Navigation – Plan du site
Notes de lecture
Langue, discours

Alexandra Saemmer, Rhétorique du texte numérique : figures de la lecture, anticipations de pratiques

Villeurbanne, Presses de l’Enssib, coll. Papiers, 2015, 285 pages
Jean-François Tétu
p. 338-340
Référence(s) :

Alexandra Saemmer, Rhétorique du texte numérique : figures de la lecture, anticipations de pratiques, Villeurbanne, Presses de l’Enssib, coll. Papiers, 2015, 285 pages

Texte intégral

1Malgré la foule de publications consacrées à la révolution numérique, on connaît encore assez mal les pratiques de lecture du texte numérique. Le livre d’Alexandra Saemmer vient donc heureusement combler pour une part cet assez grand vide en proposant une « rhétorique », c’est-à-dire en un mot la description du « potentiel d’action » du texte numérique. Son originalité vient de ce qu’il tente de relier, d’une part, les anticipations des pratiques de lecture par les formes et figures du texte, entendues au sens le plus classique du concept de rhétorique, qui constituent la troisième partie de l’ouvrage (pp. 111-236) et, d’autre part, les actualisations de ces anticipations par les lecteurs en fonction de leur « horizon d’attente » (Hans Robert Jauss, Pour une esthétique de la réception, trad. de l’allemand par Claude Maillart, Paris, Gallimard, [1978] 2010), objet de la deuxième partie (pp. 67-109). Il s’agit donc d’une rhétorique de la réception, qui repose surtout sur deux des composantes de la rhétorique, la dispositio (ordonnancement du texte) et l’elocutio (mise en forme), qui laisse de côté l’inventio (recherche des arguments), l’actio (l’actualisation du discours, inutile ici), et, bien entendu, la memoria (techniques de mémorisation du discours, également inutile ici).

2Pourquoi une telle rhétorique ? Une idée tenace fait que l’on considère souvent que la numérisation unifie en quelque sorte tous les types de texte, alors qu’il n’y a aucune raison pour qu’on ne lise pas très différemment les divers types de texte numériques, comme on le fait pour les textes imprimés, du journal au roman, de la publicité au dictionnaire. Des publications récentes commencent seulement à analyser la diversité des pratiques, mais dans une perspective plus sociologique que sémiotique (par exemple Françoise Paquienseguy, Mathilde Miguet, Le Lectorat numérique aujourd’hui : pratiques et usages, Paris, Éd. des Archives contemporaines, 2015, publié après ce livre-ci).

3Pour sa part, Alexandra Saemmer fonde son analyse sur deux éléments fondamentaux du texte numérique, l’hyperlien, qui permet de relier ce qu’elle nomme « texte géniteur » et « texte relié », qu’elle entend dans un sens très proche du « signe passeur » (Yves Jeanneret, Emmanuel Souchier, « Pour une poétique de l’écrit d’écran », Xoana, 1998, 6, pp. 97-107), et l’animation, qui oriente les pratiques du lecteur. Cette analyse repose sur trois types d’analyse fondatrices : les approches pragmatiques (Bertrand Gervais, Figures, lectures. Logiques de l’imaginaire, Montréal, Éd. Le Qartanier, 2007), les approches sémio-pragmatiques (depuis Emmanuel Souchier, « L’image du texte. Pour une théorie de l’énonciation éditoriale », Les Cahiers de médiologie, 1998, 6, pp. 137-145 et les nombreuses publications d’Yves Jeanneret et de Jean Davallon), et la « sémiotique du sensible » (Jean-Jacques Boutaud, Eliseo Véron, Sémiotique ouverte, Paris, Lavoisier, 2007).

4La première partie (pp. 22-66) expose ce qu’indique son titre, « Fondements théoriques d’une rhétorique du texte numérique », et repose sur la spécificité du texte numérique (on peut tourner une page à moitié, on ne peut pas activer un hyperlien à moitié, par exemple). Elle identifie les diverses figures de la « relation de contiguïté établies par l’hyperlien entre deux textes, en fonction des attentes et imaginaires du lecteur » qui est « l’un des enjeux fondamentaux de la rhétorique du texte numérique » (p. 27), et fonde le rôle rhétorique (la parole en acte) de l’animation (qui est à la fois dispositio, par la création de relations logiques, et elocutio, car elle met l’emphase sur ceci ou cela)... Elle reprend la perspective de la réception développée par l’école de Constance et son « horizon d’attente » (Hans Robert Jauss, op .cit.). Elle reprend aussi ce qui procède de la « matérialité du texte, de la page-écran et du dispositif » (pp. 43 sq.) en s’inspirant là encore d’Emmanuel Souchier et Yves Jeanneret pour l’énonciation éditoriale et la trivialité, où le texte est à la fois matière et mémoire de formes. On le sait, le texte numérique n’est pas qu’un texte à lire, mais combine plusieurs systèmes de signes (sémiotique de la manipulation). Elle emprunte enfin à un laboratoire de musicologie (Musique et informatique de Marseille – mim), la notion « d’unités sémiotiques temporelles » (p. 54). Cette première partie permet donc de rappeler le socle conceptuel sur lequel l’auteure s’appuie et d’annoncer les formes-modèles de la page écran que la suite du livre analyse, soit la rencontre entre l’anticipation des pratiques par le texte numérique et les imaginaires individuels ou socialement partagés par le lecteur.

