Navigation – Plan du site
Notes de lecture
Art, culture, esthétique

Wenceslas Lizé, Delphine Naudier, Séverine Sofio, dirs, Les Stratégies de la notoriété. Intermédiaires et consécration dans les univers artistiques

Paris, Éd. des Archives contemporaines, 2014, 233 pages
Frédérique Joly
p. 428-430
Référence(s) :

Wenceslas Lizé, Delphine Naudier, Séverine Sofio, dirs, Les Stratégies de la notoriété. Intermédiaires et consécration dans les univers artistiques, Paris, Éd. des Archives contemporaines, 2014, 233 pages

Texte intégral

1La consécration artistique a fait couler beaucoup d’encre car elle ne repose pas toujours sur des critères universels et unanimement définis. Dans cet ouvrage, il s’agit donc d’analyser les différents mécanismes de consécration, mais aussi de déterminer les agents qui se trouvent à l’origine de la production de la notoriété artistique. Regroupant les textes de 14 auteurs organisés sur 11 chapitres, le livre s’intéresse principalement aux intermédiaires culturels dans leur grande diversité (littéraire, musicale, cinématographique, artistique) et interroge les relations complexes, parfois jalonnées de tensions, qui les relient aux artistes et les enjeux économiques ou symboliques qui montrent qu’ils apparaissent aujourd’hui essentiels à la notoriété des artistes.

2Ainsi le rôle primordial des intermédiaires est-il mis en avant via plusieurs chapitres. En effet, l’étude de Luca Pareschi (pp. 17-31) issue d’une thèse consacrée au processus d’entrée dans le champ littéraire italien (La produzione editoriale in Italia : il processo di intermediazione nel Campo Letterario, thèse de doctorat en administration des affaires, université de Bologne, 2011) s’intéresse principalement à la place des intermédiaires entre les auteurs non publiés et les éditeurs. Ces intermédiaires apparaissent comme des personnes indispensables pour les maisons d’édition qui sont à la recherche de nouveaux manuscrits. De même, la contribution présentée par Kaoutar Harchi (pp. 33-50) questionne les modalités de consécration littéraire et sociale des écrivains algériens francophones en prenant notamment l’exemple de l’écrivain Kateb Yacine. Au-delà du pouvoir réel de l’éditeur à qualifier un artiste au sein du champ littéraire, l’auteur entend montrer les mécanismes à l’œuvre et notamment l’appareil rhétorique utilisé par les maisons d’édition pour valoriser et légitimer la croyance en une certaine valeur artistique.

3Concernant la consécration dans le champ musical, deux chapitres éclairent les mises en place de stratégies. D’abord Wenceslas Lizé (pp. 51-64) s’intéresse particulièrement au champ des musiques actuelles et à la place des managers dont le rôle n’est pas seulement d’aider à singulariser les artistes, mais aussi d’être porteur d’un capital social spécifique pouvant bénéficier directement au musicien représenté. Afin de limiter les zones d’incertitude quant au succès des artistes, les managers font également appel à d’autres prescripteurs devant se faire le relais de la promotion de l’artiste, quitte parfois à se retrouver en contradiction avec les maisons de disque elles-mêmes. Ainsi les phases de connaissance puis de reconnaissance des artistes se construisent-elles, leur octroyant une véritable légitimité culturelle et produisant un effet performatif sur le public. Le chapitre de Dominique Sagot-Duvauroux (pp. 71-90) entend montrer les mécanismes de consécration dans le champ des musiques actuelles via l’organisation de concerts ; cette consécration se révélant le fruit de la combinaison subtile entre réussites commerciale et institutionnelle. L’aspect performatif est également envisagé via les structures de production de spectacles qui, selon leur importance, vont conférer plus ou moins de notoriété aux artistes.

4Par ailleurs, dans sa grande diversité des études et des méthodes présentées, l’ouvrage fait état en filigrane d’une forme de catégorisation des intermédiaires selon leurs missions, leurs fonctions et leurs tutelles de rattachement – qu’elles soient institutionnelles ou marchandes – en convoquant les notions d’incertitude, de risque mais aussi de notoriété et de consécration, parfois de manière performative.

5Ainsi le chapitre de Delphine Naudier (pp. 93-108), s’intéresse particulièrement à la façon dont les agents artistiques du secteur cinématographique travaillent et s’organisent pour réduire les différentes formes d’incertitude liées à leur métier.

6La constitution d’un capital symbolique sous la forme d’une clientèle reconnue, mais aussi d’un capital professionnel et économique, participent dans un premier temps à la limitation de l’incertitude. L’aspect performatif existe également chez ces intermédiaires puisque, si les agents contribuent à développer la carrière artistique des comédiens, la réputation de ces derniers tend également à favoriser l’accession à la reconnaissance pour les agences. De même, Laure de Verdalle (pp. 111-128) étudie le cas des producteurs indépendants qui représentent des intermédiaires efficaces mais souvent oubliés – au profit des réalisateurs – dans l’élaboration de la notoriété dans le champ cinématographique. En effet, les producteurs participent aussi, mais de façon plus discrète, à la construction des réputations professionnelles, à la possibilité des appariements sélectifs et à la théorie perfomative, construisant leur propre crédibilité, leur permettant ensuite, en cas succès, de démarcher d’autres sources de financement plus importantes. Le principal intérêt de ce chapitre est de montrer, via l’analyse du rôle des producteurs, qu’il existe des rapports étroits entre les réalités économiques et la construction symbolique des notoriétés. Plus encore, il montre, d’une part, comment les stratégies mises en place par ces producteurs participent à la fabrication de leur notoriété ainsi qu’à celle du film et, d’autre part, comment cette réputation participe aux phénomènes de stratification des univers artistiques.

