Navigation – Plan du site
Notes de lecture
Communication, information

Sophie Boulay, Usurpation de l’identité citoyenne dans l’espace public. Astroturfing, communication et démocratie

Québec, Presses de l’université du Québec, coll. Communication – Relations publiques, 2015, 214 pages
Brieuc Lits
p. 438-440
Référence(s) :

Sophie Boulay, Usurpation de l’identité citoyenne dans l’espace public. Astroturfing, communication et démocratie, Québec, Presses de l’université du Québec, coll. Communication – Relations publiques, 2015, 214 pages

Texte intégral

1Achat de followers sur Twitter, citoyens rémunérés pour manifester, création de groupes prétendument citoyens, rédaction de faux commentaires sur TripAdvisor… tels sont quelques exemples d’astroturfing, ce phénomène communicationnel auquel est consacré l’ouvrage de Sophie Boulay. Se fondant sur sa thèse de doctorat, l’auteure présente une recherche exploratoire visant à présenter les contours d’une stratégie de communication à l’éthique discutable, mais qui se propage dans les sociétés démocratiques. L’objectif principal du livre est de dresser un portrait des différentes formes que peut revêtir l’astroturfing et d’exposer les risques qu’il peut présenter pour la parole citoyenne au sein de l’espace public. Pour ce faire, l’auteure analyse, de manière qualitative et quantitative, 99 cas qui ont été dénoncés ces 25 dernières années.

2Sophie Boulay commence par définir ce qu’est l’astroturfing (p. 21). Nous apprenons que ce mot a été utilisé pour la première fois par le sénateur américain Lloyd Bentsen en 1986 pour décrire une campagne de communication manufacturée et prétendant pourtant représenter l’opinion citoyenne. Ce néologisme faisait référence à la marque AstroTurf dont le gazon synthétique était régulièrement utilisé comme revêtement pour des terrains de sport. Le sénateur texan faisait donc la différence entre les mouvements citoyens spontanés, grassroots en anglais, et les faux mouvements citoyens menés par des intérêts corporatifs, les mouvements astroturfs.

3Le premier chapitre (pp. 9-27) vise donc à appréhender le phénomène en proposant notamment une revue complète de la littérature sur le sujet. Il est fort intéressant d’observer que la littérature existante est morcelée et provient de domaines extrêmement variés comme la sciences de gestion, l’informatique ou encore le lobbying. Ce fait montre que l’astroturfing est un phénomène qui touche différentes facettes de la société, mais il pose également des problèmes, vu l’absence d’une définition partagée. En se fondat sur l’état de l’art ainsi que sur l’observation des cas étudiés dans l’ouvrage, Sophie Boulay propose donc sa propre définition qu’elle veut inclusive et qui présente deux caractéristiques fondamentales : « L’astroturfing est une stratégie de communication dont la source réelle est occultée et qui prétend à tort être d’origine citoyenne » (p. 22).

4De cette définition découle des défis méthodologiques. Le deuxième chapitre (pp. 29-46) s’intéresse à la difficulté d’étudier une stratégie qui est par définition occulte. Afin de mener à bien son projet, l’auteure présente une méthodologie qui se veut exploratoire et qui mixe méthodes qualitatives et quantitatives. 99 cas d’astroturfing ont été recensés afin d’en observer les invariants et d’en dresser les principales formes.

5Les troisième (pp. 47-68) et quatrième (pp. 69-100) chapitres ont pour objectif de présenter les résultats de cette recherche. Afin de parvenir à une description utile des 99 cas sélectionnés, l’auteure procéde à une catégorisation de chacun selon différentes variables. Sont passés en revue : les initiateurs, les objectifs d’influence, l’existence d’un intermédiaire, les cibles, les moyens de communication utilisés, les sources et véhicules de dénonciation. De ce modèle d’analyse, l’auteure dégage une typologie des stratégies d’astroturfing. Elle distingue, d’une part, les actions astroturfs ponctuelles des campagnes qui se répètent périodiquement et, d’autre part, les groupes astroturfs conjoncturels dont le but est d’influencer un enjeu ponctuel – comme un projet de loi – des groupes astroturfs pérennes.

6Ensuite, Sophie Boulay croise les résultats de cette catégorisation pour en faire ressortir des faits saillants caractérisant le phénomène étudié. Parmi ceux-ci, nous pouvons mentionner que les principaux instigateurs sont des entreprises privées, que les groupes astroturfs visent principalement à influencer des enjeux législatifs plutôt que commerciaux, que l’ensemble des initiateurs utilisent le web 2.0 pour articuler leurs stratégies, que les partis politiques n’embauchent que très peu de firmes externes pour mettre en œuvre leurs stratégies ou encore que ce sont les entreprises privées et les lobbies qui financent les groupes astroturfs pérennes et conjoncturels.

