Navigation – Plan du site
Notes de lecture
Art, culture, esthétique

Anne Besson, Évelyne Jacquelin, dirs, Poétiques du merveilleux. Fantastique, science-fiction, fantasy en littérature et dans les arts visuels

Arras, Artois Presses Université, coll. Études littéraires, 2015, 268 pages
Charles W. Scheel
p. 401-403
Référence(s) :

Anne Besson, Évelyne Jacquelin, dirs, Poétiques du merveilleux. Fantastique, science-fiction, fantasy en littérature et dans les arts visuels, Mayenne, Artois Presses Université, coll. Études littéraires, 2015, 268 pages

Texte intégral

1Cet ouvrage est issu d’un colloque organisé par le Centre d’études et de recherche sur les littératures de l’imaginaire (Cerli) tenu à Arras en novembre 2012. Comme l’annonce la quatrième de couverture, il réunit une vingtaine d’études d’excellente facture portant sur « des corpus diversifiés, du roman postmoderne à la littérature pour la jeunesse en passant par le cinéma et les séries télévisées ». Avec raison, les éditrices préviennent qu’il ne va pas de soi de « réunir sous le signe du merveilleux les domaines du fantastique, de la science-fiction et de la fantasy […] si l’on se réfère aux théories établies qui ont d’abord cherché à saisir la spécificité de chacun d’entre eux ». En effet, si l’ouvrage revient « sur les poétiques des genres de l’imaginaire pour mettre en lumière la porosité des catégories héritées » (ibid.), la question générale qui se pose à la lecture du volume est celle-ci : « cette plasticité théorique contemporaine » avancée par les éditrices justifie-t-elle vraiment le thème fédérateur, « poétiques du merveilleux », proposé par le colloque ? Car, indépendamment des qualités remarquables de chaque article, il n’est sans doute pas impertinent de porter quelques bémols à la « grande cohérence » de leur réunion.

2Après une présentation scientifique (pp. 7-19) et deux articles d’introduction sur les poétiques du merveilleux (pp. 23-35, 37-56), la table des matières (trop riche pour que tous les articles puissent être ici évoqués, mais accessible sur le site de l’éditeur) annonce deux grandes parties contenant chacune deux sous-parties : « Merveilleux et science-fiction » (contenant « 1. La science en fantasy et les merveilles de la science-fiction » et « 2. Désordre taxinomique et hybridations génériques ») et « Porosité du réalisme contemporain » (avec « 1. Mysticisme, réalisme magique et postmodernisme : poétiques de la défamiliarisation » et « 2. Merveilleux et réalisme en littérature de jeunesse »). De tels titres affichent variété et complexité, magnifiées par un corpus couvrant, en sus de quelques productions visuelles contemporaines, plusieurs siècles de littératures – surtout européennes. Cependant, on peut regretter que, dans un ouvrage consacré aux « poétiques du merveilleux », aucune étude ne soit consacrée au surréalisme (trop connu ?) ou au réalisme merveilleux (pas assez connu, malgré son importance dans les littératures antillaises ?) – deux appellations, dont les liens complexes avec le réalisme, le merveilleux, le réalisme magique et le fantastique auraient pu apporter encore beaucoup d’eau au moulin des éditrices.

3Ces dernières arguent que « la catégorie du merveilleux s’est imposée comme centrale » (p. 8) en vertu d’orientations précédentes de leurs recherches et parce que « la discrimination critique du fantastique » aurait abouti à ce que certains voient comme un chaos terminologique autour de cette notion, qui aurait contribué à « réduire la conception du merveilleux » (p. 9). Cette « plasticité théorique […] autorise à réviser la célèbre tripartition todorovienne entre merveilleux, fantastique et étrange » (p. 10) et incite à considérer « le merveilleux comme une catégorie plus large et malléable » (p. 11). Plusieurs travaux récents « justifi[a]nt largement d’opérer un retour sur les poétiques du merveilleux en forme de remise au point théorique » (p. 15), le projet du présent ouvrage est donc de « proposer des changements de paradigmes » (ibid.). En raison de cette ambition scientifique explicite, il paraît indispensable de considérer plus spécifiquement les deux communications du colloque, choisies pour introduire la thématique dans le volume.

