Navigation – Plan du site
Notes de lecture
Art, culture, esthétique

Wenceslas Lizé, Delphine Naudier, Séverine Sofio, dirs, Les Stratèges de la notoriété. Intermédiaires et consécration dans les univers artistiques

Paris, Éd. des Archives contemporaines, 2014, 212 pages
Mathieu Feryn
p. 426-428
Référence(s) :

Wenceslas Lizé, Delphine Naudier, Séverine Sofio, dirs, Les Stratèges de la notoriété. Intermédiaires et consécration dans les univers artistiques, Paris, Éd. des Archives contemporaines, 2014, 212 pages

Texte intégral

1Comment expliquer la construction des valeurs des artistes et des œuvres dans le cadre de l’activité des intermédiaires ? Dirigé par Wencelas Lizé, Delphine Audier et Séverine Sofio, l’ouvrage développe une analyse des processus de construction sociale de (l’accès à) la notoriété dans différents secteurs de la production artistique à partir d’enquêtes et de recherches collectives.

2Inconnu avant 2014 mais largement plébiscité par les festivaliers de « Jazz in Marciac » et « Jazz à Vienne », le succès international d’Ibrahim Maalouf suscite des interrogations. Il questionne notamment les rapports entre musiciens et publics ainsi que le rôle joué par les intermédiaires dans le champ de la consécration. Dans un domaine marqué par une forte incertitude et l’émergence de conceptions du jazz parfois radicalement opposées, les processus de négociation et de classement liés à l’émergence de nouvelles catégories d’acteurs venant d’autres sphères artistiques permettent d’observer des indicateurs établissant si recommandation il y a (ou non) sur le public et les intermédiaires, et donc, sur la construction d’une réputation. Si l’on considère les acteurs, leurs pratiques et les conséquences de celles-ci, on entrevoit les conditions de la fabrication du succès et de l’accès à la consécration artistique.

3Afin d’analyser l’incertitude qui pèse sur ce qui fait la valeur de l’art et le prix à payer, l’analyse des mécanismes et des agents de production permet de déterminer qui travaille à la construction de la consécration. Le maintien des conditions du succès des artistes et le développement des logiques d’acteurs pour faire émerger de « nouveaux talents » par le biais des intermédiaires culturels jouent un rôle actif dans la constitution de la valeur économique d’une œuvre. Malgré la concurrence accrue au sein de l’économie culturelle, à travers l’étude des carrières, on observe les différents espaces du succès, les acteurs qui effectuent le travail sur la réputation. L’ouvrage revient sur des réseaux plus étendus et adjoints aux anticipations professionnelles des acteurs : des intermédiaires aux attentes des directeurs artistiques, de la production à l’édition, de la stratégie des intermédiaires à la notoriété des artistes.

4En considérant une méthode d’analyse multivariée et à plusieurs échelles de la consécration, les auteurs étudient les pratiques des acteurs dans le domaine littéraire, musical, cinématographique et plastique : celui du champ artistique. Ils rappellent que la culture légitime est réciproquement tempérée par l’éclectisme et la structure des goûts par les anticipations des professionnels. Ces intermédiaires ont contribué à faire évoluer la production et les modalités de la consécration artistique. Ainsi, à partir de relevés statistiques et d’entretiens parfois insolites évoquant le break dance, la fanfare, les programmes de télé-réalité ou encore les musiques celtiques, les trois auteurs – dans les trois premiers chapitres (pp. 1-16; 17-32; 33-50) –, interrogent-ils ce que signifie être intermédiaire dans le champ artistique. Privilégiant l’étude d’objets distincts, à partir de leurs enquêtes, les auteurs dégagent une analyse profonde et saillante de la production de la consécration et des phénomènes sociaux qui lui sont liés.

5L’ouvrage renvoie assez largement aux travaux académiques en shs consacrés à la production artistique : les relations entre artistes et intermédiaires, la reconnaissance des œuvres et des artistes (notamment Raymonde Moulin, L’Artiste, l’institution et le marché, Paris, Flammarion, 1992 ; Pierre-Michel Menger, Le Travail créateur. S’accomplir dans l’incertain, Paris, Gallimard/Éd. Le Seuil, 2009 ; Alain Quemin, Les Stars de l’art contemporain. Notoriété et consécration artistiques dans les arts visuels, Paris, cnrs Éd., 2013). Ce travail consiste à cerner les enjeux de singularité des artistes par l’observation de la filière musicale et les relations de pouvoirs entre agents et artistes. Au sein des concerts de musiques actuelles, se constituent des conventions spécifiques à des interactions sociales et artistiques où la notoriété et l’anonymat des artistes constituent une régulation par les intermédiaires. Les sociabilités et le développement de contrats, de réseaux d’agences évoluent par le biais des dispositifs : autoproduction, contrat d’engagement, contrat de cession, stratification rituelle, etc. La reconfiguration des relations de pouvoir entre agents et artistes est un des éléments constitutifs du succès.

