Navigation – Plan du site
Notes de lecture
Art, culture, esthétique

Pascal Lardellier, dir., Actualité d’Erving Goffman, de l’interaction à l’institution

Paris, Éd. L’Harmattan, coll. des Hauts & débats, 2015, 250 pages
Adela Drăgan
p. 422-424
Référence(s) :

Pascal Lardellier, dir., Actualité d’Erving Goffman, de l’interaction à l’institution, Paris, Éd. L’Harmattan, coll. des Hauts & débats, 2015, 250 pages

Texte intégral

1Dirigé par Pascal Lardellier, le volume réunit des chapitres inspirés par Erving Goffman. Il est organisé en trois sections (« Interactions », « Institutions », « Médias et médiations ») plus une introduction (partagée par Pascal Lardellier et Yves Winkin, pp. 9-29) et une conclusion (pp. 211-221).

2Foisonnant d’idées à exploiter pour l’approfondissement des recherches fondées sur les concepts goffmaniens, où la « face » détient un rôle central, l’ouvrage permet une compréhension plus complexe des interactions qui surgissent dans divers contextes sociaux. Les contributions s’entrecroisent pour souligner chacune à sa manière quelques traits fondamentaux de la théorie d’Erving Goffman : son originalité, sa visée interculturelle, ses valences interdisciplinaires, son actualité et son impact sur l’évolution des recherches dans le domaine de la communication. Les auteurs n’hésitent pas à revenir sur des aspects biographiques, sur sa manière originale de mener ses observations et recherches, sur sa personnalité et son potentiel intellectuel à part, aidé par un contexte académique et scientifique du plus haut niveau tel celui de Toronto ou ses contacts avec l’école de Palo Alto. Les points forts de sa théorie, tout comme les inévitables limites – imputables aux frontières qu’il avait assumées, en concordance avec la période historique pendant laquelle il a vécu, et non pas à quelque ignorance personnelle – sont mis en évidence et suscitent l’intérêt pour les spécialistes du domaine qui y trouvent des sources d’inspiration pour de nouvelles pistes de recherche sur les réalités contemporaines et les interactions qu’elles font naître.

3Les analyses portent sur des interactions qui se construisent dans des contextes très divers, tel ceux de la médecine d’urgence ou de soins, d’une unité d’enseignement musical, de la communication en couple, avec les transformations provoquées par les technologies de l’information et de la comunication. Elles discutent aussi la façon dont le monde du cinéma se prend pour un miroir des conventions qui balisent les relations, en procédant parfois à leur déformation, ce qui ne fait que confirmer leur existence et fonctionnement. S’y ajoutent les volets portant sur les genres, la question de l’image des femmes et des hommes dans la publicité, les expériences œnologiques vues comme des mises en scène de la dégustation, les interprétations des bandes dessinées en tant que supports artistiques susceptibles d’attester une compétence communicative d’inspiration goffmanienne.

4Dans son introduction, Pascal Lardellier, fait un bref tour d’horizon de la théorie goffmanienne, de l’utilité de sa boîte à outils pour l’analyse de l’interaction, en soulignant la vision métaphorique de la vie sociale en tant que dispositif théâtral. Une courte présentation des chapitres – qui se constituent en témoignages de l’actualité de cette théorie – s’ajoute aux considérations théoriques.

5Le volume a le mérite de renouveler et d’approfondir la réflexion sur les concepts goffmaniens et d’encourager ceux qui s’y intéressent à en tirer profit. Les idées se détachant des analyses proposées confirment que l’individu, en tant qu’être social, mène sa vie à travers les interactions quotidiennes, soit comme une cérémonie, soit comme une guerre. Idées d’autant plus actuelles que l’on interagit dans l’interculturalité à l’échelle presque mondiale et que le risque de conflit est augmenté par l’hétérogénéité des individus. Un état de fait qui alimente l’intérêt pour la théorie et complète la vision du chercheur américain, pour lequel l’interculturalité n’avait pas représenté une priorité.

6Les analyses présentent des exemples confirmant à quel point nous avons développé un système social fondé sur des institutions à la fois accueillantes et dévoratrices du point de vue intellectuel et affectif. Ainsi constatons-nous avec les auteurs que, dans notre activité, ressemblant à une mise en scène où nous portons tous des masques, nos relations et interactions aident à survivre en gérant une image personnelle et professionnelle que l’on peut analyser dans les moindres détails, étant tous des acteurs d’occasion en tant que médecins, aides-soignants, patients, élèves, professeurs, dans la pléiade de situations qui marquent notre existence, dirigeant ou nous laissant diriger, exercice qui nous permet de reconnaître à quel point nous sommes habitués à nous plier au système qui nous a formés.

