Navigation – Plan du site
Notes de recherche

Entre faits divers et débats publics : comment la presse écrite aborde la psychiatrie ?

Public Debates or Tragic Events: How written Press deals with Psychiatry?
Caroline Guibet Lafaye et Pierre Brochard
p. 261-285

Résumés

Dans la littérature scientifique et psychiatrique, on admet généralement que la presse, exploitant notamment les faits divers, pèse négativement sur les représentations que la population nourrit concernant les personnes affectées de troubles mentaux. L’article vise à nuancer cette thèse à partir de l’analyse d’un corpus de quatre quotidiens. Dans un premier temps, nous comparerons l’écho donné par la presse aux réformes législatives en matière de psychiatrie et la place accordée aux faits divers. Dans un deuxième temps, nous préciserons les sujets relatifs à la psychiatrie les plus traités par ces quotidiens. Nous nous arrêterons enfin sur le traitement quantitatif des faits divers par ces derniers. Ces éléments permettront de souligner la variabilité du traitement des questions de psychiatrie ainsi que des faits divers selon l’orientation politique des quotidiens.

Haut de page

Entrées d’index

Haut de page

Accès au texte / extrait

Cairn

Texte intégral disponible via abonnement/accès payant sur le portail Cairn. Le texte intégral en libre accès sera disponible à cette adresse en janvier 2020.
Consulter cet article

Plan

Presse et psychiatrie, quelques chiffres
Les années de la psychiatrie
Les réformes de la psychiatrie
Les affaires criminelles
À quoi s’intéresse la presse et pourquoi ?
Les mots de la psychiatrie
De quels sujets traite la presse lorsqu’elle aborde la psychiatrie ?
Psychiatrie, presse et faits divers
Conclusion

Aperçu du début du texte

Dans la littérature scientifique et le milieu médical, il est courant de considérer que la presse contribue à répandre et à renforcer des stéréotypes négatifs concernant les personnes affectées de troubles mentaux, en l’occurrence les stéréotypes sociaux liant dangerosité et troubles psychiques (Kohl, 2006 : 106). Ces stéréotypes seraient confortés par la médiatisation des faits divers associant « crime » et « maladie mentale » (Tassone-Monchicourt et al., 2010 : 21). Dans cette perspective, les médias sont pointés comme la cause des représentations négatives des personnes souffrant de ces troubles. Les agences françaises de santé ainsi que le Centre collaborateur de l’Organisation mondiale de la santé pour la recherche et la formation en santé mentale, basé à Lille, se sont intéressés aux modèles produits par la presse. En particulier, une étude a été menée en France par l’Agence régionale de santé (ars) Nord-Pas-de-Calais entre novembre 2012 et juillet 2013, s’appuyant sur l’exame...

Haut de page

Pour citer cet article

Référence papier

Caroline Guibet Lafaye et Pierre Brochard, « Entre faits divers et débats publics : comment la presse écrite aborde la psychiatrie ? », Questions de communication, 30 | 2016, 261-285.

Référence électronique

Caroline Guibet Lafaye et Pierre Brochard, « Entre faits divers et débats publics : comment la presse écrite aborde la psychiatrie ? », Questions de communication [En ligne], 30 | 2016, mis en ligne le 31 décembre 2018, consulté le 22 juillet 2017. URL : http://questionsdecommunication.revues.org/10781 ; DOI : 10.4000/questionsdecommunication.10781

Haut de page

Auteurs

Caroline Guibet Lafaye

Centre Maurice Halbwachs
Centre national de la recherche scientifique
École des hautes études en sciences sociales
École normale supérieure
F-75014
caroline.guibetlafaye@ens.fr

Pierre Brochard

Centre Maurice Halbwachs
Centre national de la recherche scientifique
École des hautes études en sciences sociales
École normale supérieure
F-75014
pierre.brochard@ens.fr

Haut de page

Droits d’auteur

Tous droits réservés

Haut de page