Navigation – Plan du site
Notes de lecture
Culture, esthétique

Alain Montandon, dir., Dictionnaire du dandysme

Paris, H. Champion, coll. Dictionnaires et références, 2016, 723 pages
Katherine Rondou
p. 389-391
Référence(s) :

Alain Montandon, dir., Dictionnaire du dandysme, Paris, H. Champion, coll. Dictionnaires et références, 2016, 723 pages

Texte intégral

1Professeur émérite de littérature générale et comparée à l’université Blaise-Pascal (Clermont-Ferrand) et membre honoraire de l’Institut universitaire de France, Alain Montandon a réuni une équipe internationale de quarante-cinq chercheurs – principalement des spécialistes du xixe siècle – afin de mener à bien l’élaboration du Dictionnaire du dandysme. L’ouvrage s’organise en quatre sections de longueurs inégales, dont les articles se présentent alphabétiquement : Notions (vingt-huit articles), Personnes (trente-neuf articles), Attributs (six articles) et Personnages (seize articles). L’ouvrage comporte une bibliographie générale, en fin de volume (pp. 699-705), complétée par une bibliographie particulière pour chaque notice, permettant au lecteur d’approfondir aisément ses connaissances.

2Notions (pp. 19-230) regroupe diverses tendances habituellement associées au dandy (argent, décadence, vampire). Ces premières études rappellent, entre autres éléments, l’anglomanie à la mode au début du xixe siècle (pp. 21-29), dans laquelle s’inscrit la fascination exercée par le premier dandy historique George Brummel (1778-1840) (pp. 313-328). Boulevards (pp. 80-86) situe le personnage dans son « milieu naturel », l’espace urbain des grandes capitales, principalement Paris et Londres, où il exerce son pouvoir séducteur. À travers les diverses contributions, le lecteur se familiarise avec les gestes, l’attitude, le code précis qui désignent le dandy parmi la foule (Élégance, pp. 134-136). Impassible, stoïque (pp. 137-143), ce dernier ne laisse percer la moindre émotion, signe de son éminente supériorité et de son refus de communiquer, et construit ainsi le mystère qui séduit sa proie. Narcissique à l’extrême (pp. 196-197), le dandy se suffit à lui-même et, par conséquent, ne ressent pas le besoin de plaire à tout prix (pp. 48-53). Il met en place une stratégie de l’insolence, mais limitée par certaines convenances. Il se distingue par conséquent du snob (pp. 205-210), puisqu’il ne cherche en aucun cas à s’intégrer, mais à voir respecté son droit à une singularité inaliénable (pp. 198-199). L’intérêt principal de cette section consiste à rappeler au lecteur que le dandysme ne se limite pas à une recherche effrénée d’élégance, mais s’inscrit dans une réelle métaphysique : nous y reviendrons.

3Personnes (pp. 231-584), section la plus développée, présente divers individus – réels – qualifiés, à un moment ou à un autre de leur existence, du terme « dandy » (Honoré de Balzac, Aubrey Beardsley, Oscar Wilde). La structuration de ce catalogue de « vrais dandys » pose d’emblée la question de la définition du terme : quels paramètres permettent l’identification d’un tel « spécimen » ? S’imposent immédiatement le souvenir de George Brummel, que nous évoquions plus haut, et les diverses « notions » du chapitre précédent. Toutefois, l’une des caractéristiques intrinsèques du dandy demeure son originalité et il reste parfois difficile d’appliquer le canevas théorique à la réalité des faits. Cette problématique occupe le cœur de l’article Avatar (pp. 70-79) du premier chapitre, et prépare les études plus biographiques de la deuxième section. Alain Montandon y analyse notamment les divers modèles inspirés du mythe brummelien : les Beaux, les Bucks, les Fascionables. Outre une évidente meilleure perception du dandysme, ces notices plus biographiques nourrissent régulièrement l’histoire des idées sur d’autres plans. L’article Disraeli (pp. 383-385), par exemple, revient sur la complexité des rapports du premier ministre de la reine Victoria avec le judaïsme, le monde politique anglais et la littérature.

4Attributs (pp. 585-620), le plus succinct des chapitres, s’attarde sur les six emblèmes traditionnels du dandy : la canne, le cigare, la cravate, les fleurs, les gants et l’habit noir. Autant de signes extérieurs d’élection, qui, par leur mise en scène originale (choix du tissu, des couleurs, etc.), dessine une frontière visuelle entre le dandy et le reste de la société. Cette étude minutieuse de la garde-robe et du code vestimentaire des dandys permet surtout au lecteur de comprendre qu’au-delà d’un premier message évident – la tenue hors-normes signifie matériellement la remise en cause des coutumes –, le vêtement offre au dandy de manifester son essence indéfinissable. Les articles confirment donc les conclusions des sections précédentes : le personnage reste insaisissable et mystérieux.

