Navigation – Plan du site
Notes de lecture
Médias, information

Stefanie Averbeck-Lietz, Soziologie der Kommunikation. Die Mediatisierung der Gesellschaft und die Theoriebildung der Klassiker

Berlin, Walter de Gruyter, 2015, 284 pages
Manuel Wendelin
p. 457-459
Référence(s) :

Stefanie Averbeck-Lietz, Soziologie der Kommunikation. Die Mediatisierung der Gesellschaft und die Theoriebildung der Klassiker, Berlin, Walter de Gruyter, 2015, 284 pages

Texte intégral

1La citation de Thomas Luckmann constitue une excellente entrée en matière du propos de cet ouvrage : « Que nous abordions la notion de communication au sens large ou étroit du terme, elle n’en reste pas moins sociale » (p. 1). À l’aide des textes de référence allemands en sociologie, Stefanie Averbeck-Lietz entend définir les « modes de pensée » (en allemand : Denkmotive, p. 7) de la sociologie de la communication. Elle traite la notion de communication au sens large du terme et ne la limite pas à la communication publique, comme ce fut longtemps le cas en Allemagne. D’abord, ce n’est qu’avec les changements intervenus dans les processus de communication via la numérisation que cette discipline a commencé à s’ouvrir. Dans le livre, d’autres modes de communication humaine sont également présentés, tels que par exemple de simples conversations entre personnes. Y sont étudiés et mis en parallèle les raisonnements fondés sur la théorie de l’action de Max Weber, Ferdinand Tönnies, Ernest Manheim, Jürgen Habermas ou encore Thomas Luckmann. Le livre a pour objectif de présenter les origines et piliers théorétiques du concept de médiatisation issus des textes classiques et d’en débattre. La « médiatisation » est définie en référence à Friedrich Krotz et Knut Lundby comme « l’interaction et l’influence réciproque du changement sociétal et médiatique par la communication (techniquement) médiatisée » (p. 232).

2Dans les sciences de la communication germanophones, la « médiatisation » est une notion dont l’utilisation fait l’objet de controverses. D’ailleurs, la notion en elle-même est vivement débattue. Si, par exemple, Stefanie Averbeck-Lietz, Gerd Vowe (« Mediatisierung der Politik? Ein theoretischer Ansatz auf dem Prüfstand », Publizistik 51, pp. 437-455, 2006), Andreas Hepp et Friedrich Krotz (Mediatized Worlds: Culture and society in a media age, Londres, Palgrave Macmillan, 2014) parlent de « médiatisation » dans leurs écrits allemands, Patrick Donges (Medialisierung politischer Organisationen. Parteien in der Mediengesellschaft, Wiesbaden, vs, 2008), Carsten Reinemann (« Medialisierung ohne Ende? Zum Stand der Debatte um Medieneinflüsse auf die Politik », Zeitschrift für Politik 3, pp. 278-293, 2010) et Michael Meyen (« Aufmerksamkeit, Aufmerksamkeit, Aufmerksamkeit. Eine qualitative Inhaltsanalyse zur Handlungslogik der Massenmedien », Publizistik 60, pp. 21-39, 2015) privilégient quant à eux le terme de « médialisation ». Généralement, le terme « médialisation » désigne les processus d’adaptation de différents sous-systèmes sociétaux (par exemple dans les domaines de la politique, du sport, et des sciences) aux changements de la logique des médias de masse. La « médiatisation » ne se limite quant à elle pas à la communication publique. Ses effets supposés sont beaucoup plus divers et incluent toutes les formes de changement social accompagnant la communication sociétale. Stefanie Averbeck-Lietz délivre des indices de cette conception de « médiatisation » dans les textes classiques. Comme l’indique le titre, il n’est pas uniquement question de la médiatisation mais également de phénomènes de communication divers et variés ainsi que du processus de communication sociale dans son ensemble. Il est question de la manière dont les textes de référence des sciences sociales décrivent la communication dans le contexte du changement médiatique et dans quelle mesure cette description peut s’avérer pertinente pour comprendre le changement médiatique actuel (p. 1). L’auteure s’emploie à apporter une contribution systématique à une théorie de la communication sociétale à l’aide de l’histoire de la théorie.

