Navigation – Plan du site
Notes de lecture
Histoire, sociétés

Érik Neveu, Sociologie politique des problèmes publics

Paris, A. Colin, coll. U. Sociologie, 2015, 286 pages
Éric Dacheux
p. 423-425
Référence(s) :

Érik Neveu, Sociologie politique des problèmes publics, Paris, A. Colin, coll. U. Sociologie, 2015, 286 pages

Texte intégral

1Cet ouvrage pédagogique, à destination des étudiants de master ou des chercheurs non spécialistes des problèmes publics (pp), est structuré autour de cinq opérations clefs qui constituent autant de chapitre : « Identifier » (chap. 2, pp. 41-93), « Cadrer » (chap. 3, pp. 95-124), « Justifier » (chap. 4, pp. 125-154), « Populariser » (chap. 5, pp. 155-182), « Mettre en politique publique » (chap. 6, pp. 183-216). Ces cinq opérations qui visent à questionner le réel « sans le ligoter » (p. 17) sont utilement complétées par un historique sur la constitution de la tradition de recherche sur les problèmes publics aux États-Unis (chap. 1, pp. 21-40), et un septième et dernier chapitre (pp. 217-242) s’interrogeant sur les limites actuelles de la tradition de recherche explicitée par ce manuel.

2Le talent pédagogique d’Érik Neveu s’illustre à merveille dans cet ouvrage écrit dans un style clair et teinté d’un humour ironique revigorant. De plus, dans chaque chapitre, l’auteur a rédigé des encadrés qui sont autant d’exemples concrets permettant de donner chairs à des concepts issus d’une littérature scientifique pas toujours digeste. Par ailleurs, l’ouvrage bénéficie de deux index (par auteur et par notion) qui facilitent une seconde lecture plus pointue pour les étudiants soucieux de creuser, en fonction de leurs intérêts et de leurs cours, tel ou tel passage. Enfin, l’ouvrage offre une large bibliographie qui fait l’effort de croiser recherches anglo-saxonnes et francophones permettant, à la fois, d’éviter un regard franco centré sclérosant et de dévaloriser une recherche francophone qui propose, ce livre en est la preuve, un propos plus décalé et intégrateur que la littérature mainstream.

3Sur le fond, cet ouvrage poursuit, selon les dires mêmes d’Érik Neveu, trois objectifs. Le premier est de « Montrer comment s’est constitué une tradition de recherche sur les « problèmes publics » (p. 7). Le second est de « rendre intelligibles les conflits, les opérations, les séquences qui aboutissent (ou pas) à constituer un fait social en un “problème” promu objet de débats, peut être de politiques publiques » (ibid.). Le troisième est « d’inviter à réfléchir à l’inscription historique de cette catégorie de problèmes publics, à sa possible rétraction contemporaine » (ibid.). Ces trois objectifs sont atteints. Le chapitre premier décrit l’institutionnalisation, aux usa, d’un champ de recherche reconnu (société savante, revue classée, etc.) : « celui des activités qui visent à constituer des situations et rapports sociaux en problèmes mis en débat et pris en charge par les pouvoirs publics » (p. 36). L’objectif deux est totalement rempli par la description des cinq opérations que l’on retrouve (parfois partiellement et souvent dans des enchaînements différents) dans la constitution des problèmes publics. Pour chaque opération, Érik Neveu montre combien la constitution en problème public d’une question sociale ne va pas de soi : il n’y a pas une évidence sociale qui s’impose à tous, mais des acteurs qui s’affrontent et s’allient afin de faire évoluer le regard des journalistes, de la classe politique et de l’opinion publique. Enfin, le troisième objectif (s’interroger sur la pertinence de la notion de problème public à l’heure du néolibéralisme triomphant) est lui aussi atteint par l’intermédiaire du chapitre sept, au titre évocateur « Dire adieu à la culture des problèmes publics ? ». En effet, ce qui semblait, hier, relever de l’injustice sociale, apparaît parfois, aujourd’hui, relever de la responsabilité individuelle. Il s’agit d’individualiser des problèmes publics (le chômage, par exemple) en psychologisant et médicalisant des dysfonctionnements sociaux si bien que des problèmes autrefois sociaux (violence sociale sur le lieu du travail) deviennent des problèmes individuels (mauvaise gestion du stress liée au travail). Simultanément, cette dissolution de problèmes publics est accentuée par la redécouverte de la complexité environnementale qui tend à faire des catastrophes naturelles, des fatalités échappant à toute régulation politique. Cependant, cette double dissolution ne devrait pas, selon Érik Neveu, mettre fin aux recherches sur les problèmes publics. Pour plusieurs raisons que le lecteur découvrira en lisant ce chapitre dont une semble fondamentale : la démocratie. Étudier la mise à agenda (ou non) de problèmes sociaux qui deviennent (ou pas) des politiques publiques, c’est au fond – comme le défend avec conviction Érik Neveu dans la conclusion de cet ouvrage – étudier la démocratie telle qu’elle fonctionne réellement : une démocratie conflictuelle où s’affrontent des groupes aux intérêts divergents et aux ressources inégales. Une démocratie qui ne se réduit donc ni à l’idéal libéral d’une formation privée d’une opinion publique informée de manière rationnelle, impartiale et transparente ni à la critique marxiste d’un appareil idéologique monolithique entièrement contrôlé par les actionnaires des multinationales.

