Navigation – Plan du site
Notes de lecture
Histoire, sociétés

Éric Bussière, Olivier Dard, Geneviève Duchenne, dirs, Francis Delaisi, du dreyfusisme à « l’Europe nouvelle »

Berne, P. Lang, coll. Euroclio, 2015, 266 pages
Jean-René Maillot
p. 467-469
Référence(s) :

Éric Bussière, Olivier Dard, Geneviève Duchenne, dirs, Francis Delaisi, du dreyfusisme à « l’Europe nouvelle », Berne, P. Lang, coll. Euroclio, 2015, 266 pages

Texte intégral

1À première vue, Francis Delaisi offre un visage pour le moins paradoxal. Journaliste au sein du syndicalisme révolutionnaire avant le premier conflit mondial, il est un publiciste remarqué pour ses attaques contre le patronat. Durant l’entre-deux-guerres, il se fait le chantre du pacifisme et l’infatigable défenseur de l’union du continent. Il accède dans le même temps au rang d’expert des questions économiques accrédité auprès de prestigieuses institutions. Enfin, son engagement actif dans la Collaboration le marque du sceau de l’infamie et clôt un itinéraire militant débuté à l’heure des luttes en faveur d’Alfred Dreyfus. Fins connaisseurs de ces parcours atypiques dans la première moitié du xxe siècle (Olivier Dard, dir., Georges Valois, itinéraire et réceptions, Berne, P. Lang, 2011 ; Olivier Dard, Étienne Deschamps, Geneviève Duchenne, dirs, Raymond de Becker (1912-1969). Itinéraire et facettes d’un intellectuel réprouvé, Berne, P. Lang, 2013), les directeurs de l’ouvrage formulent le pari de trouver une « possible cohérence » chez Francis Delaisi en mettant l’accent sur les « milieux traversés » et les « idées défendues ». Leur deuxième objectif est d’étudier « les ressorts de la légitimité », en interrogeant le rôle d’expert qui lui est accordé par ses contemporains. L’attention portée à l’engagement européen du publiciste et à la réception de son discours à l’étranger permet enfin de dépasser le cadre national.

2L’étude est divisée en trois parties, chacune soulignant les apparentes contradictions du personnage. Les premières livraisons suivent l’homme du dreyfusisme à l’antisémitisme. André Hélard (pp. 27-42) offre le vivant récit du premier engagement de Francis Delaisi. Le lecteur découvre un étudiant rennais alliant courage et sens de l’organisation pour défendre autant l’intégrité physique de ses professeurs (Victor Basch, Henri Sée) que l’honneur d’Alfred Dreyfus. Cette période de découverte du militantisme précède une première rupture, l’échec à l’agrégation qui l’éloigne définitivement du monde universitaire. Après le premier conflit mondial, il voit sa renommée grandir et Emmanuel Naquet souligne sa capacité à « étendre son audience de part et d’autre du champ politico-social » (p. 47). Élu en 1931 au comité central de la Ligue des droits de l’homme (ldh), Francis Delaisi est devenu « une voix écoutée » au sein de la gauche. Sa position à la ldh témoigne des divisions de l’heure quant à l’attitude à adopter face aux dictatures. Mis en minorité au congrès de 1937, il refuse de démissionner. S’il condamne en principe les dictatures, il recommande de s’entendre à tout prix avec elles pour sauvegarder la paix. Michel Dreyfus (pp. 61-78) revient ensuite sur la contribution de Francis Delaisi au syndicalisme révolutionnaire. Le relevé des signatures établi par Benjamin Gérôme et présenté en fin d’ouvrage (pp. 227-252) permet de mesurer parfaitement l’ampleur de celle-ci : Fransi Delaisi signe 104 articles entre 1906 et 1912 dans le journal La Guerre sociale de Gustave Hervé et 258 articles de 1911 à 1913 dans La Bataille syndicaliste. Francis Delaisi alimente alors un discours antisémite relativement répandu à gauche. Michel Dreyfus rappelle le contexte et les étapes de la rupture entre socialistes et syndicalistes. Il précise surtout quels sont les cadres conceptuels et les circonstances autorisant ou non cet antisémitisme. Dès lors, on comprend mieux pourquoi Francis Delaisi s’emporte dans La Guerre sociale contre L’Humanité et l’accuse de trahir la cause des ouvriers en recevant l’argent des Rothschild et autres banquiers juifs. Dans le même temps, il sait nouer des relations avec certaines personnalités des milieux bancaires et politiques. L’arrivée de sommes d’argent dont l’origine est suspecte décide les dirigeants de La Bataille syndicaliste à se séparer de lui. Selon Michel Dreyfus, son antisémitisme est complexe et ne peut être interprété comme l’annonce de sa compromission dans la Collaboration. S’il se refuse à un racisme biologique, il soutient un antisémitisme économique qui forme la pierre angulaire de sa critique du capitalisme.

