Navigation – Plan du site
Notes de lecture
Langue, discours

Pascal Durand, Sarah Sindaco, éds, Le Discours « néo-réactionnaire ». Transgressions conservatrices

Paris, CNRS éditions, coll. Culture & Société, 2015, 362 pages
Humberto Cucchetti
p. 438-441
Référence(s) :

Pascal Durand, Sarah Sindaco, éds, Le Discours « néo-réactionnaire ». Transgressions conservatrices, Paris, CNRS éditions, coll. Culture & Société, 2015, 362 pages

Texte intégral

1Plus d’une vingtaine de contributions, dont les auteurs proviennent pour la plupart d’espaces universitaires francophones, abordent un phénomène centralement hexagonal. Certes, on trouve deux chapitres consacrés à des auteurs allemands tandis qu’un autre aborde l’objet du point de vue de la circulation triangulaire néoconservatrice entre la France, les États-Unis et le Canada. Pourtant, les « nouveaux réactionnaires » représentent ce que l’on nomme aisément une thématique franco-française, comme les éditeurs Pascal Durand et Sarah Sindaco, respectivement professeur et chercheuse postdoctorale à l’université de Liège, le précisent dans le chapitre d’introduction (« Introduction. La construction des “nouveaux réactionnaires” », pp. 7-19). Il s’agit d’un sujet, ajoutent-ils, dont la spécificité sociologique intellectuelle, idéologique et sociologique reste difficile à cerner compte tenu des caractéristiques composites des membres qui feraient partie de la mouvance néo-réactionnaire (pp. 11-14). Cette spécificité en tant qu’objet de recherche peut paraître discutable, les éditeurs en sont d’ailleurs conscients, si l’on considère que le groupe est davantage défini par les polémiques qui agitent la vie intellectuelle française depuis le début de ce siècle qu’objet d’une définition positive et explicite de ses membres. La polémique déclenchée en 2002, notamment par Daniel Lindenberg, qui dans son Rappel à l’ordre : enquête sur les nouveaux réactionnaires (Paris, Éd. Le Seuil), dénonce non seulement l’existence d’une intelligentzia de droite en France, mais aussi le virage pris par de nombreux intellectuels dont les origines gauchistes cèdent le pas à la critique d’un consensus progressiste qui serait devenu, pour ces intellectuels-là, dominant.

2L’ouvrage s’organise en trois grandes parties. La première aborde des trajectoires de figures de l’univers néo-réactionnaire et le souci des coordinateurs de trouver des vecteurs collectifs communs qui traversent un espace d’auteurs, d’écrivains et d’intellectuels dont l’appartenance de groupe est diffuse. Une contribution de cette partie propose une typologie permettant de classer les écrivains réactionnaires depuis les années 30 jusqu’à nos jours (Gisèle Sapiro, « Notables, esthètes et polémistes : manières d’être un écrivain “réactionnaire” des années trente à nos jours », pp. 23-46) ; une autre aborde la « tentation » passéiste qui traverse la Lettre ouverte de Guy Hocquenghem (Antoine Idier, « D’un ton réactionnaire : “restauration” et “changement” dans la Lettre ouverte de Guy Hocquenghem », pp. 47-62). Les deux contributions suivantes portent sur trois trajectoires : en premier lieu, celles d’André Glucksmann et de Pascal Bruckner et les tournants biographiques qui les ont amené de la gauche radicale aux « nouveaux philosophes » et de l’antitotalitarisme aux thématiques néo-réactionnaires (Sarah Sindaco, « Des “nouveaux philosophes” aux “nouveaux réactionnaires” : trajectoires et récits de soi chez André Gluksmann et Pascal Bruckner », pp. 63-78) ; en deuxième lieu, il s’agit d’un parcours universitaire, plus précisément d’un chercheur du cnrs, Pierre-André Taguieff et les polémiques qui tournent autour de ses positionnements sur la Nouvelle Droite et l’opposition anti-racisme/anti-anti-racisme (Jean-François Savang, « Pierre-André Taguieff : de la critique de la Nouvelle Droite au libéralisme intellectuel », p. 79-94). Deux textes ferment cette première partie, le premier aborde les épisodes intellectuels où l’idée révolutionnaire est mise en cause, et la position que défend Daniel Lindenberg au nom des Lumières contre la pensée réactionnaire renouvelée (Marc Angenot, « Les Rayons et les Ombres : querelle des “nouveaux réactionnaires” et critique des Lumières », pp. 95-110) ; le second analyse la manière dont le nationalisme conservateur québécois se nourrit d’auteurs et de thématiques français et états-uniens (Jean-Pierre Couture, « Comptoir d’Amérique : les “nouveaux réactionnaires” et le nationalisme conservateur au Québec », pp. 111-124).

