Navigation – Plan du site
Dossier. L'antibiorésistance, un problème en quête de publics

L’antibiorésistance en France, du risque à la menace pour la santé publique

Analyse d’un processus inachevé de constitution d’un problème public
Antimicrobial Resistance in France, from Risk to Fear. The unachieved Process of Constitution of a Public Problem
Jocelyne Arquembourg
p. 29-47

Résumés

La résistance des bactéries aux antibiotiques est un phénomène biologique que les médias français évoquent dès les années 40, en France. Pour autant, cette menace peine à se constituer en problème public pour des raisons qui méritent l’analyse. L’étude d’un corpus d’articles extraits du Monde, de 1948 à 2012, permet de distinguer trois périodes au cours desquelles le problème se reconfigure : la période héroïque (1948-1966) ; celle où s’expriment des critiques à l’égard de l’usage des antibiotiques dans l’élevage (1966-1990) ; la période la plus récente enfin, pendant laquelle on assiste à la mise en œuvre de plans d’action gouvernementaux, mais où le problème se fragmente et souffre d’un manque de visibilité (1990-2012). Ces trois moments participent d’un processus de constitution d’un problème public encore inachevé.

Haut de page

Accès au texte / extrait

Cairn

Texte intégral disponible via abonnement/accès payant sur le portail Cairn. Le texte intégral en libre accès sera disponible à cette adresse en janvier 2020.
Consulter cet article

Plan

L’épopée des antibiotiques (1948-1966)
L’élevage intensif en question (1966-1990)
Mobilisation gouvernementale et fragmentation du problème (1990-2012)
Conclusion

Aperçu du début du texte

En France, la résistance bactérienne aux antibiotiques n’est devenue un objet d’attention requérant l’intervention des pouvoirs publics qu’à partir des années 2000. Jusque-là, c’était un phénomène biologique connu du monde médical depuis la découverte des antibiotiques qui constituait un risque potentiel, mais ne devait produire ses effets néfastes que dans la mesure où leur usage serait désordonné ou excessif. De 1945 à 2000, il a semblé que ce risque pouvait être contenu par des pratiques raisonnées. Parallèlement, dès les années 60, des signaux d’alerte ont été envoyés par divers acteurs scientifiques, politiques ou sociaux, sans que cela ait eu pour effet d’orienter l’action des pouvoirs publics. Ce n’est qu’à partir du lancement du premier plan antibiotique et de la campagne de 2002 que cette question apparaît véritablement dans la sphère publique, parce qu’elle fait l’objet d’une campagne qui la dote d’une visibilité nouvelle et parce qu’elle devient un enjeu pour les pouvoirs...

Haut de page

Pour citer cet article

Référence papier

Jocelyne Arquembourg, « L’antibiorésistance en France, du risque à la menace pour la santé publique », Questions de communication, 29 | 2016, 29-47.

Référence électronique

Jocelyne Arquembourg, « L’antibiorésistance en France, du risque à la menace pour la santé publique », Questions de communication [En ligne], 29 | 2016, mis en ligne le 30 juin 2018, consulté le 28 avril 2017. URL : http://questionsdecommunication.revues.org/10400 ; DOI : 10.4000/questionsdecommunication.10400

Haut de page

Auteur

Jocelyne Arquembourg

Communication, informations, médias
Université Sorbonne Nouvelle-Paris 3
F-75005
jocelyne.arquembourg@orange.fr

Articles du même auteur

Haut de page

Droits d’auteur

Tous droits réservés

Haut de page