Navigation – Plan du site
Notes de lecture
Histoire, sociétés

Diane H. Bodart, Pouvoirs du portrait sous les Habsbourg d’Espagne

Paris, Éd. Institut national d’histoire de l’art, coll. L’Art et l’essai, 2011, 558 pages
Michael Palmer
p. 406-407
Référence(s) :

Diane H. Bodart, Pouvoirs du portrait sous les Habsbourg d’Espagne, Paris, Éd. Institut national d’histoire de l’art, coll. L’Art et l’essai, 2011, 558 pages

Texte intégral

1Ce bel ouvrage, issu d’une thèse de doctorat soutenue en 2003, peut être lu avec sur une table à côté, le « beau livre », Charles Quint, 1500-1558 dirigé par Hugo Soly (Arles, Actes Sud, 2000). Beauté et laideur préoccupent Diane Bodart, notamment par rapport à la relation entre l’apparence physique et le pouvoir. Les toiles du Titien – Tezziano Vecellio – consacrées à Charles Quint, à Philippe ii et à d’autres membres des Habsbourg, et en tout premier lieu à « Charles Quint à la bataille de Mûlberg » (1548), actuellement au Prado à Madrid, sont au cœur de sa réflexion sur le « pouvoir du portrait », et les « portraits des puissants ». Charles Quint aurait été tout à la fois le souverain le plus puissant et le plus laid d’Europe. Il souffrait d’une « prognathie mandibulaire », une malformation de la bouche procédant d’une débilité de la mâchoire forme la plus grave d’une tare qui affectait plusieurs membres des Habsbourg d’Autriche, et dont Charles Quint aurait pu hériter de son grand-père bourguignon, Charles le Téméraire.

2Fortement ancré dans l’histoire de l’art, cet essai bien documenté et illustré avec pertinence, éclaire ceux qui, dans les champs de l’information et de la communication, réfléchissent aux pouvoirs des symboles, à la représentation/re-présentation et monstration. Comment dépeindre un souverain au physique ingrat ? Titien, portraitiste prudent et habile dans l’art de masquer et d’idéaliser, ne donne-t-il pas le la que d’autres s’empressent de suivre ? Comment du reste éviter l’écueil entre ressemblance, idéalisation et transformation d’un défaut physique en signe de vertu, de gravitas ?

3L’auteure cerne avec subtilité les résonances trompeuses du mot « propagande ». L’accumulation de ses connotations depuis la Révolution française et les idéologies des xixe et xxe siècles forme une série de sédiments qui masque les notions liées à propagare, promotion et diffusion de la foi, foi chrétienne au demeurant. Si l’on suit avec bonheur ces précisions dans les premières pages du livre (pp. 9-32), on peut être moins enclin à le faire lorsque Diane Bodart scrute les notions de l’« usage public » et « privé » du portrait. Ou alors, est-ce que leur emploi en communication, suite à Karl Marx, à Jürgen Habermas et à leurs épigones, sied mal aux distinctions établies par les historiens entre les portraits et représentations officielles, destinées à être vus largement, et les portraits destinés aux souverains et à leurs proches ?

4L’ouvrage, ventilé en deux parties, comporte plusieurs mots clés dont « portrait du roi », « portait impérial », « rois de bronze et de marbre », « visage de l’empereur », « coloris », « image du roi ». La statuaire n’est pas négligée mais la toile est privilégiée. L’essentiel du corpus provient des xvie et xviie siècles. Titien était absent lors de la victoire de Charles Quint à Mühlberg en 1547 ; de même que le peintre Anthonis Mor, chargé par son fils, Philippe ii, de commémorer sa victoire à Saint-Quentin, n’était pas son témoin oculaire. Titien sait faire des « portraits à distance », tout comme Anthonis Mor, son « successeur ». Sa manière de faire représenter Charles Quint en empereur victorieux, de faire le portrait du roi d’Espagne en défenseur de la Chrétienté, inspirera beaucoup d’autres peintres. Diane Bodart parvient tout au long de l’ouvrage à convoquer son savoir des péripéties politiques, diplomatiques, militaires et religieuses de l’époque, à l’appui de sa connaissance des portraits de rois et empereurs, dans les collections d’art à travers l’Europe et aux États-Unis. L’histoire de l’art est sa préoccupation principale, certes ; elle cerne par exemple, la tension qu’il y a à représenter l’homme « connu », avec « l’idea del bello » comme le nomme Leon Battista Alberti en 1435, que le peintre se doit de donner. En Angleterre au xviie siècle, le tout-puissant Oliver Cromwell insistait pour qu’on le dépeigne tel qu’il était physiquement et qu’on ne cache pas ses verrues – « warts and all ». Rien de tel pour les portraitistes agréés de l’empire des Habsbourg. Le prognathisme de Charles Quint et de ses successeurs était à masquer, à atténuer. Dans les 32 représentations en couleur de « l’Album de famille », cahier central de Pouvoirs du portrait, le prognathisme n’est frappant – genre « warts and all » – que dans deux toiles de, ou d’après, Bernard van Orley, dépeignant Charles Quint jeune et imberbe. Diane Bodart déroule l’écheveau de considérations qui amena Charles Quint, entre 1529 et 1533 à modifier son « message visuel ». Titien devint son unique portraitiste après toute une série de modifications de son allure physique (il porte une barbe, cheveux coupés court), pour se conformer au modèle des empereurs de l’Antiquité et pour mieux se camper comme empereur universel.

5Pouvoirs du portrait fourmille de réflexions sur la représentation du pouvoir, aux xvie et xviie siècles. Dans une France républicaine où la photographie officielle du président engendre des débats plutôt oiseux, il convient de réfléchir à la force qu’exerçait jadis l’image de celui qui détenait le pouvoir.

Haut de page

Pour citer cet article

Référence papier

Michael Palmer, « Diane H. Bodart, Pouvoirs du portrait sous les Habsbourg d’Espagne », Questions de communication, 30 | 2016, 406-407.

Référence électronique

Michael Palmer, « Diane H. Bodart, Pouvoirs du portrait sous les Habsbourg d’Espagne », Questions de communication [En ligne], 30 | 2016, mis en ligne le 13 mars 2017, consulté le 20 novembre 2017. URL : http://questionsdecommunication.revues.org/10886

Haut de page

Auteur

Michael Palmer

Cim, université Sorbonne Nouvelle-Paris 3, F-75005
michael.palmer@univ-paris3.fr

Articles du même auteur

Haut de page

Droits d’auteur

Tous droits réservés

Haut de page