l’ethnoécologie, intitulée « De l’anthropogéographie à l’ethnoécologie : l’évolutionnisme social est-il aussi un évolutionnisme de la nature ? » (pp. 277-286). Résumant en quelques pages cette vaste question à la frontière entre sciences sociales et biologie, Éric Navet souligne le prolongement de l’évolution, de la nature à la culture, et montre également, en reprenant à son compte le caractère central qu’accordent les sociétés traditionnelles à la nature, que « toute ethnologie ne peut être autre chose qu’une ethnoécologie » (p. 284), au sens où les rapports humains ne sauraient s’étudier sans les rapports que les humains entretiennent aussi avec la nature, nous invitant par là à repenser notre vision de l’ethnologie elle-même.

4Enfin, il faut souligner, et ces trois exemples le montrent, que quelque théoriques et arides que puissent paraître ces questionnements sur la production de savoirs sur la nature, chacun des auteurs s’attache, d’une part, à souligner leur importance au sein des débats universitaires, mais aussi politiques, jusqu’au cœur du xxie siècle (car c’est leur caractère actuel qui est montré par les remises en questions que proposent les auteurs), et d’autre part, à montrer combien ces débats théoriques peuvent avoir de conséquences, parfois même au quotidien, sur chacun individu.

5Cette actualité des questions posées est manifeste dans la deuxième partie – « Comment vivre avec la nature ? » – dans laquelle la politique cohabite souvent avec la médecine, le droit ou la sociologie. La seconde partie commence opportunément par une analyse de trois des quatre éléments fondamentaux que dégageait naguère Empédocle : le feu est traité par Annie Zdenek (pp. 337-344), l’eau par Rémi Barbier et Sara Fernandez (pp. 345-354), et l’air par Isabelle Roussel (pp. 355-362). La terre étant présente tout au long de la partie comme une sorte de fil rouge tacite, dans les questionnements sur les catastrophes naturelles ou les inégalités environnementales par exemple. Cette partie s’attache donc à l’analyse des rapports entre l’Homme et la nature, appelant à la fois à exploiter ses bienfaits (dans le cadre de la naturopathie pour Marc Cluet [pp. 479-490] par exemple), tout en respectant ses limites, pour des raisons aussi bien pragmatiques qu’éthiques. Ici encore, plusieurs cas peuvent être cités. Le premier est abordé par Barbara Lafond-Kettlitz qui étudie « l’esthétique des Alpes suisses et autrichiennes dans les discours littéraires » du xviiie au xxe siècle (pp. 373-382). Dans le cadre d’une étude sur les « Humanités environnementales », cette intervention a un double intérêt : d’un côté, elle souligne le caractère poreux des frontières disciplinaires, puisqu’en analysant des textes littéraires, elle construit l’image, fortement politisée, d’une chaîne de montagne soumise à l’« instrumentalisation à des fins politiques, économiques et idéologiques », et donc la « nécessité d’une perception écologique » (p. 380). D’un autre côté, Barbara Lafond-Kettlitz montre le caractère actuel des enjeux qui entourent les Alpes suisses, la fascination qu’exercent aujourd’hui encore, et peut-être plus que jamais, ces montagnes, et ainsi, le pouvoir qu’exerce la nature au cœur même d’une époque moderne. Un autre exemple est celui de Guillaume Christen, analysant la « transition énergétique » (pp. 583-592), sujet on ne peut plus actuel, comme une « problématique sociale » (p. 585). Ici aussi, les disciplines se croisent, entre science politique, sociologie, mais aussi brièvement l’économie, puisque, comme l’auteur le souligne, le système énergétique est étroitement lié au « modèle technico-économique de production et de diffusion de l’énergie » (p. 585). En analysant l’inégale répartition des savoirs sur la transition énergétique au sein des différents groupes sociaux, Guillaume Christen met en lumière une problématique abordée implicitement au cœur de l’ouvrage : la production des savoirs doit aussi s’accompagner de leur diffusion. De ce fait, la contribution montre à la fois combien la relation à l’environnement est un problème actuel, mais aussi à quel point l’établissement et la diffusion de savoirs sur les « Humanités environnementales », qui est aussi l’ambitieux objectif de cet ouvrage, sont primordiaux.

6Le vaste éventail des thèmes abordés dans cet ouvrage et la qualité des contributions proposées font de ce Guide des Humanités environnementales un ouvrage majeur pour les Environmental Studies francophones. Toutefois, on regrettera peut-être que, malgré certains ponts effectués, le choix du sujet interdisait une confrontation intéressante avec d’autres disciplines (biologie, climatologie, économie…) qui aurait sans doute pu enrichir l’analyse. Peut-être pour le prochain tome ?

Haut de page

Pour citer cet article

Référence papier

David Chemeta, « Aurélie Choné, Isabelle Hajek, Philippe Hamman, dirs, Guide des humanités environnementales », Questions de communication, 30 | 2016, 461-463.

Référence électronique

David Chemeta, « Aurélie Choné, Isabelle Hajek, Philippe Hamman, dirs, Guide des humanités environnementales », Questions de communication [En ligne], 30 | 2016, mis en ligne le 13 mars 2017, consulté le 21 novembre 2017. URL : http://questionsdecommunication.revues.org/10957

Haut de page

Auteur

David Chemeta

Études Germaniques, université de Strasbourg, F-67000
dchemeta@gmail.com

Haut de page

Droits d’auteur

Tous droits réservés

Haut de page