Navigation – Plan du site
Notes de lecture
Art, culture, esthétique

Julia Bonaccorsi, Mélanie Bourdaa, Daniel Raichvarg, dirs, Arts et créations au prisme des tic

Paris, Éd. L’Harmattan, 2015, 214 pages
Flore Di Sciullo
p. 406-409
Référence(s) :

Julia Bonaccorsi, Mélanie Bourdaa, Daniel Raichvarg, dirs, Arts et créations au prisme des tic, Paris, Éd. L’Harmattan, 2015, 214 pages

Texte intégral

1Dirigé par Julia Bonaccorsi, Mélanie Bourdaa et Daniel Raichvarg, cet ouvrage est l’une des cinq publications issues du xixe congrès (juin 2014) de la Société française des sciences de l’information et de la communication (sfsic) et il porte la volonté de croiser des disciplines, des objets d’études et des méthodes. Dans les quinze contributions (pour vingt auteurs), de nombreux objets sont abordés – artistiques, audiovisuels, numériques – avec le souci constant d’interroger les différents modes d’existence communicationnels de l’art pour éclairer les liens qui s’établissent entre les dispositifs numériques, les processus créatifs et leur utilisation par les spectateurs, aux prismes des sciences de l’information et de la communication et des sciences sociales.

2L’ouvrage se compose en trois parties distinctes, inégales en nombre de contributions. La plus dense, la première, « Fabrique de l’art et des formes culturelles », interroge ce que les technologies de l’information et de la communication (tic) peuvent faire à l’art. Pour ce faire, elle prend en compte une grande diversité de médiums : le film documentaire (Bruno Cailler, Céline Masoni-Lacroix, pp. 19-34 ; Natacha Cyrulnik, pp. 63-73) ou de mode (Anna Keszeg, pp. 35-46), le net art (Sophie Lavaud, pp. 47-62), la musique (Maud Pelissier, Hervé Zénouda, pp. 75-89), la littérature (Abir Loued, pp. 91-104). La deuxième partie, « Recomposition numérique des acteurs et des espaces », insiste davantage sur les publics de ces dispositifs numériques et surtout sur les différents impacts de ceux-ci sur les interactions sociales dans l’espace public, qu’il s’agisse du musée (Ghislaine Chabert, Jacques Ibanez-Bueno, pp. 107-120 ; Sandri, pp. 173-184), de création d’objets design (Annie Gentes, Bruno Ollivier, pp. 149-159), de sites dédiés aux fans interagissant à propos de leurs programmes télévisés préférés (Clément Combes, pp. 121-134 ; Brigitte Chapelain, pp. 135-147), de l’espace urbain (Patrizia Laudati, Mei Menassel, pp. 161-171). Enfin, la troisième partie, « Reparcours des sic grâce aux tic et à l’art », propose, par seulement deux contributions, la possibilité d’une translation d’un mode de pensée vers un autre au prisme des tic, d’une part en appliquant la pensée de Guy Debord aux nouvelles technologies (Hervé Zénouda, pp. 187-200) et, d’autre part, en envisageant les processus de convergence ente épistémologie et sic (Annie Gentes, pp. 201-212).

3Un constat est commun à la plupart des chapitres : le numérique implique une nécessaire requalification esthétique, tant pour la production que pour la réception de l’œuvre. C’est notamment sur ce point qu’insistent Bruno Cailler et Céline Masoni-Lacroix à propos des mutations du documentaire vers le web-documentaire, en constatant que le numérique permet l’émergence de multiples dispositifs narratifs qui contribuent à son « étirement dans de multiples directions » (p. 32). Mais il s’agit surtout d’aborder les nouveaux processus créatifs rendus possibles par le numérique, dans une perspective d’intermédialité : c’est en se croisant avec la musique, avec la littérature, que les tic permettent l’élaboration d’œuvres complexes, dans la continuation des avant-gardes qui visaient la production « d’œuvres d’art totales » (Maud Pelissier, Hervé Zénouda, p. 85). Ainsi les tic permettront-elles au groupe de musique indépendant sud-africain Die Antwoord d’accroître et de pérenniser sa notoriété, au musée ethnographique Museo Arlaten de diversifier ses publics. De la même manière, c’est grâce à elles que la consommation d’œuvres littéraires ne passe plus seulement par la lecture, mais aussi par l’interactivité, les jeux chromatiques et typographiques : « Les dimensions cinétiques, plastiques, et intersémiotiques du texte numérique peuvent mettre au jour de nouveaux rapports métaphoriques qui renforcent le contenu sémantique et narratif du récit interactif sur le Web » (Abir Loued, p. 94).

