Navigation – Plan du site
Notes de lecture
Histoire, sociétés

Thierry Libaert, Jean-Marie PierlotLes Nouvelles Luttes sociales et environnementales. Notre-Dame-des-Landes, droit au logement, gaz de schiste, expérimentation animale…

Paris, Vuibert, coll. Signature, 2015, 224 pages
François Allard-Huver
p. 483-485
Référence(s) :

Thierry Libaert, Jean-Marie Pierlot, Les Nouvelles Luttes sociales et environnementales. Notre-Dame-des-Landes, droit au logement, gaz de schiste, expérimentation animale… Paris, Vuibert, coll. Signature, 2015, 224 pages

Texte intégral

1L’ouvrage de Thierry Libaert et Jean-Marie Pierlot s’annonce comme un manuel de combat à l’usage de tous ceux qui souhaitent s’engager dans une stratégie de résistance et de lutte sur des sujets environnementaux, sanitaires, alimentaires ou bien contre des projets d’implantations (centrales électriques, zones d’expérimentation, sites de stockage de déchets nucléaires, etc.). En s’appuyant sur des exemples anciens et récents, de la résistance au plateau du Larzac aux campagnes contre l’huile de palme en passant par la pression sur Nike et ses sous-traitants, les luttes sociales et environnementales sont analysées sous un angle original qui mêle le regard d’un universitaire à celui d’un acteur engagé, tous deux spécialistes des questions de communication, des relations publiques mais aussi de la communication sur des sujets sensibles. Dès les premières pages de l’ouvrage, les auteurs cherchent à démontrer le bien-fondé, la nécessité, voire le caractère incontournable de la communication pour les associations. Ces dernières sont souvent réticentes à « communiquer », ce qui revient, pour elles, à employer les outils et les armes de ceux qu’elles combattent. L’un des enjeux du livre est alors de « prendre la communication au sérieux et non comme un simple outil supplémentaire » (p. 8), de restaurer en quelque sorte son image auprès de publics associatifs et non gouvernementaux afin de leur permettre de lutter à armes égales pour la défense des intérêts qui leur paraissent dignes.

2D’abord, les auteurs présente les différents enjeux théoriques que soulève la « communication de combat » (pp. 11-70). Cette partie montre le caractère agonistique des relations publiques : « Loin de l’approche dominante qui fait de la communication le lieu du consensus qui réconcilierait tous les publics, nous prônons une conception militante, conflictuelle et constructive » (p. 13). Bien que relativement courte, elle a le mérite de proposer une catégorisation des registres de la communication de combat, ses objectifs et caractéristiques, et deux points particuliers sur la communication contre les projets d’implantation d’ouvrages (centrales, usines, etc.) et à risque. Ainsi les enjeux spécifiques d’une stratégie qui s’opposerait à un projet d’implantation sont-ils détaillés et complétés par des principes allant du plus simple en termes de communication (connaissance du dossier, préparation des discours ou encore éléments de langages) au plus complexe, par exemple la mise en place de mécanismes de veille et d’analyse de la communication adverse – c’est-à-dire la stratégie de celui qui souhaite implanter sa centrale nucléaire ou son aéroport. L’analyse des ressorts de la communication sur des projets sensibles présente également certaines stratégies adverses comme le retournement de la perspective : « Les entreprises […] n’hésitent pas à endosser la posture de David se battant contre le Goliath des ong [organisations non gouvernementales] » (p. 55). On regrette que cette première partie n’approfondisse pas les enjeux théoriques que pourrait soulever la formalisation d’une recherche sur la communication de combat, ce qui aurait sans doute donné une autre perspective à l’ensemble.

3Dans la partie suivante (pp. 73-144), les auteurs s’attellent à décrire précisément les mécanismes et stratégies accessibles aux associations pour s’engager dans un processus de lutte qui peut parfois prendre des années et ne doit pas s’épuiser face à des acteurs ayant des moyens considérablement plus importants. Ainsi son premier chapitre (pp. 73-102) décrit de manière simple et opérationnelle la méthodologie d’une stratégie de communication « standard » qui pourrait s’appliquer à des luttes, tout en cherchant à expliquer, rationaliser et, surtout, valoriser une telle stratégie. En s’appuyant sur des exemples toujours variés, Thierry Libaert et Jean-Marie Pierlot illustrent les fondamentaux du plan de communication, ses outils et ses limites. Ainsi peut-on observer la professionnalisation de la communication du Fonds mondial pour la nature (wwf) et de son code de communication (« Compétent, Optimiste, Déterminé et Engageant », p. 84) ou encore la force d’un argumentaire et d’une symbolique clairement identifiés par les médias comme celui des Femen qui protestent « topless » (p. 89). Cette partie intéressante expose des stratégies qui sortent parfois des sentiers battus de la communication traditionnelle, telles la grève de la faim ou l’immolation (pp. 135-136) sans bien sûr enjoindre les lecteurs à ces extrémités. Cependant, le florilège d’exemples invite parfois à regretter que le propos n’explore pas plus en détails les différentes stratégies, leurs limites et leurs retombées effectives.

