Navigation – Plan du site
Notes de lecture
Histoire, sociétés

Aurélie Choné, Catherine Repussard, Laurence Grandchamp, dirs, (In)visibles cités coloniales. Stratégies de domination et de résistance de la fin du xixe siècle à nos jours

Paris, Orizons, coll. Universités, 2014, 250 pages
Anne Roche
p. 471-472
Référence(s) :

Aurélie Choné, Catherine Repussard, Laurence Grandchamp, dirs, (In)visibles cités coloniales. Stratégies de domination et de résistance de la fin du xixe siècle à nos jours, Paris, Orizons, coll. Universités, 2014, 250 pages

Texte intégral

1Actes d’un colloque éponyme tenu à Strasbourg en les 29 et 30 mars 2012, cet ouvrage collectif sur les villes coloniales se caractérise par sa diversité : diversité géographique (Brésil, Nouvelle-Zélande, Cameroun, Algérie, Inde) ; diversité d’approches par croisements interdisciplinaires (anthropologie, sociologie, littératures…) ; quant à la diversité historique, elle était inscrite dans le projet – puisqu’il s’agissait de saisir la ville comme un « feuilleté d’histoire(s) » (p 19) –, qui s’inspire d’Italo Calvino (Les Villes invisibles, Turin, Einaudi, 1973 – concept qui se révèle d’une remarquable fécondité) ainsi que d’Albert Memmi (l’invisibilité du colonisé), des différents penseurs du post-colonialisme (Edward Saïd, Homi Bhabha) ou d’Henri Lefebvre pour la pensée de la ville. Le fil conducteur étant l’impossibilité de penser la question coloniale de façon binaire (eux/nous, centre/périphérie…) et le caractère inopérant d’une approche binariste inversée, défaut auquel n’échappent pas certains théoriciens du post-colonialisme. L’invisibilité du titre n’est rien d’autre qu’« une forme de cécité et d’incompréhension à l’égard des territoires urbains » (p. 14) : « Les villes coloniales […] réinscrivent les limites conceptuelles du colonisateur, incapable de cartographier réellement la cité qu’il tente de s’approprier en raison de sa dimension cachée, invisible » (p. 16).

2La première partie, « Villes-strates : superpositions spatiales et temporelles », examine la structure en palimpseste de plusieurs villes coloniales. Rognvald Leask (pp. 27-46) étudie la ville de Christchurch (Nouvelle-Zélande) avec la lutte d’une tribu maori pour trouver sa place dans le développement urbain, les tremblements de terre qui selon certains provoqueraient « une rupture naturelle vis-à-vis de notre passé colonial » (p. 36), et la façon dont la reconstruction prend en compte ou non les valeurs des autochtones. À propos de deux exemples algériens, Bône (Hugo Vermeren, pp. 47-60) et Sétif (Saïd Chouadra et Monia Bousnina, pp. 61-73), les auteurs soulignent la différence des stratégies à la fois politiques et architecturales : à Bône, après la conquête, une grande partie de l’architecture existante est détruite au profit de rues rectilignes, tandis que Sétif est une création ex nihilo, quoique bâtie sur des vestiges romains et byzantins. Dans les deux cas, des stratégies de résistance feutrée se font jour, comme les comportement rituels et les rassemblements autour de la célèbre fontaine d’Ain el Fouara.

3Dans une deuxième partie, « Regards et mimétismes », Aurélie Choné (pp. 77-102) analyse les métropoles indiennes dans les récits de voyages de langue allemande (1880-1930) et montre comment les « totalisations imaginaires de l’œil » (Michel de Certeau, cité p. 80) empêchent de voir la ville « invisible », celle du colonisé. Le voyageur perçoit d’abord une richesse de stimulations devant les paysages qui font appel à tous les sens, puis construit une perception binaire, reposant sur une série d’oppositions (dehors/dedans, proche/étranger, etc.). Parfois, la « flânerie historique » permet d’imaginer Pompéi « sous » Delhi (p. 93), ou Calcutta comme reflet de Londres (p. 96), mais avant 1914, peu de voyageurs s’insurgent contre la stratification sociale de l’espace urbain, très peu décrivent la misère, la ségrégation.

