Navigation – Plan du site
Notes de lecture
Histoire, sociétés

Dominique Cardon, Antonio A. Casilli, Qu’est-ce que le digital labor ?

Bry-sur-Marne, Ina, coll. Études et controverses, 2015, 101 pages
Svetlana Dimitrova
p. 407-409
Référence(s) :

Dominique Cardon, Antonio A. Casilli, Qu’est-ce que le digital labor ?, Bry-sur-Marne, Ina, coll. Études et controverses, 2015, 101 pages

Texte intégral

1Cet ouvrage fait découvrir une séance des ateliers de recherche méthodologiques organisés par l’Ina. Lors de ce débat repris en intégral, deux sociologues, Antonio Casilli et Dominique Cardon, essaient de délimiter les réalités que la notion de digital labor recouvre. Il s’agit d’un ensemble de pratiques numériques, mais aussi d’un domaine de recherche relativement récent.

2Dans la première partie de cet opuscule, l’exposé d’Antonio Casilli propose une définition souple et dynamique de digital labor. La démonstration progressive de la manière dont se construit la notion met en évidence sa problématisation afférente. Il commence par souligner que le terme ne se prête pas facilement à une traduction en français. La signification littérale, travail numérique, pourrait induire en erreur. Non, il ne s’agit pas des personnes employées dans le secteur du numérique, ni des travailleurs des usines qui produisent les dispositifs qui servent à l’industrie du numérique. Nous devons plutôt nous situer en dehors des référents classiques de la production pour voir apparaître ce travail (p. 12). C’est autour des sociabilités ordinaires, les interactions quotidiennes médiatisées par les nouvelles technologies de l’information et de communication (ntic) que nous observerons ces activités, qui sont assimilables au travail parce que « productrices de valeurs, faisant l’objet d’un quelconque encadrement contractuel et soumis à des métriques de performance » (p. 13). Nos liens numériques deviennent ainsi marqués par le rapport à la production. Chaque post, chaque photo, chaque saisie, chaque connexion produit de la valeur. Ces activités sont aussi encadrées (par la mise en place de contraintes contractuelles) et mesurées (moyennant les indicateurs de réputation). Ce qui justifie la désignation des usages numériques ordinaires comme travail.

3Ce travail reste invisible, dispersé et dissimulé, d’où la difficulté à le faire reconnaître comme tel. Les fruits du digital labor ne sont pas que les contenus publiés. Les traces et les manifestations passives sont d’autant plus monétisables. Comme si on mettait au travail nos « liaisons numériques » et non nous-mêmes. Le digital labor dans sa définition développée sera « une contribution à faible intensité et à faible expertise mise à profit via des algorithmes et des fouilles de données » (p. 21). Mais il faudrait mettre sans cesse à jour la définition pour qu’elle soit opérationnelle pour analyser des réalités en mutation. Le domaine de recherche qui étudie le digital labor se développe en précisant de plus en plus ses propres limites et définitions, et devient de plus en plus apte à mettre en évidence sa face cachée. Conduits à se distancier de l’idée de « travail immatériel », à « rematérialiser » le digital labor, les chercheurs ont dû aussitôt prendre en compte les nuances. En effet, dans le cas des services proposés en ligne par exemple, le travail engage une dialectique entre matériel et immatériel.

4En outre, les marchés des médias numériques perturbent la notion même de travail. Le temps dédié à l’activité travaillée déborde. Nous avons l’impression d’être constamment en train de nous éduquer, de nous reposer un peu et en même temps de travailler. Le découpage précis de travail n’est plus en vigueur. Le consommateur travaille. Nous assistons à un bouleversement de la symétrie entre production et consommation. De plus, c’est le bouleversement même qui est au cœur de l’augmentation de la part de travail non rémunéré effectué par le « consommateur ». Ici, la définition de digital labor peut être encore actualisée : « un travail éminemment cognitif qui se manifeste à travers une activité informelle, capturée et appropriée dans un contexte marchand en s’appuyant sur des tâches médiatisées par des dispositifs numériques » (p. 31).

