Navigation – Plan du site
Notes de recherche

La double critique des Cahiers du cinéma

Jugements de goût et goût du jugement au sein d’une communauté symbolique
The Twofold Cahiers du cinema Critism. Judgments of Taste and Taste for Judgments among a Cinephile Communauty
Olivier Alexandre
p. 269-288

Résumés

Cet article traite des formes, de l’organisation et de l’espace de la critique à partir d’une enquête consacrée aux rédacteurs des Cahiers du cinéma ayant collaboré à la revue, principalement au cours des années 90 et 2000. Derrière l’unicité d’une catégorie (la critique), l’étude fait apparaître la diversité de pratiques entrecroisant les registres des valeurs, des conventions de travail et des normes sociales. Les activités critique, cinématographique et esthétique, mais aussi sociale et ordinaire, se distinguent ici en tant qu’opérateur de l’antinomie structurale des communautés de productions symboliques. Les tensions constantes nées d’un besoin de coopération minimale au sein de l’organisation et l’objectif de différenciation optimale des rédacteurs font des moqueries, formules de dérision, bons mots et « petites vacheries », le régulateur de relations d’interdépendance irréductiblement asymétriques. L’addition des points d’observation conduit à ne plus opposer les registres de l’artistique et du social, mais à les envisager comme deux versants d’un même continuum. Cette dimension éclaire la synchronie entre ruptures symboliques (renouvellement des théories et objets de référence), reconfigurations organisationnelles (rachat, nouveaux partenaires) et renouvellements démographiques (nouvelle équipe de direction, nouveau comité de rédaction, etc.). In fine, l’ironie et ses variantes se révèlent comme un quatrième registre du répertoire d’action organisationnelle s’ajoutant aux stratégies de « voice », « exit » et « loyalty ».

Haut de page

Entrées d’index

Haut de page

Accès au texte / extrait

Cairn

Texte intégral disponible via abonnement/accès payant sur le portail Cairn. Le texte intégral en libre accès sera disponible à cette adresse en janvier 2020.
Consulter cet article

Plan

Système de contraintes de l’entrepreneuriat du goût
La répartition du tribut ou la mise en jeu des hiérarchies objectives et subjectives
Les sociabilités professionnelles comme temporalité et espace de différenciation
La critique sociale comme opérateur d’une communauté de jugements
Conclusion

Aperçu du début du texte

La contribution est issue d’une enquête consacrée aux Cahiers du cinéma, revue rendue célèbre par la place qu’elle occupe dans l’histoire du cinéma (Baecque, 2003 ; Frodon, 2010). Elle vise à dénouer les ambiguïtés de la notion de critique (Boltanski, 2009), terme qui sert au sein de la revue à qualifier indifféremment l’écriture d’un article, l’énoncé acerbe prononcé à l’égard d’un collègue ou les jugements engagés sur la qualité d’un film. Ce syndrome de Protée renvoie à des positions méthodologiques rivales en histoire, en sociologie et en sciences de l’information et de la communication. La première consiste à identifier la critique aux univers savants sur le fondement d’une attention rapprochée à des groupements professionnalisés (Moulin, 1967 ; Peretz, 1974 ; Heinich, 1998 ; Lemieux, 2000 ; Matonti, 2004 ; François, 2010). Une seconde tradition se focalise sur les formes et usages quotidiens du sens critique, indépendamment des secteurs envisagés (Hoggart, 1970 ; Certeau, Giar...

Haut de page

Pour citer cet article

Référence papier

Olivier Alexandre, « La double critique des Cahiers du cinéma », Questions de communication, 29 | 2016, 269-288.

Référence électronique

Olivier Alexandre, « La double critique des Cahiers du cinéma », Questions de communication [En ligne], 29 | 2016, mis en ligne le 30 juin 2018, consulté le 29 mai 2017. URL : http://questionsdecommunication.revues.org/10475 ; DOI : 10.4000/questionsdecommunication.10475

Haut de page

Auteur

Olivier Alexandre

Centre d’étude des mouvements sociaux
École des hautes études en sciences sociales
F-75013
olivier.alexandre@ehess.fr

Haut de page

Droits d’auteur

Tous droits réservés

Haut de page