Navigation – Plan du site
Notes de lecture
Histoire, sociétés

Tiphaine Samoyault, Roland Barthes

Paris, Éd. Le Seuil, coll. Fiction & Cie, 2015, 720 pages
Matthieu Rémy
p. 494-495
Référence(s) :

Tiphaine Samoyault, Roland Barthes, Paris, Éd. Le Seuil, coll. Fiction & Cie, 2015, 720 pages

Texte intégral

1« Il n’est pas absolument nécessaire de produire un récit de vie pour mettre au jour le programme et l’apport intellectuels de Roland Barthes et on peut s’interroger sur la nécessité qu’il y a à écrire une nouvelle biographie » écrit Tiphaine Samoyault dans les premières pages (P. 34) de son imposant travail sur la vie et l’œuvre de l’auteur du Degré zéro de l’écriture (Paris, Éd. Le Seuil, 1953). Pourtant le résultat est là : les 720 pages que l’écrivaine et enseignante-chercheure consacre à Roland Barthes disent quelque chose de fondamental sur un auteur protéiforme et sujet à toutes les caricatures pour avoir osé être ce qu’il était, soit une constante transversalité.

2Pour s’attaquer de front à cette dernière, Tiphaine Samoyault savait probablement que l’outil d’investigation que peut constituer la biographie critique était le seul réceptacle suffisamment ample. Et que tracer l’itinéraire intellectuel et esthétique de Roland Barthes revenait à comprendre exactement dans quels contextes historiques et sociopolitiques celui-ci avait pu à la fois transformer la critique littéraire, participer à la fondation d’une certaine idée de la transdisciplinarité entre sciences sociales et esthétique, et rien moins qu’impulser un renouvellement du champ universitaire dans ces domaines.

3Cette biographie réussit donc un pari rare : montrer chronologiquement une progression intellectuelle tout en maintenant une explication de texte qui permette de mettre à jour les invariants d’une œuvre. Roland Barthes est ici resitué à chaque moment de son évolution intellectuelle, comme l’est chaque étape de la progression de sa réflexion sur le langage et les signes, les coordonnées de son inscription dans l’espace social et politique, mais aussi les conditions dans lesquelles se produisent les plus légères inflexions. Et pour cela, rien n’est négligé : généalogie familiale, souci que l’auteur de S/Z (Paris, Éd. Le Seuil, 1970) a de son corps, lectures, accompagnements intimes et mondains. Sans verser dans l’interprétation psychologique douteuse, Tiphaine Samoyault remet en scène les déterminations individuelles et collectives et fait observer la reprise en main de celles-ci par le sujet Roland Barthes, qui, au gré de ses curiosités, construit une œuvre à son image et pleinement ancrée dans l’époque.

4Ainsi de la maladie, qui sert souvent de point de départ à une explication du parcours non académique de Roland Barthes et de la carrière singulière qui s’en suivit : « La tuberculose est sans conteste l’événement majeur de sa vie, qui amplifie certains traits de son caractère – le sentiment d’être à l’écart et la propension à la plainte –, mais qui en détermine d’autres, en particulier l’affabilité sociale incitée par la vie en communauté assortie du retrait lettré qu’autorise une relative oisiveté » (p. 169). Tiphaine Samoyault souligne à juste titre en quoi les années de sanatorium (1942-1946) furent déterminantes pour l’auteur et l’éloignèrent concrètement de l’ethos qui pût être celui des jeunes gens lettrés de son acabit, dont il partagea les élans antifascistes en faisant partie, adolescent, d’un groupe de Défense républicaine et anti-fasciste au lendemain du 6 février 1934 : « Les choix et les engagements majeurs de sa génération, ceux dont chacun devra pouvoir répondre ensuite et qui fonderont les lignes de force politiques et intellectuelles des décennies à venir, ne l’ont pas concerné. Son histoire s’est, à un moment clé de son existence, séparée de la grande histoire. L’événement de la maladie l’a coupé des événements. Le sentiment qu’il pouvait avoir d’être déclassé ou en marge s’est traduit dans les faits. Il n’était pas là » (p. 169). On ne peut que souscrire, mais la biographie de Tiphaine Samoyault apporte aussi les éléments pour ressaisir cet isolement dans ce qu’il eut de productif idéologiquement. Car, s’il sort de la guerre sans avoir été résistant comme certains de ses amis, Roland Barthes entre dans le monde intellectuel par l’entremise d’un résistant trotskyste, Georges Fournié, ancien ouvrier typographe rencontré au sanatorium de Leysin où il soigne une tuberculose vraisemblablement contractée à Buchenwald. S’estimant bientôt « sartrien et marxiste » (comme il l’explique à Jean Thibaudeau en 1970, dans un entretien où il revient sur sa jeunesse), dans l’immédiat après-guerre, Roland Barthes se prépare à faire agir cette grille d’analyse dans son travail critique, à travers des articles qu’il donnera au journal Combat et qui deviendront Le Degré zéro de l’écriture, après que Georges Fournié lui aura fait rencontrer Maurice Nadeau (lui aussi résistant et « ancien trotskyste », comme il se présente alors à Pascal Pia avant son embauche à Combat).

