Navigation – Plan du site
Notes de lecture
Histoire, sociétés

Anne Steiner, Le Temps des révoltes. Une histoire en cartes postales des luttes sociales à la « Belle Époque »

Paris, Éd. L’Échappée, coll. Action graphique, 2015, 176 pages
Marine Simon
p. 426-428
Référence(s) :

Anne Steiner, Le Temps des révoltes. Une histoire en cartes postales des luttes sociales à la « Belle Époque », Paris, Éd. L’Échappée, coll. Action graphique, 2015, 176 pages

Texte intégral

1« Si la Belle Époque correspond, en France, à l’âge d’or de la grève, elle correspond aussi à l’âge d’or des cartes postales » (p. 9). Le début du siècle est en effet marqué par une multiplication du nombre de grèves et de mouvements des travailleurs et travailleuses de l’industrie, allant jusqu’à créer un climat de « guerre sociale ». La société française, devenue industrielle et ouvrière, fait face à un nouveau tournant, le « tournant taylorien » (Patrick Fridenson, « Un tournant taylorien de la société française (1904-1918) », Annales. Économies, Sociétés, Civilisations 5, 1987. pp. 1031-1060) qui modifie une nouvelle fois les logiques de production et de cohésion sociale. Les revendications des travailleur-se-s vont au-delà de la hausse des salaires ou du temps de travail puisqu’il est désormais question de reconnaissance du travail et du savoir-faire des différents métiers, alors même que le taylorisme a pour objectif la division des tâches. En parallèle, la production de cartes postales à l’orée de la Première Guerre mondiale explose. Des photographes se spécialisent et inondent les marchés locaux et nationaux de paysages, de bâtiments, de scènes du quotidien, etc. Le recours aux cartes postales est si important que les éditeurs doivent renouveler sans cesse les prises de vue afin de varier les productions et photographient alors des événements importants au niveau local. Les grèves rythment la période et prennent par conséquent une place à part entière sur les cartes postales. L’objectif de l’ouvrage d’Anne Steiner lie ces deux thématiques puisqu’elle propose d’étudier les luttes sociales du début du xxe siècle en France et de faire redécouvrir leur histoire, au travers d’un support visuel : les cartes postales. Objet trop peu manié par les chercheurs, la carte postale a pourtant été un moyen de communication largement généralisé au début du siècle. Média à part entière, elles accompagnent une courte correspondance d’une photographie d’évènement actuel, permettant ainsi une diffusion de l’information. Il paraît important de rappeler que le courrier est distribué plusieurs fois par jours dans les villes les plus grandes, rendant les cartes un moyen de communication efficace pour envoyer un court mot. Anne Steiner renouvèle les recherches historiques liées aux cartes postales avec, cette fois, une thématique précise liée aux conflits sociaux.