5Enfin, la dernière section, Personnages (pp. 621-688), s’attache aux dandys de fiction : Des Esseintes, Don Juan, Rastignac, etc. Un catalogue qui pourrait se révéler très utile au comparatiste désireux d’étudier le motif littéraire du dandy. Nous retenons particulièrement l’article consacré au mythe de Don Juan (pp. 629-633). Marie-Christine Natta (docteure en littérature française, université Paris-Est Créteil-Val-de-Marne) dégage points de convergence et de divergence entre le thème de Don Juan et le motif du dandy. Issues d’un texte fondateur, El Burlador de Sevilla (1630) de Tirso de Molina (1579-1648), les multiples réécritures de Don Juan se structurent systématiquement autour de trois composantes principales : la séduction, les femmes et la mort. Par essence moins circonscrit qu’un thème, le motif du dandy est constitué d’une nébuleuse de caractéristiques (froideur, détachement, élégance, etc. : nous retrouvons les Notions précédemment évoquées), plus difficiles à hiérarchiser. Tous deux, toutefois, comportent une dimension héroïque : ils dominent leurs contemporains par leur séduction et leur orgueil, voire leur mépris. Ils remettent en cause la tradition et, par leur refus de fonder une descendance, dénoncent les illusions de la postérité. Notons cependant que le dandy se contente de bousculer l’ordre établi, là où Don Juan encourt la damnation pour avoir défié Dieu.

6La persistance du dandy dans l’imaginaire collectif justifie l’élaboration d’une énième étude dédiée au personnage, et plus particulièrement la publication d’un ouvrage de synthèse, en raison du foisonnement de la littérature consacrée au sujet. Certes, l’équipe réunie par Alain Montandon ne prétend pas à l’exhaustivité, néanmoins la forme choisie (un dictionnaire) facilite, par la diversité des entrées, les pérégrinations du lecteur. En effet, l’ouvrage permet indubitablement de mieux saisir les contours d’une figure, qui se distingue par la recherche assidue du beau dans sa propre personne et l’affirmation de sa distinction. Les diverses contributions décryptent minutieusement le comportement du dandy, romantique ou décadent : la distanciation des normes sociales, l’impertinence, la froideur, l’ostensible désabusement, la religion du bon goût. L’un des intérêts majeurs du Dictionnaire du dandysme consiste à dépasser l’image d’Épinal, qui enferme le dandy dans sa seule recherche extrême d’élégance, pour préciser l’existence d’une réelle métaphysique du personnage. Le plus souvent mâle et célibataire (pp. 87-92), le dandy méprise la femme et n’envisage de beauté que masculine, avec l’évidente tentation homosexuelle, mais apparaît lui-même comme un individu efféminé narcissique. La section Personnages le rappelle d’ailleurs à plusieurs reprises : le dandy de fiction présente des traits androgyniques (Dorian Gray, Cyril Graham, Des Esseintes, Henry de Marsay), et cette ambiguïté, où se mêlent féminité et virilité, explique très certainement la fascination exercée par le personnage. Ces composantes contradictoires invitent à considérer le dandy à travers le prisme des gender studies (Genre(s), pp. 166-171), puisque certaines auteures (Rachilde, Colette, Virginia Woolf, George Sand) ont revendiqué le dandysme, pour elles-mêmes ou leurs héroïnes. Le Dictionnaire du dandysme constitue donc une contribution majeure à l’histoire des mentalités et à l’histoire littéraire, principalement pour le xixe siècle.

Haut de page

Pour citer cet article

Référence papier

Katherine Rondou, « Alain Montandon, dir., Dictionnaire du dandysme », Questions de communication, 30 | 2016, 389-391.

Référence électronique

Katherine Rondou, « Alain Montandon, dir., Dictionnaire du dandysme », Questions de communication [En ligne], 30 | 2016, mis en ligne le 13 mars 2017, consulté le 25 septembre 2017. URL : http://questionsdecommunication.revues.org/10856

Haut de page

Auteur

Katherine Rondou

Université libre de Bruxelles, université de Mons, B-1050
krondou@gmail.com

Articles du même auteur

Haut de page

Droits d’auteur

Tous droits réservés

Haut de page