Skip to navigation – Site map
Notes de lecture
Culture, esthétique

Clément Dessy, Valérie Stiénon, dirs, (Bé)vues du futur. Les imaginaires visuels de la dystopie (1840-1940)

Villeneuve-d’Ascq, Presses universitaires du Septentrion, coll. Littératures, 2015, 306 pages
Jean-Louis Clément
p. 384-386
Bibliographical reference

Clément Dessy, Valérie Stiénon, dirs, (Bé)vues du futur. Les imaginaires visuels de la dystopie (1840-1940), Villeneuve-d’Ascq, Presses universitaires du Septentrion, coll. Littératures, 2015, 306 pages

Full text

1Le renseignement n’est pas donné, mais il apparaît, à la lecture, que cet ouvrage pourrait être la publication des actes d’un colloque dont le thème est pionnier : l’étude des dystopies qui sont des utopies ayant échoué ainsi que l’écrit avec pertinence Laurent Bazin (p. 229). Les utopies présentent l’Avenir comme un horizon radieux ; les dystopies le dénoncent sur le mode apocalyptique, étant entendu que les deux directeurs de l’ouvrage entendent ce mot dans son acception triviale et non dans son sens originel de Révélation divine. En effet, pour les écrivains qui se sont risqués à rédiger une dystopie, l’Avenir n’en est pas une ; il n’ouvre pas la voie aux lendemains qui chantent mais aux catastrophes. Le sujet d’étude de ce livre innove encore en envisageant les dystopies dans le monde francophone. En effet, selon une tradition bien ancrée, cette zone linguistique est considérée comme plus enthousiaste à l’avènement de la Religion de l’Avenir que le monde anglo-saxon, plus enclin à dénoncer les utopies, même si l’anglais Thomas More est l’inventeur du terme générique. Pourtant, sans se risquer dans ce genre littéraire, Villiers de L’Isle-Adam a écorné, dans les Contes Cruels (Paris, Le Livre de poche, 1983), le mythe du bonheur par le Progrès des Sciences et des Techniques. Plus significative pour notre propos est cette remarque désenchantée du Grand Prêtre de la Religion de la Science qui pose un des principes premiers de la dystopie : le doute anxieux. Ernest Renan écrit, en 1890 dans la préface de L’Avenir de la Science, ces mots significatifs : « En résumé, si, par l’incessant travail du xixe siècle, la connaissance des faits s’est singulièrement augmentée, la destinée humaine est devenue plus obscure que jamais » (Ernest Renan, Histoire et parole. Œuvres diverses, Paris, R. Laffont, 1984, p. 813). Pour ce motif, Clément Dessy et Valérie Stiénon, dans le chapitre introductif de cet ouvrage collectif (pp. 11-33), soulignent que la dystopie est « projection vraisemblable et vision négative » (p. 14) de l’avenir d’une communauté humaine qui peut être envisagée à l’échelon planétaire. La dystopie partage, avec l’utopie, le caractère précaire voire illusoire de la prédiction de l’avenir tout en se drapant dans les apparences de la science-fiction classique.

2Le deuxième aspect intéressant de ce livre est l’étude des documents visuels qui cherchent à présenter aux yeux du public cet Avenir effrayant. Les auteurs envisagent de manière fort large la notion de documents visuels : les illustrations de livres mais encore les photomon­tages de cartes postales ou de vignettes publicitaires. Charles Albert d’Arnoux connu sous le pseudonyme de « Bertall » est étudié avec soin par Olivier Ghuzel (pp. 35-54) tandis que Sandrine Doré, de concert avec Philippe Kaenel (pp. 107-142), analyse les dessins d’anticipation d’Albert Robida. Il est regrettable que les directeurs de cet ouvrage collectif n’aient pas eu la présence d’esprit de solliciter un chercheur pour étudier comment l’imagerie Pellerin d’Épinal envisageait graphiquement la dystopie si tant est que cette vision de l’Avenir ait existé chez ce célèbre imprimeur dont les productions furent vendues en grands nombres par les colporteurs dans les foires et les marchés ruraux.

3Le malheur veut que ce livre novateur soit critiqué par un historien pour lequel la notion de temps et de durée est fondamentale. À leur insu, les auteurs relèvent des périodes plus propices que d’autres à la floraison de dystopies. La première commence avec la phase de l’Empire libéral, après le traité de libre échange Cobden-Chevalier de 1860. À ce moment, pour une durée de plus de dix ans, éclot une mode de la dystopie dont le sens politique n’est pas traité en tant que tel dans ce livre. Il est évoqué incidemment par Olivier Ghuzel (p. 51, note 82 et p. 53, note 92). Or, ce sens est essentiel dès l’instant où la dystopie, au même titre que l’utopie, se fonde sur la chimère de la maîtrise du temps. Celle-ci structure toutes les traditions contre-révolutionnaires. Jules Verne, auteur de romans d’anticipation d’inspiration saint-simonienne, a préféré, dès 1863, abandonner à la critique rongeuse des rats son Paris au xxe siècle – qui connut sa première édition en 1994 chez Hachette – prudent qu’il était de maintenir des liens chaleureux avec les tenants du saint-simonisme pratique, comme Ferdinand de Lesseps, qui ont abandonné le projet d’organiser l’exploitation scientifique du Globe de manière fraternelle (Jean Chesnaux, « Jules Verne et la tradition du socialisme utopique », L’Homme et la Société, 1967, vol. 4, no 1, p. 229) ; toutefois nombreux furent ceux qui franchirent le pas, se plaçant ainsi dans l’opposition politique à l’Empire. Sans effort, Clément Dessy et Valérie Stiénon donnent quatre titres parus entre 1865 et 1867 (p. 25). La deuxième période de floraison de dystopies est celle des années 30. Elle est suivie immédiatement par les publications de l’après-Seconde Guerre mondiale. Si l’expérience des totalitarismes marque à jamais les écrits postérieurs à 1945, ceux de la première et de la deuxième période sont marqués par les déceptions suscitées par les utopies. Alain Saint-Ogan, le père du Zig et Puce, sait insinuer que l’homme ne saurait être le maître du temps, ruinant ainsi un des ressorts que la littérature d’anticipation partage avec le socialisme (p. 236). Mais la dystopie ne châtie pas les mœurs par le rire ou la dérision ; elle recourt à la peur. Pour quel usage ?

