Navigation – Plan du site
Notes de lecture
Culture, esthétique

Myriam Watthee-Delmotte, Aude Bonord, éds, Le Sacré dans la littérature contemporaine. Expériences et références

Bern et al., P. Lang, coll. Recherches en littérature et spiritualité, 2015, 179 pages
Katherine Rondou
p. 398-401
Référence(s) :

Myriam Watthee-Delmotte, Aude Bonord, éds, Le Sacré dans la littérature contemporaine. Expériences et références, Bern et al., P. Lang, coll. Recherches en littérature et spiritualité, 2015, 179 pages

Texte intégral

1Myriam Watthee-Delmotte (université catholique de Louvain) et Aude Bonord (université d’Orléans) réunissent huit chercheurs issus d’universités françaises, belges et luxembourgeoises pour analyser le rapport au sacré des écrivains contemporains. Ces derniers s’inscrivent, en effet, dans une civilisation du livre, née d’une tradition religieuse. Plus précisément, les diverses communications reprises ici analysent la possibilité d’articuler les études littéraires et les formules diversifiées de l’inscription de la question spirituelle. Cette approche impose, par conséquent, de prendre en considération les multiples formes d’expression du sacré, de l’invisible au-delà du visible, du surnaturel. Parallèlement, les chercheurs se préoccupent du mode d’inscription de la littérature dans le patrimoine immatériel influencé, peu ou prou, par les religions. Un projet particulièrement ambitieux, dont nous comprenons aisément qu’il exige une forme ou l’autre de restriction. Les auteurs ont choisi de se « limiter » aux lettres françaises, anglo-américaines et hispano-américaines. Sans remettre en cause la nécessité d’une telle démarche, nous regrettons néanmoins que cette sélection géographique ne reçoive pas la moindre justification. Elle semble répondre simplement aux domaines d’intérêts et de compétences de l’équipe réunie par Myriam Watthee-Delmotte et Aude Bonord. Toutefois, restreindre une étude en fonction des auteurs, et non du sujet abordé, nous semble peu compatible avec une démarche scientifique. Une brève explication permettrait au lecteur de mieux comprendre les motivations des auteurs.

2L’ouvrage se divise en deux parties. La première, « La spiritualité comme expérience subjective » (pp. 5-81), s’attache aux différentes formes d’évocations non confessionnelles au sacré : le suspens du sens et de la dynamique d’initiation, les postures auctoriales sacrificielles ou prophétiques, et les figures de l’ascension.

3Dans « L’expérience littéraire contemporaine et le déplacement du sacré » (pp.7-32), Myriam Watthee-Delmotte démontre que si la sociologie constate un recul du religieux, une approche littéraire nuance, sans aucun doute possible, la situation. Le sacré sous-tend la vocation d’écriture des artistes contemporains et répond à l’horizon d’attente des lecteurs. Il se matérialise cependant sous des formes bien précises. Les romanciers de la seconde moitié du xxe siècle traduisent le sens de l’absolu de deux manières : l’expérience d’un certain suspens du sens, et l’obsession de la mort. Dans plusieurs textes, la chercheuse pointe également une dynamique d’initiation, qui limite le basculement dans le désespoir. Qu’elle privilégie la délectation morose ou le sens d’un possible accomplissement, la littérature contemporaine propose sa contribution au sacré sous la forme de l’energeia.

4« L’écrivain en figure d’absolu. À propos des écrits autobiographiques de Pierre Guyotat » (pp. 33-47) d’Aude Bonod démontre que les récits autobiographiques de Pierre Guyotat (né en 1940), Coma (Paris, Mercure de France, 2006) et Formation (Paris, Gallimard, 2007), s’éloignent de son habituelle production littéraire, aux relents de scandale : les deux textes sont profondément imprégnés de culture catholique (Bible et hagiographie). Sa réécriture des récits catholiques ne se limite cependant pas à de l’intertextualité, ou à des interprétations subversives. Le romancier français use des référents religieux afin de se fonder en tant que sujet dans l’histoire, de construire la légitimité du moi autobiographique et d’élaborer sa posture d’écrivain. Cette analyse minutieuse permet, ainsi, au lecteur, non seulement de mieux cerner la production de Pierre Guyotat, mais lui offre également, à travers l’exemple de l’écrivain français, de s’interroger sur les ambiguïtés des rapports de nombreux écrivains contemporains au mythe romantique de l’artiste maudit, et au concept de vocation.

