Navigation – Plan du site
Notes de lecture
Communication, information

Nicolas Pélissier, Élise Maas, dirs, Vers une culture medi@tic ? Médias, journalisme et espace public à l’épreuve de la numérisation

Paris, Éd. L’Harmattan, 2015, 160 pages
Liana Pop
p. 457-459
Référence(s) :

Nicolas Pélissier, Élise Maas, dirs, Vers une culture medi@tic ? Médias, journalisme et espace public à l’épreuve de la numérisation, Paris, Éd. L’Harmattan, 2015, 160 pages

Texte intégral

1La numérisation vient de plus en plus ébranler l’identité même des sciences humaines et sociales (shs). Il faut en accepter l’évidence, l’affirmer et la… mesurer. C’est ce que la société française des sciences de l’information et de la communication (sfsic) s’est donné comme objectif dans plusieurs projets de groupes, congrès, colloques et collections éditoriales (revues, dossiers, volumes, actes). Précisément, ce volume est l’un des cinq ouvrages contenant les contributions du xixe congrès de la sfsic, tenu à Toulon, en 2014, au côté d’autres volumes thématiques respectivement sur l’art et la création (Mélanie Bourdaa, Julia Bonnacorsi, Daniel Raichvarg, dirs, Arts et créations au prisme des tic, Paris, Éd. L’Harmattan, 2015), l’éducation (Laurent Collet, Carsten Wilhem, dirs, Numérique, éducation et apprentissage. Enjeux communicationnels, Paris, Éd. L’Harmattan, 2015), la science et la technique (Cyril Masselot, Paul Rasse, dirs, Sciences, techniques et sociétés. Recherches sur les technologies digitales, Paris, Éd. L’Harmattan, 2015) et les organisations digitales (Élisabeth Gardère, Christian Le Moënne, dirs, Organisations digitales. Individus, santé, déontologie en contexte numérique, Paris, Éd. L’Harmattan, 2015).

2Dans leur introduction (pp. 11-22), les coordinateurs considèrent que la recherche française est parvenue à rattraper ses retards antérieurs et se voit actuellement proposer – à la suite de l’implantation des nouveaux supports et usages des médias – une terminologie nouvelle, encore hésitante quand elle traite, par exemple, d’audience, de lectorat, d’usagers, d’internautes, d’infonautes, etc. Mais, comme toute nouvelle approche a besoin de concepts, prenons cette insécurité terminologique comme un signe montrant la multiplicité des recherches en cours.

3L’ouvrage est structuré en quatre volets thématiques : l’e-journalisme, la réception de l’information en ligne, le web en tant que média, les mutations des espaces publics et les transformations politiques.

4En tant que lectrice de plusieurs journaux numériques – souvent mécontente de leur qualité rédactionnelle et/ou informationnelle –, le thème qui a le plus suscité notre curiosité a été celui des « politiques » éditoriales d’information en ligne. L’idée directrice de cette première partie – qui semble en accord avec notre perception – est celle d’un déclin quantitatif et qualitatif : selon les auteurs, en France, sur 322 quotidiens toutes catégories au début du xxe siècle, il n’en reste que sept nationaux en 2014, avec des tirages fortement diminués (p. 41). D’un point de vue qualitatif, moins coûteuses, les newsrooms (en français, « salle de presse/de rédaction ») prennent le dessus sur les rédactions traditionnelles, avec la vitesse de diffusion des informations comme priorité, au détriment de leur véracité et de leur mise en forme. Si les journaux sont obligés de redéfinir leurs formats et supports, expérimentant des formules alternatives généralement plus économiques – par exemple, Le Soir (accès : http://benoitraphael.com/​la-google-newsroom-du-journal-le-soir-mode-d-emploi, consulté le 14/02/16) –, certains refusent la numérisation comme Le Canard enchaîné – dont les raisons mentionnées dans l’ouvrage (pp. 28-35) sont une méfiance vis-à-vis des opérateurs de diffusion en ligne, le refus de gérer les réactions des lecteurs et le souci du sérieux des informations diffusées. Néanmoins, de manière générale, la réinvention est à l’ordre du jour, avec des rédactions ouvertes au public, la multiplication des codes sémiotiques (production multisupport : texte, son, vidéo) et la gratuité. Frank Bousquet (pp. 51-63) analyse le cas particulier de la presse quotidienne régionale (pqr), largement au service des communautés départementales et dépendante des autorités ou des organisations locales qui transmettent les informations via leurs attachés de presse. En effet, avec l’arrivée du journalisme de communication qui prend le dessus sur celui d’information, le métier tend vers une déprofessionnalisation car, notamment pour des raisons économiques, les organes de presse rémunèrent de plus en plus les journalistes avec des contrats à durée déterminée ou à la pige. Quant aux contenus, ils s’orientent plus vers des softnews et des stories au détriment des informations pures et dures, jugées moins grand public.