3La deuxième partie examine de près les thèmes (ainsi que les acteurs et les vecteurs) qui agitent cette nébuleuse intellectuelle. Du blog d’un journaliste de la grande presse (Christine Servais, « La communauté du ressentiment. Adresse au lecteur et médiation d’une posture politique : l’exemple du blog d’Ivan Rioufol », pp. 127-142) au journal Causeur (François Provenzano, « Des “salauds” : éthos et interdiscours dans Causeur », pp. 143-158, journal synthétisé de façon lucide par l’auteur de l’article « en une formule : la radicalité et la rigolade », p. 155) ; de la persistance de l’antiaméricanisme comme thématique du décadentisme réactionnaire (Mohammed Aït-Aarab, « Déclin français et antiaméricanisme : invariants et nouvelles thématiques du discours réactionnaire », pp. 157-168) à la critique également décadentiste du système scolaire (Laurent Robert, « Les discours réactionnaires sur l’école : certitudes pamphlétaires et ambiguïtés romanesques », pp. 169-184) ; du laïcisme fortement anti-Islam (Marc Jacquemain, « La laïcité réactionnaire : une tentative de déconstruction », pp. 185-198) à l’affinité entre « néo-réacs » et dissidents de l’Islam (Mohamed Amine Brahimi, « Le magicien et le réactionnaire. À propos des “Dissidents de l’islam” », pp. 199-214) ; de certains usages anti-relativistes de l’anthropologie en France (Edouard Delruelle, « La “bonne nature” du Symbolique : sur quelques équivoques de l’anthropologie française contemporaine », pp. 215-224) à des lectures jusnaturalistes en matière de droit comme outil juridique d’opposition au mariage homosexuel (Nicolas Thirion, « PaCS, mariage pour tous et ordre naturel : la science du droit aux mains des “nouveaux réactionnaires” », pp. 225-245), cette partie dévoile que, si un groupe néo-réactionnaire existe, si ses vecteurs sont bien implantés en termes d’institutions, de groupes d’intérêts et d’espaces d’édition, c’est sur le plan culturel que ses principales inquiétudes se développent : la question de l’identité religieuse, de la décadence scolaire, des changements de mœurs et de l’ordre familial.

4La dernière partie se situe dans le domaine strictement littéraire. Différents écrivains sont analysés ainsi qu’une partie de leurs œuvres, celles qui témoignent de la « décadence » contemporaine : le Balzac de Philippe Muray (Francesca Lorandini, « Faire du Balzac avec du Rubens : “Outrances à plaisir” et “profusions d’excès” chez Philippe Muray », pp. 249-264), le Céline de Richard Millet (Jérôme Meizoz, « Richard Millet : le scénario Céline », pp. 281-296), Michel Houellebecq (Dominique Rabaté, « Extension ou liquidation de la lutte ? Remarques sur le roman selon Houellebecq », pp. 265-280), la critique qu’adresse Marc Fumaroli aux politiques publiques autour du culturel depuis la ve République (Philippe Roussin, « Autour de L’État culturel de Marc Fumaroli : patrimonialisation et mort de la littérature », pp. 297-314), l’attaque houleuse que Jean Clair adresse au surréalisme (Andrea d’Urso, « Jean Clair contre le surréalisme : un “nouveau réactionnaire” pour un vieux discours », p. 315-328, où l’auteur résume l’une des invectives de Jean Clair, « les surréalistes […] les inspirateurs des Talibans ayant abattu les tours jumelles », p. 315), et deux auteurs allemands, Botho Strauss (Heribert Tommek, « Le soulèvement contre le monde secondaire : de Botho Strauss aux “nouveaux réactionnaire” allemands », pp. 329-336) et Peter Sloterdijk (Jérémy Hamers, « Au-delà de l’exil : la critique cynique de Peter Sloterdijk », pp. 337-348), qui participent de cette même ligne intellectuelle outre-Rhin.

