Navigation – Plan du site
Notes de lecture
Art, culture, esthétique

Olivier Roueff, Anthony Pecqueux, dirs, « Écouter de la musique ensemble. Ethnographies des écoutes musicales collectives »

Culture et Musées, 25, 2015, 221 pages
Mathieu Feryn
p. 435-437
Référence(s) :

Olivier Roueff, Anthony Pecqueux, dirs, « Écouter de la musique ensemble. Ethnographies des écoutes musicales collectives », Culture et Musées, 25, 2015, 221 pages

Texte intégral

1Comment expliquer qu’un contexte ou un environnement social sont constitutifs de l’écoute ? Dirigé par Olivier Roueff et Anthony Pecqueux, la 25e livraison de la revue Culture et Musées développe une sociologie de la réception des activités musicales à partir de relevés ethnographiques.

2Inconnu avant 2012 mais largement plébiscité par les internautes sur YouTube et Deezer, le succès international de Gangnam Style du chanteur coréen Psy suscite des interrogations. Il questionne notamment le rapport direct entre musiciens et publics ainsi que le rôle joué par les intermédiaires dans le champ de l’écoute. Or, si l’on considère les usages, le lieu de l’écoute est une étape clé de la carrière des musiciens et des intermédiaires (voir la question de la diffusion internationale d’œuvres à l’identité fortement localisée). Écouter de la musique « ensemble » suppose donc de mieux prendre en compte les enjeux des espaces de l’écoute, y compris l’image stéréotypée répandue sur l’internet.

3En France, les dynamiques de changement que connaît le monde de la musique permettent d’observer des processus de coopération et de coordination liés à l’émergence de nouvelles catégories d’acteurs venant d’autres sphères artistiques. Les carrières des artistes nés à partir des années 80 se développent en fonction des sensations et des relations nouées sur le moment, il n’est pas question de revendiquer l’appartenance à un genre en particulier. Malgré la concurrence – plus élevée – au sein des musiques actuelles, à travers l’étude des trajectoires et de la construction des publics, on observe des espaces d’écoute variés où s’effectue la reconnaissance de ces derniers. Insérés au sein de réseaux plus étendus et adjoints, aux pratiques omnivores : de la manifestation partagée (Aurélien Djakouane, pp. 23-46) aux amateurs de jazz (Laurent Legrain, pp. 47-68), à l’exposition de la musique (François Debruyne, pp. 69-94), voire de la natation synchronisée (Irina Kirchberg, pp. 95-114) au jury d’un festival de musiques du monde (Talia Bachir-Loopuyt, pp. 115-136), les auteurs de ce dossier réalisent une étude ethnographique de l’écoute collective de la musique vue depuis la France.

4Dans cette 25e livraison de la revue Culture et Musées, avec un souci de synthèse, ils étudient la pratique collective de la musique en dehors du lieu le plus commun de sa représentation : le concert. Ils rappellent que les évolutions techniques – mp3, dvd musicaux, retransmissions live – et le développement des pratiques amateurs – métro, fête de la musique, fanfares – ont contribué à faire évoluer cette représentation collective de la musique. Ainsi, à partir de terrains et de relevés ethnographiques parfois insolites – telles une pièce d’un appartement, la rue, une maison de disque ou encore une piscine –, les cinq auteurs du dossier – et ceux de trois chapitres hors thème et de deux notes de recherche – interrogent-ils ce que signifie écouter la musique ensemble. Privilégiant l’étude de différents objets, à partir de relevés anthropologiques, les contributeurs dégagent une analyse profonde de la réception. Nourri par la démarche interactionniste, ce dossier cherche à comprendre « comment la culture s’expérimente à plusieurs ».

5Cependant, il met à distance le cadre traditionnel des récits académiques en sciences humaines et sociales consacrés à la représentation du corps (la médecine, le sport ou l’étude du genre) et vise cet objet dans le cadre de la réception d’une œuvre musicale en cernant les attentes du public par l’observation des corps. Au sein d’un festival pluridisciplinaire ou d’une communauté d’amateurs de jazz, se constitue un espace propice à des interactions sociales et artistiques où la mobilité et l’immobilité des acteurs expriment leurs attentes. Les sociabilités et le développement de communautés de goût évoluent par le biais des dispositifs : scènes multiples, programmation éclectique, expérience rituelle. Ainsi la participation entre amis, le désir de faire la fête, de se retrouver pour boire ou manger sont-ils autant d’éléments constitutifs de l’écoute.

6Le second type d’analyse renvoie la question de la corporalité à la visibilité du monde social commun. Il s’appuie sur des observations dans des espaces urbains et fait ainsi le lien avec une série de problématiques soulevées par L’Invention du quotidien (Michel de Certeau, Paris, Union générale d’édition, 1980). D’abord, la visibilité et l’écoute passive de la musique au quotidien s’accompagnent d’expériences individuelles et publiques impersonnelles. Ensuite, l’écoute de la musique ensemble requiert la constitution d’espaces et une forme d’engagement dans l’expérience publique freinant le collectif et le rendant incertain. Enfin, lorsque la focale porte sur ce qui est visible, le travail anthropologique de l’écoute consiste à observer ce qu’elle donne à voir – oreilles des nageuses – et tend à négliger l’écoute du public, des juges, la situation de l’environnement et sa capacité à réaliser collectivement une expérience musicale.