5Et ce jugement ne paraît pas infondé puisque l’intérêt du public semble bien avoir contribué à l’avènement de cette dérive. C’est pourquoi la deuxième partie y est consacrée avec des contributions traitant du dénombrement faussé des catégories d’utilisateurs sur l’internet (ici, le cas des jeux en ligne, Bruno Vétel, pp. 65-79) et, plus intéressant encore, de l’impact des publicités en ligne sur la mémoire des internautes (Didier Courbet, Marie-Pierre Fourquet-Courbet, Julien Intartaglia, pp. 81-94). Cette dernière étude mobilise les méthodes expérimentales de la psychologie cognitive sur des publicités – bannières, pop-up – utilisant des formats variables (texte, image, son, vidéo). Effectuées pour des expositions brèves et répétées à des publicités interstitielles sur l’internet, avec ou sans manipuler la présence (voix off) ou l’absence du son, ces recherches constatent que les différents supports de diffusion influencent de manières distinctes l’assimilation et la mémorisation du public. Ceci de façon inconsciente dans la plupart des cas, ce qui a des conséquences sur les techniques utilisées par les publicitaires. Les observations sont les suivantes : « l’image est plus facilement associée à des affects positifs en mémoire » (p. 85) tandis que « les mots produisent des effets sémantiques plus marqués que l’image » (ibid.). Après des expositions répétées aux mêmes publicités, « une vague sensation de familiarité » s’installe avec la marque, correspondant au modèle théorique de la fluidité perceptive. Quant à la fluidité conceptuelle, elle serait à l’origine des évaluations favorables – ou défavorables, ajouterions-nous – d’une marque proposée. Enfin, le son accentuerait les effets des inputs lexicaux et iconiques. Les auteurs mettent en garde sur les effets inconscients des publicités qui peuvent complètement échapper à la raison (pp. 92-93).

6Deux chapitres sont regroupés dans la troisième partie qui concerne le problème de la médiation de l’information sur le web ainsi que l’hyper-concurrence dans l’espace audiovisuel. Ce dernier exigerait aujourd’hui des compétences techniques multiples de la part des rédacteurs et des lecteurs, pour ce qu’on appelle l’« écriture hypertextuelle » et la « lecture zapping ». Notons que, dans notre expérience personnelle de lectrice web, nous avons remarqué une multiplication des écrans pour une seule et même information, donnant un effet de cascade, de dosage informationnel au compte-goutte et, partant, de suspense, afin d’obliger l’utilisateur à ouvrir, à tour de rôle, trois écrans (pages) par article au lieu d’un seul. Les chercheurs en sciences de l’information et de la communication (sic) expliquent ici (pp. 111-120), au « commun des… lecteurs », que l’évaluation des articles et des journaux numériques se fait par le nombre des clics sur une entrée… C’est donc en premier lieu cette course à l’audience qui a conduit à la fragmentation des maquettes des journaux en ligne.

7En effet, il s’avère que le cyberjournal agit, avec cette interface, comme un premier guet-apens. Par ailleurs, il capte son public en lui ouvrant la page de journal pour commenter, compléter les informations fournies et embrasser ainsi de bon gré ce qu’on appelle un « journalisme participatif » – continuateur, selon les auteurs (pp. 116-118), de formes déjà existantes dans le journalisme traditionnel, avec la tribune, la correspondance et le courrier des lecteurs. À ce propos, notre impression est qu’une dégringolade a pu se déclencher – peut-être peu soupçonnée à l’origine – vers un espace de défoulement public indigne de diffusion. La « culture » médiatique n’aurait pas dû en arriver là, mais l’internet est – rendons-nous à l’évidence – la boîte de Pandore d’aujourd’hui.

8Enfin, dans une perspective sociologique, la dernière partie rappelle le rôle des médias numériques dans la démocratisation de certaines sociétés (les pays arabes), ainsi que dans la promotion des multiples dénominations plus ou moins mélioratives du « mariage pour tous ». Dans une perspective plutôt théorique, une dernière contribution (Éric Dacheux, pp. 147-155) soutient que les médias web obligent à redéfinir le concept d’« espace public [comme un] espace de médiation aux frontières poreuses (p. 149).

9Informaticiens, journalistes, linguistes, consommateurs de publicités, lecteurs de journaux imprimés ou numériques, décideurs organisationnels, personne ne devrait ignorer les analyses décrites dans ce volume. Et notamment les étudiants qui se forment dans les structures liées à la sfsic, dans laquelle les coordinateurs assument des responsabilités didactiques – Élise Maas étant vice-présidente de la commission Formation de la sfsic et Nicolas Pélissier co-directeur du département des sic et du master 2 Dispositifs socio-techniques d’information et de communication (distic) à l’Université Nice Sophia Antipolis et responsable du séminaire doctoral du laboratoire Informations, milieux, médias. Très ancré dans l’actualité de la communication inévitablement numérique, ce livre apporte des informations nécessaires aux spécialistes de la communication et au grand public en égale mesure. Ceux qui souhaiteraient en apprendre davantage se nourriront des références bibliographiques de chaque chapitre. Car, dans son ensemble, ce livre nous enseigne que nous devons tous être plus informés sur tout ce que signifie actuellement numérique.

Haut de page

Pour citer cet article

Référence papier

Liana Pop, « Nicolas Pélissier, Élise Maas, dirs, Vers une culture medi@tic ? Médias, journalisme et espace public à l’épreuve de la numérisation », Questions de communication, 29 | 2016, 457-459.

Référence électronique

Liana Pop, « Nicolas Pélissier, Élise Maas, dirs, Vers une culture medi@tic ? Médias, journalisme et espace public à l’épreuve de la numérisation », Questions de communication [En ligne], 29 | 2016, mis en ligne le 30 juin 2016, consulté le 28 juin 2017. URL : http://questionsdecommunication.revues.org/10619

Haut de page

Auteur

Liana Pop

Université Babeş-Bolyai, RO-400084
liananegrutiu@yahoo.fr

Haut de page

Droits d’auteur

Tous droits réservés

Haut de page