5En lisant cet ouvrage, on a le sentiment de confirmer une vieille impression : les « néo-réacs », de même les « progressistes », sont un peu comme les sorcières. Bien qu’elles n’existent pas, il y en a. Les nouveaux réactionnaires sont le produit de leurs adversaires qui s’occupent nuit et jour de les définir, les actualiser, les trouver ici et là et les éditeurs insistent avec raison sur les guillemets qui doivent accompagner l’expression. Soit. Mais lorsqu’une opinion publique apparaît dans l’espace médiatique, on peut avoir l’intuition de si elle est réactionnaire ou pas. L’ouvrage va chercher tous azimuts les traits composites qui permettraient d’unifier les caractéristiques de ces intellectuels insurgés contre « le sens du progrès ». Dans son ensemble l’ouvrage, qui fournit chapitre par chapitre un éclairage significatif de cet espace intellectuel fort diffus, peine à saisir cette unicité socio-historique (et il est regrettable que les organisateurs du colloque dont l’ouvrage est issu n’ait eu la possibilité d’aborder le cas de Michel Onfray). Pascal Durand et Sarah Sindaco en sont toutefois conscients puisque, outre la définition de l’objet comme groupe intellectuel et son refus partagé d’un certain progressisme (progressisme aussi diffus qu’il est défini par ses détracteurs, les disputes définitionnelles paraissent un jeu de miroir), ce renouvellement des thématiques classiquement réactionnaires est fort hétérogène (pp. 13-14). Des sensibilités s’y expriment de façons différentes, parfois dans des oppositions farouches.

6Cette hétérogénéité découle de la diversité des approches de l’ouvrage, ce qui confirme l’idée selon laquelle définir cet espace par ses caractéristiques empiriques intrinsèques demeure une opération scientifique compliquée, voire risquée. Dans certains textes, le phénomène néo-réactionnaire semble reproduire dans des termes contemporains des débats et sensibilités de droite ; d’autres contributions soulignent que, diachroniquement et synchroniquement, il s’agit d’un phénomène idéologiquement répandu, notamment sur le plan des trajectoires intellectuelles et militantes qui l’ont nourri. Parmi les parcours « suspects », des cas tout à fait significatifs ne sont pas abordés (par exemple, Régis Debray ou Marcel Gauchet) ; la Nouvelle Droite, à laquelle il est fait allusion dans le chapitre portant sur Pierre André Taguieff, aurait mérité une mise au point par sa propre trajectoire intellectuelle à la fin des années 70. Ce n’est nullement un phénomène d’avant-garde ni une filière de formation d’intellectuels organiques, mais l’espace qu’Alain de Benoist représente mérite une analyse par rapport au courant analysé : quel rapport existe-t-il entre les idées « néo-réacs », ses membres et la production intellectuelle du fondateur de Nouvelle École ? Cette question ne trouvera pas de réponse univoque.

