Navigation – Plan du site
Notes de lecture
Histoire, sociétés

Sylvie Freyermuth, Jean-François P. Bonnot, Des personnages et des hommes dans la ville. Géographies littéraires et sociales

Berne, P. Lang, 2014, 522 pages
Stéphanie Bertrand
p. 477-478
Référence(s) :

Sylvie Freyermuth, Jean-François P. Bonnot, Des personnages et des hommes dans la ville. Géographies littéraires et sociales, Berne, P. Lang, 2014, 522 pages

Texte intégral

1Au sein des nombreuses publications ou manifestations scientifiques consacrées ces dernières années à la ville, en littérature comme en sociologie, l’ouvrage coécrit par Sylvie Freyermuth et Jean-François P. Bonnot se distingue par son approche pluridisciplinaire, mais aussi par la nature et l’ampleur du corpus étudié. Œuvres littéraires, traités de géographie, manuels d’histoire, extraits de journaux, textes philosophiques et films constituent le cœur du corpus, dans un contexte principalement européen (outre la littérature française, de Jules Romains et Jules Verne à Michel Houellebecq en passant par Jean-Jacques Rousseau, de nombreux exemples émanent de la littérature allemande, italienne, autrichienne, mais aussi, pour quelques-uns, de la littérature américaine et canadienne) et pluriséculaire (du xviiie au xxie, les deux derniers siècles demeurant majoritaires). Œuvre-somme, l’ouvrage vient couronner les recherches effectuées dans le cadre du programme de recherche international « Reconstructions littéraires françaises et francophones des espaces sociopolitiques, historiques et scientifiques de l’extrême contemporain » (LociLitt), lequel a notamment donné lieu à deux colloques dont les actes ont été publiés chez le même éditeur, la même année (Ville infectée, ville déshumanisée ; Malaise dans la ville). Ambitieux, l’objectif que se sont fixé les auteurs est de « construi[re] des fragments d’une histoire littéraire et sociale de la cité » (p. 15). Ceci les conduit à alterner rappels ou passages théoriques, parcours transversaux des œuvres et « études de cas ». Mettant à distance l’approche « sémiotique, y compris [..] la sémiotique dite urbaine », mais aussi le « structuralisme radical » (p. 145), les deux auteurs empruntent leurs méthodes aussi bien à la littérature, à la linguistique, à la philosophie qu’à la sociologie et à l’ethnologie – la conséquente bibliographie donnant de ce point de vue un bel aperçu des multiples et solides références sur lesquelles ils s’appuient, ou qu’ils mettent précisément à distance.

2C’est bien dans la remise en cause d’un certain nombre de notions de sociologie ou géographie urbaines que réside l’un des premiers intérêts de l’ouvrage : du « non-lieu » à la « désaffiliation », en passant par la « postmodernité », Sylvie Freyermuth et Jean-François P. Bonnot interrogent les concepts autant que les corpus. Organisé en quatre parties présentées comme « complémentaires » (p. 17), l’ouvrage examine sous différents angles le lien que l’individu entretient avec la ville. Une première partie envisage d’emblée la dimension dysphorique de ce lien : le rapport de l’individu à la ville industrielle et postindustrielle apparaît spontanément, dans les textes littéraires comme dans les analyses sociologiques, sous le signe du « danger social », de l’« exclusion », de l’« errance ». Si ces perspectives ne sont pas neuves (les analyses de Marc Augé ayant suscité, comme le rappellent bien les auteurs, nombre d’études illustratives), l’originalité de l’analyse tient précisément à la manière dont la notion de « non-lieu » se trouve mise à distance, par le rappel de sa relativité et de sa nécessaire inscription dans un « point de vue » (p. 109). Si les deux auteurs rejoignent alors la position de Sabine Vassart, laquelle considérait que « l’espace habité ne se réduit pas à ses simples propriétés métriques ou esthétiques parce qu’il se charge de significations liées aux représentations que l’habitant s’en fait et aux expériences émotionnelles dont il est investi » (cité p. 123), c’est pour mettre en évidence, à travers des exemples dont l’impressionnante variété illustre « l’encyclopédie » des auteurs, la force des représentations presque mythiques ou sacrées qui gouvernent le lien que l’individu entretient avec son espace d’habitation urbain, fût-ce, comme le clochard Christian dans Paris Gare du Nord de Joy Sorman (Paris, Gallimard, 2011), un photomaton.

