Navigation – Plan du site
Dossier. Arènes du débat public

« Le jour où toi et moi on sera vraiment égaux, j’irai voter »

Évitement des discriminations raciales et (dé)mobilisation politique des groupes minorisés
The Day You and Me be Really Equal, I’ll Vote”. The Avoidance of Racial Discriminations and the Political (De)Mobilization of Minority Groups
Julien Talpin
p. 65-90

Résumés

Les normes qui structurent les interactions discursives dans l’espace public façonnent également les mobilisations citoyennes. En France, la difficulté de parler publiquement des discriminations raciales contraint les formes de mobilisation qui visent à faire participer les citoyens à la vie de la cité. À partir d’une enquête ethnographique menée dans la ville de Roubaix, et du suivi de plusieurs initiatives visant à lutter contre l’abstention, l’article réinvestit par le bas la question des effets des jeux de cadrage sur les dynamiques d’action collective. Dans ce cas, l’écart observé entre un cadre civique et un cadre racialisé contraint les initiatives de mobilisations électorales, qui résonnent peu avec l’expérience ordinaire des acteurs. Alors que le premier rappelle que le vote est un devoir civique, le second souligne qu’une des conditions de la citoyenneté est l’égalité de traitement entre tous les membres de la communauté politique. Ce faisant, l’article démontre que les échanges communicationnels dans l’espace public ont des conséquences pratiques très concrètes.

Haut de page

Accès au texte / extrait

Cairn

Texte intégral disponible via abonnement/accès payant sur le portail Cairn. Le texte intégral en libre accès sera disponible à cette adresse en janvier 2020.
Consulter cet article

Plan

Lutter contre un stigmate civique : quand la collectivité se mobilise contre l’abstention
Le Parti socialiste à l’assaut des « quartiers » : une campagne de porte-à-porte entre cadres civique et racial
Mobiliser les « mères de Roubaix contre l’abstention » : l’évaporation des discriminations
Prendre la parole contre les discriminations : le détournement d’une initiative civique
Conclusion

Aperçu du début du texte

Comment les normes discursives qui structurent les interactions dans l’espace public façonnent-elles les capacités d’agir et de mobilisation de certains groupes sociaux ? La sociologie de l’action collective a souligné le rôle des processus de cadrage dans l’émergence des dynamiques protestataires et le succès des mobilisations (Snow et al., 1986). Les cadres font l’objet de luttes entre des entrepreneurs de cause, des institutions, des tenants d’une autre définition de la réalité, dont l’issue et la capacité qu’ils ont à résonner avec l’expérience ordinaire des acteurs permettent ou non l’enclenchement de la participation. En effet, l’alignement des cadres entre les entrepreneurs de mobilisation et les acteurs qu’ils ciblent apparaît bien souvent comme l’une des conditions de l’action collective (Contamin, 2011). Ainsi, pour le cas américain, Nina Eliasoph (1998) a-t-elle démontré que les normes qui structurent les discussions dans l’espace public contribuent à « l’évaporation du p...

Haut de page

Pour citer cet article

Référence papier

Julien Talpin, « « Le jour où toi et moi on sera vraiment égaux, j’irai voter » », Questions de communication, 30 | 2016, 65-90.

Référence électronique

Julien Talpin, « « Le jour où toi et moi on sera vraiment égaux, j’irai voter » », Questions de communication [En ligne], 30 | 2016, mis en ligne le 31 décembre 2018, consulté le 20 novembre 2017. URL : http://questionsdecommunication.revues.org/10718 ; DOI : 10.4000/questionsdecommunication.10718

Haut de page

Auteur

Julien Talpin

Centre d’études et de recherches administratives, politiques et sociales
Université Lille 2
Centre national de la recherche scientifique
F-75018
julien.talpin@univ-lille2.fr

Haut de page

Droits d’auteur

Tous droits réservés

Haut de page