4L’examen de films d’amateur des années 20-40, un corpus peu connu et peu exploité, permet à Annamaria Motrescu-Mayes (pp. 103-114) d’analyser comment des vidéastes ont – volontairement ou inconsciemment – cartographié visuellement des exemples de différenciation de genre, de race ou de culture tout en enregistrant des scènes de villes coloniales : ainsi un film tourné en 1920 à Jaffa, destiné à capter un pèlerinage, se trouve-t-il enregistrer le début d’émeutes où furent tués plusieurs musulmans et juifs (pp. 107-108), tandis qu’un autre film, représentant une innocente excursion en famille, fait surgir involontairement le passé australien (peuplement de convicts) et la subordination des femmes (pp. 110-111).

5Dans sa lecture de Macunaima de Mario de Andrade, Isabel von Holt (pp. 115-130) utilise le concept de colonial mimicry de Homi Bhabha (p. 118) pour rendre compte de l’ambivalence de certains personnages, tout en discutant au passage une traduction (du luso-brésilien vers l’anglais) qui banalise les réalités locales : ainsi, rendre taba par village semble incorrect, taba désignant de fait une communauté (settlement) indigène (p. 115). Une même problématique d’analyse littéraire se retrouve dans l’article d’Anna Sophie Brasch sur le roman colonial allemand (pp. 155-170), roman lié au mouvement Heimatkunst qui stigmatise la « littérature de décadence » (p. 157) et postule un art fondé sur des concepts comme Ganzheitlichkeit, Persönlichkeit, Volkstum, Scholle (p. 157) ; ou dans l’article d’Emmanuelle Recoing, « La ville coloniale créole entre réel et mythe dans Texaco de Patrick Chamoiseau : une représentation de l’invisible » (pp. 203-223), qui montre que la ville créole, historiquement coloniale, et par là porteuse d’ambiguïté, est à la fois espoir de promotion sociale pour les Antillais noirs et symbole de la puissance occidentale, ce dont le roman de Patrick Chamoiseau rend compte par l’appel au mythe et à la magie.

6Dans la troisième partie, « Villes rêvées et projections utopiques », Laurence Grandchamp analyse la colonisation de l’Amazonie (pp. 133-153) : les plans « rationnels » de colonisation agricole, à partir de 1970, se sont heurtés à la réalité, à la fois naturelle (le « quadrillage » ignorait les reliefs et les points d’eau) et sociale (pp. 137-138). La colonisation crée de nouvelles invisibilités : celle des autochtones (exclus du projet, p. 147) puis celle des migrants (qui atterrissent dans des bidonvilles en marge des « villes nouvelles », p. 151). L’auteure (pp. 135-136) rappelle que la colonisation n’est pas nécessairement « externe » (une métropole/un pays sous-développé), mais peut être « interne » (la ville/la campagne).

7Un autre type de ville rêvée apparaît avec l’exemple d’Alexandrie : Evaristo Breccia, archéologue italien, directeur du musée d’Alexandrie de 1904 à 1931, a forgé l’image d’une Alexandrie cosmopolite et tolérante, image reprise par Edward M. Forster et Lawrence Durrell, et qui s’est imposée, faisant oublier la réalité d’une Égypte sous emprise coloniale (Elena Chiti, pp. 170-183). Evaristo Breccia oppose une modernité à célébrer (celle apportée par les Européens, héritière du glorieux passé gréco-romain) et une modernité « arabe », négative et destructrice (p. 173) : les constructions arabes détruisent la ville hellénistique, y compris sur des terrains vagues qui devraient être exploités par des fouilles archéologiques, et l’auteur n’hésite pas à parler de « vandalisme » (p. 174). Le grand intérêt de cette analyse est de rappeler qu’il est faux d’opposer la « modernité » du colonisateur à l’« archaïsme » du colonisé, et qu’il peut y avoir ce qu’on pourrait appeler une modernité de l’autre.

