Navigation – Plan du site
Échanges

L’empire de la narratologie, ses défis et ses faiblesses

Empire of Narratology: Challenges and Weaknesses
Raphaël Baroni
p. 219-238

Résumés

L’article dresse un état des lieux et un bilan de santé de la théorie du récit dans un contexte contemporain marqué par ce que l’on a appelé il y a une vingtaine d’années le « tournant narratif » dans les sciences humaines. Paradoxalement, d’un point de vue institutionnel, la théorie du récit apparaît relativement moribonde, alors que son champ d’application n’a jamais semblé aussi large et son utilité aussi évidente. Les études narratives au sens large soulignent aujourd’hui notre nature d’homo fabulator, mais certains chercheurs ne prennent pas toujours la peine de suivre les évolutions récentes de la théorie du récit contemporaine face au défi de sa confrontation avec des genres et des médias qui dépassent largement le périmètre des études littéraires. J’insisterai sur l’importance de revaloriser et d’institutionnaliser une discipline de recherche qui n’a jamais cessé d’évoluer, de manière à assurer à la narratologie un rôle central au sein d’études narratives en expansion rapide. Peut-être qu’un renforcement de la théorie du récit au sein des sections de littérature contribuerait à la fois à assurer la visibilité de la narratologie au sein de la recherche académique et à redynamiser une discipline qui connaît aujourd’hui une crise sans précédent.

Haut de page

Accès au texte / extrait

Cairn

Texte intégral disponible via abonnement/accès payant sur le portail Cairn. Le texte intégral en libre accès sera disponible à cette adresse en janvier 2020.
Consulter cet article

Plan

L’empire du récit
Du récit omniprésent à l’Homo fabulator
Contre un usage purement instrumental de la narratologie
Des narratologues qui s’ignorent
Un problème identitaire et institutionnel
Une discipline de recherche définie par un objet en expansion
Conclusion

Aperçu du début du texte

Évoquer l’« empire » de la narratologie dans le contexte actuel passera certainement pour une hérésie ou un anachronisme dans la mesure où ce domaine de recherche, qui a connu son heure de gloire durant le « moment structuraliste » autour des années 1965-1975, semble avoir reflué dans les limbes des modes académiques, tel un territoire abandonné que l’on ne visiterait plus que dans le cadre d’une croisière sur le fleuve de l’histoire des idées. Certes, on croise encore, ici ou là, quelques greimasiens qui s’accrochent à leur radeau sémiotique et la terminologie de Gérard Genette est toujours largement utilisée dans les études littéraires, même si ce dernier s’est lui-même orienté vers d’autres horizons. Mais la mode semble inéluctablement passée, les thèses consacrées à la théorie du récit se sont raréfiées en France jusqu’à s’assécher presque complètement, et le sens commun considère qu’il n’y a plus guère de questions véritablement intéressantes à creuser dans ce sillon. Un direct...

Haut de page

Pour citer cet article

Référence papier

Raphaël Baroni, « L’empire de la narratologie, ses défis et ses faiblesses », Questions de communication, 30 | 2016, 219-238.

Référence électronique

Raphaël Baroni, « L’empire de la narratologie, ses défis et ses faiblesses », Questions de communication [En ligne], 30 | 2016, mis en ligne le 31 décembre 2018, consulté le 23 avril 2017. URL : http://questionsdecommunication.revues.org/10766 ; DOI : 10.4000/questionsdecommunication.10766

Haut de page

Auteur

Raphaël Baroni

École de français langue étrangère
Université de Lausanne
CH-1015
raphael.baroni@unil.ch

Haut de page

Droits d’auteur

Tous droits réservés

Haut de page