4Beaucoup des auteurs partagent une acception des tic permettant une extension des arts dans les voies de diffusion et de consommation par le spectateur. À plusieurs reprises, est défendue l’idée selon laquelle les tic permettent un enrichissement de l’œuvre, qui devient désormais participative, interactive, au point de se prolonger elle-même. Prolongement qui suppose une forte participation non plus du spectateur, mais du citoyen, dans l’espace public (qu’il soit physique ou uniquement numérique). Sont alors rendues possibles la critique politique et le détournement artistique (Sophie Lavaud), la conversation entre amateurs (Clément Combes ; Brigitte Chapelain) ou la visite active de musée (Ève Sandri). Chaque fois, le même constat s’impose, celui d’une « responsabilisation de l’individu, par la prise en main de ces technologies pour un positionnement éthique de modification du politique et du lien social » (Sophie Lavaud, p. 60).

5Dans l’introduction (pp. 11-16), les directeurs de l’ouvrage remarquent que dans l’acronyme tic, le terme fondamental est celui de technologie, technique, qui apparaît comme objet, sujet, support de création et outil de circulation sociale de l’art (p. 11). La question est alors celle de l’aptitude des sic comme des sciences humaines et sociales (shs) à théoriser ces différents aspects dont les domaines d’application, comme les auteurs le montrent, sont vastes. Dans leur chapitre, « Les sciences de l’information et de la communication : contribution spécifique à la question de la conception » (pp. 149-160), Annie Gentes et Bruno Ollivier interrogent les relations entre les sic, les shs et les sciences de l’ingénieur pour tenter de définir et évaluer les tic. Ces croisements disciplinaires permettent d’exposer les différents processus de création, d’utilisation et de circulation du design. C’est pourquoi cet ouvrage se caractérise par une utilisation volontairement polysémique des termes tic et sic. Ce souci épistémologique traverse les contributions ; et ce, de deux manières.

6D’une part, le recours commun à une diversité de termes renvoie à une même volonté de confronter les méthodes, les objets, les références. Ainsi trouve-t-on un même champ lexical dans toutes les publications : celui de l’interdisciplinarité pour Annie Gentes et Bruno Ollivier, et Maud Pelissier et Hervé Zénouda ; de l’intertextualité ou de la multimodalité chez Bruno Cailler et Céline Masoni-Lacroix ; de l’interdisicplinarité chez Julia Bonaccorsi, Mélanie Bourdaa et Daniel Raichvarg. Ce recours à un vocabulaire des entrecroisements se poursuit par la mobilisation d’auteurs variés dont les points de vue d’autres disciplines viennent confirmer ce que les sic ont à dire de l’art au prisme de la communication. On trouve donc des références à la linguistique et à la sémiologie (Umberto Eco, Charles S. Peirce, John Searle chez Annie Gentes), à la philosophie (Aristote et Jacques Rancière pour Natacha Cyrulnik ; Paul Ricœur chez Abir Loued ; Bruno Latour et Michel Foucault pour Annie Gentes et Bruno Ollivier), à la sociologie (Nathalie Heinich chez Anna Kezseg ; Howard Becker chez Brigitte Chapelain ; Pierre Bourdieu chez Hervé Zénouda) et à bien d’autres disciplines.

