Navigation – Plan du site
Notes de lecture
Histoire, sociétés

Alain Chatriot, Pierre Mendès France. Pour une République moderne

Paris, A. Colin, coll. Nouvelles Biographies historiques, 2015, 317 pages
Jean-Louis Clément
p. 469-470
Référence(s) :

Alain Chatriot, Pierre Mendès France. Pour une République moderne, Paris, A. Colin, coll. Nouvelles Biographies historiques, 2015, 317 pages

Texte intégral

1De son vivant, Pierre Mendès France eut trois historiographes – l’Anglais Donald McCormick, et les Français Jacques Nantet et Alain Gourdon – selon le comput d’Alain Chatriot. Il eût fallu écrire cinq. En effet, le journaliste anglais d’origine russe Alexander Werth (1901-1969) a publié The Strange history of Pierre Mendès France and the great conflict over French North Africa (Londres, Barrie, 1957) et Claude Nicolet (1930-2010), à l’aube de la Cinquième République, écrivit Pierre Mendès France ou le métier de Cassandre (Paris, Julliard, 1959). Cet historien de l’Antiquité attribuait à l’homme politique, fleuron du radicalisme de l’après-Seconde Guerre mondiale, le patronage d’une héroïne de la guerre de Troie aux sinistres prédictions, pour camper son personnage comme un demi-dieu du Panthéon politique français. Depuis sa mort, en 1982, les biographies louangeuses se sont multipliées, celle d’Alain Chatriot étant la neuvième. De même que les hagiographies des saints médiévaux étaient composées selon un plan identique propre à édifier les lecteurs, celui des biographies de Pierre Mendès France semble obéir à un schéma similaire : ce ne sont que des nuances qui distinguent le plan du livre de Jean-Louis Rizzo (Pierre Mendès France Paris, Éd. La Découverte, 1994) de celui d’Alain Chatriot. Il importe aux deux auteurs de placer Pierre Mendès France dans le cercle étroit des hommes politiques qui ont refusé le 13 mai 1958 (putsch d’Alger). Il est un fait que, en juin 1953, cet homme d’État avait proposé une réforme constitutionnelle. Pour assurer la stabilité gouvernementale, il proposait une sorte de défiance constructive semblable à celle introduite dans la Grundgesetz (Loi fondamentale pour la République fédérale d’Allemagne) allemande de 1949. Faut-il en déduire une attitude de respect inconditionnel du mythique président du Conseil de la Quatrième République à l’égard des institutions d’octobre 1946 ? Une note manuscrite de Georges Pompidou (Lettres, notes et portraits 1928-1974 Témoignage d’Alain Pompidou, Paris, R. Laffont, 2012, p. 258) – que, à la différence d’Alain Chatriot, Jean-Louis Rizzo ne pouvait connaître – tend à nuancer fortement cette image de vieux Romain à la mode de Caton l’Ancien dont on veut parer notre personnage : « Février-mars 1956 […]. Le 1er mars, [le général de Gaulle] voit à 11 h 30, au Lapérouse, Mendès France (1 h 20). Cela se passe bien. p.m.f. vient lui proposer de renverser Guy Mollet et propose une démarche dont il se fait fort auprès de Coty avec Lacoste et Jacquinot (je crois) pour appeler le Général ». Ce renversement du gouvernement Mollet – investi en février 1956 par une majorité parlementaire de Front républicain à la suite des élections anticipées de janvier 1956 et dont Mendès France était un des garants – se serait fait certes dans le respect formel des règles constitutionnelles, mais on est en droit de se demander si on ne flirtait pas déjà avec la « fraude à la Constitution » selon l’expression du professeur Georges Liet-Veaux en 1943 (« La “fraude à la Constitution” : essai d’une analyse juridique des révolutions communautaires récentes », Revue du droit public, pp. 116-150) car l’esprit des institutions était violé.