7Cette mise en perspective montre les sensibilités différentes, parfois opposées, qui caractérisent l’objet d’étude. Entre le positionnement de Jean Clair face aux attentats du 11 septembre ou l’esprit de la publication Le Meilleur des mondes et la lecture provocatrice qu’en propose Marc-Édouard Nabe, l’écart est considérable. Entre les atlantistes et les occidentalistes, d’un côté, et les antiaméricanistes qui prônent l’interprétation du déclin français, de l’autre, le fossé mérite d’être signalé. Le rapport au général De Gaulle n’y fait pas non plus l’unanimité. Par ailleurs, dans son « Adieu, Régis Debray », publié dans le journal Le Monde le 14 mai 1999 au sujet du conflit serbo-kosovar (parmi d’autres critiques et désaccords), Bernard-Henri Lévy exprime une rupture au sein d’une galaxie qu’on pourrait, à tort, croire unifiée, tandis que les critiques qu’adresse Régis Debray à ses anciens camarades de lutte révolutionnaire ne sont pas moins acerbes.

8Il s’agit d’un espace déstructuré malgré la visibilité médiatique et éditoriale d’une partie de ses membres. Si quelques auteurs de cet espace participent à des réseaux associatifs qui soutiennent d’une certaine façon leurs engagements, seule une partie d’entre eux sont concernés car les consensus intellectuels qui les unissent ne se répandent qu’a minima. L’un de ces espaces, peu abordé dans l’ouvrage, concerne le souverainisme et ses réseaux multiples et multiformes, auxquels une partie des néo-réacs adhère (du moins pendant quelques années, notamment au cours de la décennie de Maastricht). L’intérêt de l’aborder réside justement dans ce qui constitue à la fois une faiblesse et le principal atout de ce courant anti-Union européenne : de faible structuration partisane, le souverainisme est visible par son implantation intellectuelle et sa capacité d’attirer des plumes qui vont du républicanisme affiché au monarchisme nationaliste. Restituer par exemple une publication telle qu’Immédiatement, ses réseaux éditoriaux proches et ses paris associatifs, aurait témoigné d’un espace de circulation intellectuelle où se mêlent la logique groupusculaire et la présence d’une intelligentzia publique et renommée. Sans Immédiatement, pour ne prendre qu’un exemple, on peut difficilement comprendre le sens éditorial et pamphlétaire de Causeur.

9L’effort du Discours « néo-réactionnaire » doit être salué : un ensemble d’écrivains, de publications, de thématiques, et de figures sont abordés en profondeur. L’ouvrage témoigne d’un phénomène vivant et dynamique, qui n’est pas dissocié de trajectoires intellectuelles de droite de long terme. Les auteurs du livre, et en particulier les coordinateurs, abordent les différents cas sans tomber dans le piège d’interpréter la vie intellectuelle française sous le prisme d’un retour des années 30 (p. 16) ni celui de l’extrême droitisation de l’histoire des idées contemporaines. L’objet analysé concernerait un public particulier (plutôt à droite ou pas nécessairement politisé) et s’inscrit dans l’immédiat de la temporalité politique. Les auteurs et acteurs de cet univers-là, à quelques exceptions près, ne sont pas implantés dans les milieux scientifiques français. Médiatique, audiovisuelle, éditoriale, la mouvance néo-réactionnaire demeure périphérique en termes d’institutions universitaires ou de production scientifique. Deux univers aux moyens et aux visés asymétriques qui se tournent le dos.

Haut de page

Pour citer cet article

Référence papier

Humberto Cucchetti, « Pascal Durand, Sarah Sindaco, éds, Le Discours « néo-réactionnaire ». Transgressions conservatrices », Questions de communication, 30 | 2016, 438-441.

Référence électronique

Humberto Cucchetti, « Pascal Durand, Sarah Sindaco, éds, Le Discours « néo-réactionnaire ». Transgressions conservatrices », Questions de communication [En ligne], 30 | 2016, mis en ligne le 13 mars 2017, consulté le 21 novembre 2017. URL : http://questionsdecommunication.revues.org/10928

Haut de page

Auteur

Humberto Cucchetti

Ceil, Conseil national de recherches scientifiques et techniques CONICET, AR-C1083ACA
hcucchetti@ceil-conicet.gov.ar

Articles du même auteur

Haut de page

Droits d’auteur

Tous droits réservés

Haut de page