Navigation – Plan du site
Notes de lecture
Histoire, sociétés

Benoît Meyronin, dir., La Génération Y, le manager et l’entreprise

Grenoble, Presses universitaires de Grenoble, coll. Management et innovation, 2015, 203 pages
Elise Maas
p. 485-487
Référence(s) :

Benoît Meyronin, dir., La Génération Y, le manager et l’entreprise, Grenoble, Presses universitaires de Grenoble, coll. Management et innovation, 2015, 203 pages

Texte intégral

1La Génération Y, le manager et l’entreprise est un ouvrage collectif qui regroupe aussi bien des contributions de scientifiques issues de différentes disciplines des sciences humaines et sociales que des interviews de professionnels. Les chapitres s’appuient sur les travaux réalisés dans le cadre de la chaire Orange-Grenoble École de Management « Digital Natives », chaire d’enseignement et de recherche.

2Dès l’introduction (pp. 7-12), Benoît Meyronin réfute ce que d’aucuns pourraient objecter à propos du thème de la génération Y comme objet uniquement professionnel ou effet de mode qui ne nécessite pas que la recherche académique s’y intéresse. Il propose plutôt de « mieux comprendre les usages et les représentations des jeunes générations pour ce qui touche au digital. Et d’anticiper, ainsi, les modes de management – et les formations au management – les mieux adaptés afin de tirer le meilleur parti des évolutions en cours dans l’optique de la transformation digitale des entreprises » (p. 9). Au-delà de la description de caractéristiques propres à cette génération – individualisme, interconnexion, impatience, inventivité (Benjamin Cheminade, blog GénérationS, accès : http://www.generationy20.com/​) – et même si, selon Monique Dagnaud (Génération Y. Les jeunes et les réseaux sociaux, de la dérision à la subversion, Paris, Presse de Sciences Po, 2013), il ne s’agit pas d’un groupe homogène, les auteurs s’interrogent sur l’influence des comportements de ces « Y », ou digital natives comme ils sont nommés dans le monde anglo-saxon (p. 10), sur les transformations des organisations et les évolutions des modes de management.

3La particularité de l’ouvrage est son hétérogénéité, aussi bien dans les profils des rédacteurs que dans la variété des sujets et les manières de les traiter. Parmi les auteurs, on trouve des chercheurs issus de différentes disciplines scientifiques, sciences de l’information et de la communication, philosophie… et des professionnels – managers et directeurs des ressources humaines chez Orange, bnp Paribas… Les sujets traités touchent également un vaste champ : usage des objets numériques et dépendance affective (p. 29), modifications cognitives des générations Y dans le traitement de l’information (p. 75), insertion professionnelle liée aux usages du web (p. 93), retour d’expérience sur la réalisation d’un Mouk (small private online courses) avec les étudiants (p. 119)… mais également avis de professionnels sur les pratiques de ces digital natives dans les entreprises (p. 151) ou leur employabilité (p. 171). De même, certains articles apparaissent comme des présentations classiques d’une recherche-action (hypothèses, terrain, méthodologie, analyse, perspective) et d’autres s’apparentent plus à des retours d’expériences ou à des interviews. Le titre de l’ouvrage n’étant pas révélateur du contenu, chacun, en fonction de ses sujets de recherche, y trouvera un intérêt tant les angles de traitement sont divers. Cependant, si cette hétérogénéité peut être un atout dans la richesse des informations présentées, le lecteur risque d’être dérouté par l’absence de cohérence globale et de ne finalement pas savoir que retenir de l’ouvrage.

4Professeur à l’université Columbia, Arthur Langer explique en avant propos (pp. 13-26), avec une approche très pragmatique et gestionnaire, comment les salariés de la génération Y, à condition que les managers de la génération X (la précédente) adaptent leur management, permettront aux entreprises d’accélérer leur adaptation aux pratiques numériques et d’acquérir ainsi un « digital dynamism » (p. 15). Ensuite, une première partie présente cinq recherches-actions réalisées, à l’exception d’une, avec la participation des étudiants de l’université de Grenoble (pp. 27-148). Contrairement à ce qu’indique le titre, nous ne sommes, lors de ces cinq chapitres, ni dans le contexte de l’entreprise, ni dans des situations managériales. La première recherche (Fabienne Martin-Juchat, Aurélia Dumas, Julien Pierre, pp. 29-73) est la plus détaillée. Elle consiste en une analyse des pratiques numériques et de la dépendance affective à ces pratiques d’étudiants entre 18 et 25 ans. À la lecture de ses conclusions, il est possible de s’interroger sur la transposition de ces types de comportements et, en particulier, de la relation à l’ennui et de l’exacerbation de l’émotionnel lorsque ces étudiants passeront des bancs universitaires et de la liberté relative de la vie estudiantine aux contraintes inhérentes à une organisation marchande de la vie de salarié dans l’entreprise.

