Navigation – Plan du site
Notes de lecture
Langue, discours

Harald Weinrich, Linguistique du mensonge

trad. de l’allemand par Hélène Lucas, Limoges, Lambert-Lucas, 2014, 69 pages
Frédéric Torterat
p. 454-457
Référence(s) :

Harald Weinrich, Linguistique du mensonge, trad. de l’allemand par Hélène Lucas, Limoges, Lambert-Lucas, 2014, 69 pages

Texte intégral

1Dans les sociétés contemporaines, où la traque à la désinformation est autant l’apanage des médias que des initiatives citoyennes et de la communication des partis politiques, les mécanismes discursifs du mensonge font l’objet d’une veille partagée. On pourrait presque parler, avec un brin de provocation, d’un réseau éparpillé de guetteurs, parmi lesquels les lanceurs d’alerte constituent les personnages les plus emblématiques. Les alertes sur le double langage et sur les contrevérités n’ont cependant rien d’inédit : en 1964, quelques années après l’effondrement de l’une des propagandes politiques les plus funestes de l’Histoire occidentale, l’Académie allemande de langue et de littérature met au concours, à Darmstadt, le sujet suivant : « La parole peut-elle dissimuler la pensée ? ». La réponse d’Harald Weinrich, alors âgé de 37 ans et professeur de philologie romane à Kiel, s’intitulera Linguistik der Lüge (Linguistique du mensonge) et remportera le premier prix.

2Dissertatif tant par sa forme que par la variété des ressources intellectuelles et culturelles dont il se saisit, cet essai porte moins sur la construction de l’opinion que sur ce qui, à travers le détournement et la dissimulation, détaille les représentations d’un usage, celui qui consiste précisément à mentir. Rappelons qu’Harald Weinrich, linguiste avant tout européen, a enseigné aux universités de Kiel, Cologne et Munich, avant de se voir confier une chaire à l’École normale de Pise ainsi qu’au Collège de France, respectivement en 1990-1991 et de 1992 à 1998, tout en intervenant entre temps ou par la suite comme professeur invité dans différents pays (pour une brève notice le concernant, voir Trivium 15, 2013. En ligne : http://trivium.revues.org/​4680), et surtout la laudatio du Prix Charles Veillon (Konrad Feilchenfeldt, 2013, trad. française de Charlène Kergosien. En ligne : http://www.fondation-veillon.ch/​index.php?article60/​laudatio-2013). L’auteur a la faculté de passer sans difficulté de l’écriture grammaticale à l’écriture essayiste, et vice versa. Bien connu de la communauté académique pour sa Grammaire textuelle du français (trad. de l’allemand par Gilbert Dalgalian et Daniel Malbert, Paris, Alliance française/Didier-Hatier, 1989), bientôt suivie d’une grammaire textuelle de l’allemand (Textgrammatik der deutschen Sprache, Mannheim et al., Dudenverlag, 1993), Harald Weinrich est aussi renommé pour ses réflexions sur le temps (son dernier ouvrage sur cette thématique, Le Temps compté, est paru en 2009 [Grenoble, J. Million]). La version de la Linguistique du mensonge qu’Hélène Lucas livre pour la première fois au monde francophone correspond à la sixième édition allemande, parue chez Verlag C.H. Beck (Munich, 2000), par ailleurs accompagnée d’une postface écrite en 1999 par le linguiste. Même si une édition bilingue eût été bienvenue, cette traduction mérite d’être saluée comme telle, car l’occasion de pouvoir consulter les premiers exercices expositifs de grands auteurs s’avère encore (trop) peu fréquente – on pense aux Leibniz’s New Essays concerning the Human Understanding de John Dewey (Chicago, S. C. Griggs and Co., 1888), ou encore à l’Altarmenisches Elementarbuch d’Antoine Meillet (Heidelberg, C. Winter, 1913). En ce qui concerne Harald Weinrich, il est utile d’indiquer que La Linguistique du mensonge a été produite la même année que la parution de l’ouvrage Tempus. Besprochene und erzählte Welt (Stuttgart, W. Kohlhammer, 164) [Le Temps. Le récit et le commentaire, trad. de l’allemand par Michèle Lacoste, Paris, Éd. Le Seuil, 1973].

3Organisée sur neuf chapitres et occupant 63 pages dans cette édition chez Lambert-Lucas, la Linguistique du mensonge soustrait en partie cette « grande question » à la philosophie et à la théologie pour la confronter aux recouvrements du sens (l’« extension »), au contenu de l’expression (« l’intension ») et aux « significations sociales ». Il ne s’agit nullement, pour autant, d’instituer sur ces thématiques une barrière entre « moralistes » et « linguistes » (p. 11) : les renvois à la réflexion augustinienne jalonnent l’essai (ainsi pp. 7, 9, 10-11, 32 et 34), tout comme les références aux autres sciences de l’homme et de la société.

