Navigation – Plan du site
Notes de lecture
Culture, esthétique

Jean-Paul Bronckart, Cristian Bota, Bakhtine démasqué. Histoire d’un menteur, d’une escroquerie et d’un délire collectif

Genève, Droz, coll. Titre courant, 2011, 630 pages
Jacques-Philippe Saint-Gerand
p. 382-384
Référence(s) :

Jean-Paul Bronckart, Cristian Bota, Bakhtine démasqué. Histoire d’un menteur, d’une escroquerie et d’un délire collectif, Genève, Droz, coll. Titre courant, 2011, 630 pages

Texte intégral

1Cinq ans après la parution de cet ouvrage, voilà que l’éditeur nous en propose une édition brochée en petit volume. Le délai est inhabituel, mais, compte tenu des vifs débats qui ont accompagné la sortie de ce livre ; il laisse au recenseur la liberté de le lire aujourd’hui accompagné des articles, comptes-rendus qui en ont déjà évalué le contenu. Ce n’est pas, loin de là, simplification de la tâche, mais c’est probablement un très bon moyen de mettre à distance et de remettre à leur juste place tous les protagonistes de la joute oratoire ayant rapidement recouvert des discussions violentes relatives aux principes déontologiques sur lesquels une juste épistémologie scientifique doit s’appuyer. En effet, avec le recul du temps et son travail d’apaisement, nous pouvons retourner avec un autre regard à ce pamphlet soigneusement argumenté instruisant un virulent procès de « désicônisation » du personnage et de l’œuvre de Mikhaïl Bakhtine. Qu’en est-il donc aujourd’hui de la pertinence des arguments et de l’infalsiabilté (ou non !) des analyses de Jean-Paul Bronckart et Cristian Bota, d’une part, et, d’autre part, de l’extraordinaire hétérogénéité des points de vue sous lesquels on envisage depuis cinquante ans les travaux de Mikhaïl Bakhtine. Il faut reconnaître que ce dernier, par sa personnalité même et les rapports aussi complexes qu’ambigus qu’il a entretenus avec un entourage scientifique et politique que l’on connait désormais beaucoup mieux, n’a guère simplifié la tâche de ceux qui veulent évaluer son importance dans le champ des études de linguistique et de littérature. Afin que chacun puisse, à ce sujet, se faire son opinion, et avant de présenter seulement l’organisation de ce volume touffu, nous reprenons ici la liste des recensions dont Jean-Paul Bronckart et Cristian Bota font état dans un article qui leur donne l’occasion de répondre aux remarques qu’ils ont reçues et de justifier leurs positions : Jean-Paul Bronckart et Cristian Bota, « Bakhtine démasqué », COnTEXTES, Prises de position, 2014, en ligne : http://contextes.revues.org/​5971. Il eût probablement été utile à cet égard qu’un addendum mentionnant ce lien eût été inséré par l’éditeur dans le volume mis à notre disposition, afin que le lecteur comprenne mieux les enjeux de l’ouvrage et les modes d’argumentation employés par ses auteurs. En effet, dès les premiers temps de sa publication, comme indiqué plus haut, cet ouvrage n’a pas cessé d’alimenter d’innombrables polémiques. Que ce soit sur son contenu global qui vise évidemment à la dénonciation d’un montage idéologico-scientifique autour de la personnalité de Mikhaïl Bakhtine, ou que ce soit sur la nature des procédés démonstratifs mis en œuvre par les auteurs pour atteindre ce but. Cinq années après ces ripostes souvent violentes, il est possible de clarifier un peu la situation en observant la constitution de l’ouvrage.

2Deux grandes parties en charpentent l’ensemble. La première, « Élément d’histoire du Bakhtinisme » (pp. 19-330), met déjà l’esprit en alerte par l’utilisation du néologisme ; en effet, le rôle linguistique des suffixes n’est pas seulement de marquer une dérivation formelle, il est également d’apporter un supplément de sens. De même que -ien dans Balzacien, Gouldien, Gidien, Ogdonien, etc. rend portatives les qualités attribuées à chacun de ces personnages et peut donner l’impression de les rendre transposables à une identité qui n’est pas celle de Honoré de Balzac, Glenn Gould, André Gide ou John Ogdon, de même -isme dans néologisme, justement, dénonce un excès de la néologie comme impérialisme, légalisme, paternalisme, mercantilisme, apportent une connotation négative à leur support lexical. Dans le cas qui nous importe ici, Bakhtinisme dénonce un usage excessif de la glorification de Mikhaïl Bakhtine. Et, par conséquent, le lecteur est – indépendamment de la quatrième de couverture – amené à subodorer ici une entreprise de « déstatufication » de l’individu simplement désigné par son nom dans le titre du volume. La seconde partie « Analyse comparative des œuvres de Bakhtine, Volochinov et Medvedev » (pp. 333-592) proposerait une étude argumentée et objective des textes retrouvés et disputés nonobstant l’orientation du point de vue préalablement repéré, or l’on sait bien qu’en ces matières de langage « le point de vue crée l’objet » (Ferdinand de Saussure). Cette bipartition de la matière critique rompt avec les habitudes liées à une vision phénoménologique en trois dimensions (thèse, antithèse, synthèse, etc.), et interpelle le lecteur en donnant le sentiment de l’instruction d’un procès à charge. Pourtant nul ne saurait mettre en doute le sérieux scientifique de la démarche, même si, parfois les auteurs se laissent emporter par leur fougue démonstrative.