5Hans Robert Jauss distinguait deux formes de l’horizon d’attente, l’horizon « intra-textuel », modélisé par les répertoires et procédés rhétoriques du texte, et l’horizon « extra-textuel », nourri par les centres d’intérêt du lecteur et les attentes socialement partagées. C’est ce second horizon qu’analyse la deuxième partie, relativement courte (pp. 66-106), intitulée « Figurations de l’horizon d’attente extra-textuel ». Outre la reprise de travaux antérieurs sur les figurations de la lecture numérique, et celles du dispositif et du réseau, cette partie comporte une expérimentation originale des figurations de l’hyperlien, conduite avec un groupe d’étudiants sur un article de journal : les sujets, qui ont préalablement proposé leur définition de l’hyperlien, sont appelés à décrire ce qu’ils attentent des hyperliens indiqués dans l’article en question. Malgré les limites inhérentes à cet exercice, l’expérimentation montre avec une grande netteté l’existence de deux imaginaires récurrents : l’un, attendu, d’un hyperlien informationnel, supposé établir un lien stable entre des données factuelles ; un autre, moins attendu, que l’auteure nomme « dialogique », conçu comme médiateur entre des idées divergentes. En résumé, le lecteur attend ici que l’hyperlien ouvre sur un débat contradictoire sur les informations produites dans l’article, un enrichissement et un élargissement de la perspective en somme. Et cela, à soi seul, est tout à fait intéressant.

6Mais, le cœur du livre est constitué par la troisième partie (« Figures de la lecture du texte numérique », pp. 111-239) qui repose sur l’étude de trois corpus, journalistique, littéraire et publicitaire. Elle s’ouvre sur l’exploration des formes-modèles du texte et de la page-écran, et se poursuit avec celle des figures de la lecture. On peut le lire comme un inventaire raisonné des formes et des figures, mais ce serait le réduire à un catalogue, ce qu’il n’est pas, ou pas seulement.

7Certes, il est, pour une large part, cet inventaire pour lequel l’auteure doit proposer un vocabulaire ad hoc, mais il est surtout une mise en perspective des multiples possibles de la lecture pour laquelle elle propose ces multiples pistes : elle y conjoint systématiquement un modèle de lecture et les formes associées de la page écran (nature des caractères, formes du texte, forme des défilements, fenêtres, blocs, espaces, couleurs, etc.). Un exemple y suffira : elle distingue ainsi les formes qui préfigurent des pratiques concentrées et lentes (« pro-intensives ») ou un lecteur pressé (« pro-extensives »), celle du lecteur qui souhaite laisser des traces (« pro-interventives ») ou qui aime perdre prise (« pro-dépréhensives »), celui qui s’abandonne à un simulacre de référent (« pro-référentielles ») ou celui qui considère la page comme une forme abstraite (« non-référentielles »). S’agissant des figures de la lecture, l’inventaire est plus fin, à partir des figures de base (lectures informationnelle, dialogique, chronologique, topologique, immersive, affirmative, déviative) dont l’intitulé même indique l’intention, et les types d’hyperlien qui permettent de les définir (6 pour la lecture informationnelle par exemple : définissant, illustratif, explicatif, etc.). Très précise, l’analyse, est tout à fait convaincante pour le corpus journalistique, riche en hyperliens, et le corpus publicitaire, très fourni en animations et en mouvements. Nous sommes moins convaincu par celle du texte littéraire, bien que l’auteure ait de nombreuses publications solides en ce domaine, parce que le texte y semble d’abord plus proche du jeu que du texte ou plutôt de la littérarité, proche par exemple du jeu audiovisuel où l’on peut choisir le point de vue, l’évolution de l’intrigue et ses nœuds, etc. comme le musée de La Villette en proposait de multiples prototypes à ses débuts. Moins convaincu aussi parce que ce type de texte est très étroitement dépendant du logiciel utilisé, fort souvent obsolète, et à coup sûr très évolutif, encore actuellement.

8Il faut donc plutôt lire cela d’abord comme un instrument à la fois théorique et pratique de formation à la culture numérique. À n’en pas douter, c’est un instrument très riche dans la perspective de pratiques pédagogiques qui visent à faire comprendre le caractère polysémique des messages ou la construction symbolique de la réalité. On peut aussi le lire comme un instrument stimulant d’aide à la création. Et ces deux visées sont indubitablement liées à la naissance même de la rhétorique qui se voit ici renouvelée et redéfinie à la mesure des propriétés de l’hypertexte et de l’animation numériques. Alexandra Saemmer conclut (pp. 241-255) sur le « plaisir du texte » produit par les jeux des hyperliens, des gestes et des mouvements que cette rhétorique permet d’explorer.

Haut de page

Pour citer cet article

Référence papier

Jean-François Tétu, « Alexandra Saemmer, Rhétorique du texte numérique : figures de la lecture, anticipations de pratiques », Questions de communication, 28 | 2015, 338-340.

Référence électronique

Jean-François Tétu, « Alexandra Saemmer, Rhétorique du texte numérique : figures de la lecture, anticipations de pratiques », Questions de communication [En ligne], 28 | 2015, mis en ligne le 31 décembre 2015, consulté le 23 août 2017. URL : http://questionsdecommunication.revues.org/10289

Haut de page

Auteur

Jean-François Tétu

Élico, université Lumière Lyon 2, F-69000
jf-tetu@orange.fr

Articles du même auteur

Haut de page

Droits d’auteur

Tous droits réservés

Haut de page