5Le deuxième chapitre (Caroline Cuny, Gaël Allain, pp. 75-91) aborde les aspects cognitifs du traitement de l’information et les modifications que pourrait avoir l’usage des outils numériques sur notre cerveau. L’une des caractéristiques dont est généralement affublée la génération Y est d’être « multitâche ». Mais, finalement, que révèlent les mesures de l’impact de l’utilisation d’outils numériques en situation traditionnelle d’apprentissage ? L’auteur évoque « l’illusion de la performance » (p. 91) puisque, lors de l’usage intensif et simultané de plusieurs outils numériques, les capacités de filtrage et de mémorisation sont réduites et, contrairement, à ce que l’on pourrait penser, le cerveau des digital natives n’est pas, ou peut-être pas encore, totalement adapté. Le chapitre suivant (Constance Georgy, pp. 93-118) s’intéresse à la manière dont les jeunes adultes, en passe de chercher un emploi, gèrent leur image et, particulièrement, leur identité professionnelle sur le web et utilisent les réseaux sociaux dans leur recherche professionnelle. L’auteur conclut notamment que ces jeunes favorisent toujours le contact « réel » par rapport au contact virtuel. Dans un quatrième chapitre (pp. 119-138), à travers le récit d’une expérience de co-création d’un cours mouk entre étudiants et professeur, Bernard Stiegler revient sur la formation de l’attention, les savoirs et ce qu’il nomme l’« organologie contributive ». Issu d’une étude réalisée dans le cadre du programme de prospective « Transformation numérique de l’entreprise » conduit par le think tank Futur numérique de l’Institut Mines Télécom, le chapitre cinq (Carine Dartiguepeyrou, pp. 139-148) fait le lien entre les deux parties de l’ouvrage. Il traite des digital natives au travail et considère l’influence de cette jeune génération sur les évolutions culturelles en cours dans les organisations pour y constater une mutation des modes de collaborations et le développement d’un modèle économique alternatif…

6La seconde partie regroupe des témoignages de professionnels et s’intéresse à ce que ces derniers disent des comportements des générations Y au sein des organisations. À travers l’ensemble de ces témoignages, on constate un regard bienveillant envers cette génération qui, selon l’ouvrage, fera évoluer les pratiques communicationnelles au sein des organisations. Le sixième chapitre (Emmanuel Baudoin, Marie Bia-Figueiredo, Chantal Morley, Aline Hrascinec Salierno, pp. 151-169) traite des rapports des générations Y au travail et, plus particulièrement, à la technologie, à leur carrière et à la hiérarchie. Il reprend les opinions des professionnels sur cette génération puis les analyse en termes de défis et d’opportunités pour les entreprises. On retrouve l’idée évoquée par Arthur Langer que les générations Y permettraient l’accélération de la transformation numérique des entreprises (p. 155).

7En revanche, paradoxe de l’ouvrage, les études scientifiques des premiers chapitres montrent que cette jeune génération doit apprendre à gérer ses usages des outils numériques et, dans le même temps, les interviews de professionnels tendent plutôt vers une adaptation, non pas des jeunes, mais des organisations et de leurs modes managériaux. Dans cette même partie, une interview du p-dg d’une grosse start-up (Alexandre Zapolski par Denis Lapert, pp. 171-176) développe l’idée de l’apprentissage de l’informatique dès le plus jeune âge et la mise à niveau sur les outils numériques tout au long de la vie pour favoriser l’employabilité des jeunes et des moins jeunes. Le chapitre suivant (François van Praagh, pp. 177-182) est une présentation, sur un ton très « corporate » de la Digital Academy et de la stratégie d’Orange, « Digital Leadership Inside », pour devenir une organisation véritablement « digital inside » (p. 178) aussi bien par l’équipement en outils numériques que par leur utilisation à tous les niveaux de l’entreprise. Cette deuxième partie évoque une prise de conscience par les managers et les organisations actuelles de la nécessité de faire évoluer les modes de management pour attirer et garder les jeunes de la génération Y. Selon l’ouvrage, cette « révolution » doit s’appuyer sur l’utilisation des outils numériques. Dans le dernier chapitre (interview de Nathalie Dore par Benoît Meyronin, pp. 183-186), on trouve des projets visant justement à développer le « digital working » (p. 185). On peut s’interroger sur la réception par ces digital natives des projets qui là encore tentent de rationaliser des usages individuels et qui paraissent très institutionnels. En conclusion (pp. 187-192), Francis Jutand, directeur scientifique de l’Institut Mines Télécom, interroge prospectivement le monde de l’après-basculement numérique, celui de la génération Z et celui, espère-t-il, du « surhumanisme » plutôt que du « transhumanisme » (p. 198).

Haut de page

Pour citer cet article

Référence papier

Elise Maas, « Benoît Meyronin, dir., La Génération Y, le manager et l’entreprise », Questions de communication, 29 | 2016, 485-487.

Référence électronique

Elise Maas, « Benoît Meyronin, dir., La Génération Y, le manager et l’entreprise », Questions de communication [En ligne], 29 | 2016, mis en ligne le 30 juin 2016, consulté le 20 février 2017. URL : http://questionsdecommunication.revues.org/10658

Haut de page

Auteur

Elise Maas

resic, Université libre de Bruxelles, ihecs, B-1050
elise@maas.cc

Haut de page

Droits d’auteur

Tous droits réservés

Haut de page