5Pour sa part, Christophe Meurée (université catholique de Louvain) étudie dans « Prophétie et sacrifice. À partir de Rosie Carpe de Marie Ndiaye » (pp. 49-68) les références bibliques à l’œuvre dans Rosie Carpe (Paris, Éd. de Minuit, 2001) de Marie Ndiaye (née en 1967). Le roman recourt à deux motifs religieux qui s’éclairent l’un l’autre : le sacrifice et la prophétie. La configuration temporelle s’imprègne largement de l’économie sacrificielle dans tout le roman, et le motif prophétique apparaît dans la seconde partie de l’œuvre. Celui-ci renverse les attendus initiaux et confronte le lecteur à un épilogue peu clair. L’articulation de ces deux motifs (sacrifice et prophétie) autour de la problématique du rachat, également au cœur de Rosie Carpe, permet, ainsi, à Christophe Meurée de définir les mécanismes par lesquels Marie Ndiaye intègre, dans son œuvre, ses préoccupations liées à l’avenir.

6Dans « Les figures de l’ascension : une métaphore roualdienne de la quête spirituelle » (pp. 69-81), Sylvie Freyermuth (université du Luxembourg) analyse l’œuvre de Jean Rouaud (né en 1952). Les deux premières époques d’écriture de l’artiste, « Cycle de Minuit » et « Cycle de la liberté de l’écrivain », retracent le parcours initiatique de l’auteur-narrateur, de l’enfance bouleversée par la mort du père, à l’alliance de l’amour, du beau et du bien. Une quête spirituelle soutenue par le motif récurrent de l’ascension, des ténèbres à la lumière, de l’enfant endeuillé à la création littéraire.

7La seconde partie, « L’inscription des références communautaires » (pp. 83-153), analyse les modalités d’inscriptions de la Bible, référence communautaire fondamentale en Occident. Les contributions de cette section examinent les divergences relatives à l’utilisation du texte biblique dans les lettres anglophones d’Amérique du Nord et latines d’Amérique du Sud. Les chapitres consacrés à l’Europe dégagent, sur la base de cas particuliers, un éclatement interprétatif de la tradition biblique et, paradoxalement, une instrumentalisation de la même tradition à des fins éducatives rassurantes.

8Dans « La Bible dans la littérature américaine : la lettre et l’esprit » (pp. 85-97), Kathie Birat (université de Lorraine) définit l’influence des textes bibliques sur les lettres américaines, en partant de l’examen minutieux de la place de la spiritualité chrétienne dans la construction des États-Unis et dans l’élaboration de ses mythes fondateurs. Plus précisément, Kathie Birat démontre, sur la base des romans de William Faulkner (1897-1962), comment une spiritualité vécue à un niveau inconscient influence l’élaboration des personnages. La chercheuse s’appuie, ensuite, sur des exemples plus contemporains, afin de mieux saisir l’évolution de cette présence de la spiritualité et de son rapport avec le mythe d’une mission divine. Kathie Birat se focalise alors plus spécifiquement sur Paul Auster (né en 1947) – qui use régulièrement de l’ironie afin de maintenir cette spiritualité à distance – et Russell Banks (né en 1940), dont le portrait fictionnel de l’Américain moyen se nourrit d’une forme identique de spiritualité.

9Dans « Littérature et tradition biblique en Argentine » (pp. 99-112), le dessein de Daniel Attala (université de Bretagne-Sud) n’est pas de dresser un inventaire exhaustif des œuvres littéraires argentines inspirées des textes bibliques, mais d’attirer l’attention de la critique littéraire sur l’existence d’une telle production, et sur l’intérêt d’une analyse systématique de ce corpus. Daniel Attala rappelle les carences de la recherche dans ce domaine, et souligne, à travers divers exemples issus de la littérature argentine de l’époque coloniale à nos jours, les enjeux intertextuels originaux, par rapport au contexte dans lequel les œuvres sont apparues (colonisation du territoire et de la population, distance entre la colonie et sa métropole, confrontation d’une civilisation de l’écrit et d’une civilisation de l’oralité, etc.).

10Geneviève Fabry (université catholique de Louvain) étudie, dans « La Bible dans la littérature hispano-américaine contemporaine : entre désacralisation et profanation » (pp. 113-128), le statut de la Bible, comme texte sacré, dans ses rapports avec deux textes littéraires hispano-américain : La Guerre de la fin du monde (Paris, Gallimard, 1981) de Mario Vargas Llosa (né en 1936) et L’Opération d’amour (Paris, Gallimard, 2006) de Juan Gelman (1930-2014). Le premier ouvrage, un roman, se réfère très régulièrement au texte biblique, sur le mode du détournement et de la carnavalisation. Le référent religieux ne se limite cependant pas à la désacralisation, et Mario Vargas Llosa reconnaît le savoir anthropologique de la Bible. Dans la seconde œuvre étudiée (un poème), l’intertexte biblique apparaît comme l’altérité, par une réactivation du contraste entre profane et sacré. Celui-ci transparaît dans l’énonciation elle-même. Le poème ménage un espace où la profanation demeure possible, en résistance à la constitution d’un système absolument improfanable : le capitalisme tardif. L’article démontre ainsi comment le sacré associé à la Bible par une longue tradition de lecture se transforme par le biais de l’intertextualité.

