Navigation – Plan du site
Notes de lecture
Communication, information

Cyril-Mickaël Callejon, Space opera. 40 ans de science-fiction à la télévision

Paris, Éd. L’Harmattan, 2014, 147 pages
Michel Cadé
p. 442-444
Référence(s) :

Cyril-Mickaël Callejon, Space opera. 40 ans de science-fiction à la télévision, Paris, Éd. L’Harmattan, 2014, 147 pages

Texte intégral

1Ouvrage un peu inclassable en forme d’essai, Space opera est d’abord l’œuvre d’un passionné qui entend faire partager l’amour qu’il porte à son objet en donnant au lecteur une sorte de manuel d’accès à l’univers de sa passion. Persuadé que le space opera raconte l’humanité (p. 15) et qu’il a été un facteur de progrès, du moins aux États-Unis (pp. 16-17), il omet cependant d’en donner une définition solide. C’est d’autant plus fâcheux que son préfacier, Yvan West Laurence (pp. 9-13), le fait et exclut du corpus la franchise Star Trek, qui est l’un des piliers majeurs du discours de Cyril-Mickaël Callejon. Certes, la contradiction dialectique est réputée féconde, mais on conviendra que, en l’occurrence, elle fait un peu désordre.

2Un premier chapitre consacré à « L’équipage » (pp. 23-59) sous-entend que la caractéristique première du space opera réside dans un voyage spatial au long cours entrepris par un groupe dont il s’efforce de dégager les stéréotypes récurrents. Les analyses sont trop rapides, construites sur le mode de l’affirmation. S’il est sans doute pertinent de montrer une évolution de la figure du capitaine – d’abord enracinée dans les figures héroïsées des politiques anglo-saxons, elle tend, dans le séries contemporaines, à s’incarner dans un être moins tout d’une pièce, saignant d’une blessure ancienne et cachée, passage d’un monde de certitudes à un monde incertain –, il faut argumenter la démonstration. L’auteur à des intuitions, mais ne parvient que difficilement à les formaliser. Plus, pour en rester au capitaine, il ne se préoccupe guère des contradictions qu’engendrent les présupposés. Si Kirk, Picard ou Sisko dans les déclinaisons de Star Trek correspondent aux caractéristiques du personnage du capitaine dégagées par l’auteur, s’il en est de même pour Shéridan ou Sinclair dans Babylon 5 ou pour Albator dans la série éponyme, les choses se compliquent avec Stargate où, plus que d’équipage, il faudrait parler, en l’absence de vaisseau, d’équipe, et surtout dans Doctor Who où le rapport à la Terre est très différent de ce qu’il peut être dans les autres séries. Dans cette dernière, il n’existe pas d’équipage répondant aux critères dégagés par Cyril-Mickaël Callejon – présence d’un second, d’un officier scientifique, d’un ingénieur, d’un médecin d’un officier de sécurité et d’un jeune prodige – sans oublier la condition d’extraterrestre du Docteur, son âge plus qu’avancé dans des corps juvéniles, sa qualité de dernier survivant de son espèce.

3Un peu fourre-tout, le deuxième chapitre s’intitule « Les lieux, les institutions et les piliers (avec les vaisseaux) » (pp. 61-89). Après avoir tenté une distinction entre univers et espace – qui va un peu de soi –, l’auteur revient sur l’espace, lieu de l’action, et l’univers quelque peu divinisé dans un panthéisme galactique frôlant le créationnisme (p  67). La partie consacrée au vaisseau, matrice et compagne de l’équipage – rappelons qu’en anglais ship (vaisseau) est du féminin –, ne manque pas d’intérêt, analysant la relation équipage/vaisseau comme une relation symbiotique. Suit une série de considérations sur l’armée spatiale, sur l’expansionnisme terrien, sur les choix politiques exposés dans les différentes séries, où l’auteur montre qu’il faut rabattre ces analyses sur le présent du moment de tournage des séries, ce qui, faute d’être une découverte, n’en constitue pas moins un judicieux rappel. Un paragraphe (p. 84) sur le nom, ou plutôt l’absence de nom, de la Terre, aurait pu être évité, justifiable pour l’anglais, cette interrogation n’est pas pertinente pour les langues latines.

4Commençant par évoquer l’Alien envahisseur, le troisième chapitre, « Les autres » (pp. 91-117), sort du corpus implicitement défini – V, Les Envahisseurs ou X-Files ne sont en aucun cas des space operas –, mais rejoint vite l’espace pour y passer en revue quelques espèces humanoïdes dont l’auteur détecte, avec raison, une nature qui n’est, à tout prendre, qu’une vectorisation d’une composante de la notre. Toujours vive dans les forums de science-fiction, la question de l’intelligence artificielle ne pouvait être laissée de coté par le space opera, pas plus que celle des métis – monsieur Spock n’en est-il pas, dans Star Trek, plus que le prototype, l’incarnation ? Mais l’auteur aurait pu éviter de revenir sur les guerriers, si on lui passe doubles, télépathes et entités semi-divines, d’autant que pour ce cas précis, il fait fort justement le lien avec les super-héros des pulps et comics, mais, de façon générale, ce chapitre tient plus du catalogue que de l’analyse raisonnée d’un corpus, dont, soit dit encore une fois, on ignore le détail.

