Navigation – Plan du site
Notes de lecture
Art, culture, esthétique

Natahlie Heinich, La Sociologie à l’épreuve de l’art. Entretiens avec Julien Ténédos

Bruxelles, Éd. Les Impressions nouvelles, coll. Réflexions faites, 2015, 222 pages
Christian Gerini
p. 419-421
Référence(s) :

Natahlie Heinich, La Sociologie à l’épreuve de l’art. Entretiens avec Julien Ténédos, Bruxelles, Éd. Les Impressions nouvelles, coll. Réflexions faites, 2015, 222 pages

Texte intégral

1L’ouvrage de Nathalie Heinich est une compilation actualisée de deux courts livres parus en 2006 et 2007 dans une petite maison d’édition aujourd’hui disparue et dont le créateur, Julien Tédénos, s’est prêté au jeu de cette actualisation. En fait, le rôle de ce dernier est assez secondaire dans l’ouvrage, ses questions semblant n’être là que pour introduire les moments du récit d’une vie comme d’une œuvre et les développements théoriques de la sociologue de l’art reconnue et en même temps atypique sur de nombreux points qu’est Nathalie Heinich.

2En débutant la lecture du livre, qui commence par un long chapitre intitulé « Formation » (pp. 9-38), on a l’impression que l’on va voir se dérouler la chronologie d’une vie de chercheur, ce qui surprend au premier abord car Nathalie Heinich est bien loin encore de l’heure du bilan et sa production scientifique, comme sa carrière, ont encore beaucoup à promettre. Les intitulés et contenus des autres chapitres rassurent sur ce point, mais, dans chacun d’entre eux, il y a aussi des aspects chronologiques, anecdotiques, critiques, humoristiques même, qui apportent l’un des intérêts essentiels de ce témoignage, outre bien sûr son objet principal, la sociologie de l’art.

3En effet, c’est par la chronologie que l’on voit se construire un parcours a priori éclectique, mais dont le sens et la cohésion apparaissent peu à peu. Cette vie racontée est aussi un témoignage essentiel sur la sociologie elle-même, ses évolutions, ses courants, ses écoles, ses paradigmes, durant les 40 dernières années. L’éloignement progressif de Pierre Bourdieu qu’opère Nathalie Heinich en est un élément essentiel et ses explications (nous n’utilisons pas le lot « justifications » car elle positionne cette prise de distance sur un registre relevant davantage de la réalité d’un vécu scientifique que d’une tentative de légitimer la remise en cause du « maître » qu’était Pierre Bourdieu) la conduisent d’ailleurs à lui rendre hommage à plusieurs reprises, y compris lorsqu’elle rend compte en fin d’ouvrage (pp. 194 sq.) de son propre livre Pourquoi Bourdieu paru en 2007 (Paris, Gallimard). Le chapitre qui est plus spécifiquement consacré à la sociologie en général et à celle de l’art en particulier, intitulé « La construction d’une sociologie » (pp. 157-203), est à ce titre le plus intéressant. Comme elle le fait à plusieurs reprises dans ce livre, Nathalie Heinich montre comment elle s’est démarquée peu à peu de la position bourdieusienne pour se rapprocher de celle de Norbert Elias.