7Après avoir analysé l’ensemble des données recueillies, le cinquième chapitre (pp. 101-119) revient à la question initiale qui est de savoir quelle fonction occupe l’astroturfing dans les sociétés démocratiques. Afin de répondre, l’auteure expose des théories séminales de communication comme l’agenda-setting (Maxwell E. McCombs, Donald L. Shaw, « The agenda-setting function of mass media », Public Opinion Quarterly, vol. 36, 2, 1972, pp. 176-187, 1972) ou l’influence personnelle (Elihu Katz, Paul Felix Lazarsfeld, Personal influence, the part played by people in the flow of mass communications, Londres, Transaction, 1970). Cette mise en contexte sert à ancrer l’astroturfing – stratégie de communication qui s’appuie illégitimement sur l’identité citoyenne – et à montrer qu’il participe au phénomène de mise à l’agenda. L’auteure explique la façon dont les agendas publique, politique et médiatique interagissent et s’influencent les uns les autres. L’essence même des stratégies d’astroturfing est de s’introduire dans le processus démocratique et d’influencer un ou plusieurs agendas en prétendant à tort émerger spontanément d’une initiative citoyenne, ce qui leur donnerait une plus grande crédibilité.

8Le sixième et dernier chapitre (pp. 121-142) s’intéresse à la façon dont l’astroturfing s’insère dans l’espace public et aux dangers potentiels que cela sous-tend. Bien entendu, Sophie Boulay revient aux fondamentaux de la théorie de l’espace public selon Jürgen Habermas et à sa première vision normative où prédominaient les idées d’agir communicationnel, d’intersubjectivité et de communication rationnelle. Par son côté mensonger, il semble évident que l’astroturfing s’inscrit en faux par rapport aux idéaux habermassiens et aux principaux codes de relations publiques actuels. Néanmoins, l’auteure essaie d’aller plus loin dans l’analyse et cherche à comprendre comment cette stratégie trompeuse s’insère dans l’espace public contemporain. Elle voit dans l’évolution de l’espace public deux conditions favorables à la propagation de l’astroturfing. D’une part, elle souligne les transformations subies par le monde des médias. Fusions, rationalisation et virage numérique sont autant d’éléments qui poussent les journalistes à devoir produire du contenu dans des délais de plus en plus courts avec le risque inhérent de ne plus pouvoir adéquatement vérifier leurs sources, ce qui rend difficile la détection de potentiels cas d’astroturfing. D’autre part, elle souligne le rôle que peut jouer l’émergence et le développement fulgurant des technologies de l’information et de la communication. En effet, l’internet et le web 2.0 sont propices à la création de larges campagnes de communication à faible coût et avec la possibilité de garder l’anonymat.

9L’ouvrage de Sophie Boulay s’avère particulièrement intéressant puisqu’il décrit un phénomène de communication peu connu et encore très peu étudié. À travers les nombreux cas présentés, nous pouvons constater que cette stratégie de communication émerge aux quatre coins du monde et que ses formes sont extrêmement variées, que ce soit à fins commerciales ou politiques. D’une part, ce livre s’adresse à la communauté scientifique dans la mesure où il jette les bases d’un phénomène qui peut être étudié selon différentes perspectives, comme en témoigne la diversité de la littérature mentionnée dans le premier chapitre. L’auteure vise donc à proposer une définition plus claire et inclusive de l’astroturfing sur laquelle pourront se fonder de nombreuses recherches. D’autre part, l’ouvrage cible plus globalement les citoyens afin des les informer de l’existence de ce type de pratiques et du fait qu’elles mettent en danger le processus de délibération nécessaire à l’établissement d’une opinion publique. Les résultats de cette recherche offrent également une panoplie d’outils utiles à la détection de cas d’astroturfing qu’il est nécessaire de dénoncer pour tendre vers une démocratie plus saine.

Haut de page

Pour citer cet article

Référence papier

Brieuc Lits, « Sophie Boulay, Usurpation de l’identité citoyenne dans l’espace public. Astroturfing, communication et démocratie », Questions de communication, 29 | 2016, 438-440.

Référence électronique

Brieuc Lits, « Sophie Boulay, Usurpation de l’identité citoyenne dans l’espace public. Astroturfing, communication et démocratie », Questions de communication [En ligne], 29 | 2016, mis en ligne le 30 juin 2016, consulté le 29 mai 2017. URL : http://questionsdecommunication.revues.org/10587

Haut de page

Auteur

Brieuc Lits

ReSIC, Université libre de Bruxelles, BE-1000
Brieuc.Lits@ulb.ac.be

Haut de page

Droits d’auteur

Tous droits réservés

Haut de page