Navigation – Plan du site
Échanges

Un principium équivoque pour les sciences de l’information et de la communication ?

An Equivocal Principium for the Information and Communication Sciences?
Roger Bautier
p. 145-158

Résumés

Il est possible, au sein des sciences de l’information et de la communication, de se donner l’objectif de relier l’exercice de la critique à la référence au matérialisme, en considérant celui-ci comme principium d’un agenda de la recherche critique. Cependant, cela impose, probablement, un débat préalable sur les formes du matérialisme. Il n’est pas sûr, en effet, que les différentes formes du matérialisme soient équivalentes et qu’elles soient porteuses également d’implications critiques, ni même de potentialités critiques. Dans cette perspective, il serait utile d’entreprendre une relecture des analyses les moins connues fournies par les classiques du matérialisme culturel, d’examiner les différents courants d’un « nouveau » matérialisme qui s’intéresse aux propriétés de l’environnement technologique et de repérer les effets du matérialisme naturaliste qui caractérisent les approches inspirées par les sciences de la nature.

Haut de page

Accès au texte / extrait

Cairn

Texte intégral disponible via abonnement/accès payant sur le portail Cairn. Le texte intégral en libre accès sera disponible à cette adresse en janvier 2020.
Consulter cet article

Plan

Retour vers le futur
Un « nouveau » matérialisme ?
Le matérialisme au risque de la naturalisation
Conclusion

Aperçu du début du texte

Le projet d’une approche critique dans les sciences sociales est souvent présenté comme lié à la mise en œuvre de trois ambitions fondamentales, dont il s’agit d’assurer l’ajustement : l’explication, l’évaluation et l’intervention (De Munck, 2011). Il en résulterait deux écueils à éviter soigneusement. D’une part, il y a le risque de couper le lien entre la troisième et les deux premières, ce qui reviendrait à isoler la dimension pratique par rapport aux dimensions cognitive et normative et à intervenir sur une réalité sociale vue seulement « en surplomb ». D’autre part, il y a celui de privilégier l’évaluation et l’intervention, pour s’engager dans une action militante, aux dépens de la dimension cognitive, qui souffrirait alors d’un certain manque de la distanciation nécessaire à la production de connaissances nouvelles. Il est, cependant, tout à fait pensable que, en sciences de l’information et de la communication comme dans d’autres sciences sociales, la première ambition puiss...

Haut de page

Pour citer cet article

Référence papier

Roger Bautier, « Un principium équivoque pour les sciences de l’information et de la communication ? », Questions de communication, 29 | 2016, 145-158.

Référence électronique

Roger Bautier, « Un principium équivoque pour les sciences de l’information et de la communication ? », Questions de communication [En ligne], 29 | 2016, mis en ligne le 30 juin 2018, consulté le 28 mars 2017. URL : http://questionsdecommunication.revues.org/10442 ; DOI : 10.4000/questionsdecommunication.10442

Haut de page

Auteur

Roger Bautier

Laboratoire des sciences de l’information et de la communication
Université Paris 13
F-93210
roger.bautier@laposte.net

Articles du même auteur

Haut de page

Droits d’auteur

Tous droits réservés

Haut de page