Navigation – Plan du site
Notes de lecture
Art, culture, esthétique

Roland Huesca, La Danse des orifices. Étude sur la nudité

Paris, Nouvelles Éditions Jean Michel Place, 2015, 224 pages
Bruno Salgues
p. 421-422
Référence(s) :

Roland Huesca, La Danse des orifices. Étude sur la nudité, Paris, Nouvelles Éditions Jean Michel Place, 2015, 224 pages

Texte intégral

1Le livre de Roland Huesca traite de la danse plutôt dénudée avec une volonté de coller à la réalité des représentations scéniques. L’auteur donne l’impression de bien connaître son terrain de recherche, ceci étant dû aux détails dans les descriptions des chorégraphies concernées. L’ouvrage aurait pu être un texte grand public si, au cours de sa rédaction, Roland Huesca n’avait introduit des mots savants ou n’avait fait référence à des auteurs difficiles à appréhender.

2Très court, le premier chapitre intitulé « Histoire d’O postmoderne » (pp. 9-15) semble situer l’auteur dans la logique de Jean Baudrillard et de ses topiques consacrés au corps. Cependant, rapidement, apparaissent des références de revues consacrées à la danse. Umberto Eco est mobilisé pour justifier une vision historique du sujet et pour se situer dans une logique où le corps, la peau et les orifices sont de véritables « métaphores épistémologiques » (p. 15). C’est pour cela que, dans le chapitre suivant (pp. 17-43), l’auteur affiche l’objectif de « donner chair au concept ». Roland Huesca mobilise aussi Gilles Deleuze et son univers rhizomatique (Gilles Deleuze, Félix Guattari, Mille Plateaux, Paris, Éd. de Minuit, 1980), Roland Barthes et son degré zéro (Le Degré zéro de l’écriture, Paris, Éd. Le Seuil, 1953) ou son écriture blanche et, enfin, Théodor W. Adorno (Dialectique négative, trad. de l’allemand par le groupe de traduction du Collège de philosophie, Paris, Payot, 2003) pour son esthétique de la négativité et sa dénonciation de l’ordre bourgeois. L’auteur s’intéresse à la perception des œuvres dans un univers de banalité de la nudité et dans celui de l’importance de la mort dans la danse. « Obscurité/ lumière, apparition/ disparition, silence/ musique : qu’y-a-t-il à percevoir en deçà du visible et de l’audible ? » (p. 35) est l’une des questions à laquelle il cherche à répondre par la suite. Puis, apparaît une justification du titre de l’ouvrage par la validation de l’importance des orifices dans le corps qui dépasse le rôle du sexe et celui de la dualité masculin/féminin : « Dévaluant les oppositions traditionnelles, forme/matière, être/paraître, masculin/féminin, etc., ces œuvres imposent une autre vision du monde et, d’un même élan, montrent combien le sexe − loin de n’être qu’un simple motif − se glisse au sein du processus créateur lui-même. Murs, frontières, marges, limites, les artistes déploient leurs allégories au fil de leurs œuvres. En filigrane toujours, l’éloge de la “porosité des choses” »  (p. 43).

3Nommé « Figures » (pp 45-59), le chapitre suivant se consacre à des dualités, inconnu/reconnu, étrange/familier, déstructuration/restructuration ; et ce, tout en faisant référence au corps sans organe, concept de Gilles Deleuze. Le « Passé revisité » (pp. 61-82) est un chapitre montrant comment la danse a su utiliser les scandales et les utopies créés dans le passé (Gilles Deleuze, Qu’est-ce la philosophie ?, Paris, Éd. de Minuit, 2005 [1991]). Le chapitre « Le corps installé » (pp. 83-102) aborde l’importance du corps et de la dynamique artistique qui conduit à une « esthétique de la simplicité » (p. 84), une mise en avant de l’importance des processus d’interaction (p. 85) notamment entre les corps, mais avec les lieux où se situe la danse. Le chapitre suivant abandonne le corps pour se consacrer à ce qui sort par les orifices, d’où le titre, « Flux, fluides et sécrétions » (pp. 103-124). Sang, larmes, urines et autres sécrétions sont là pour exprimer des notions de trajectoires, de vide en opposition au plein et enfin de la culpabilité sur laquelle se fonde le catholicisme. Puis arrive un chapitre consacré à la femme qui aurait gagné à être plus clair. Son titre, « Faire de son sexe une œuvre d’art » (pp. 135-136), se transforme dans le texte en « faire de sa vie une œuvre d’art » (p. 143), puis aboutit à l’évocation des travailleuses du sexe.