3La deuxième partie de l’ouvrage s’intéresse à la double expérience de Francis Delaisi, à la fois publiciste anticapitaliste et expert économique. Benjamin Gérôme (pp. 81-96) analyse le discours dénonçant les « nouvelles féodalités » publié dans La Guerre sociale. Francis Delaisi entend démontrer que la démocratie n’est qu’un leurre, le pouvoir y étant confisqué par une oligarchie financière et métallurgique. Les régents de la Banque de France et certaines dynasties, notamment les Rothschild, régneraient en toute quiétude avec la complicité des hommes politiques et des journalistes. Mais il souhaite également défendre le consommateur et le contribuable en soulignant les avantages du libéralisme et de la concurrence. De même, les guerres et la colonisation sont décrites comme des instruments au service des grands financiers ruinant les peuples. Francis Delaisi est représentatif d’une longue tradition littéraire, politique et pamphlétaire se chargeant d’instruire les lecteurs en révélant les ressorts cachés de la politique. Pour Florent Le Bot (pp. 97-110), les écrits de Francis Delaisi nourrissent la forme du « mythe politique » défini par Raoul Girardet ; une fabulation à même d’ordonner le présent et de mobiliser. Le mythe du pouvoir confisqué par les « 200 familles » est au service d’un récit globalisant employé différemment selon le contexte. En 1911, il sert à dénoncer la démocratie mensongère et invite à la grève générale. Mais, en 1936, quand Francis Delaisi alimente la presse du Front populaire pour encourager la réforme de la Banque de France, l’ennemi prend désormais la figure du fasciste caché dans les arcanes du pouvoir. Autour de son obsession pour le thème de l’argent, Arnaud Manas (pp. 111-141) distingue les points forts de son discours. Sa rhétorique est des plus efficaces en alliant les réflexions simplistes à l’émotion, l’objectif étant davantage de persuader que d’informer. Francis Delaisi est moins un auteur original qu’un vulgarisateur apprécié. Tout en recyclant ses idées, il sait alimenter les controverses du moment, répondant en cela à une demande politique autant qu’éditoriale. Sa connaissance du monde anglo-saxon et ses contacts hors de France lui assurent un carnet d’adresse exceptionnel. Olivier Dard (pp. 143-155) poursuit l’analyse de la réception de son discours et interroge la figure de l’expert. L’économie est le fil directeur de sa pensée autour duquel s’articulent les autres thèmes (lutte contre les oligarchies, réforme de l’État, organisation de la paix et union du continent). Lorsque Francis Delaisi alimente les réflexions techniciennes au tournant des années 20, la compétence est pensée comme un instrument de lutte contre les oligarchies. L’économie lui ouvre les portes des associations françaises et des institutions internationales tandis que sa renommée médiatique s’appuie sur ses succès éditoriaux, notamment Les Deux Europes paru chez Payot en 1929. Mais son statut d’expert connaît une certaine limite dans la mesure où historiens et économistes se montrent beaucoup plus critiques envers sa réflexion.