3La deuxième partie, « Systèmes urbains et superposition des traces » interroge la ville dans ses enjeux spatiaux-temporels : c’est cette fois l’imaginaire de la construction urbaine, du plan de la ville à l’échelle du quartier, en passant par la représentation des « vieilles masures » (p. 163), qui se trouve scruté. L’originalité de l’analyse réside une fois encore dans le changement de perspective : tandis que la sociologie et la géographie urbaines tendent à privilégier le seul examen spatial, celui d’une « ville-réseau » ou d’une « ville-système » (p. 152), Sylvie Freyermuth et Jean-François P. Bonnot interrogent surtout la profondeur, la « superposition des traces » (p. 137). Cette ville-palimpseste permet dès lors de dévoiler une « mémoire des lieux » qui inscrit l’habitant des villes dans une « continuité mémorielle, même si, le cas échéant, [il] ne se perçoi[t] pas [lui]-mêm[e] en tant que dépositaires d’un tel patrimoine » (p. 261). Le parcours diachronique proposé par les critiques, s’agissant, notamment, de l’évolution des plans des villes, confère une profondeur supplémentaire à l’étude en superposant mémoires urbaine et textuelle. Avant de mettre en évidence, dans une dernière partie, les « frontières symboliques » de la ville à partir de l’exemple aussi atypique que stimulant de la « Cité des princes » dans les années 60, la troisième partie propose une pertinente réactualisation de la représentation topique de la ville comme organisme. En empruntant leur vocabulaire à l’imaginaire décadent, les auteurs mettent en évidence la manière dont le fonctionnement urbain relève désormais, dans la réalité comme dans sa représentation, d’une forme de nosographie.

4Malgré la convergence affichée des quatre parties de l’ouvrage vers (la représentation de) l’aliénation de l’habitant de et dans la ville, il n’est pas toujours évident de suivre le fil rouge urbain ou périurbain ; Paris aussi bien que Florange servent d’ailleurs de support à l’analyse. De fait, l’adjectif urbain doit bien être entendu au sens que lui conférait Henri Lefevre (pour lequel il désignait également des « individus qui, tout en se situant dans des lieux géographiquement orientés vers le pôle “campagne”, n’en sont pas moins porteurs de valeurs urbaines », cité p. 55). Dès lors – et c’est sans doute dans cet autre fil rouge que réside encore un intérêt de l’ouvrage –, l’étude, synchronique comme diachronique, des espaces citadins et des valeurs urbaines proposée par Sylvie Freyermuth et Jean-François P. Bonnot est une manière de questionner, y compris dans sa dimension linguistique, l’imaginaire des racines, c’est-à-lire la question – combien actuelle – de l’« appartenance » (p. 193 notamment).

5Si la grande richesse théorique de l’ouvrage comme le foisonnement des exemples de tous bords constituent son grand mérite, ils représentent sans doute aussi sa limite lorsque la démonstration, soucieuse d’exemplifier avec précision, accumule les citations ; mais c’est peut-être que l’ouvrage appelle une lecture moins linéaire que simultanée des différents plans qu’il déploie, à l’image de cette « ville-système » (p. 152) protéiforme et pluridimensionnelle que les auteurs se sont minutieusement attachés à décrire et problématiser.

Haut de page

Pour citer cet article

Référence papier

Stéphanie Bertrand, « Sylvie Freyermuth, Jean-François P. Bonnot, Des personnages et des hommes dans la ville. Géographies littéraires et sociales », Questions de communication, 29 | 2016, 477-478.

Référence électronique

Stéphanie Bertrand, « Sylvie Freyermuth, Jean-François P. Bonnot, Des personnages et des hommes dans la ville. Géographies littéraires et sociales », Questions de communication [En ligne], 29 | 2016, mis en ligne le 30 juin 2016, consulté le 23 août 2017. URL : http://questionsdecommunication.revues.org/10647

Haut de page

Auteur

Stéphanie Bertrand

Écritures, université de Lorraine, F-57000
stephaniee.bertrand@gmail.com

Haut de page

Droits d’auteur

Tous droits réservés

Haut de page