Navigation – Plan du site
Dossier. L'antibiorésistance, un problème en quête de publics

Brève histoire du plan antibiotique du ministère de la Santé en France

A Short History of the French Governmental Plan to Tackle Antimicrobial Resistance
Anne-Claude Crémieux
p. 87-93

Résumés

Les mécanismes de résistance des bactéries ont été évoqués par Alexander Fleming dès les années 40. En France, les premières actions de lutte contre cette menace ont d’abord concerné les infections nosocomiales. Le premier plan gouvernemental de 1994 concernait avant tout l’hygiène des hôpitaux, sans chercher à réduire la consommation d’antibiotiques. À la fin des années 90, la coordination européenne a multiplié les rapports sur le sujet, conduisant, en France, à la création du premier Plan intersectoriel de lutte contre l’antibiorésistance et à la première grande campagne de communication. Depuis 2003, ce plan est moins visible et, surtout, la consommation d’antibiotiques est repartie à la hausse.

Haut de page

Accès au texte / extrait

Cairn

Texte intégral disponible via abonnement/accès payant sur le portail Cairn. Le texte intégral en libre accès sera disponible à cette adresse en janvier 2020.
Consulter cet article

Plan

Premières actions
Trois facteurs de conscientisation
De la prise de conscience au premier plan
Conclusion

Aperçu du début du texte

Le danger représenté par l’apparition de bactéries résistantes aux antibiotiques avait été souligné dès 1945 par Alexander Fleming lors de son discours de réception du prix Nobel. Effectivement, des bactéries résistantes à la pénicilline pouvaient être obtenues facilement en laboratoire ; et ce, en mettant en contact ces bactéries avec des concentrations d’antibiotiques insuffisantes pour les tuer. Alexander Fleming avait prévu, d’une part, que le même phénomène pourrait se reproduire chez l’homme en cas de sous-dosage de pénicilline et, d’autre part, que les bactéries résistantes se transmettraient d’une personne à l’autre. Plus tard, en 1953, lors de sa communication à l’Académie nationale de médecine, Yves Chabbert (Martin, Chabbert, 1953) avait souligné que les staphylocoques posaient déjà des problèmes thérapeutiques importants en raison de leur « extraordinaire faculté d’évolution », alors que les pneumocoques et streptocoques n’étaient pas concernés pas la résistance, vraisem...

Haut de page

Pour citer cet article

Référence papier

Anne-Claude Crémieux, « Brève histoire du plan antibiotique du ministère de la Santé en France », Questions de communication, 29 | 2016, 87-93.

Référence électronique

Anne-Claude Crémieux, « Brève histoire du plan antibiotique du ministère de la Santé en France », Questions de communication [En ligne], 29 | 2016, mis en ligne le 30 juin 2018, consulté le 23 octobre 2017. URL : http://questionsdecommunication.revues.org/10423 ; DOI : 10.4000/questionsdecommunication.10423

Haut de page

Auteur

Anne-Claude Crémieux

Physiopathologie et diagnostic des infections microbiennes
Université de Versailles Saint-Quentin-en-Yvelines
Hôpital Raymond-Poincaré
F-78180
anne-claude.cremieux@rpc.aphp.fr
A.-C. Crémieux est professeure des universités et praticienne hospitalière spécialisée dans le traitement des maladies infectieuses, vice-présidente du Plan national 2011-2016 d’alerte sur les antibiotiques et médecin conseil national de la Mutualité sociale agricole.

Haut de page

Droits d’auteur

Tous droits réservés

Haut de page