7Les expériences venant du milieu médical ou de l’enseignement, de performance ou non, représentent des exemples à même de valider les impressions et les conclusions théoriques d’Erving Goffman, du point de vue des perceptions face à nous-mêmes, face aux regards des autres, aux sentiments que nous éprouvons, aux rituels de préservation de la face en contexte institutionnel réunissant les caractéristiques d’une institution totale (c’est-à-dire à rôle de conversion), à travers les divers moments administratifs, médicaux et de loisir. Ce sont des moments mélangeant dureté et humanité, risquant parfois de créer des cadres interactifs humiliants et même surréalistes, difficiles à accepter objectivement, par les souffrances infligées aux élèves – implicitement porteuses de menace de la face – ou par les actions proposées aux patients participant à des moments de loisir dans les institutions médicales. Ainsi une ombre de double contrainte affectant nos institutions en général semble-t-elle se détacher, possible à atténuer grâce à l’activité de communication et des recherches appropriées. En tout cas, les chapitres touchant le sujet servent plus ou moins directement ce but.

8Les institutions totales se prêtent à des investigations plus amples et plus poussées étant donné les particularités des institutions actuelles et de leur rapport avec les salariés, surtout dans les domaines de haute performance. C’est ici qu’on pourrait reprendre les discussions sur les menaces de la face, revisiter le principe de l’empathie, le fonctionnement de la stigmatisation et de ses sources dans nos relations actuelles. Et ce serait l’occasion de trouver peut-être une réponse plus adaptée, entre la vision assez optimiste d’Erving Goffman et celle plus cynique de Jean-Paul Sartre, du point de vue du regard d’autrui et du risque de stigmatisation, qui est à juger en tant que feed-back, motivant ou démotivant, ou nous résigner à l’inhérence du stigmate dans le processus du contrôle social.

9Volet intéressant concernant nos relations d’aujourd’hui, l’immixtion des technologies de l’information et de la communication (tic) dans notre vie de couple conduit à reconsidérer les normes qui sous-tendent notre communication dans cette sphère. Un bouleversement s’est produit du fait des instruments que nous avons nous-même inventés et mis en place pour faciliter la communication et notre vie et qui les ont transformées, plus encore qu’on ne l’imaginait. Ainsi le chapitre consacré à ce sujet (Sophie Demonceaux, pp. 185-198) traite-t-il de la déterritorialisation de la communication grâce aux téléphones ou ordinateurs portables, montrant une modification essentielle de l’une des conditions essentielles de la communication, à savoir l’absence de la coprésence. D’autres aspects de la communication liés à l’emploi des tic sont bien mis en évidence parmi lesquels une légèreté plus prononcée de l’auto-exhibition dans l’espace virtuel, la connexion simultanée dans plusieurs communications, source importante de menace des faces, les liens plus superficiels entre les membres du couple par rapport aux liens plus forts développés dans l’habitat traditionnel. Là encore, l’approche peut servir aux analyses visant la communication professionnelle sur des aspects liés à la politesse. Avec la réflexion sur l’influence des tic dans notre vie intime, il s’avère que la communication, par son évolution inattendue, n’a pas fini de dévoiler toutes ses facettes. Par exemple, l’évolution technique pourrait déterminer des mutations importantes dans les interactions et notre vie.

10L’analyse de la communication par l’image à travers les publicités et les sports (Stéphane Héas, pp. 129-210) confirme les stéréotypes concernant la différence de genre et montre que l’image masculine reste dominante dans cette création médiatique qu’il ne faut pas confondre avec la réalité. Des pistes de recherche pour l’image de l’institution sont faciles à repérer du point de vue de l’équilibre des genres.

11Dans l’ensemble, les approches sont méritoires malgré certains problèmes de cohérence dans la présentation des idées ou des conclusions assez vagues dans certaines contributions, l’ouvrage constitue une lecture très utile pour les spécialistes en information-communication. Inspirés par le pragmatisme du monde actuel, les chapitres présentés sont à considérer comme des supports à la fois théoriques et pratiques à exploiter dans de nouvelles recherches et offrent des bibliographie riches et d’actualité.

Haut de page

Pour citer cet article

Référence papier

Adela Drăgan, « Pascal Lardellier, dir., Actualité d’Erving Goffman, de l’interaction à l’institution », Questions de communication, 29 | 2016, 422-424.

Référence électronique

Adela Drăgan, « Pascal Lardellier, dir., Actualité d’Erving Goffman, de l’interaction à l’institution », Questions de communication [En ligne], 29 | 2016, mis en ligne le 30 juin 2016, consulté le 23 août 2017. URL : http://questionsdecommunication.revues.org/10568

Haut de page

Auteur

Adela Drăgan

Département d’études roumaines, Université de Strasbourg
dragan@unistra.fr

Haut de page

Droits d’auteur

Tous droits réservés

Haut de page