5La participation et la mise en commun sont valorisées, mais la valeur produite n’est pas répartie d’une manière égalitaire sur l’ensemble de la chaîne. Ce sont les propriétaires des plates-formes qui se l’approprient. Dans cette perspective critique, le digital labor serait interprété en termes d’exploitation qui, dans son acception classique, fait appel à l’aliénation. Sauf que, dans le cas des ntic, l’importante valeur produite à partir des contenus et des interactions numériques ne rend pas l’aliénation insupportable, car son extraction même se base sur les mêmes technologies qui sous-tendent les liens sociaux (entre l’usager-travailleur et sa communauté). Ce renversement, selon certains analystes critiques, constitue l’écran idéologique qui empêche ces travailleurs de prendre conscience de leur condition. Ils sont « exploités et heureux ». À défaut de statut judiciaire, les revendications en nombre croissant concernant les conditions de travail et la rémunération ne peuvent que se déguiser en « sauvegarde de la vie privée ». Il devient opportun d’arrêter de développer, pour un moment, la définition de digital labor, car on risque de s’éloigner des enjeux à portée de main déjà cernés : le fait de reconnaître le travail des utilisateurs des médias numériques comme tel, de désigner ses formes et ses contours, peut servir de base pour la mise en place de mesures redistributives et d’une fiscalité adaptée aux entreprises innovantes (p. 39).

6La contribution de Dominique Cardon complète le tableau. Tout d’abord, l’auteur attire l’attention sur les transformations de l’internet et les représentations des sciences sociales, ensuite, il insiste sur le manque de grandes enquêtes empiriques.

7L’internet semble devenu un cauchemar : pouvoir exorbitant des gafa (Google, Apple, Facebook, Amazon), régulation de l’expression en ligne, enfermement des usagers dans les méandres des plates-formes (p. 43). Dans le champ des travaux sur l’internet, deux conceptions s’opposent. Les enthousiastes de la première heure analysent le web en termes d’ouverture, participation, partage, activité ludique, plaisir. Avec le développement des grands empires, la massification de l’usage, le renforcement de la régulation, le net a commencé à ressembler davantage à une anomalie. Les plates-formes régies par les logiques marchandes accaparent les activités des internautes et les transforment d’une manière sournoise en travailleurs malgré eux. À travers leurs échanges et leurs contributions, ils produisent gratuitement une valeur. Les pratiques numériques s’économisent. Dès lors, il sera pertinent de mobiliser le paradigme de l’économie marxiste. Ici, Dominique Cardon met en garde contre la radicalisation de la posture critique qui pourrait, en combinant les arguments d’une théorie de l’exploitation avec ceux d’une théorie de l’aliénation, créer un trop grand écart entre le discours intellectuel et l’expérience des sujets. Selon l’auteur, le défi sociologique est de voir la manière dont s’opère le lien entre l’exploitation économique des internautes et leur désir de créativité (p. 100). Quelle sera cette théorie apte à expliquer la méconnaissance qui rend les acteurs aveugles à leur propre exploitation et aliénation ? Comment intégrer la critique sans la radicaliser ?

8Ce livre présente les acquis du digital labour, domaine de recherche en plein essor dans le monde anglo-saxon. L’un de ses mérites est d’en rappeler les principaux chercheurs, comme par exemple les pionniers, encore mal connus dans l’espace francophone : Trebor Scholz, auteur de la conférence « The Internet as playground and factory » (2009) reprise dans les actes Digital Labor. The Internet as playground and factory (New York, Routledge, 2012) et Christian Fuchs, auteur plus récemment d’un ouvrage majeur, Digital Labour and Karl Marx (New York, Routledge, 2014). Le débat va néanmoins au-delà d’une synthèse des travaux existants. Il interroge les possibles pistes de réflexion, utiles à la fois aux chercheurs et aux internautes, sans imposer un regard de surplomb. Sociologues, les deux auteurs laissent admettre que les acteurs savent des choses que les intellectuels peuvent ne pas connaître.

Haut de page

Pour citer cet article

Référence papier

Svetlana Dimitrova, « Dominique Cardon, Antonio A. Casilli, Qu’est-ce que le digital labor ? », Questions de communication, 30 | 2016, 407-409.

Référence électronique

Svetlana Dimitrova, « Dominique Cardon, Antonio A. Casilli, Qu’est-ce que le digital labor ? », Questions de communication [En ligne], 30 | 2016, mis en ligne le 13 mars 2017, consulté le 29 mai 2017. URL : http://questionsdecommunication.revues.org/10888

Haut de page

Auteur

Svetlana Dimitrova

Iris, EHESS, F-75013
svetdi@yahoo.fr

Haut de page

Droits d’auteur

Tous droits réservés

Haut de page