3Le détail de ces deux parties confirme la volonté d’étayer la démonstration à l’aide d’une argumentation serrée. Six chapitres les constituent également mais avec des développements de tailles différentes, et, comme il est aisé de le noter, des différences sensibles de forme du contenu. Ainsi le chapitre X de la seconde partie (pp. 507-517) ne fait-il l’objet d’aucun détail de son développement et doit donc être lu comme un tout solidaire : « Des rapports du jeune Bakhtine, de Medvedev et Volochinov », contrairement aux autres chapitres de l’ouvrage qui abondent en sous parties, comme, par exemple le chapitre V de la première partie, « Les ultimes déclarations du témoin Bakhtine » (pp. 237-275), qui articule trois sous-sections elles-mêmes subdivisées en trois alinéas selon les meilleurs principes d’une logique argumentaire scientifique : 1. Les témoignages de Bakhtine, selon Bocharov et Kozhinov (p. 239) 1.1 L’affaire des textes disputés (ibid.). 1.2 L’étrange rapport de Bakhtine à « son » Dostoïevski initial (p. 253). 1.3 De nouvelles données « historiques » sur la cruciale année 1929 (p. 259). 2. Les entretiens avec Duvakin (p. 261). 2.1 L’engagement politico-religieux de Bakhtine dans les années 20 (p. 262). 2.2 Bakhtine, ses cercles et ses amis (p. 264). 2.3 Le Dostoïevski princeps et les conditions de sa réédition (p. 267). 3. Pistes pour une probable vérité (p. 268). 3.1 L’affaire des textes disputés : un tissu de mensonges et une sinistre escroquerie (ibid). 3.2 Les raisons de l’escroquerie (p. 271). 3.3 Du mensonge au délire (p. 275). Les guillemets indiquent assez ici l’écart qu’il convient d’observer entre le dénoté objectif des items lexicaux en question et sa mise en question sous l’effet de la subjectivité critique des auteurs. Mais, indépendamment de cet aspect, il est aisé de percevoir que ces sub-subdivisions valent plus pour des effets de repérages que pour le développement d’une argumentation approfondie. D’autant que, comme de nombreux recenseurs l’ont noté, les auteurs ne pratiquant pas la langue russe, sont obligés de s’en remettre à des traducteurs et des intermédiaires. Les hautes et incontestables qualités d’un slavisant comme Patrick Sériot, par exemple, ne sauraient à cet égard être mises en question lorsque les auteurs ont eu recours à lui (p. 9, 16, 22, 56, 63, 79, 163, 301, 302, 370, 414, 509, 589, 593-595, 608, 609), mais l’usage qui en est fait, peut-être… Je ne multiplierai pas les exemples de cette nature car ils sont nombreux et desservent, malheureusement, l’efficacité scientifique de la démonstration en faisant par trop pencher le plateau polémique de la balance au détriment du plateau strictement analytique. Que l’on adhère ou non aux prises de position de Jean-Paul Bronckart et de Cristian Bota, trop souvent biaisées par un acharnement à charge, le grand mérite d’ensemble de cet ouvrage aura été, toutefois, d’alerter le lectorat sur les effets de manipulation dont un auteur peut être l’objet, de son vivant comme de manière posthume, tant en raison des conditions historiques de son existence qu’en raison des lectures orientées qui ont été faites de son œuvre et qui ont suscité soit un credo aveugle à toutes les thèses qu’il a pu formuler, soit un doute méthodique récurrent et pérenne. Entre les deux, il y a sans aucun doute place pour des appréciations plus modérées que celles auxquelles inclinent les épithètes de « menteur », « escroquerie », « délire collectif »… Une abondante bibliographie, très utile, complète le volume (pp. 593-613), ainsi qu’un précieux index des noms de personne (pp. 615-621) qui aidera le lecteur, notamment non slavisant, à se repérer dans le dédale des relations qui se sont tissées entre Mikhaïl Bakhtine et ses contemporains, d’une part, et entre Mikhaïl Bakhtine mythifié et son lectorat posthume, d’autre part.

Haut de page

Pour citer cet article

Référence papier

Jacques-Philippe Saint-Gerand, « Jean-Paul Bronckart, Cristian Bota, Bakhtine démasqué. Histoire d’un menteur, d’une escroquerie et d’un délire collectif », Questions de communication, 30 | 2016, 382-384.

Référence électronique

Jacques-Philippe Saint-Gerand, « Jean-Paul Bronckart, Cristian Bota, Bakhtine démasqué. Histoire d’un menteur, d’une escroquerie et d’un délire collectif », Questions de communication [En ligne], 30 | 2016, mis en ligne le 13 mars 2017, consulté le 25 septembre 2017. URL : http://questionsdecommunication.revues.org/10845

Haut de page

Auteur

Jacques-Philippe Saint-Gerand

CeReS, université de Limoges, F-87000
jacques-philippe.saint-gerand@unilim.fr

Articles du même auteur

Haut de page

Droits d’auteur

Tous droits réservés

Haut de page