Navigation – Plan du site
Notes de lecture
Médias, journalisme

Pascal Ory, Christian Delporte, Bertrand Tillier, Laurent Bihl, Emmanuel Pierrat et al., La Caricature... et si c’était sérieux ? Décryptage de la violence satirique

Paris, Nouveau Monde Éd., 2015, 120 pages
Aude Seurrat
p. 370-371
Référence(s) :

Pascal Ory, Christian Delporte, Bertrand Tillier, Laurent Bihl, Emmanuel Pierrat et al., La Caricature... et si c’était sérieux ? Décryptage de la violence satirique, Paris, Nouveau Monde Éd., 2015, 120 pages

Texte intégral

1Paru en février 2015, quelques semaines après l’attentat qui a décimé la rédaction de Charlie Hebdo, l’ouvrage collectif intitulé La Caricature... et si c’était sérieux ? Décryptage de la violence satirique vise à exposer les différences facettes de la caricature comme genre. Après l’annonce de l’attentat, les auteurs ont configuré leur projet éditorial sur la caricature à l’aune de cette terrible actualité et ont souhaité à fois intégrer dans cette publication des dessins relatifs à l’attentat ainsi que des éclairages et réflexions présentés comme spécifiques au genre satirique. En effet, selon les auteurs, les événements de janvier 2015 en appellent à la nécessité de mieux comprendre ces productions graphiques. Comme l’explique Yannick Dehée dans son avant-propos (pp. 11-13), « cet ouvrage illustré voudrait offrir à tous des clés pour comprendre la place du genre satirique dans la République, son rapport avec les pouvoirs et les religions. Il s’agit aussi d’appréhender quelles transgressions sont permises en démocratie, quelles autres ne le sont pas et pourquoi » (p. 11).

2L’intérêt de l’ouvrage est d’exposer différentes dimensions historiques, esthétiques, politiques, juridiques qui permettent d’appréhender ce genre dans toute sa complexité. Dans son introduction (pp. 15-19), Pascal Ory explique que, après les attentats du 7 janvier, se pose de manière beaucoup plus vive la question de l’identité du dessinateur de presse. Doit-il être considéré comme un artiste ou comme un journaliste ? Selon l’auteur, cette double appartenance complexifie l’interprétation qui est faite de ses productions. À partir de regards disciplinaires différenciés, les textes qui suivent viennent éclairer plusieurs enjeux liés au genre satirique. Nous présenterons trois chapitres qui ont particulièrement attiré notre attention.

3Dans le chapitre intitulé « Brève histoire de la caricature » (pp. 21-28), Christian Delporte, professeur d’histoire contemporaine et spécialiste de l’histoire des médias, analyse l’histoire de la caricature comme celle d’un contre-pouvoir. Pour lui, les limites de l’expression de la caricature dans les pays démocratiques sont fixées par la loi, mais dépendent également d’autres facteurs : « L’espace de liberté du dessinateur est soumis aux règles éditoriales, au regard du public et, partant, à l’auto-censure qu’il s’impose ou que lui imposent les pressions du journal et des lecteurs » (p. 22). Même s’il ne les mentionne pas, ce chapitre permet de bien illustrer les différences de choix éditoriaux entre les journaux français et anglo-saxons lors de la publication d’une nouvelle caricature de Mahomet dans la livraison de Charlie Hebdo (n° 1178, 14/01/15) paru après les attentats. En effet, de nombreux titres de presse anglo-saxons ont justifié leur choix de ne pas publier ce dessin en expliquant qu’ils ne voulaient pas choquer une partie de leur lectorat.