5Très court, le dernier chapitre (pp. 119-143) est consacré aux « marronniers de l’espace ». Ici encore, l’impression de catalogue domine. Le premier contact – qui aurait gagné à être développé – tient en moins de deux pages (pp. 119-120), suit la question du traducteur universel, anecdotique et qui ne se place pas au même niveau. Les Anciens, grands anciens si chers à Howard P. Lovecraft, sont traités un peu rapidement quand, sept pages plus loin, on trouve une partie consacrée à « Ancien Alien (la théorie des anciens astronautes) » (pp. 133-135) dont la lecture aurait gagné à être regroupée avec la précédente, tout comme d’ailleurs « Adam ou l’origine de l’homme » (pp. 129-130). Quand à savoir si « La mort » (pp. 126-128) est un marronnier, je laisse la question ouverte ainsi que celle, plus pertinente, de l’« Autre vie » (pp. 135-138).

6Cyril-Mickaël Callejon conclut en moins de deux pages (pp. 145-146) en empruntant son titre au final de Star Trek : The Next Generation, « Toutes les bonnes choses ont une fin ». Il indique au lecteur les voies les plus aisées, à son sens, pour pénétrer un univers qu’il maîtrise sans aucun doute : commencer par Doctor Who, suivre les chemins de Star Treck : Deep Space Nine ou Babylon V puis se laisser aller à StarTrek : Voyager, poursuivre avec Star Trek Entreprise, Farscape et Battelstar Galactica. On aura remarqué que le parcours n’est pas chronologique, mais que l’initiation au genre est aussi subtile que complète.

7Ce petit opus est un objet difficile à identifier. Loin des normes universitaires, il ne s’embarrasse pas avec la définition d’un corpus – qui est pour son auteur un acquis devenu inné –, n’hésite pas, à l’occasion, à faire intervenir des élément hors corpus – pour être non défini, celui-ci à une existence contenue dans le titre – tels des films en lien avec les séries, Star Trek : le film (p. 96), Star Trek : l’ultime frontière (p. 111), des héros de comics, « Le cas Thanos » (p. 128), et ignore les célèbres notes de bas de page pour ne rien répéter des remarques faites au début de ce compte rendu. Plus inhabituel, l’auteur établit un double dialogue avec lui-même et avec son lecteur. Des paragraphes en début de sous-chapitre ou en fin, en italique, parfois qualifiés de notes de l’auteur, posent des questions, annoncent des développements, précisent le texte. Ces incises sont écrites de façon familière, dans une sorte de souci d’oralité interpellatrice, comme si l’auteur souffrait de ne pouvoir échanger directement et supportait mal sa position magistrale. Pour être peu orthodoxe, cette façon de procéder ne manque pas de fraicheur. En revanche, l’éditeur ne paraît guère avoir fait son travail, les mots qui devraient se trouver en italique sont soulignés, ce qui peut être le cas dans un tapuscrit, mais ne doit pas se retrouver dans un ouvrage mis sur le marché. Fautes de frappe ou d’étourderie n’ont pas été corrigées, donc le tapuscrit n’as pas été, ou mal, relu par l’éditeur. Quelques exemples : « Sarte » au lieu de Sartre dans la préface (p. 10), « prodigue » au lieu de « prodige » (p. 24), « eut » au lieu de « eu » (p. 33), « où le capitaine en est son cœur » au lieu de « en est le cœur » (p. 42), « elle (la station spatiale) abrite en ses seins » au lieu « en son sein » (p. 75), « en tant de guerre » au lieu de « en temps de guerre » (p. 78) etc. Il ne s’agit pas ici de faire le cuistre, mais de déplorer le naufrage éditorial.

8Cet ouvrage aura pour ses lecteurs des vertus différentes, en liaison avec leur connaissance du sujet. L’amateur averti de séries spatiales aura l’occasion de refaire ses gammes en lisant cette petite synthèse un peu foutraque, mais souvent pertinente. Il pourra en tirer ses propres conclusions, par exemple s’interroger sur la place tenue par les mythologies dans la construction des space operas, avec au tout premier plan celui d’Ulysse, dont Ulysse 31, curieusement oublié ici, témoigne de la prégnance. Le néophyte découvrira qu’un univers d’images animées qu’il ignore, voire méprise, est en attente d’exploration et que, loin d’appartenir au seul domaine de la fantasmagorie, il est bien enraciné dans nos mythes fondateurs et dans notre passé proche comme dans notre présent.

Haut de page

Pour citer cet article

Référence papier

Michel Cadé, « Cyril-Mickaël Callejon, Space opera. 40 ans de science-fiction à la télévision », Questions de communication, 29 | 2016, 442-444.

Référence électronique

Michel Cadé, « Cyril-Mickaël Callejon, Space opera. 40 ans de science-fiction à la télévision », Questions de communication [En ligne], 29 | 2016, mis en ligne le 30 juin 2016, consulté le 23 octobre 2017. URL : http://questionsdecommunication.revues.org/10594

Haut de page

Auteur

Michel Cadé

Cresem, université Perpignan Via Domitia, F-66860
cade@univ-perp.fr

Articles du même auteur

Haut de page

Droits d’auteur

Tous droits réservés

Haut de page