3Au départ, le livre est structuré comme une « visite dans un magasin avec ses vitrines », où chaque auteur de référence occupe sa propre « vitrine » et est traité dans un chapitre dédié. Ainsi, toute partie commence par une introduction plus générale et très documentée, suivie d’une partie sur le raisonnement de l’auteur de référence correspondant, et enfin d’une partie sur son application à des problématiques des sciences de la communication. La visite est ponctuée par plusieurs références croisées entre différents textes de référence. La manière dont les raisonnements se complètent de classiques en classiques est étudiée en profondeur, ce qui permet de visualiser le « mode de pensée » et le rend accessible au lecteur. Outre l’approche particulièrement méticuleuse et consciencieuse, ce sont l’exceptionnelle profondeur et exhaustivité des discussions théoriques qui frappent le plus le lecteur. Ainsi ceux qui sont prêts à s’intéresser plus en détails aux idées portant sur la sociologie de la communication en Allemagne auraient-ils tout intérêt à se pencher sur cet ouvrage. Et sans doute pas seulement parce que les alternatives à ce livre se faisaient rares jusqu’à aujourd’hui. En effet, les sciences de la communication germanophones sont fortement influencées par l’orientation psychologique américaine dans les domaines de la recherche et de l’enseignement. Le livre de Stefanie Averbeck-Lietz n’en est que plus pertinent.

4Les textes s’accompagnent de graphiques donnant une excellente vue d’ensemble. Pourtant, le livre ne peut être lu en diagonale et le sujet ne peut être survolé. En effet, pour certains textes de référence, Stefanie Averbeck-Lietz se penche en détail sur les fondements sociologiques d’ordre plus général avant d’aborder le thème central que constitue la communication. À cela s’ajoute l’utilisation relativement fréquente de citations directes assez longues et de notes de bas de page exhaustives. La démarche consistant à accorder à tous les auteurs de référence la même place au sein du livre est certes assez plaisante et systématique, mais il pourrait s’avérer pertinent de traiter par exemple Max Weber plus rapidement, et Jürgen Habermas plus longuement. Pour Max Weber, il est stipulé à maintes reprises que ses idées sur la socialité de la communication sont certes abordées mais pas examinées en détails dans les textes analysés. C’est certainement la raison pour laquelle l’auteure se penche longuement sur le célèbre concept d’action sociale de Max Weber et sa proposition d’enquête sur la presse. C’est avec cette proposition que Max Weber a développé pour la première fois, en 1910, en Allemagne, un vaste programme de recherche concernant la structure de la presse. Dans le chapitre sur Jürgen Habermas, le concept de l’action communicative et l’éthique de la discussion occupent une place centrale. Ses idées sur le changement de l’espace public, débattues de manière exhaustive en Allemagne et à l’international, auraient gagné, quant à elles, à être plus amplement développées.