7D’autre part, cette tentative d’exemplifier l’aptitude des sic à théoriser les tic passe par la mobilisation commune de concepts forts. Et le concept le plus mobilisé ici, qui incarne la tripartition des tic entre objet, sujet et support de création, est celui de dispositif. Outre la référence à Giorgio Agamben que l’on trouve dans les contributions de Natacha Cyrulnik et de Patrizia Laudati et Mei Menassel, ce terme est décliné de plusieurs manières. Il s’agit d’abord de dispositif socio-technique (Bruno Cailler, Céline Masoni-Lacroix), qui permet de décrire les manières dont le documentaire contribue à une pratique sociale sans cesse requalifiée, dans sa production comme dans ses usages par une population : « dispositif audiovisuel qui associe à la fois technique, création artistique, et dimension sociale » (Natacha Cyrulnik, p. 68). Il est aussi question de dispositifs éditoriaux chez Annie Combes, et de dispositif interactif pour Abir Loued, pour désigner des formes originales de présentation des textes littéraires, qui ont essentiellement vocation au dépassement de leur caractère innovant pour proposer de nouvelles expériences (de lecture, en l’occurrence). Là encore, le concept de dispositif permet de conceptualiser la convergence, dans les tic, des intentions qui gouvernent la production de l’objet technologique-artistique et des logiques sociales de sa réception. Enfin, c’est pour exprimer la diffusion (Brigitte Chapelain) et l’émergence de nouvelles représentations que le concept de dispositif est mobilisé : pour Patrizia Laudati et Mei Menassel, les dispositifs (ici, des installations artistiques ou panneaux informatifs dans la ville) permettent non seulement une perception, interprétation et appropriation du contenu informationnel, mais aussi la mise en résonance de l’individu avec le milieu dans lequel il évolue quotidiennement (p. 169). Enfin, Hervé Zénouda parle de dispositif technique numérique et de dispositif sémiotique pour tenter d’évaluer l’apport de la pensée de Guy Debord aux sic.

8Une troisième interrogation commune traverse l’ouvrage, celle de savoir comment les tic viennent redéfinir non seulement la pratique artistique, mais aussi le statut ontologique de l’œuvre d’art elle-même. On peut se demander s’il n’aurait pas été utile de porter davantage d’attention à des problématiques esthétiques en se dégageant d’une approche techno-déterministe où l’œuvre n’existe plus que dans – et par – ses modes d’apparition et d’utilisation. Qu’il soit question de court-métrage de mode, d’application destinée à l’espace muséal ou de design, les notion d’œuvre et de création artistique sont mobilisées sans que soit justifié le recours au terme artistique pour qualifier ces objets. Ici, l’artiste ne semble être autre que le producteur de technologies innovantes, dont l’une des fonctions est potentiellement créative. Or, une telle définition, d’une part, efface la dimension pourtant fondamentale en esthétique de l’intention et, d’autre part, assigne du même coup au spectateur le statut réducteur de consommateur, d’utilisateur de technologies innovantes, si bien que l’œuvre doit nécessairement servir à quelque chose et non plus valoir uniquement en tant qu’elle-même. Le faire œuvre est ici conditionné par le faire agir ; il faut qu’il y ait quelque chose à accomplir par le spectateur pour que l’œuvre ait lieu d’être. Cependant, cette relative occultation des problématiques esthétiques est largement pondérée par l’intervention de Sophie Lavaud qui – à la différence des autres auteurs – vient de l’esthétique et des arts plastiques. Celle-ci cerne avec beaucoup de pertinence la difficulté de montrer ce que les tic font à l’art, sans pour autant oublier ce qu’est l’œuvre, ni ce que l’œuvre peut faire aux tic en retour. Ainsi s’intéresse-t-elle à plusieurs artistes se servant du numérique précisément pour le critiquer, qui, dans leur démarche artistique, contestent l’omniprésence des tic et leur caractère aliénant dan la sphère sociale. Enfin, c’est par la notion « d’esthétique relationnelle », que Maud Pelissier et Hervé Zénouda, et Natacha Cyrulnik empruntent à Nicolas Bourriaud (L’Esthétique relationnelle, Dijon, Presses du Réel, 1998), que l’ouvrage trouve son positionnement le plus passionnant, en désignant les manières dont, une fois requalifiées, les œuvres d’art et les processus de création compris au prisme des tic permettent l’ouverture vers de nouveaux modes de fonctionnement esthétique, désormais orientés vers l’interaction sociale et la circulation dans l’espace public.

Haut de page

Pour citer cet article

Référence papier

Flore Di Sciullo, « Julia Bonaccorsi, Mélanie Bourdaa, Daniel Raichvarg, dirs, Arts et créations au prisme des tic », Questions de communication, 29 | 2016, 406-409.

Référence électronique

Flore Di Sciullo, « Julia Bonaccorsi, Mélanie Bourdaa, Daniel Raichvarg, dirs, Arts et créations au prisme des tic », Questions de communication [En ligne], 29 | 2016, mis en ligne le 30 juin 2016, consulté le 23 avril 2017. URL : http://questionsdecommunication.revues.org/10550

Haut de page

Auteur

Flore Di Sciullo

Carism, université Paris 2 Panthéon-Assas, F-75006
disciullo.flore@gmail.com

Haut de page

Droits d’auteur

Tous droits réservés

Haut de page