11Hans Ausloos (université catholique de Louvain), dans « La lecture du Cantique des Cantiques et ses résurgences culturelles » (pp. 129-140), décompose l’évolution des interprétations du poème vétérotestamentaire. Sans doute compris de manière anthropologique à sa rédaction, le Cantique se lit, ensuite, comme une allégorie théologique, qui inspire les arts pendant des siècles. Hans Ausloos repère toutefois une modification au début du xxe siècle : les artistes reviennent à l’interprétation anthropologique, rapidement abandonnée pour une allégorie anthropologique.

12Enfin, « Abécédaires d’hier et d’aujourd’hui. Ou la mise en ordre du monde sur le modèle de la Genèse » (pp. 141-153) de Danièle Henky (université de Strasbourg) étudie les vestiges de l’empreinte biblique, pour le jeune lecteur contemporain, dans l’une des plus anciennes formes de livres proposés à la jeunesse occidentale : l’abécédaire. Ces textes portent en effet la marque, depuis le Moyen Âge, des valeurs culturelles et spirituelles de la Bible.

13L’ouvrage comporte également deux annexes, qui proposent un bilan instructif de la recherche dans le domaine qui nous préoccupe : « Quarante ans de recherche en littérature et spiritualité à Metz » (pp. 157-160) de Gérard Nauroy (université de Lorraine) et « Figures et formes de la spiritualité dans la littérature et les arts : une dynamique scientifique » (pp. 161-165) de Myriam Watthee-Delmotte.

14Les études qui constituent Le sacré dans la littérature contemporaine. Expériences et références se justifient pleinement, malgré la laïcisation des instances politiques et culturelles. En effet, les lettres continuent à traduire des quêtes spirituelles individuelles et à puiser dans des références religieuses partagées, en dépit des progrès du rationalisme : le sujet de l’essai reste donc pleinement d’actualité. De plus, le choix de collaborateurs issus de champs de compétences diversifiés favorise une étude étendue des articulations contemporaines entre littérature, discours religieux et quêtes spirituelles. Les diverses communications rappellent la place prépondérante de la spiritualité au cœur de la construction identitaire (collective ou individuelle), et ce au sein même de l’institution littéraire. La réflexion sur la transcendance amène, effectivement, le lecteur à s’interroger sur les pouvoirs de la littérature et sur le statut de l’écrivain. Des études passées (Olivier Nora, Paul Bénichou) ont, certes, déjà analysé l’effritement progressif de l’image de « l’écrivain grand homme » au xxe siècle, mais la présente publication dépasse ces travaux, et s’interroge sur la possibilité de voir ce bouleversement nourrir la quête spirituelle des écrivains. Les différentes études tendent ainsi à définir une nouvelle recherche de suprématie, non plus sociale, mais spirituelle. Nous ne pouvons donc qu’espérer la prochaine publication de compléments aux importants questionnements soulevés par les auteurs, questionnements qui ne pouvaient évidemment s’épuiser dans un seul volume. Il serait également intéressant de transférer ces diverses interrogations en dehors de l’aire géographique « restreinte » couverte par cet ouvrage. Nous regrettons toutefois que certaines communications (Myriam Watthee-Delmotte, Katie Birat, Hans Ausloos, Danièle Henky) ne précisent pas plus clairement le corpus d’étude. Cette démarche permettrait au lecteur de mieux saisir l’ampleur des phénomènes analysés et favoriserait son adhésion totale aux conclusions des chercheurs.

Haut de page

Pour citer cet article

Référence papier

Katherine Rondou, « Myriam Watthee-Delmotte, Aude Bonord, éds, Le Sacré dans la littérature contemporaine. Expériences et références », Questions de communication, 30 | 2016, 398-401.

Référence électronique

Katherine Rondou, « Myriam Watthee-Delmotte, Aude Bonord, éds, Le Sacré dans la littérature contemporaine. Expériences et références », Questions de communication [En ligne], 30 | 2016, mis en ligne le 13 mars 2017, consulté le 23 septembre 2017. URL : http://questionsdecommunication.revues.org/10873

Haut de page

Auteur

Katherine Rondou

Université libre de Bruxelles, université de Mons, B-1050
krondou@gmail.com

Articles du même auteur

Haut de page

Droits d’auteur

Tous droits réservés

Haut de page