Navigation – Plan du site
Notes de lecture
Culture, esthétique

Cédric Passard, L’Âge d’or du pamphlet (1868-1898)

Paris, CNRS Éd., 2015, 358 pages
Christian Pradié
p. 393-395
Référence(s) :

Cédric Passard, L’Âge d’or du pamphlet (1868-1898), Paris, CNRS Éd., 2015, 358 pages

Texte intégral

1Après la confection d’histoires générales et d’analyses de la couverture d’événements, une des voies employées par l’historiographie contemporaine de la presse écrite s’inspire d’un regard plus appuyé porté sur l’identification des genres éditoriaux. Malgré le travail considérable effectué à l’occasion de la publication de La Civilisation du journal (Dominique Kalifa, Philippe Régnier, Marie-Ève Therenty, Paris, Nouveau Monde Éd., coll. Opus magnum, 2011), qui recense et éclaire de façon remarquable la complexité des multiples projets d’écriture journalistique, la place demeurait à occuper pour une recherche minutieuse consacrée à une présentation historique et littéraire du pamphlet, genre tout à fait bien représenté dans la tradition intellectuelle française. C’est cette tâche qu’accomplit avec réussite Cédric Passard, maître de conférences à l’iep de Lille et chercheur au Centre d’études et de recherches administratives, politiques et sociales, en se concentrant sur son « âge d’or », compris entre 1868 et environ 1900, où prolifère l’expression d’auteurs, dont il fallait retracer les caractères d’ensemble, sous l’angle des traits d’une activité journalistique située dans les domaines de la production littéraire et documentaire mais aussi de l’expression et de l’action politiques.

2La démarche privilégiée est celle d’une analyse particulièrement attachée à la description des parcours biographiques et éditoriaux des principaux pamphlétaires – la présentation prosopographique de douze d’entre eux figure dans des fiches détaillées au sein du chapitre 2 (pp. 64-83) –, précédée d’une généalogie des écrits pamphlétaires examinée au long du xixe siècle. Une certaine abondance de citations peut, à ce stade, ravir le lecteur en lui permettant de constater à quel point, sous la forme d’une rédaction rhétorique souvent remarquable de finesse, l’auteur du pamphlet s’interroge sur la portée de son intervention personnelle. Plusieurs autres chapitres détaillent les figures typiques du genre puis la diversité des cultures politiques et des formes d’engagement et, enfin, les problèmes de la confrontation avec le droit, notamment après la loi de 1868 et, particulièrement, à la suite de l’élaboration de celle de 1881.

3Cédric Passard tient à souligner la force d’une tension de l’expression vers une « transgression des limites de l’espace politique et moral » (p. 123), pouvant mener jusqu’aux difficultés du « langage totalitaire », tant la volonté de dévoilement peut menacer le secret de la vie privée. Par ailleurs, il identifie la puissance de l’« arme du rire » (p. 144) propre au pamphlet, qui, en recherchant la dénonciation de « la confusion et la violence du monde », se distingue de l’objectif purement humoristique du genre satirique. Tout en se tenant à distance, pour la plupart, d’une carrière politique et de l’exécution en particulier de mandats parlementaires, les pamphlétaires se trouvent confrontés à l’« épreuve du droit » (p. 262), lorsque survient la possibilité de sanctions dues aux restrictions à la liberté d’expression, prévues, suivant des termes sévères dans la loi de 1868, puis selon un régime bien plus libéral d’après la loi de 1881, d’autant que, résume l’auteur, les jurys populaires peuvent se montrer indulgents, alors que le pouvoir craint, quant à lui, un trop fort écho public de poursuites judiciaires.

4L’enquête accomplie par Cédric Passard parvient à constituer une monographie de qualité mais échoue un peu à représenter une théorisation suffisante de son objet. Une mise en contexte plus rigoureuse, avant tout, aurait été nécessaire de façon à mettre en place un ensemble de notions même élémentaires sur les groupements de journaux et d’entreprises éditoriales de l’époque ou encore sur les familles de pensée politique et morale, mais aussi sur les lois organisant les libertés de l’expression et de l’action publiques, avec les dispositions réglant l’usage des droits d’association, de réunion, d’affichage, de publicité des opinions, etc., et, plus encore, une introduction à la notion de politiques de l’espace public, conduites par des exercices du pouvoir politique aussi divers que la République et l’Empire, à un moment particulièrement mouvant de la succession des régimes institués.