6Le second type d’analyse renvoie la question de la notoriété à la gestion du risque partagé entre acteurs. Cette analyse s’appuie sur des observations auprès des producteurs et des lieux de spectacle. Ainsi fait-elle le lien avec une série de problématiques soulevées par Le Travail créateur. S’accomplir dans l’incertain (Pierre-Michel Menger, Paris, Gallimard/Éd. Le Seuil, 2009). D’abord, le processus d’innovation et la série de ressources mobilisées par l’artiste déterminent son activité. Ensuite, la production, la qualification, l’évaluation et la commercialisation des œuvres dans leurs différents états en font un objet d’expérimentations et de négociations. Enfin, chacune de ces épreuves du jugement confortent ou destituent l’artiste et son œuvre selon l’endroit et le moment où il se positionne.

7C’est par la construction d’une liste de contacts, la fabrication et la reconnaissance d’un nom, la configuration des relations de pouvoir entre agents et artistes qu’une œuvre se donne à voire et à entendre. Face à ce fort niveau d’incertitude et à la difficulté d’intégrer les réseaux, les acteurs – institutions, experts, profanes – interagissent autour d’un corpus d’artistes.

8Pour analyser la problématique entourant l’accès à la notoriété, Wenceslas Lizé et Séverine Sofio proposent un examen historique et critique qui s’appuie sur l’analyse des conditions d’accès au marché de l’art, des attentes artistiques (disciplinaires, esthétiques, sociales) aux expériences de la critique, du jugement, des marchands aux tableaux dans et en dehors des musées. De ce point de vue, les intermédiaires qui évoluent dans le marché de l’art prennent le pas sur les artistes compte tenu du désengagement de l’État et de la mise en exposition, de la place de la critique, de l’expertise des publics, et la mise en relation avec les clients potentiels.

9Car la consécration par le marché, diffusée dans les espaces urbains, se réalise par le biais d’une « action collective ». De fait, les stratégies complémentaires des intermédiaires ne sont pas moins celles qui font le tri objectif des artistes en fonction des goûts et des réseaux qu’un intermédiaire qui cherche à répondre à une demande. Cette performativité des dispositifs réunit les institutions, les experts et les profanes qui tendent à faire le lien en travaillant collectivement à la diffusion. Ces expériences font apparaître comment et avec qui peut s’établir le lieu d’une rencontre, d’échanges de valeurs en dehors des cadres d’engagement conventionnel. Elles mettent en scène des mécanismes de représentation symbolique et des effets d’homologie structurelle entre l’offre et la demande de biens culturels.

10Toutefois, l’ambition de ne pas réduire la dimension pragmatique de la valeur aux rôles des intermédiaires ou au contexte de sa production dans les mondes de l’art place le public au sein de l’activité de réception. L’ouvrage gagnerait à expliciter l’implication du public dans le dispositif de production afin d’étudier plus en détails les dynamiques qui parcourent les mondes de l’art en proposant une analyse de dispositifs participatifs. Le livre présente une pluralité de mondes de l’art en élargissant les modalités de la consécration aux interactions sociales. Ainsi l’analyse du dispositif numérique gagnerait-elle à être intégrée aux travaux existants dans le domaine de la sociologie de la création, des sciences de l’information et de la communication (sic) au regard de la consécration via le web et les changements paradigmatiques qui sont en cours.

11Par ailleurs, l’analyse des ajustements entre l’offre et la demande du marché de l’art est sérieuse ; elle permet de. comprendre les procédés liés à l’analyse de la consécration. La série de terrains, de champs et de concours mobilisés par les auteurs sont ambitieux et homogènes sous le fond de questionnements : comment appréhender l’incertitude face au succès ? Quels sont les impacts des intermédiaires sur la diffusion artistique ? Comment travailler à la production et à la commercialisation de l’innovation artistique ? Cet ouvrage permet, certes, d’identifier le rôle des acteurs dans la création artistique compte tenu des différents points relevés, mais il mériterait en conclusion une ouverture sur le rôle des publics dans la construction d’une carrière en identifiant les différentes échelles de temps adjugeant les phénomènes de reconnaissance et de notoriété.

Haut de page

Pour citer cet article

Référence papier

Mathieu Feryn, « Wenceslas Lizé, Delphine Naudier, Séverine Sofio, dirs, Les Stratèges de la notoriété. Intermédiaires et consécration dans les univers artistiques », Questions de communication, 29 | 2016, 426-428.

Référence électronique

Mathieu Feryn, « Wenceslas Lizé, Delphine Naudier, Séverine Sofio, dirs, Les Stratèges de la notoriété. Intermédiaires et consécration dans les univers artistiques », Questions de communication [En ligne], 29 | 2016, mis en ligne le 30 juin 2016, consulté le 27 mars 2017. URL : http://questionsdecommunication.revues.org/10572

Haut de page

Auteur

Mathieu Feryn

Centre Norbert Elias, Université d’Avignon et des pays de Vaucluse , F-84000
mathieu.feryn@alumni.univ-avignon.fr

Articles du même auteur

Haut de page

Droits d’auteur

Tous droits réservés

Haut de page