7Le caractère performatif des stratégies de la notoriété apparaît également dans la contribution de Jean-Samuel Beuscart et Maxime Crépel (pp. 165-175) qui s’intéresse aux liens existants entre pratiques artistiques amateur et le partage de ces pratiques sur la toile (notamment par les sites). Plus encore, elle interroge les différents intérêts que perçoivent les artistes à publier leurs créations, les stratégies d’accès à la notoriété devenant hautement performatives. Cet article permet de nuancer les types d’intermédiation qu’offrent les plates-formes d’autopublication artistique en faisant apparaître quatre figures : l’amateur désenchanté, l’amateur enrichi ainsi que deux figures d’artistes professionnels dont l’un doit sa notoriété exclusivement au web alors que l’autre se sert de l’internet seulement comme d’une carte de visite supplémentaire.

8De même, Pierre-Edouard Weill (pp. 147-158) entend mettre en lumière les logiques de consécration du graffiti art et distingue trois types d’intermédiaires : les indigènes qui ont pour but de repérer et d’encourager les graffeurs, les entrepreneurs – que l’on nomme aussi experts – qui soutiennent financièrement certains artistes en leur passant parfois des commandes spécifiques, et enfin, les établis qui dominent le processus de consécration et qui connectent le graffiti art avec le marché de l’art contemporain. Pour cette dernière catégorie, les intermédiaires semblent nécessaires entre les graffeurs et le monde de l’art contemporain pour la mise en valeur de leurs œuvres et leur rôle de socialisation professionnelle.

9Enfin, l’ouvrage est jalonné de plusieurs articles à visée plus théorique, comme celui de Vincent Dubois, qui met l’accent sur la rencontre possible entre la culture des intermédiaires qui sont ici incarnés par les étudiants en administration culturelle et la culture qu’ils seront amenés à programmer. L’auteur émet l’hypothèse d’une forme d’homologie entre le capital culturel des étudiants futurs administrateurs et leurs choix en termes de programmation. Il s’attache plus spécifiquement aux goûts de ces étudiants ainsi qu’à leurs déterminants sociologiques afin de définir une ligne de comportements qui les amèneront à prendre des décisions de programmation artistique proches de leurs goûts.

10De même, le huitième chapitre (pp. 129-144), de Séverine Sofio, apporte des éléments historiques quant à l’existence et aux conditions d’apparition de systèmes permettant l’accès à la notoriété pour les créateurs dans le domaine de l’art contemporain. Des salons aux galeristes, en passant par les foires, l’auteure revient sur les institutions qui ont contribué à l’accession à la reconnaissance pour les artistes. Deux éléments essentiels sont apportés grâce à ce regard historique : la place de l’État, avec des phases successives d’engagement et de désengagement, et la perte de pouvoir des artistes depuis le xviiie siècle.

11Enfin, Olivier Roueff conçoit la dernière contribution (pp. 185-200) comme un chapitre de synthèse avec un travail réflexif sur l’étude des activités d’intermédiation dans le monde de l’art. Le chercheur revient d’abord sur l’idée d’incertitude qui caractérise la nature même des productions artistiques et qui conditionne in fine l’existence des intermédiaires dont la fonction est de réduire cette incertitude face au succès et à la reconnaissance, mais aussi sur les notions de réception et de valeurs. Ainsi ouvre-t-il de nouveaux questionnements sur l’aspect performatif de la réception des œuvres artistiques soumises par nature aux doutes et à l’incertitude.

12Riche par la diversité des études présentées, l’ouvrage offre une pluralité de regards pouvant satisfaire le public le plus large, mais aussi les chercheurs en sciences humaines et sociales. On pourrait cependant lui reprocher de n’offrir qu’une compilation très diverse de sujets d’études sans donner véritablement la parole aux artistes qui sont, bien souvent, les premiers intermédiaires de leur travail.

Haut de page

Pour citer cet article

Référence papier

Frédérique Joly, « Wenceslas Lizé, Delphine Naudier, Séverine Sofio, dirs, Les Stratégies de la notoriété. Intermédiaires et consécration dans les univers artistiques », Questions de communication, 29 | 2016, 428-430.

Référence électronique

Frédérique Joly, « Wenceslas Lizé, Delphine Naudier, Séverine Sofio, dirs, Les Stratégies de la notoriété. Intermédiaires et consécration dans les univers artistiques », Questions de communication [En ligne], 29 | 2016, mis en ligne le 30 juin 2016, consulté le 28 mars 2017. URL : http://questionsdecommunication.revues.org/10577

Haut de page

Auteur

Frédérique Joly

Cresppa, université Paris 8 Vincennes-Saint-Denis, F-93526
fréderique.joly@wanadoo.fr

Haut de page

Droits d’auteur

Tous droits réservés

Haut de page