5Surtout, bien qu’il soit établi que la forme originale employée visant à la « publicisation de la politique » (p. 291) revient à renforcer la « formation d’opinions critiques », la politisation pamphlétaire est estimée, de façon certainement excessivement schématique, relever, en définitive, suivant l’expression forgée par Pierre Rosanvallon, d’un développement de l’action publique propre à une « contre-démocratie », en présentant, trop loin de formes conventionnelles, un visage « plus sombre, moins noble » de la participation à l’espace public. Par conséquent, le développement du pamphlet aurait à être considéré par le chercheur comme apparaissant contraire aux « perspectives, comme celles d’Habermas, qui tendent à restreindre l’espace public au débat rationnel et éclairé des élites sociales » (p. 291). Ici, la catégorisation ne convainc pas, en tendant trop à assimiler l’initiative des pamphlétaires à une transgression, suspecte de déviance, souvent analysée comme une sorte de « délinquance », mais surtout en ramenant la proposition de Jürgen Habermas à un constat figé de la participation d’« élites » favorisées capables de produire un échange rationnel, sans restituer pleinement la dimension dynamique d’un processus ouvert dans la société parvenant à faire émerger le débat raisonné de la confrontation considérablement conflictuelle, conduisant en fin de compte à une rationalité publique parce que collective.

6De même, la parole pamphlétaire ne relèverait que d’un « tiers-lieu » (p. 286), situé ailleurs en regard des manifestations centrales de la vie politique, apparaissant comme « compartimentalisée » en une « soupape de décompression » opposée à un espace politique officiel concentrant, à lui seul, le « processus de civilisation des mœurs », sa régulation ne donnant lieu en définitive qu’à une situation « bricolée », issue de braconnages des auteurs pamphlétaires face à des « tentatives juridiques » de maîtrise des abus de la liberté d’expression. Ici, une prise en compte plus appuyée de l’impact du phénomène pamphlétaire dans le cours de l’histoire du droit, à travers les processus de formation de la doctrine législative ou encore de l’évolution des options de la jurisprudence civile – en regard des défis remarquables, d’une part, de la censure impériale et, d’autre part, de la violence des épisodes de la Commune de Paris et des attentats des mouvances anarchistes – aurait été précieuse.

7Enfin, au stade de la conclusion de son étude, l’auteur se penche sur l’explication à donner sur les conditions de la survenue d’un « crépuscule pamphlétaire » (p. 293), mais en paraissant négliger les pistes offertes par la simple chronologie politique amenant à se référer aux étapes de la formation des organisations partisanes, qui au moment de l’avènement en France de la Troisième République, parviennent, en achevant leur structuration institutionnelle, à procurer aux analystes souvent donc isolés de la vie publique le cadre plus collectif d’une intervention civique. Cette perspective aurait de plus pu permettre de rattacher l’optique développée en conclusion aux enjeux d’une construction plus approfondie de la connaissance des moyens d’expression organisés par les partis politiques en rapport avec l’élaboration de doctrines de la propagation des courants idéologiques, alors que celle-ci, située à la frange des domaines des sciences de l’information et de la communication et de la science politique, se révèle encore trop faible au sein des projets de recherche.

8En choisissant de s’intéresser à l’âge d’or, en France, du pamphlet, Cédric Passard mène à bien une étude rigoureuse, dans l’ensemble, de son objet, mais manquant donc globalement de la maîtrise d’une inscription dans les aspects multiples de son époque. Cependant, il parvient aussi à ce résultat rare qui est de fournir au lecteur le goût prononcé de poursuivre une découverte prolongée et riche de plaisir envers l’univers intellectuel et rhétorique qu’il a choisi d’aborder.

Haut de page

Pour citer cet article

Référence papier

Christian Pradié, « Cédric Passard, L’Âge d’or du pamphlet (1868-1898) », Questions de communication, 30 | 2016, 393-395.

Référence électronique

Christian Pradié, « Cédric Passard, L’Âge d’or du pamphlet (1868-1898) », Questions de communication [En ligne], 30 | 2016, mis en ligne le 13 mars 2017, consulté le 25 septembre 2017. URL : http://questionsdecommunication.revues.org/10858

Haut de page

Auteur

Christian Pradié

Cim-mcpn, université Sorbonne Nouvelle – Paris-3, F-75005
cpradie@orange.fr

Haut de page

Droits d’auteur

Tous droits réservés

Haut de page