7Sur le modèle de « la reconnaissance de la valeur » explicité par James English (The Economy of Prestige : Prizes, Awards and the Circulation of Cultural Value, Cambridge, Harvard University Press, 2005), une troisième forme de récit parcourt cette livraison en décrivant certains aspects du processus de production collective de festivals de « musiques du monde ». C’est par la construction de groupes lors d’évènements, de rassemblements telles les foires ou les manifestations internationales que le collectif se représente. Face à ce fort niveau d’incertitude et à la difficulté de juger de la qualité des œuvres, les acteurs – institutions, professionnels, jurys, musiciens, amateurs – interagissent autour d’un discours militant et développent ainsi une écoute collective.

8Pour analyser la problématique entourant l’écoute collective de la musique, les auteurs proposent un examen anthropologique qui s’appuie sur l’observation d’une série d’interactions. Cette posture compréhensive encadre un environnement plus large que celui du champ de la réception ou de la production de l’œuvre ; elle intègre les expériences (boire, manger), la découverte d’artistes et les lieux de rencontres dans et en dehors du dispositif (festival, piscine, espace public). De ce point de vue, les intermédiaires qui parcourent le champ musical s’intéressent davantage à la production singulière des artistes qu’aux conditions de la réception des œuvres. En ce sens, les festivals sont des terrains fondamentaux pour appréhender ces questions.

9Car la musique programmée dans les festivals, diffusée dans les espaces urbains ou reconnue par des groupes d’amateurs de jazz se réalise par le biais d’une « action collective ». De fait, le public n’est pas moins celui qui invite des artistes en fonction de ses goûts et de ses réseaux qu’un intermédiaire qui œuvre à expérimenter son goût au contact des autres. Ces collectifs aussi officieux que fédérateurs se formalisent sous la forme de comités de programmation. Cet organe social et citoyen réunit les institutions, professionnels, jurys, musiciens et amateurs qui tendent à faire le lien entre la production et la réception de l’œuvre en travaillant collectivement à la diffusion. Ces expériences ne sont pas le lieu de la concurrence, elles sont celui de la rencontre, du partage de valeurs au-delà même de la musique. Elles reformulent les enjeux de la représentation et les relations que nous entretenons avec les œuvres.

10Toutefois, l’ambition de ne pas réduire la dimension collective de la musique à sa seule dimension exécutive – ou au contexte de sa réception – place le « public » comme « acteur » au sein de l’activité d’écoute. Ainsi l’ouvrage s’enrichirait-il en explicitant les représentations sociales de l’acte musical. Dans l’introduction (pp. 13-16), Olivier Roueff et Anthony Pecqueux y reviennent implicitement assez longuement. Le développement gagnerait sans doute à approfondir les conventions sociales qui parcourent les mondes de la musique. En effet, d’un coté, le dossier présente plusieurs terrains en élargissant les processus de l’écoute collective aux interactions sociales ; de l’autre, les relations des corps aux œuvres sont nourries d’observations remarquables. Ainsi les relevés ethnographiques des écoutes musicales pourraient-ils être intégrés aux travaux existants dans le domaine de la sociologie ou des sciences de l’information et de la communication.

11Cependant, la volonté de cette livraison d’inscrire la pratique collective entre la réception et la production de l’œuvre est louable. Elle nourrit une réflexion efficace et propose une boîte à outils pertinente pour comprendre les enjeux liés à l’écoute de la musique. La série de terrains, de regards et d’attentions que les différents auteurs mobilisent est ambitieuse et cohérente : comment reformuler les outils de mesure des pratiques culturelles des français ? Quels sont les impacts des représentations des genres musicaux sur la diffusion ? Comment travailler à l’innovation et la diffusion de l’innovation musicale ? Cette livraison permet certes de comprendre d’avantages nos relations aux œuvres compte tenu des différents points relevés, mais mériterait une conclusion et une ouverture sur les études existantes. Elle contribue largement à faire évoluer la focale des usagers et des praticiens de la culture, ayant déjà été traité dans les domaines du cinéma, de la littérature, de la médecine ou de la technique. En analysant ainsi derrière chaque terrain comment et pourquoi écouter la musique ensemble, cette dernière offre de nombreuses réflexions pour les recherches menées en sciences humaines et sociales sur la musique.

Haut de page

Pour citer cet article

Référence papier

Mathieu Feryn, « Olivier Roueff, Anthony Pecqueux, dirs, « Écouter de la musique ensemble. Ethnographies des écoutes musicales collectives » », Questions de communication, 29 | 2016, 435-437.

Référence électronique

Mathieu Feryn, « Olivier Roueff, Anthony Pecqueux, dirs, « Écouter de la musique ensemble. Ethnographies des écoutes musicales collectives » », Questions de communication [En ligne], 29 | 2016, mis en ligne le 30 juin 2016, consulté le 21 septembre 2017. URL : http://questionsdecommunication.revues.org/10580

Haut de page

Auteur

Mathieu Feryn

Centre Norbert Elias, Université d’Avignon et des pays de Vaucluse, F-84000
mathieu.feryn@alumni.univ-avignon.fr

Articles du même auteur

Haut de page

Droits d’auteur

Tous droits réservés

Haut de page