4Sur le plan de la sociologie de l’art, elle décrit avec pertinence « quatre grandes périodes de la discipline, qui correspondent à quatre moments épistémologiques » (pp. 157 sq.). Le mot épistémologiques est bienvenu ici car on est malheureusement souvent confrontés, dans nombre de publications en sciences humaines et sociales, à une quasi-absence de réflexion de cet ordre alors que justement le mot sciences fait partie intégrante de leur appellation. Dans l’ouvrage, l’auteure revient souvent sur les aspects essentialistes, idéalistes, empiriques, positivistes, normatifs, constructivistes, structuralistes, interactionnistes, nominalistes (elle cite Norbert Elias comme référence sur ce point, p. 174), axiologiques, etc. de la sociologie selon ses époques, ses figures dominantes, ses objets. Et, dans sa défense de la pluridisciplinarité (ou de l’interdisciplinarité, ces deux mots n’étant pas, loin s’en faut, synonymes), elle avance même en fin d’ouvrage une position proche de la théorie de la complexité chère à Edgar Morin quand elle écrit à propos de son ouvrage L’Élite artiste (Paris, Gallimard, 2005) et de sa réflexion sur « une catégorie nommée artistes ou créateurs » : « Il m’a fallu recueillir des données relevant de l’histoire de l’art, de l’histoire littéraire et de l’histoire de la musique, car dans notre métier chacun a sa spécialisation, et on a du mal à mettre les choses en commun […]. Il y a donc pertinence de la mise en relation » (p. 181). Une autre phrase du même chapitre affiche une position qui parle de méthode mais, en filigrane, de positionnement épistémologique : « Pour moi, la sociologie se définit par ses méthodes avant de se définir par ses objets. Et la méthode spécifiquement sociologique, c’est l’enquête de terrain, qu’elle soit à la base de statistiques, d’entretiens, d’observations, etc. » (p. 159). Cette position découle dans son discours du « quatrième moment de la sociologie de l’art », à savoir celui « qui s’est ouvert dans les années 1960, en France et aux États-Unis, avec des enquêtes de terrain, des recherches empiriques sur la fréquentation des musées, les institutions culturelles, les acteurs, les créateurs » (p. 159).

5Le terme empirique est lâché (il revient souvent dans l’ouvrage), et il est ailleurs associé (et on est toujours là dans une réflexion épistémique) à l’induction, comme quand l’auteure écrit ne pas être « quelqu’un qui procède de façon hypothético-déductive » (p. 189). Elle se démarque donc de méthodologies et de positions épistémologiques (durkheimiennes à la base) s’inspirant des méthodes des sciences dites « dures » et du positivisme du xixe siècle et revendique le fait que tous ses travaux « sont empirico-inductifs », ce qui la rattache d’une certaine manière à une forme de constructivisme. D’ailleurs, dans le même passage, elle parle du triangle « sujet-objet-contexte ».

6Toujours sur ce plan épistémologique, Nathalie Heinich est parfois peut-être trop catégorique, par exemple quand elle écrit : « Parce que, encore une fois, le but de la recherche, c’est de comprendre la réalité, pas de fabriquer des modèles […]. Les modèles ne sont qu’un outil, pas une fin en soi » (p. 193). Cette phrase laisse sous-entendre qu’il y aurait une réalité en soi, ce qui, déjà au niveau des sciences de la nature, est remis en cause depuis longtemps : la limite de nos perceptions, notre subjectivité, nos archétypes, l’interaction objet-sujet ont en effet relativisé cette position. En outre, les modèles – ou théories pour se placer dans la champ poppérien de l’épistémologie –, sont une fin en soi dans une tentative momentanée (mais qui peut durer des siècles) de traduire le réel voilé cher à Bernard d’Espagnat, la seule précaution à prendre étant de ne pas les abonder de preuves de leur vérité ou validité scientifique mais de les soumettre à l’épreuve de la réfutation pour reprendre justement la théorie de Karl Popper sur « conjectures et réfutations ».

7Ceci étant, Nathalie Heinich montre, sur des cas précis, que sa méthode (ses méthodes devrait-ton dire, car justement son ouvrage fait voir, et c’est tout en son honneur, son évolution antidogmatique tout au long de sa carrière) a bouleversé l’approche et la vision sociologique sur de nombreux registres : le patrimoine, l’identité féminine, le statut d’écrivain, les jurys littéraires, les prisons, et évidemment le « métier d’art » et le statut même d’art et d’artiste.

8Nous n’avons pas ici la place de détailler les chapitres et passages consacrés à tous ces sujets, mais nous nous arrêtons pour clore cette analyse sur ce rapport entre art et sociologie (ou sociologie et art) annoncé dans le titre de l’ouvrage.