4Dans le chapitre intitulé « Une grammaire de la caricature » (pp. 31-38), Bertrand Tillier, professeur d’histoire de l’art, propose une typologie de caricatures afin de bien distinguer la nature et les fonctions du portrait-charge, de la caricature de type et de la caricature de mœurs. Là encore, même si elle n’y fait pas directement référence, cette contribution permet d’éclairer les différentes interprétations de la caricature de Mahomet issue du journal danois Jyllands Posten qui avait suscité tant le polémiques en 2006. En effet, cette caricature, qui représentait Mahomet avec un turban en forme de bombe sur la tête, avait été interprétée par certains comme un portrait-charge, permettant de pointer une certaine vision instrumentale du prophète islamique par les extrémistes et par d’autres interprètes, musulmans ou non, comme une caricature de type assimilant tous les musulmans à des terroristes (nous permettons de renvoyer à Aude Seurrat, « La mise au jour des médiations à travers l’affaire des caricatures », Communication et langages, 155, 2008, pp. 27-38).

5Le chapitre d’Emmanuel Pierrat (pp. 91-97), avocat spécialiste de la propriété littéraire et artistique, « La caricature a-t-elle des limites ? », montre bien les difficultés auxquelles les tribunaux sont confrontés afin de marquer les frontières entre l’humour et l’injure ou encore entre la satire et la diffamation. L’auteur illustre cela par le récit du procès en mars 2007 de Charlie Hebdo, poursuivi par des associations musulmanes à la suite de la publication des caricatures danoises et de la Une titrée « Mahomet débordé par les intégristes » et représentant Mahomet la tête dans les mains et disant « C’est dur d’être aimé par des cons ». Emmanuel Pierrat explique que l’enjeu du procès a été de statuer sur le fait qu’il y avait ou non intention d’offenser et le journal a été relaxé.

6D’autres chapitres portent sur l’usage du dessin de presse à des fins de propagande (Laurent Bilh, pp. 41-48), la réception ambivalente des politiques à l’égard de leurs caricatures (Christian Delporte pp. 49-57) ou encore les rapports des religions au dessin de presse (Laurence Danguy, pp. 59-67). Par ailleurs, notons que tous ces textes sont illustrés par des caricatures historiques, mais aussi par celles parues après les attentats de janvier 2015, ainsi que par des dessins inédits produits pour l’ouvrage (comme le dessin de Laurent Bihl et Roger Cartier qui clôt l’ouvrage en représentant la silhouette de Mahomet dessinée par des impacts de balles au dessus de la formule « Tout est pardonné »).

7Ainsi cet ouvrage permet-il à la fois de mieux comprendre les enjeux et les spécificités du genre satirique et d’éclairer notre analyse des événements de janvier 2015. Un chercheur en sciences de l’information et de la communication pourra cependant regretter que les processus de médiatisation (et d’hypermédiatisation en ce qui concerne le numéro de Charlie Hebdo paru après les attentats) ne soient abordés dans l’ouvrage qu’en pointillés. En effet, il est central d’appréhender les spécificités graphiques de la caricature, son histoire et son inscription dans différents contextes politiques, mais les médiations médiatiques participent également à la production de certaines lectures et interprétations, la caricature circulant d’autant plus dans l’espace social qu’elle met les interprétations en conflit.

Haut de page

Pour citer cet article

Référence papier

Aude Seurrat, « Pascal Ory, Christian Delporte, Bertrand Tillier, Laurent Bihl, Emmanuel Pierrat et al., La Caricature... et si c’était sérieux ? Décryptage de la violence satirique », Questions de communication, 28 | 2015, 370-371.

Référence électronique

Aude Seurrat, « Pascal Ory, Christian Delporte, Bertrand Tillier, Laurent Bihl, Emmanuel Pierrat et al., La Caricature... et si c’était sérieux ? Décryptage de la violence satirique », Questions de communication [En ligne], 28 | 2015, mis en ligne le 31 décembre 2015, consulté le 23 août 2017. URL : http://questionsdecommunication.revues.org/10271

Haut de page

Auteur

Aude Seurrat

Labsic, université Paris 13, F-93430
aseurrat@gmail.com

Haut de page

Droits d’auteur

Tous droits réservés

Haut de page