2Testis unus, testis nullus (témoin unique, témoin sans valeur) dit l’adage latin. Pourtant l’historien de la période très contemporaine de la France ne peut pas rejeter ce témoignage écrit au moment même où les événements se déroulaient. Il a le devoir de trouver le motif politique profond qui pourrait expliquer, du moins partiellement, ce qui peut apparaître comme une forfaiture ourdie par un des chefs de la majorité gouvernementale. La notion de « modernité » ne serait-elle pas susceptible de rendre compte de l’ensemble de la pensée et de l’action politique de Pierre Mendès France ? L’adjectif moderne orne le titre d’un de ses livres (La République moderne, Paris, Gallimard, 1962). Encore faut-il définir correctement et le substantif et son adjectif dérivé car Pierre Mendès France ne fut pas le premier à les utiliser. En 1925, André François-Poncet publiait Réflexions d’un républicain moderne (Paris, B. Grasset), apportant sa pierre à la construction de ce qu’il est convenu d’appeler l’État économique dont le président du Comité des Houillères de France, Henri de Peyerimhoff (« Les formules modernes d’organisation économique », Revue des Deux Mondes, 15 mars 1929, p. 452), dessinait les contours en ces termes : « Dans le même temps, la matière dont le législateur avait à s’occuper principalement a évolué d’une manière saisissante. L’État de 1850 était une machine juridique et une machine militaire. L’État de 1930 est, avant tout, une machine économique ». Ceci étant posé, il est regrettable que les années de formation de Pierre Mendès France ne soient pas éclairées, dans ce livre, par ce thème qui connaît pourtant des études sérieuses, certes anciennes mais bien documentées, comme celle de Gérard Brun (Technocrates et technocraties en France 1914-1945, Paris, Albatros, 1985). Le mouvement « Jeune Turc », dont Pierre Mendès France fut un des fleurons, n’est pas replacé non plus dans la perspective plus générale du mouvement « Jeune » qui s’épanouit à la charnière des années 20-30 du xxe siècle français dans beaucoup de formations politiques. Ce contexte aurait expliqué la participation de notre héros à l’aventure éditoriale de Georges Valois (1873-1945) qui a publié son étude sur la Banque internationale en 1930 parallèlement aux travaux de Pierre Dominique ou de Samy Beracha dont les sensibilités politiques furent soit différentes, soit opposés à celle de leur éditeur mû perpétuellement par un prophétisme positiviste œcuménique. La diversité des voies choisies par les « Jeunes » cachent mal l’identité de but de tous ces projets : construire l’État moderne ou économique. Ce point explique la relation amicale que le jeune couple Mendès France a entretenu avec le jeune couple Edgar Faure : le radical de droite à la faconde languedocienne milite pour l’État moderne, mais il se place, pour sa part, dans le sillage d’Alexandre Millerand et du professeur de droit Achille Mestre (Maurice Carrez, Edgar Faure. La robe, la plume et la politique, Pontarlier, Éd. Le Belvédère, 2012). C’est dans le sillage de ce dernier et de Georges Valois que Pierre Mendès France croise Philippe Lamour qui obtient du président du Conseil, en février 1955, la signature du décret portant création de la Compagnie d’aménagement du Bas-Rhône et du Languedoc qui place l’État dans la fonction presque exclusive de producteur (Philippe Lamour, Le Cadran solaire, Paris, R. Laffont, 1980, p. 340). Il se peut aussi qu’Alain Chatriot n’est pas vu que le fonds d’archives constitué par Pierre Mendès France était marqué au coin de son historicisme économique. Il a classé ses propres documents avec des notes assurément anachroniques sur l’influence exercée sur lui par l’économiste anglais, si l’on suit les analyses données à ce sujet par Pierre Rosanvallon (« Histoire des idées keynésiennes en France », Revue française d’économie, vol. 2, 4, 1987, pp. 22-56). En dépit de notations très intéressantes sur les prises de positions économiques de Pierre Mendès France pendant l’été 1936 où il eût préféré que la dévaluation précédât la réévaluation des salaires, cet ouvrage reste corseté par l’historiographie actuelle de la France contemporaine qui considère la notion d’État économique comme une évidence incontestable qu’il serait indécent de problématiser. Cette autocensure mutile la réalité car elle ne permet pas de faire le détour qui consiste, pour l’historien, à considérer qu’il essaie de restituer un passé posé comme définitivement révolu et comme ne portant pas les germes d’un avenir improbable.

Haut de page

Pour citer cet article

Référence papier

Jean-Louis Clément, « Alain Chatriot, Pierre Mendès France. Pour une République moderne », Questions de communication, 29 | 2016, 469-470.

Référence électronique

Jean-Louis Clément, « Alain Chatriot, Pierre Mendès France. Pour une République moderne », Questions de communication [En ligne], 29 | 2016, mis en ligne le 30 juin 2016, consulté le 27 mars 2017. URL : http://questionsdecommunication.revues.org/10636

Haut de page

Auteur

Jean-Louis Clément

IRCM, Institut d’études politiques de Strasbourg, F-67082
j.clement@unistra.fr

Articles du même auteur

Haut de page

Droits d’auteur

Tous droits réservés

Haut de page