4Le chapitre sur « Le mot et le texte » (pp. 12-19) soulève les véritables questionnements qu’entend traiter l’auteur, à savoir, comme le résume Marie-Anne Paveau dans son billet sur l’ouvrage (2013, « Les événements discursifs moraux 4 », La Pensée du discours. En ligne : http://penseedudiscours.hypotheses.org/​?p=4777), que « seuls les usages phrastiques des mots permettent le mensonge, et non les mots en eux-mêmes ». Dans une terminologie à la mode alors en linguistique générale, et qui le restera jusque dans les années 90, les « principes » qu’en retient Harald Weinrich sont les suivants (pp. 13-14) : « Chaque signification » est à la fois « large », « vague », « sociale », « abstraite », dans des proportions qui dépendent, concrètement, de l’« utilisation » qu’on en fait. « Quelle indigence d’information dans le mot fleur et quelle richesse de caractéristiques dans chaque fleur particulière ! », écrit l’auteur (p. 14), qui en appelle à l’Avant-dire au Traité du Verbe de R. Ghil de Stéphane Mallarmé (Paris, Giraud, 1886) et, « à la suite de Mallarmé », aux Cahiers (Paris, Gallimard, 1900-1901) de Paul Valéry, pour conclure en reprenant ce dernier que « le sens d’un mot n’existe que dans chaque emploi particulier » (p. 15). Harald Weinrich en profite pour « poser les grandes lignes d’une sémantique dialectique », consistant à « libér[er] le mot de son isolement et le pla[cer] en relation avec son contexte et, par là, dans une situation vivante » (p. 15 : « [und] stellen es in den Zusammenhang seines Kontextes und mit diesem zusammen in eine Lebenssituation », dans le texte allemand). Ici s’exprime la thèse centrale de l’essai : les significations dépendent des « phrases particulières » (p. 17) dans lesquelles les mots se « déterminent » mutuellement, ce qui fait du sens « le résultat du plus des significations et du moins des déterminations » (p. 19).

5La partie « Mot et concept » interroge l’arbitraire du signe linguistique, « source d’erreur » (p. 22), tout comme le sont les « désignations » variées d’un même concept suivant les langues, ce qui amène le linguiste à déduire, tout en reprenant les « principes » précédemment énumérés, une gradualité entre les polarités sémantiques dégagées. Harald Weinrich désigne ce mécanisme sous l’expression d’« échelle mobile » (p. 24 : gleitende Skala), « graduée selon les valeurs du large au délimité, du vague au précis, du social à l’individuel et de l’abstrait au concret » (p. 24). D’où cette autre question, en forme d’intitulé du chapitre suivant, de savoir si « les mots peuvent […] mentir ».

6S’il est bien une partie de l’ouvrage susceptible d’intéresser les analystes du discours, c’est bien celle-là : Harald Weinrich y donne « trois témoignages » (p. 27) des circonstances historiques dans lesquelles les mots, suivant les emplois (et surtout les mésemplois !) qui en ont été pratiqués, ont participé du mensonge. On en retiendra notamment l’idéologisation de certains d’entre eux, « dans l’Allemagne d’Hitler », à l’instar des mots contaminés par ce qu’Eugen Rosenstock-Huessy a appelé l’« esprit du temps » (Zeitgeist) et les « slogans trompeurs » (dans Die Sprache des Menschengeschlechts, vol. 2, Heidelberg, L. Schneider, 1964). Et l’auteur d’affirmer que « les slogans n’ont jamais contrôlé la scène avec autant d’impudence qu’au temps d’Hitler » (p. 28). D’aucunes expressions, comme Lebensraum (« espace vital »), en sont devenues « corrompu[e]s », tout comme certaines associations lexicales, dont celle combinant les termes sang et sol : « cela tient-il au petit mot et ? Non, ce petit mot est tout à fait innocent » (p. 29), tranche Harald Weinrich, contrairement à l’« intention nazie » qui en a terni les formules.

7Plus anecdotiques, les chapitres sur « les pensées » (pp. 31-33), « contre les iconoclastes » (pp. 34-38), « l’ironie » (pp. 48-53) et « Les poètes manquent beaucoup » (pp. 54-60) reprennent les démonstrations liminaires respectivement sur la duplex oratio (vs cogitatio) et sur les « pôles de la signification et de l’intention » (p. 35). Celle sur le « Oui et non » (pp. 39-47), de son côté, donne toute sa consistance à la syntaxe, laquelle y figure comme « la combinaison des significations des mots, de façon qu’ils se délimitent mutuellement et construisent ensemble le sens » (p. 39). À la suite de Hans-Georg Gadamer, qu’Harald Weinrich reprend de manière pour le moins laudative (pp. 42-44), l’auteur précise que seule la dialectique permet tout à la fois de prendre en compte la dimension de l’« énoncé » et sa portée discursive, mais aussi ce qu’on intitulerait aujourd’hui les « prédiscours », à propos desquels Harald Weinrich emploie le terme de « pré-information » (p. 44). De cette combinaison ressort l’éventuelle « perversité » du mensonge (p. 45), lequel « est toujours relatif à un oui ou un non » (ibid.). En définitive, « le problème du mensonge ne serait pas une magna quaestio si noir et blanc étaient toujours aussi évidemment répartis. Il y a des demi-mensonges et aussi ces altérations de la vérité qui sont peut-être d’autant plus dangereux qu’ils sont plus difficiles à reconnaitre » (p. 47).