8Dans la dernière partie, « Stratégies de résistance », Roméo Terral (pp. 225-238) étudie l’extension urbaine de Pointe-à-Pitre (1928-1982). Jusqu’au milieu du xixe siècle, la ville est planifiée selon un découpage orthogonal : à partir de la seconde moitié du xixe siècle, se développe un urbanisme sauvage (qui correspond à un découpage social, mais qui est surtout une forme de résistance, ni violente ni frontale, néanmoins visible.

9Catherine Repussard (pp. 187-202) consacre une étude passionnante à l’expropriation des Douala (Cameroun) par les autorités allemandes (1903-1914). Selon elle, loin d’être « des sauvages primitifs », les Douala sont des « sauvages civilisés » (p. 189) qui n’entrent donc pas dans le cadre conceptuel du colonisateur. Européanisés, germanisés, riches, ils représentent une élite compradore, pour reprendre le terme des théoriciens postcoloniaux (lesquels l’ont emprunté au marxisme, p. 198). Expropriés, ils utilisent d’abord la juridiction de leur colonisateur pour tenter de faire respecter leurs droits, puis « la manipulation de la coutume inventée » (Terence Ranger, cité p. 200) en se présentant comme peuple originel et authentique, ce qui joue dans le sens des völkisch (p. 200). Leurs revendications seront impuissantes à empêcher le projet de fonder une ville « blanche et saine » (p. 192), refoulant les différentes ethnies locales dans l’arrière-pays, dans des régions marécageuses. Cet apartheid découle de la vision d’une hiérarchie des peuples héritée de Joseph A. de Gobineau et dont on sait la fortune au xxe siècle. Avec cet exemple privilégié, Catherine Repussard souligne la distorsion du discours colonial et rappelle la notion – dérivée d’Homi Bhabha – d’espace tiers et de décentrement colonial (pp. 200-201).

10La conclusion (pp. 239-243) insiste sur l’absence d’invariants, sur l’importance d’être attentif à la complexité des phénomènes : ainsi la résistance n’a-t-elle pas toujours été violente, elle « a aussi pris la forme du contournement, voire du détournement de la contrainte exogène » (p. 239). Une iconographie originale, dans un cahier central, complète l’ouvrage avec par exemple l’image de rassemblements de Sétifiens autour de la fontaine « magique » d’Aïn el Fouara (pp. IV-V), ou la pittoresque photo des « membres de la famille Archibald visitant la prison de Berrima (Nouvelles Galles du Sud) » (p. VIII), où seules les femmes de la famille se retrouvent derrière des barreaux : image qui se voulait joueuse, mais qui métaphorise les relations genrées de pouvoir – une autre invisibilité.

Haut de page

Pour citer cet article

Référence papier

Anne Roche, « Aurélie Choné, Catherine Repussard, Laurence Grandchamp, dirs, (In)visibles cités coloniales. Stratégies de domination et de résistance de la fin du xixe siècle à nos jours », Questions de communication, 29 | 2016, 471-472.

Référence électronique

Anne Roche, « Aurélie Choné, Catherine Repussard, Laurence Grandchamp, dirs, (In)visibles cités coloniales. Stratégies de domination et de résistance de la fin du xixe siècle à nos jours », Questions de communication [En ligne], 29 | 2016, mis en ligne le 30 juin 2016, consulté le 29 juin 2017. URL : http://questionsdecommunication.revues.org/10639

Haut de page

Auteur

Anne Roche

Cielam, Aix-Marseille Université, F-13000
roche.anne@wanadoo.fr

Articles du même auteur

Haut de page

Droits d’auteur

Tous droits réservés

Haut de page