2Au fil des pages, le lecteur découvre différentes luttes qui ont marquées le début du siècle en France, illustrées de cartes postales les représentant. Et c’est bien une illustration qui est faite de ces mouvements et non un dialogue comme aurait pu le laisser entendre le sous-titre de l’ouvrage : Une histoire en cartes postales des luttes sociales à la « Belle Époque ». D’après ce sous-titre, la volonté initiale que peut déceler le lecteur est celle d’un dialogue entre les luttes sociales de cette époque et l’iconographie qui les représentaient, mais cette promesse n’est pas tenue. L’image accompagne le propos historique mais n’est pas une clé de la réflexion sur l’histoire sociale qui est étudiée. Ici, les bornes chronologiques sont fixées par l’auteure entre 1905 et 1911 et l’ouvrage se concentre sur quelques régions de France : Bretagne, Picardie, Lorraine, Languedoc, Nord, Champagne et Massif Central. Pour cette étude, les sources consultées et ayant nourri son propos sont énumérées dans l’introduction (p. 14) : statistiques, témoignages de contemporains, presse ouvrière mais également travaux universitaires. Après cette introduction replaçant l’objet d’étude dans son contexte plus général, Anne Steiner étudie successivement neuf luttes qui diffèrent les unes des autres de par leur typologie, lieux, types de travailleurs ou bien encore leur ampleur. L’ouvrage est découpé en chapitre, chacun d’entre eux retraçant une lutte spécifique, par exemple la grève des porcelainiers de Limoges en 1905 (pp. 16-31). Après une contextualisation du début du conflit, son déroulement, les protagonistes qui le composent ainsi que son dénouement sont décrits et explicités. Chaque chapitre est un récit historique précis d’une dizaine de pages, illustré de cartes postales représentatives des différents aspects et étapes du mouvement. Vient ensuite un court focus sur une thématique ou un acteur de premier plan tels que « Femmes au travail » (pp. 32-33) ou bien « Solidarité en actes » (pp. 78-79). L’ouvrage se termine par une chronologie générale (pp. 162-167), très utile pour resituer le lecteur au sein du contexte plus global d’effervescence de luttes sociales. Anne Steiner, avec cette étude claire, permet à tous une immersion dans cette histoire sociale et politique mouvementée de la France du début du xxe siècle. Les revendications de ces mouvements, liées aux salaires, aux conditions de travail ou bien encore aux règlements intérieurs soulèvent également de nombreuses problématiques liées à l’identité – ou plutôt aux identités – des travailleurs et travailleuses ainsi qu’à la reconnaissance de leur métier et de leur travail. Grâce aux cartes postales, les photographies de ces ouvriers et ouvrières en conflit permettent de s’attarder sur leurs représentations et d’entrapercevoir la façon dont ils pouvaient être vus au sein de la société française. Parfois mises en scène, les cartes postales des grèves et manifestations ont permis de diffuser au niveau national des évènements, certes couverts par la presse locale, mais dont les photographies étaient rares et de qualité médiocre. Cet autre support donne donc un visage aux personnes en lutte.

3De plus, la variété de cartes réunies par l’auteure fait découvrir au lecteur une multitude de scènes allant du fameux piquet de grève aux rues dévastées après le passage des manifestants en passant par des cortèges funéraires de victimes des conflits. Ces cartes illustrent certains aspects de ces luttes dont la dimension visuelle est méconnue. Des arrestations de grévistes sont présentes dans l’ouvrage, ainsi que des cartes postales représentant de non-grévistes se rendant au travail, escortés par la police, permettant de saisir le climat tendu de cette période. Au-delà de ces mouvements sociaux, les cartes postales proposées dans l’ouvrage d’Anne Steiner font accéder à toute la société industrielle de l’époque et à la vie autour des usines : des familles, des enfants, des animaux domestiques apparaissent sur ces cartes postales, car les grèves bouleversaient évidemment toute la vie quotidienne. La conclusion de cet ouvrage est à regretter, parce qu’inexistante, alors qu’elle aurait sans doute pu constituer une bonne synthèse des luttes sociales en France à cette époque – puisque seules quelques luttes sont détaillées dans l’ouvrage – et donner aux lecteurs une ouverture sur de nouvelles pistes de recherche, relatives par exemple à la grande question des identités ouvrières. Malgré tout, si l’objectif de l’auteure était de donner des éléments factuels sur les mouvements sociaux en France à la Belle Époque, alors le pari est réussi. Il donne à voir – car richement illustré – une société en lutte, en « guerre sociale », dont les images la représentant restaient méconnues.

Haut de page

Pour citer cet article

Référence papier

Marine Simon, « Anne Steiner, Le Temps des révoltes. Une histoire en cartes postales des luttes sociales à la « Belle Époque » », Questions de communication, 30 | 2016, 426-428.

Référence électronique

Marine Simon, « Anne Steiner, Le Temps des révoltes. Une histoire en cartes postales des luttes sociales à la « Belle Époque » », Questions de communication [En ligne], 30 | 2016, mis en ligne le 13 mars 2017, consulté le 23 avril 2017. URL : http://questionsdecommunication.revues.org/10911

Haut de page

Auteur

Marine Simon

GRHis, université de Rouen, F- 76821
marine.simon@etu.univ-rouen.fr

Haut de page

Droits d’auteur

Tous droits réservés

Haut de page