Navigation – Plan du site
Notes de lecture
Culture, esthétique

Florian Vörös, dir., Cultures pornographiques. Anthologie des porn studies

trad. de Maxime Cervulle, Marion Duval, Clémence Garrot, Lee Lebel-Canto, Fred Pailler et Nelly Quemener, Paris, Amsterdam, 2015, 320 pages
Jean Zaganiaris
p. 397-398
Référence(s) :

Florian Vörös, dir., Cultures pornographiques. Anthologie des porn studies, trad. de Maxime Cervulle, Marion Duval, Clémence Garrot, Lee Lebel-Canto, Fred Pailler et Nelly Quemener, Paris, Amsterdam, 2015, 320 pages

Texte intégral

1Longtemps stigmatisées comme un objet indigne de la recherche, les productions pornographiques connaissent actuellement un fort regain d’intérêt dans la communauté scientifique. L’ouvrage dirigé par Florian Vörös a pour objectif de présenter au public francophone certains des textes fondateurs des porn studies, traduits de l’anglais, et de montrer la pertinence de ces approches. C’est dans le monde anglo-saxon qu’un certain nombre de chercheuses et chercheurs se sont mis à voir la pornographie comme une forme de production culturelle objectivable et non pas comme une déviance, en prenant leur distance avec certains discours moralisateurs et puritains du mouvement féministe anti-pornographie. Loin de faire de la sexualité et des images pornographiques « le premier lieu de l’oppression des femmes » (p. 9), Florian Vörös souligne que les porn studies proposent de nouvelles façons de penser « la construction sociale des identités sexuelles, raciales et de genre » (p. 9). Les représentations de la sexualité, des organes génitaux, des façons de jouir, sont multiples dans les productions pornographiques ; tout autant que les réceptions de ces images ou de ces discours par les différents publics : « C’est alors l’expérience du plaisir, et surtout du plaisir ambivalent que procurent les représentations sexuelles politiquement incorrectes, qu’il s’agit d’explorer » (p. 13).

2« Comment se saisir de la pornographie », le texte de Laura Kipnis (pp. 27-44) prône la reconnaissance des objets pornographiques au sein du monde académique : « Il faut s’y intéresser, parce qu’elle n’a de cesse de parler de nous, des racines de notre culture et des recoins les plus obscurs de notre subjectivité » (p. 27). La pornographie serait chargée « d’éloquence » et porterait même des « valeurs rédemptrices ». De ce point de vue, elle intéresse autant la philosophie politique que les études sur les médias. Toutefois, les images pornographiques ne représentent pas la réalité. C’est en tant que production fictionnelle qu’elle doit être objectivée et qu’elle nous aide à penser la réalité sociale, y compris à partir des espaces utopiques qu’elle construit. De nombreux textes du recueil appuient cette thèse, notamment « Le porno gay, un genre filmique corporel et narratif » de Richard Dyer (pp. 45-60) ou bien « La frénésie du visible. Pouvoir, plaisir et savoir pornographique moderne » de Linda Williams (pp. 83-110). À partir d’un regard sur l’histoire du cinéma, cette dernière situe la représentation des corps nus dans cette « frénésie du visible » (p. 85) rendue possible par le développement des technologies. Cela ne signifie pas pour autant que la nudité montrée par l’image permet de voir ces corps nus tels qu’ils sont : « L’intensification et “la frénésie” du visible en viennent, avec l’invention de “machines du visible” au xixe siècle, à créer des formes d’aveuglement très particulières » (p. 110). Bien souvent, les images pornographiques ne peuvent rendre compte de la réalité du plaisir féminin, surtout lorsqu’elles sont produites à partir d’un regard hétéro-normé ou colonialiste. C’est ce que montrent les textes « Que dit-on d’une lesbienne aux doigts longs. Le développement de la pornographie lesbienne et gouine » de Heather Butler (pp. 161-193), « Lire le fétichisme racial. Les photographies de Robert Mapplethorpe » de Kobena Mercer (pp. 111-159) et « Quand l’obscénité tombe entre de mauvaises mains. Cartes postales et expansion de la pornographie en Grande-Bretagne et dans le monde atlantique (1880-1914) » de Lisa Sigel (pp. 197-224). Ces deux articles indiquent de quelle façon les corps noirs sont « racialisés » par le regard des colonisateurs européens. Toutefois, celui de Kobena Mercer a le mérite de problématiser heuristiquement certaines apories des post colonial studies, notamment les discours relatifs à l’hégémonie de « l’homme blanc » décrit de façon uniforme et homogène. Après avoir reproché à Robert Mapplethorpe de porter un regard néo-colonial sur la nudité des corps noirs, Kobena Mercer propose une autre lecture sémiologique de ses photographies, prenant en compte les propos tenus par l’artiste au sujet de ses intentions et sa propre posture d’interprète noir et gay : « L’enjeu n’est donc pas de savoir si la réponse peut être trouvée dans les intentions de l’auteur, mais bien le rôle tout aussi crucial du lecteur ou de la lectrice et de sa façon d’attribuer à l’auteur une certaine intentionnalité » (p. 132). Il s’agit de saisir, par-delà tout symbolisme psychanalytique ou projection anthropocentrique, la façon dont un artiste représente la crudité de la chair, la violence du désir suscité par les corps exhibés.

3Comme le souligne Susanna Paasonen dans « Étranges promiscuités. Pornographie, affects et lecture féministe » (pp. 61-80), l’un des textes les plus intéressants de ce florilège, les discours pornographiques créés des pornotopies, c’est-à-dire « des mondes merveilleux du désir libre et débordant, de l’abondance des corps et des plaisirs » (p. 71). C’est dans ce cadre transgressif et fictionnel qu’il s’agit de penser les catégories de genre, de classe et de « race », en insistant moins sur les adéquations et les inadéquations entre les discours pornographiques et la réalité que sur les expérimentations sexuelles qui attirent les personnages ainsi que les pertes de contrôle des corps exhibés et des regards portés sur eux par les différents publics.

Haut de page

Pour citer cet article

Référence papier

Jean Zaganiaris, « Florian Vörös, dir., Cultures pornographiques. Anthologie des porn studies », Questions de communication, 30 | 2016, 397-398.

Référence électronique

Jean Zaganiaris, « Florian Vörös, dir., Cultures pornographiques. Anthologie des porn studies », Questions de communication [En ligne], 30 | 2016, mis en ligne le 13 mars 2017, consulté le 20 novembre 2017. URL : http://questionsdecommunication.revues.org/10866

Haut de page

Auteur

Jean Zaganiaris

Cresc, École de gouvernance et d’économie de Rabat, université Mohammed VI polytechnique, MA-10112
zaganiaris@yahoo.fr

Articles du même auteur

Haut de page

Droits d’auteur

Tous droits réservés

Haut de page