Navigation – Plan du site
Notes de recherche

Le recours au financement participatif par les médias d’information : levier de communication, travail en soi, idéologie marchande

Crowdfunding Resort by Media Company: Communication Leverage, Work in Itself, Market Ideology
Guillaume Goasdoué
p. 289-306

Résumés

Le financement participatif (crowdfunding) permet de récolter des fonds via un procédé alternatif qui met en relation des porteurs de projets, des plateformes et des contributeurs. Plusieurs cas de figures sont observables parmi les médias qui choisissent de recourir à ce procédé (création, diversification, coup par coup, sauvetage). Cet article discute du rôle de la communication et de ses effets et implications (un travail en soi), puis de la charge idéologique que véhicule ce système. Ainsi, au-delà de quelques présupposés, notamment l’idée que l’aspect économique est essentiel, nous montrerons que les techniques rationalisées dont use ce type de collecte fraient largement avec des logiques mercatiques.

Haut de page

Accès au texte / extrait

Cairn

Texte intégral disponible via abonnement/accès payant sur le portail Cairn. Le texte intégral en libre accès sera disponible à cette adresse en janvier 2020.
Consulter cet article

Plan

Méthodologie et littérature
Le financement participatif comme outil de communication
Façonnage du message et cadrage interprétatif
Relais de communication et « viralité »
Un travail en soi
Un investissement multiforme
Les trois temps d’une campagne
Idéologie marchande
Conclusion

Aperçu du début du texte

En tant que mécanisme de collecte de fonds usant de techniques mercatiques, le financement participatif au temps du numérique fraie largement avec le domaine de la communication. En effet, la plupart des médias qui reviennent sur leur expérience déclarent que le recours au « crowdfunding » relève autant, sinon plus, de l’« opération de communication » que d’une opération économique. Or, le service n’est pas nécessairement perçu comme tel au premier abord ni par le grand public, ni par une partie des porteurs de projets qui ont eu l’idée d’y recourir. Plusieurs raisons semblent expliquer cela : le système est encore mal connu, la quasi-totalité des porteurs de projets n’a expérimenté le service qu’une seule fois et de nombreux discours et idées reçues contribuent à véhiculer une image biaisée du phénomène. Aussi, de multiples extraits d’entretiens (lesquels ont été réalisés avec des journalistes et des responsables de plateforme de collecte) illustrent-ils ce décalage et laissent-ils...

Haut de page

Pour citer cet article

Référence papier

Guillaume Goasdoué, « Le recours au financement participatif par les médias d’information : levier de communication, travail en soi, idéologie marchande  », Questions de communication, 29 | 2016, 289-306.

Référence électronique

Guillaume Goasdoué, « Le recours au financement participatif par les médias d’information : levier de communication, travail en soi, idéologie marchande  », Questions de communication [En ligne], 29 | 2016, mis en ligne le 30 juin 2018, consulté le 27 avril 2017. URL : http://questionsdecommunication.revues.org/10483 ; DOI : 10.4000/questionsdecommunication.10483

Haut de page

Auteur

Guillaume Goasdoué

Centre d’analyse et de recherche interdisciplinaire sur les médias
Université Paris 2 Panthéon-Assas
F-75006
guillaume.goa@gmail.com

Haut de page

Droits d’auteur

Tous droits réservés

Haut de page