4En parvenant à atteindre ces trois objectifs, l’auteur propose, au passage, des pages remarquables sur la créativité sous-estimée de l’administration (p. 77 et suivantes) ou la nécessité de ne pas réduire l’espace public à l’espace médiatique et l’espace médiatique à l’espace télévisuel (p. 155 et suivantes) et offre une critique décapante de la notion d’empowerment (p. 226). Malgré tout, la perfection n’étant pas de ce monde, il laisse sans réponse quatre questions. La première est celle de la définition même de ce qu’est un problème public. Est-ce que tous les faits sociaux portés à la connaissance du public par une controverse médiatique deviennent des problèmes publics ? Pour être concret, est-ce que l’affaire Benzema (un joueur de football mis en examen pour complicité de tentative de chantage et participation à une association de malfaiteurs) qui a fait la une des journaux, déclenché de vifs débats dans la presse et vu un ministre prendre publiquement position est un problème public ? Et, dans un autre genre est-ce que l’affaire Sokal est un problème public ? Autrement dit, n’aurait-on pas intérêt à distinguer, dans les problèmes sociaux portés à la connaissance de l’opinion publique, ceux qui relèvent du politique et ceux qui relèvent d’autres catégories (sportifs, scientifiques, etc). La deuxième interrogation concerne l’espace. Plus précisément, la dimension territoriale des problèmes publics. Érik Neveu s’appuie principalement sur des problèmes nationaux. Or, l’espace public national n’a pas forcément les mêmes caractéristiques que l’espace public local ou international. Dans ces conditions, existe-t-il des caractéristiques spécifiques permettant de distinguer problèmes publics locaux, régionaux, nationaux, européens, mondiaux ? La troisième question porte sur le temps : combien de temps un problème social doit-il être présent à l’agenda médiatique pour devenir un problème public : une journée, une semaine, une année ? La dernière question est liée au contexte de lecture de cet ouvrage (le 22 mars 2016 à Bruxelles). Le terrorisme est-il un problème public ? Érik Neveu cite des dizaines d’exemples mais aucun n’est lié au terrorisme. Certes, les cinq opérations de construction d’un problème public peuvent se retrouver dans le terrorisme (identifier une cause, cadrage médiatique différent selon les aires culturelles, justification de la violence, mise à l’agenda médiatique, réponse des pouvoirs publics), mais n’y a-t-il pas, dans le terrorisme, une évidence sociale qui s’impose à tous ? A contrario, la volonté de terroriser donc de provoquer une émotion de repli sur soi plutôt qu’une réflexion critique, ne mériterait-elle pas une construction scientifique spécifique pour étudier ces stratégies de déstabilisation démocratique ?

5Si on reconnaît la qualité d’un livre aux réponses claires qu’il apporte et aux interrogations critiques qu’il nourrit, assurément cet ouvrage est de grande qualité. À lire absolument.

Haut de page

Pour citer cet article

Référence papier

Éric Dacheux, « Érik Neveu, Sociologie politique des problèmes publics », Questions de communication, 30 | 2016, 423-425.

Référence électronique

Éric Dacheux, « Érik Neveu, Sociologie politique des problèmes publics », Questions de communication [En ligne], 30 | 2016, mis en ligne le 13 mars 2017, consulté le 27 juillet 2017. URL : http://questionsdecommunication.revues.org/10907

Haut de page

Auteur

Éric Dacheux

Communication et sociétés, université Blaise Pascal Clermont-Ferrand, F-63000
eric.dacheux@univ-bpclermont.fr

Articles du même auteur

Haut de page

Droits d’auteur

Tous droits réservés

Haut de page