4Ainsi, dans « Merveilleux et fantastique : en finir avec le réel, le possible et le vrai ? » (pp. 23-35), Françoise Dupeyron-Lafay paraît-elle déplorer que « tout semble se passer comme si le réel demeurait la norme inévitable à l’aune de laquelle mesurer les “littératures de l’imaginaire”, ce qui [selon elle] constitue un double-non-sens [puisque] la littérature est par essence de la fiction [et] même la plus “réaliste” est par définition de l’imaginaire » (p. 24). On peut estimer que c’est là enfoncer une porte largement ouverte, et que le rappel subséquent, quoique très instructif, des théorisations d’Horace Walpole, Daniel Defoe et Tzvetan Todorov sur l’artifice des habillages du roman réaliste ou fantastique pour « faire vrai », ne change rien au fait que le vraisemblable reste un pilier de référence incontournable pour toute littérature dite de l’imaginaire, c’est-à-dire non réaliste – y compris dans un nombre appréciable des études contenues dans l’ouvrage. Et l’on reste dubitatif devant cette conclusion atteinte au bout de quelques pages : « Le fantastique et le merveilleux revendiquent chacun à leur manière l’autonomie de la fiction en tant que création ; par le biais de la simulation dans le cas du fantastique et par celui de l’invention pleinement et explicitement assumée dans celui du merveilleux » (p. 31). Le fait que les textes relevant du merveilleux n’ont pas besoin de justifier leur caractère fictif constitue-t-il vraiment une supériorité justifiant de bouter le fantastique hors lice ? L’argument paraît maigre, surtout quand l’étude conclut, de manière sympathique mais aussi légère, sur l’attrait persistant de « ce “faire semblant” qui fait partie de notre existence dès l’enfance » (p. 34) – remarque qui, in fine, semble exonérer les textes fantastiques du caractère artificiel qui vient de leur être reproché dans l'article.

5Dans la seconde partie de cette introduction, « Pour une poétique des littératures de l’imaginaire » (pp. 37-56), Éric Lysøe arpente un corpus littéraire impressionnant pour souligner des ressemblances, recoupements et contagions entre des œuvres généralement classées dans des genres différents. À partir notamment des « quatre genres de fiction » distingués par Jean-François Marmontel dès 1751 (p. 39), une première section s’attaque au trio « Poésie, fantastique et merveilleux » pour souligner l’importance des liens entre poésie et fantastique dans les textes d’auteurs comme Charles Nodier, Charles Baudelaire, Emmanuel Swedenborg et William Shakespeare. Certes, dira-t-on, mais en quoi cette proximité effacerait-elle les distinctions génériques conventionnelles en librairie ? Et pourquoi ignorer les définitions existantes du réalisme merveilleux en tant que narration poétisée, justement ? De là, Éric Lysøe aborde le texte de science-fiction dont il estime qu’il « peut se fonder, comme le poème en prose, sur une matrice textuelle dont les signes doubles révèlent la présence » (p. 41), avant d’illustrer ce propos par une analyse fine de plusieurs œuvres à la lumière des principes « d’expansion et de conversion » de Michael Rifaterre. Une troisième section aborde les littératures de l’imaginaire par « le modèle triadique du Groupe μ » pour affirmer que c’est dans le « débat de l’Anthropos et du Cosmos que résident pour l’essentiel les différences qu’on peut percevoir entre le fantastique et la science-fiction » (p. 46) ; idée poursuivie dans la dernière section, « Le Logos et ses flexions », qui offre un schéma séduisant, quoique abstrait, dans lequel l’auteur situe les « flexions » respectives des poétiques du fantastique, de la science-fiction et de la fantasy. Cette représentation graphique comprend trois triangles se chevauchant entre quatre points cardinaux (épistémè, muthos, anthropos et cosmos) avant d’être illustrée par des commentaires d’œuvres variées. L’étude se conclut – un peu en queue de poisson – par quelques considérations sur l’utopie – qui avait jusque-là été négligée – et ses liens avec les « interrogations sur le sexe feminin » et « l’occultation de la scène originaire » au cœur même de l’Atlantide dans le Critias de Platon (p. 53).