8De manière générale, un des apports majeurs de la Linguistik der Lüge réside dans le témoignage qu’elle apporte pour l’épistémologie des sciences, parmi lesquelles Harald Weinrich s’empresse de positionner la linguistique vis-à-vis des « autres sciences de l’esprit » (p. 20). L’un des autres intérêts de l’ouvrage est d’avertir sur l’existence d’apports mésestimés sur la question traitée, tel l’article de Friedrich Kainz (« Lügenerscheinungen im Sprachleben », in : Otto Lipmann et Paul Plaut (éds), Die Lüge in psychologischer, philosophischer, juristischer, pädagogischer, historischer, soziologischer, sprach- und literaturwissenschaftlicher und entwicklungsgeschichtlicher Betrachtung, Leipzig, J. A. Barth, 1927, pp. 212-243), auquel Harald Weinrich renvoie à la suite des travaux de Ludwig Wittgenstein (p. 9). Friedrich Kainz est celui qui, en toute vraisemblance le premier, a forgé l’expression de Sprachverführung (« subornation linguistique »), laquelle met un mot sur l’influence du langage que nous tenons sur notre propre pensée. On pourrait appliquer sans difficulté ces traits à la novlangue (Neusprech) d’aujourd’hui, où la part de désinformation et de manipulation sont rarement loin du mensonge (voir Alice Krieg-Planque, « La “novlangue” : une langue imaginaire au service de la critique du “discours autre” », in : Sonia Branca-Rosoff et al., L’Hétérogène à l’œuvre dans la langue et les discours, Limoges, Lambert-Lucas, 2012, pp. 69-83).

9Harald Weinrich insiste surtout sur le fait que « les mots font ainsi partie des phrases, des textes et des situations » (p. 15 : « Wörter gehören also in Sätze, Texte und Situationen »), dans une « détermination » qu’a retenu la linguistique germanique jusque dans le domaine de l’analyse du discours (voir sur ce point Nikolaus Lehner, « Vom Lügen der Dinge. Semiotik dinglicher Täuschung », Trajectoires 9, 2015. En ligne : http://trajectoires.revues.org/​1629). En revanche, on ne se méprendra pas sur les quelques échappées d’Harald Weinrich sur le rapport à la langue, entre autres quand il rappelle que c’est la langue française qu’emploie William Shakespeare dans Henri V (V, 2), et que fustige l’Aurélie du Wilhelm Meister de Johann Wolfgang von Goethe, dès lors qu’il s’agit de mensonge : aucunement idéologiques, ces clins d’œil émanent d’un linguiste qui affectionne tout particulièrement le français, et qui n’hésite pas à rendre avec bienveillance la monnaie de sa pièce à la langue d’un Charles Nodier qui fut si injustement ironique vis-à-vis d’Adelbert von Chamisso. On lira avec un égal intérêt la « postface » (pp. 61-66), véritable morceau d’anthologie, l’un des rares écrits relatant à quel point l’essai est aussi, précisément, une tentative, en l’occurrence ici de « défendre la jeune linguistique du texte » (p. 62). Harald Weinrich admet avoir « tout à fait congédié [depuis] le concept de phrase, fixé sur l’alternative oui / non, pour sa désespérante lourdeur » (p. 63), et s’en veut même de ne pas avoir eu l’« audace » de s’y être employé dès 1964. Depuis en effet, à propos de la dissimulation en particulier, la question de « l’oubli mensonger », notamment celui des témoins de la Shoah, s’est révélée tout aussi cruciale. On notera en passant que l’auteur y est revenu dans un essai consacré à cette question (Lethe. Kunst und Kritik des Vergessens, München, C. H. Beck, 1997 [Léthé, Art et critique de l’oubli, trad. de l’allemand par Diane Meur, Paris, Fayard, 1999]). À tous ces égards, la Linguistique du mensonge mérite indéniablement le détour.

Haut de page

Pour citer cet article

Référence papier

Frédéric Torterat, « Harald Weinrich, Linguistique du mensonge », Questions de communication, 30 | 2016, 454-457.

Référence électronique

Frédéric Torterat, « Harald Weinrich, Linguistique du mensonge », Questions de communication [En ligne], 30 | 2016, mis en ligne le 13 mars 2017, consulté le 19 novembre 2017. URL : http://questionsdecommunication.revues.org/10948

Haut de page

Auteur

Frédéric Torterat

Lirdef, université Paul-Valéry Montpellier 3, F-34199
frederic.torterat@umontpellier.fr

Haut de page

Droits d’auteur

Tous droits réservés

Haut de page