4Voilà posée la question de la finalité politique de la dystopie. Émile Souvestre a utilisé ce procédé dès la Monarchie de Juillet. Ce saint-simonien rallié à l’interprétation que Pierre Leroux a donnée de la révélation de Claude-Henri de Saint-Simon, refuse la dialectique du saint-simonisme orthodoxe qui structure l’Histoire en périodes critiques et en périodes organiques qui se succèderaient à un rythme plus ou moins régulier. Se fondant sur la simultanéité des phases critiques et organiques, cœur de la dialectique de Pierre Leroux, Émile Souvestre refuse l’idée de synthèse qui est une halte dans la marche du Progrès or « l’humanité ne s’arrête ni ne se repose » (Paul Bénichou, Le Temps des Prophètes. Doctrines de l’âge romantique, Paris, Gallimard, 1977, p. 338). Mais surtout, il récuse le saint-simonisme pragmatique de Michel Chevalier qui se met au service du libéralisme honni. Or cette association honteuse fonde le régime politique mondial de l’An Trois Mille, thème central du livre Le Monde tel qu’il sera (Paris, W. Coquebert, 1846) : la République des Intérêts-Unis est la parfaite antithèse de la société fraternelle vouée à l’exploitation scientifique du Globe dans l’Amour. La dystopie est donc un message pédagogique à l’intention de ceux qui détournent la religion du Progrès de sa noble fin : racheter l’Humanité. Les proto-technocrates français menés, pour une partie d’entre eux, par le chantre de la rationalisation industrielle Jean Coutrot et le prix Nobel de médecine Alexis Carrel ont fait usage de la dystopie pour instiller leur propre vision de l’organisation de la modernité industrielle (Alain Drouard, Une inconnue des sciences sociales la fondation Alexis Carrel 1941-1945, Paris, Éd. de la Maison des sciences de l’homme, 1992 et Olivier Dard, Jean Coutrot. De l’ingénieur au prophète, Besançon, Presses universitaires franc-comtoises, 1999).

5Le regard porté sur l’Amérique – réduite aux limites des seuls États-Unis – par la littérature dystopique peut aussi s’expliquer par la dénonciation de cette trahison de l’utopie. Mais le cas américain méritait une analyse plus fine. Celle-ci aurait dû prendre en compte non seulement les analyses d’Anne-Marie Duranton-Cabrol citées dans cet ouvrage mais encore celles de Jacques Portes (Une fascination réticente. Les États-Unis dans l’opinion française 1870-1914, Nancy, Presses universitaires de Nancy, 1990) tout en replaçant le sujet dans la chronologie brève qui font passer les États-Unis de modèle positif (Charles Cestre, Production industrielle et justice sociale en Amérique, Paris, Garnier frères, 1921 ou Hyacinthe Dubreuil, La République industrielle, préface de M. Charles Gide, Paris, Imprimerie de la Bibliothèque d’Éducation, 1925) à celui de modèle répulsif (Georges Duhamel, Scènes de la vie future, Paris, Mercure de France, 1930 ou Rober Aron et Arnaud Dandieu, Le Cancer américain, Paris, Rieder, 1930) avant de devenir à nouveau, pour les cercles néolibéraux, l’idéal à imiter (André Maurois, Chantiers américains, Paris, Gallimard, 1933).

6Ceci est écrit pour affiner la problématique de cette étude novatrice en ouvrant la recherche à d’autres perspectives que la littérature pure à savoir à la philosophie, à l’histoire, à la science politique, etc. Il ne s’agit pas de vouer aux gémonies un ouvrage qui ouvre des perspectives de recherche nouvelles et qui, de ce fait, doit avoir sa place dans les bibliothèques universitaires.

Top of page

References

Bibliographical reference

Jean-Louis Clément, « Clément Dessy, Valérie Stiénon, dirs, (Bé)vues du futur. Les imaginaires visuels de la dystopie (1840-1940) », Questions de communication, 30 | 2016, 384-386.

Electronic reference

Jean-Louis Clément, « Clément Dessy, Valérie Stiénon, dirs, (Bé)vues du futur. Les imaginaires visuels de la dystopie (1840-1940) », Questions de communication [Online], 30 | 2016, Online since 13 March 2017, connection on 21 November 2017. URL : http://questionsdecommunication.revues.org/10848

Top of page

About the author

Jean-Louis Clément

IRCM, université de Strasbourg, F-67000
j.clement@unistra.fr

By this author

Top of page

Copyright

Tous droits réservés

Top of page