5Un chapitre fondamental de la biographie de Tiphaine Samoyault, intitulé « Sorties » (pp. 207-252), montre avec brio comment, au sortir des années de sanatorium, celui qui s’est d’abord intéressé à la littérature et au théâtre diverge progressivement vers la linguistique et la sociologie parce que ces disciplines – particulièrement accueillantes dans l’après-guerre – lui offrent une opportunité de se lancer dans des travaux de recherche, sans exiger de lui le parcours académique dont la maladie l’a privé. Le Roland Barthes qui s’est pris de passion pour Jules Michelet et le marxisme, et qui n’entend pas renoncer à l’étude de la littérature, entamera donc à cette occasion un flirt prolongé avec l’héritage de Ferdinand de Saussure – grâce à l’amitié de Algirdas Julien Greimas – et se liera aux plus prestigieux chercheurs en sciences sociales de son époque, Georges Friedmann en tête.

6C’est ce que l’on oublie généralement et qui saute aux yeux à la lecture de cette biographie : l’apport de Roland Barthes réside essentiellement dans cette intelligence du décloisonnement à laquelle l’a conduit sa pérégrination dans le monde intellectuel de l’après-guerre. Lequel regorge d’avant-gardes et de désirs de renverser avec sérieux les anciennes méthodologies. Puisant dans le marxisme hétérodoxe (il sera l’un des co-fondateurs de la revue Arguments), avide de critiquer les errements du stalinisme, en particulier sur le plan des arts et de la culture, Roland Barthes creuse la critique de l’aliénation sans ménager ses coups contre le jdanovisme, véritable bête noire de l’auteur jusqu’au début des années 60. La bourgeoisie pourra donc être le sujet d’une analyse critique que l’on verra éclore dans Mythologies (1957, Paris, Éd. Le Seuil) ou les Essais critiques (1964, Paris, Éd. Le Seuil), sans que Roland Barthes ne se laisse aller à un ressassement « classiste » dont il est dès l’origine comme immunisé. La linguistique fournissant de son côté une méthode nouvelle pour construire un outil d’analyse pertinent, la sociologie servira à la découpe des fragments de réalité à observer. De cette action tripartite naîtront les premières grandes œuvres critiques de Roland Barthes, avant que le pas en avant-garde qu’il a entrepris ne lui apparaisse comme une rythmique trop aisée à suivre.

7Tiphaine Samoyault montre très finement comment, après avoir vécu une instabilité académique l’ayant poussé à accompagner vaillamment une certaine forme de révolution scientifique dans le domaine des sciences humaines et sociales, Roland Barthes s’applique à s’en extraire – non sans rester au contact de diverses avant-gardes, pour le meilleur et pour le pire – pour, une fois la légitimité acquise, n’user de son magistère que comme d’un lieu de décollage d’entreprises de plus en plus soucieuses d’interroger le désir personnel et ses diverses formulations. On a pu voir cette progressive « institutionnalisation » et ce mouvement de réticulation comme un renoncement progressif à l’intervention politique, mais, au contraire, la biographie de Tiphaine Samoyault invite à y voir la sortie d’une impasse.

8De nombreux textes de Roland Barthes, avant son entrée à l’École pratique des hautes études (ephe) en 1960, évoquent la « vaccine » que constitue pour une société d’ordre l’administration d’une petite dose de désordre avant-gardiste garantissant en déinfitive le statu quo général. Pour n’être pas la « vaccine » d’un monde académique édictant les règles d’observation du monde social, peut-être fallait-il intégrer les lieux du pouvoir scientifique et y agir comme une sorte de cinquième colonne ? 35 ans après sa mort, il est encore difficile de savoir si ce pari – en admettant qu’il ait été lancé – a été couronné de succès. Mais force est de constater que pour qui s’appliquerait à reprendre la méthode Barthes dans son sens originel et à l’appliquer à une époque si prompte à engraisser sa propre mythologie, le potentiel subversif s’annonce sans limite.

Haut de page

Pour citer cet article

Référence papier

Matthieu Rémy, « Tiphaine Samoyault, Roland Barthes », Questions de communication, 29 | 2016, 494-495.

Référence électronique

Matthieu Rémy, « Tiphaine Samoyault, Roland Barthes », Questions de communication [En ligne], 29 | 2016, mis en ligne le 30 juin 2016, consulté le 23 octobre 2017. URL : http://questionsdecommunication.revues.org/10668

Haut de page

Auteur

Matthieu Rémy

Lis, université de Lorraine, F-54000
matthieu.remy@univ-lorraine.fr

Articles du même auteur

Haut de page

Droits d’auteur

Tous droits réservés

Haut de page