5Les associations d’idées inhérentes à Ferdinand Tönnies sont au cœur du chapitre qui lui est dédié, et qui se concentre essentiellement autour du continuum de la communauté et de la société qui, pour Stefanie Averbeck-Lietz, constitue les prémices de la dichotomie de Jürgen Habermas entre monde existentiel et système. En ce qui concerne la communication publique, c’est le passage sur l’espace et l’opinion publics qui est le plus intéressant. La distinction que fait Ferdinand Tönnies entre les différentes formes physiques de l’opinion publique y est notamment abordée, et celle entre « l’Opinion publique » (avec majuscule) et « l’opinion publique » y est débattue. Stefanie Averbeck-Lietz y désigne Ernest Manheim comme disciple de Ferdinand Tönnies et, de manière très convaincante, comme précurseur de Jürgen Habermas. La partie sur la dépendance mutuelle entre changement communicatif et sociétal expose les liens les plus évidents avec le concept de médiatisation défendu dans le livre. En outre, l’analyse de la différenciation d’Ernest Manheim d’un type d’espace public pluriel, qualitatif et transcendantal s’avère très intéressante et pertinente pour la recherche comparative synchronique et diachronique à ce sujet. Dès lors, il paraît logique que les idées de Thomas Luckmann sur la construction sociale de la réalité et la construction communicative de la réalité sociale soient très développées dans le chapitre qui lui est consacré. La forte influence d’Alfred Schütz, professeur de Thomas Luckmann, et de la phénoménologie d’Edmund Husserl y est évidente.

6Dans le dernier chapitre du livre, Stefanie Averbeck-Lietz revient sur la notion de « médiatisation » et les débats à ce sujet. La médiatisation y est décrite comme un métaprocessus, en interaction avec d’autres métaprocessus sociétaux, tels que l’industrialisation, l’urbanisation ou encore l’économisation. Le contexte social et plus particulièrement médial, qui a vu naître les textes classiques analysés et qui s’avère primordial du point de vue de la sociologie de la connaissance pour comprendre la construction théorique venant du passé, y est longuement évoqué.

7L’un des grands mérites de ce livre est de présenter, en particulier avec Ernest Manheim et Thomas Luckmann, des textes de référence dont les concepts de sociologie de la communication n’avaient reçu jusqu’ici que peu d’attention, en tout cas dans le monde germanophone. Le lien établi entre l’histoire de la théorie et les problématiques actuelles de la théorisation des sciences de la communication est lui aussi passionnant. Par exemple, l’auteure évoque le potentiel de Max Weber en termes de recherche d’utilisation des médias. En ce qui concerne Ferdinand Tönnies, il est question de la théorie et de l’empirisme de l’espace public et de l’opinion publique, tandis qu’Ernest Manheim est abordé dans le cadre de l’analyse de l’espace public à la fin de la rda. L’éthique de la discussion de Jürgen Habermas sert de toile de fond aux problématiques éthiques de la communication en ligne, et les fondements d’une recherche morale socioconstructiviste découlent des travaux de Thomas Luckmann. Stefanie Averbeck-Lietz aborde ici un domaine dans lequel les sciences de la communication germanophones n’avaient développé jusqu’à aujourd’hui quasiment aucune activité de recherche.

8Ce livre n’a pas pour ambition de se substituer à un livre d’initiation ni à un manuel mais peut s’adresser aux étudiants en licence ou master, ainsi qu’aux enseignants en sciences de la communication et sociologie – également aux étudiants de cette matière, mais plutôt aux plus ambitieux d’entre eux, qui gagneraient en tous les cas à le lire pour découvrir, comprendre et apprendre à utiliser d’autres offres théoriques et en particulier sociologiques, en plus des concepts psychologiques dominant le milieu germanophone.

Haut de page

Pour citer cet article

Référence papier

Manuel Wendelin, « Stefanie Averbeck-Lietz, Soziologie der Kommunikation. Die Mediatisierung der Gesellschaft und die Theoriebildung der Klassiker », Questions de communication, 30 | 2016, 457-459.

Référence électronique

Manuel Wendelin, « Stefanie Averbeck-Lietz, Soziologie der Kommunikation. Die Mediatisierung der Gesellschaft und die Theoriebildung der Klassiker », Questions de communication [En ligne], 30 | 2016, mis en ligne le 13 mars 2017, consulté le 29 mai 2017. URL : http://questionsdecommunication.revues.org/10952

Haut de page

Auteur

Manuel Wendelin

Ludwig-Maximilians-Universität München, D-80538
manuel.wendelin@ifkw.lmu.de

Haut de page

Droits d’auteur

Tous droits réservés

Haut de page