9Une grande partie du travail d’investigation de Nathalie Heinich sur ces nombreux sujets, mais plus particulièrement sur le statut d’artiste de l’âge classique à l’art moderne et contemporain, l’a conduite à faire émerger le concept d’« artification ». Elle l’a élaboré et affiné dans les années 2000 dans un cadre collectif avec Roberta Saphiro et le Laboratoire d’anthropologie et d’histoire des institutions culturelles (Lahic) en faisant intervenir des chercheurs sur des sujets allant de la peinture au hip-hop, au cinéma, à la photographie, etc. D’ailleurs, à ce sujet, elle écrit une phrase qui semble en contradiction avec ce que nous soulignions ci-dessus à propos de sa position a priori catégorique sur les modèles : « On expérimente la vertu des comparaisons : une fois qu’on sait comment cela s’est passé en peinture, en cinéma, en photographie ou en jazz, on a les moyens de dégager les différents indicateurs d’un processus d’artification, de construire une typologie, de créer un modèle [nous soulignons] : et ce modèle, on peut l’appliquer à des cas non encore répertoriés, comme le jeu vidéo » (p. 111). Et la démarche empirique et inductive est encore ici revendiquée : « De ce point de vue, c’est passionnant de travailler en induction, c’est-à-dire de partir de cas empiriques, d’en dégager la logique, d’en faire éventuellement la théorie, et de construire à partir de là des modèles qui vont permettre de lire d’autres cas empiriques, d’améliorer la modélisation et de comprendre ce qui se passe » (p. 111).

10Pour finir, ses propos sur l’artification (et aussi ce qu’elle appelle la « désartification ») renvoient à l’ouvrage collectif qu’elle a codirigé avec Roberta Saphiro : De l’artification. Enquêtes sur le passage à l’art (Paris, Éd. de l’ehess, 2012). Dans son parcours passionnant qu’elle donne à découvrir (et nous n’avons pu ici que souligner quelques aspects), les livres et articles de Nathalie Heinich sont un fil conducteur important, au point parfois de donner le sentiment qu’elle écrit pour en faire autant une promotion qu’une synthèse. Mais elle s’en explique à la fin de Sociologie à l’épreuve de l’art, mentionnant le fait qu’on lui a reproché de trop se citer elle-même. Et elle a cette phrase qui renvoie à la fois à la condition des femmes – y compris dans le domaine de la recherche – et à une lucidité non dénuée d’ironie : « Entre n’être pas vue et être mal vue, la voie est assez étroite pour une femme… » (p. 212). Avec ses défauts et contradictions, son ouvrage, mais aussi sa lucidité justement et sa valeur de témoignage sur le monde de la recherche en sociologie, mérite d’être lu par toute personne qui s’intéresse à l’histoire de la sociologie, de ses courants et méthodes et bien sûr à l’art et ses processus de reconnaissance, à savoir du passage de « non-art » à « art », si ce n’est de « low art » à « high art ». En ce sens, le titre de l’ouvrage est bien choisi.

Haut de page

Pour citer cet article

Référence papier

Christian Gerini, « Natahlie Heinich, La Sociologie à l’épreuve de l’art. Entretiens avec Julien Ténédos », Questions de communication, 29 | 2016, 419-421.

Référence électronique

Christian Gerini, « Natahlie Heinich, La Sociologie à l’épreuve de l’art. Entretiens avec Julien Ténédos », Questions de communication [En ligne], 29 | 2016, mis en ligne le 30 juin 2016, consulté le 25 mai 2017. URL : http://questionsdecommunication.revues.org/10565

Haut de page

Auteur

Christian Gerini

I3M, universités de Toulon, F-83130
gerini@univ-tln.fr

Articles du même auteur

Haut de page

Droits d’auteur

Tous droits réservés

Haut de page