6La contraction ci-dessus ne saurait refléter la finesse des propositions contenues dans l’étude d’Éric Lysoe. D’ailleurs, sa richesse déborde largement la question du merveilleux en tant que « genre », et incite à s’interroger pour savoir si l’ambition de décrire une poétique des littératures de l’imaginaire n’est pas encore plus démesurée que celle de l’ouvrage, consistant à inféoder au seul merveilleux la variété des œuvres que les autres études spécifiques, réunies dans la suite de l’ouvrage, abordent aussi sous d’autres étiquettes – celles du fantastique, de la science-fiction et de la fantasy, qui apparaissent dès la couverture en sous-titre, mais aussi celles du mysticisme, du réalisme magique et du postmodernisme que l’on ne découvre que dans la seconde partie. À l’exception de l’étude « Héritage du merveilleux dans le roman postmoderne » de Vanessa Besand (pp. 161-172), portant sur des œuvres de Toni Morrison et de Marie NDiaye, on peut regretter que la piste du fantastique et du réalisme magique, redéfinis par Amaryll Chanady comme modes narratifs plutôt que genre de la fiction, n’ait pas été davantage explorée et exploitée.

7Pour conclure, on offre une liste des titres des études non citées jusqu’ici : « L’hybride : merveilleux et scientifique dans Le Docteur Lerne » de Maurice Renard (pp. 59-74) ; « Psychodynamique du merveilleux : fictions et réalités psychiques » (pp. 75-88) ; « Fiction linguistique ou linguistique-fiction ? » (pp. 89-106) ; « Pluralité des mondes, porosité des genres : poétique du possible dans les littératures contemporaines de l’imaginaire » (pp. 107-120) ; « Le fantastique à la conquête de la science-fiction dans la série télévisée Doctor Who (2005) » (pp. 121-132) ; « La licorne de Børre Sæthre » (pp. 133-142) ; « “A terrible good” : la poétique du surnaturel et du mysticisme dans Descent Into Hell (1937) » de Charles Williams (pp. 145-160) ; « Le Labyrinthe de Pan de Guillermo del Toro (2006), une histoire de regards et de désobéissances » (pp. 173-186) ; « Écriture du futur et redistribution des cartes génériques dans deux romans britanniques contemporains : Cloud Atlas de D. Mitchell et The Book of Dave de W. Self » (pp. 187-204) ; « Le merveilleux et la mort. Poétique de la nostalgie dans Die Tintenwelt-Trilogie de Cornelia Funke » (pp. 205-216) ; « Réalisme, fantasy, réalisme magique dans le roman britannique contemporain pour la jeunesse » ; « Lorsque le fantastique et la fantasy se rencontrent : deux exemples (Harry Potter et Le Livre des choses perdues) » (pp. 217-232) ; « “Car ton sang c’est mon sang, c’est le sang des Summers”. La problématique sacrificielle dans la fantasy vampirique : un merveilleux transcendantal ? » (pp. 245-258).

Haut de page

Pour citer cet article

Référence papier

Charles W. Scheel, « Anne Besson, Évelyne Jacquelin, dirs, Poétiques du merveilleux. Fantastique, science-fiction, fantasy en littérature et dans les arts visuels », Questions de communication, 29 | 2016, 401-403.

Référence électronique

Charles W. Scheel, « Anne Besson, Évelyne Jacquelin, dirs, Poétiques du merveilleux. Fantastique, science-fiction, fantasy en littérature et dans les arts visuels », Questions de communication [En ligne], 29 | 2016, mis en ligne le 30 juin 2016, consulté le 23 septembre 2017. URL : http://questionsdecommunication.revues.org/10541

Haut de page

Auteur

Charles W. Scheel

Crillash, université des Antilles, F-97275
cscheel@martinique.univ-ag.fr

Haut de page

Droits d’auteur

Tous droits réservés

Haut de page