4Le livre change de dynamique pour aborder le « Nu ensemble » (pp. 147-164). Là, Roland Huesca aborde des thèmes assez différents comme l’existence de la communauté pour être décomplexé, les rituels, l’anatomie expérimentale, l’impression de meute… Ils lui permettent d’avoir recours à Jacques Rancière (Le Partage du sensible, esthétique et politique ?, Paris, Éd. La Fabrique, 2000)/ C’est notamment la reconfiguration du sensible qui lui permet de justifier ainsi la transgression des stéréotypes sociaux.

5Le chapitre intitulé « S’expérience » (pp. 165-182) décrit comment la danse désexualise les plaisirs en s’intéressant à un autre orifice, en l’occurrence l’anus. Ce chapitre est intéressant par son approche qui pourrait être utilisée dans d’autres domaines. Les descriptions des scénarios, mises en scène et chorégraphies sont assez abruptes et Pierre Bourdieu est invité dans la discussion sur le thème des enjeux des déconstructions opérées par les mouvements homosexuels. « La (re)naissance de la tragédie » (pp. 183-199) est le titre utilisé par Roland Huesca pour aborder les scènes où les acteurs sont multiples, reproduisant des rituels, des situations orgiaques. L’auteur y aborde des situations d’ivresse, mais, curieusement, pas de drogue. Il compare ces situations de danse à des performances. Par exemple, l’usage d’un hula hoop dans la danse lui permet de faire référence à la performeuse israélienne Sigalit Landau qui danse nue sur la plage avec du fil de fer barbelé autour du corps.

6La longue conclusion a pour titre « Vous avez dit Nietzschéen ? » (pp. 201-206) et prend le parti de consacrer un univers à la fois « nihiliste » et « conceptuel » (p. 206). Pour Roland Huesca, « cette danse avec les orifices ne cherche pas Le corps dans le corps. Elle ne veut pas rendre claires ses significations obscures, mais explore simplement le dépouillé sur lequel s’incarnent des corporéités déterminées et de fait relatives et contingentes » (ibid.).

7Dès le début, Roland Huesca utilise également Friedrich Nietzsche et Michel Foucault qui seront comme un fil conducteur de l’ensemble du texte. Il fait appel à de nombreux autres auteurs ainsi qu’à des artistiques explicitant des œuvres, non seulement des acteurs de la danse, mais aussi des peintres ou des artistes habitués aux performances comme Yves Klein (p. 107). L’auteur décrit de façon précise les chorégraphies et scénarios des différents spectacles pour desquels il montre une connaissance réelle. Il rajoute des commentaires de la presse spécialisée en danse. C’est seulement dans le chapitre intitulé « Passé revisité » qu’il fait appel à de la bibliographie. Ce livre est très intéressant, mais l’utilisation de certains mots rares en limite la portée pour le grand public, ce qui est dommage. L’importante bibliographie peut être utile pour tout chercheur commençant des recherches sur des sujets d’esthétique ou afférant à des disciplines de l’art.

Haut de page

Pour citer cet article

Référence papier

Bruno Salgues, « Roland Huesca, La Danse des orifices. Étude sur la nudité », Questions de communication, 29 | 2016, 421-422.

Référence électronique

Bruno Salgues, « Roland Huesca, La Danse des orifices. Étude sur la nudité », Questions de communication [En ligne], 29 | 2016, mis en ligne le 30 juin 2016, consulté le 20 février 2017. URL : http://questionsdecommunication.revues.org/10567

Haut de page

Auteur

Bruno Salgues

CIS, École des Mines Telecom, F-42000
bruno.salgues@mines-telecom.fr

Articles du même auteur

Haut de page

Droits d’auteur

Tous droits réservés

Haut de page