4Intitulée « De l’européisme genevois à l’Europe nouvelle », la dernière partie présente l’engagement international de Francis Delaisi. Geneviève Duchenne (pp. 159-179) se penche sur les solides relais dont il profite en Belgique. Partant de son engagement au sein de Paneuropa, Francis Delaisi y noue des relations très fécondes. Le publiciste profite du réseau du médecin belge Van der Ghinst et de l’aide de l’entrepreneur américain Heinemann. Ensemble, ils mènent une intense propagande en faveur de l’union du continent et parviennent à toucher les sphères industrielles, financières jusqu’aux plus hautes autorités politiques. Gilles Morin (pp. 181-197) dresse le bilan de la participation de Francis Delaisi à la Collaboration et retrace les liens existants avec ses engagements passés notamment au sein du Comité de vigilance des intellectuels antifascistes. L’auteur revient sur le basculement de l’association en faveur du pacifisme intégral dans lequel Francis Delaisi joue un rôle de premier plan. Partisan d’une conciliation la plus ouverte possible, il va jusqu’à légitimer la revendication hitlérienne d’un « espace vital ». Il dénonce le « péril fasciste à l’intérieur » qui, sous couvert de la lutte contre les dictatures, agirait au seul bénéfice des trusts. Durant l’Occupation, il est d’abord en quête de sources de revenus. Il déploie une activité intense dans la presse collaborationniste et milite au sein du Rassemblement national populaire de Marcel Déat. Il y trouve les conditions favorables pour défendre les idées qui lui sont chères telles la négation de la démocratie, la dénonciation des trusts et la nécessité d’unir le continent. Pour Bernard Bruneteau (pp. 199-216), sa compromission dans la Collaboration tient moins d’une dérive politique que d’une logique intellectuelle. En effet, depuis 1911, il semble obsédé par la question d’organiser la paix face aux manœuvres guerrières des oligarchies. Déçu par l’impuissance des cadres étatiques et internationaux, l’européisme intégral offre une réponse idéale en promettant la réalisation de la paix, de l’intégration économique du continent et de l’État technicien. Son aveuglement sur la question européenne s’explique par le poids du pacifisme, l’opposition au totalitarisme soviétique et une interprétation pour le moins tronquée du nazisme. Une fois encore, il s’agit moins de rupture que de continuité dans la défense de ses idéaux. Dans la conclusion, Éric Busssière (pp. 217-221) rappelle que son engagement s’articule autour d’une organisation de l’économie à même de garantir la paix. Au vu de sa renommée et de ses relations multiples, nombreux sont ses contemporains à lui accorder le statut d’expert. Mais il est davantage un médiateur dont la démarche très personnelle est représentative des interrogations de l’époque.

5Au terme de l’ouvrage, dont l’une des qualités est de passer avec aisance d’une époque à une autre, les enseignements sont nombreux. L’angle biographique permet de combler un vide historiographique à propos d’une personnalité importante de la première moitié du xxe siècle. Il offre aussi l’occasion de mieux comprendre des trajectoires semble-t-il déroutantes lorsqu’elles s’abîment dans les crises des années 30 ou dans la Seconde Guerre mondiale. Alors que la découverte du sommaire invitait à s’interroger sur la part de reniements auxquels Francis Delaisi avait dû se résoudre, l’examen attentif du discours et une scrupuleuse mise en contexte permettent de saisir la continuité de sa réflexion. Dans la mesure où un engagement en faveur d’un idéal se construit autour d’une pluralité de valeurs, sa signification véritable émerge de la distinction et de la hiérarchisation de celles-ci. Ainsi le publiciste peut-il jouer avec cet ordre pour faire cadrer son discours avec les préoccupations d’une époque sans pour autant se trahir. Au cœur de la question de la reconnaissance publique d’un porte-parole ou d’un expert, la position sociale qu’il occupe surdétermine sa réception. Il faut alors un certain recul pour apercevoir les convergences entre le polémiste en lutte contre le système et la voix autorisée d’une majorité. En définitive, cette étude biographique profite pleinement des analyses serrées des idées et offre un outil précieux pour rendre à la première moitié du xxe siècle toute sa richesse et sa complexité.

Haut de page

Pour citer cet article

Référence papier

Jean-René Maillot, « Éric Bussière, Olivier Dard, Geneviève Duchenne, dirs, Francis Delaisi, du dreyfusisme à « l’Europe nouvelle » », Questions de communication, 29 | 2016, 467-469.

Référence électronique

Jean-René Maillot, « Éric Bussière, Olivier Dard, Geneviève Duchenne, dirs, Francis Delaisi, du dreyfusisme à « l’Europe nouvelle » », Questions de communication [En ligne], 29 | 2016, mis en ligne le 30 juin 2016, consulté le 20 février 2017. URL : http://questionsdecommunication.revues.org/10633

Haut de page

Auteur

Jean-René Maillot

Lycée Marcel Cachin, F-93400
jrmaillot@yahoo.fr

Haut de page

Droits d’auteur

Tous droits réservés

Haut de page