4Enfin, la dernière partie du livre constitue l’un des points forts du propos (pp. 147-214). Elle se divise en deux sections, l’une consacrée à l’analyse de cas emblématiques des luttes sociales, environnementales ou contre des projets d’implantation (pp. 147-200), l’autre regroupant des entretiens avec des acteurs majeurs et engagés depuis longtemps dans la communication de combat (pp. 201-214). Ainsi la première s’annonce-t-elle comme une exploration des « coulisses » des dix « fronts de lutte » parmi lesquels on compte le Larzac, l’obsolescence programmée, les sous-traitants de Nike, l’huile de palme ou bien encore le droit au logement. Ces analyses de cas présentent toujours la même structure : thème, enjeux, historique et analyse de la communication. Ces analyses permettent de mettre en perspective les stratégies exposées dans la partie précédente tout en prenant de la distance avec les « acteurs » engagés pour observer très précisément les points forts et faibles de ces communications. Le propos se fait très pointu et l’expertise des auteurs s’avère très utile. L’ouvrage propose donc des cas d’étude intéressants pour ceux qui souhaitent mobiliser ou faire passer des savoirs sur la communication de combat tandis que la seconde section regroupe les différents entretiens qu’ont conduits Thierry Libaert et Jean-Marie Pierlot avec des responsables associatifs (Bruno Genty de France nature environnement ou Michel Genet de Greenpeace Belgique), des hommes politiques (Jean-Paul Besset, député Europe Écologie-Les Verts, ou José Bové, député européen) sans oublier, bien sûr, des citoyens engagés (Julien Durand, porte-parole de l’Association citoyenne intercommunale des populations concernées par le projet d’aéroport – Acipa – de Notre-Dame-des-Landes). Ces témoignages apportent un éclairage unique sur les dossiers auxquels sont confrontés ces acteurs et leur permettent de dispenser des conseils « pratiques » sur les luttes à mener. On retrouve, par ailleurs certaines des thèses de l’ouvrage défendues cette fois-ci par les personnes interrogées telles la nécessité de disposer d’une large base de soutien local, la mise en visibilité d’un symbole qui permettra de cristalliser l’opinion autour de la thématique de la lutte ou une stratégie de communication qui permet la montée en généralité d’un problème, le faisant passer de son statut local à un statut national.

5L’ouvrage est complété par de deux focus sur la communication de combat au cinéma (pp. 65-70) et dans la bande dessinée (pp. 141-144). Jouant le rôle d’interlude entre les parties, ces derniers offrent une vision différente et plus triviale des luttes et de leurs caractéristiques, mais surtout de leur inscription dans l’imaginaire collectif. On alterne entre des figures rendues célèbres grâce au cinéma comme Erin Brockovitch – avec Julia Roberts dans le rôle éponyme – ou d’autres icônes de la pop culture qui, à leur manière, incarnent des formes de résistance – Mafalda s’opposant à l’autorité parentale ou V comme vendetta, dénonciation dystopique des dérives autoritaires du régime de Margaret Thatcher. Ces focus fournissent une réflexion agréable et originale sur la prégnance des thématiques de la communication de combat ainsi qu’une proposition de supports alternatifs propres à porter un message de dénonciation disruptif qui puisse circuler facilement dans différents médias.

6En conclusion, l’ouvrage s’avère un excellent manuel de communication sur les thématiques d’une communication agonistique. Si l’on peut regretter que le texte n’approfondisse pas plus certains questionnements théoriques qu’il soulève – ce que ses auteurs font dans d’autres travaux (Thierry Libaert, « La communication sur les sujets sensibles. Principes et méthodes », 2013, accès : http://www.communication-sensible.com/​articles/​article266.php, consulté le 10/05/16 ; Thierry Libaert, Pierre Bardon, Le Lobbying, Paris, Dunod, 2012) –, ce travail est richement documenté, très complet, original, voire parfois caustique, donnant à tous ceux qui cherchent à s’engager dans la lutte une méthodologie complète, réactive et efficace pour réussir à peu de frais à faire trembler les plus grands. Les Nouvelles Luttes sociales et environnementales fournissent ainsi aux Davids modernes frondes et munitions pour affronter les Goliaths de la société de l’information.

Haut de page

Pour citer cet article

Référence papier

François Allard-Huver, « Thierry Libaert, Jean-Marie PierlotLes Nouvelles Luttes sociales et environnementales. Notre-Dame-des-Landes, droit au logement, gaz de schiste, expérimentation animale… », Questions de communication, 29 | 2016, 483-485.

Référence électronique

François Allard-Huver, « Thierry Libaert, Jean-Marie PierlotLes Nouvelles Luttes sociales et environnementales. Notre-Dame-des-Landes, droit au logement, gaz de schiste, expérimentation animale… », Questions de communication [En ligne], 29 | 2016, mis en ligne le 30 juin 2016, consulté le 30 mars 2017. URL : http://questionsdecommunication.revues.org/10655

Haut de page

Auteur

François Allard-Huver

Gripic, École supérieure d’agricultures-Angers Loire, F-49007
fr.allardhuver@gmail.com

Haut de page

Droits d’auteur

Tous droits réservés

Haut de page