Navigation – Plan du site
Dossier. Arènes du débat public

Participer ou presque

Préciser les ambiguïtés de la participation dans le domaine médical
Structural Ambiguities in Healthcare Participation
Mathieu Berger et François Romijn
p. 91-118

Résumés

Nous partons d’une double hypothèse. Premièrement, nous proposons de considérer l’ambiguïté comme une dimension structurelle des relations institutionnelles où se joue la participation du « tout-venant » à l’exploration des problèmes et des décisions complexes qui le concernent. Nous avançons ensuite l’idée que, dans ces mêmes situations, la « montée en ambiguïté » dans ses différentes formes observables constitue une réponse adaptative face au caractère improbable de ces communications. En vue d’esquisser quelques-unes des figures, fonctions et opérations de l’ambiguïté dans la participation, nous nous appuyons sur des terrains ethnographiques à première vue fort éloignés. D’un côté, les échanges dyadiques menés dans le cadre privé et clos du cabinet entre un médecin et ses patients autour de leurs cas personnels. De l’autre, l’ethnographie d’une expérience de consultation citoyenne sur la question du remboursement public des frais de santé en Belgique ; un dispositif associant professionnels de la santé et « citoyens ordinaires » dans des discussions collectives en assemblée et des délibérations en sous-groupes. En articulant ces cas qui tous deux concernent une « consultation » relative à des questions de santé et engagent la figure de l’ individu « ordinaire » comme interlocuteur « profane », nous parvenons à dégager six difficultés majeures structurant la communication. Nous précisons ensuite les ajustements trouvés par les interlocuteurs en situation pour contourner, suspendre, neutraliser ou mettre entre parenthèses ces difficultés.

Haut de page

Accès au texte / extrait

Cairn

Texte intégral disponible via abonnement/accès payant sur le portail Cairn. Le texte intégral en libre accès sera disponible à cette adresse en janvier 2020.
Consulter cet article

Plan

Du patient consultant au citoyen consulté
Scène 1
Scène 2
Deux modalités d’une participation improbable
Six difficultés de la consultation… solubles dans l’ambiguïté ?
Produire une auto-description pertinente et modérée
In(ter)férer en profane
Choisir sur prescription
Apprendre au second degré
Débattre à l’abri de la complexité
Des recommandations qui n’engagent à rien
Conclusion

Aperçu du début du texte

Le présent travail est motivé par un constat répété, sur différents sites d’étude, des usages importants de l’ambiguïté dans des processus de communication touchant à des objets complexes, et confrontant des spécialistes à des « quidams », sous les auspices d’une institution. Appréhendant ces interlocutions asymétriques au croisement de la cadre-analyse (Goffman, 1974 ; Tavory, 2009) et de la théorie des systèmes (Luhmann, 1995), nous émettons une double hypothèse, abrupte à ce stade mais qui s’éclaircira en cours d’enquête. Première hypothèse : l’ambiguïté constitue une dimension structurelle, plutôt que résiduelle, des relations institutionnelles où se joue la participation du « tout-venant » à l’exploration des problèmes et des décisions complexes qui le concernent. Seconde hypothèse : la « montée en ambiguïté » de la situation d’interlocution (ambiguïté des sujets et objets du discours, des positions et rôles occupés dans la relation, des règles et procédures à suivre, des circo...

Haut de page

Pour citer cet article

Référence papier

Mathieu Berger et François Romijn, « Participer ou presque », Questions de communication, 30 | 2016, 91-118.

Référence électronique

Mathieu Berger et François Romijn, « Participer ou presque », Questions de communication [En ligne], 30 | 2016, mis en ligne le 31 décembre 2018, consulté le 23 avril 2017. URL : http://questionsdecommunication.revues.org/10729 ; DOI : 10.4000/questionsdecommunication.10729

Haut de page

Auteurs

Mathieu Berger

Centre de recherches interdisciplinaires, Démocratie, Institutions, Subjectivité
Université catholique de Louvain
B-1348
Centre d’étude des mouvements sociaux
École des hautes études en sciences sociales
F-75013
m.berger@uclouvain.be

François Romijn

Fonds national de la recherche scientifique
Groupe de recherche sur l’action publique
Université libre de Bruxelles
B-1050
Centre Georg Simmel
École des hautes études en sciences sociales
F-75006
fromijn@ulb.ac.be

Haut de page

Droits d’auteur

Tous droits réservés

Haut de page