Navigation – Plan du site
Notes de lecture
Médias, journalisme

Jean-Baptiste Legavre, dir., L’Informel pour informer. Les journalistes et leurs sources

Paris, Éd. L’Harmattan/Pepper, 2014, 256 pages
Pierre Leroux
p. 368-370
Référence(s) :

Jean-Baptiste Legavre, dir., L’Informel pour informer. Les journalistes et leurs sources, Paris, Éd. L’Harmattan/Pepper, 2014, 256 pages

Texte intégral

1Jean-Baptiste Legavre réunit un ensemble de contributions traitant la question du rapport des journalistes aux « sources » considérées comme « informelles ». Ce livre fait écho à la première livraison de la revue Politique de communication dont le dossier paru à l’automne 2013 était titré « Journalisme : retour aux sources » et dont certains auteurs sont communs aux deux publications. « Sources », « informelles », les guillemets sont là pour souligner que, au-delà du sens commun journalistique, ces notions sont au centre du questionnement.

2L’introduction (pp. 5-17) pose la question de la source et de ce qu’elle désigne : loin d’être un flot auquel le journaliste irait s’abreuver, la source n’est jamais ni neutre, ni inerte ; elle est souvent active (du fait notamment de l’intervention de professionnels de la communication). Et le rapport informel aux sources, par nature peu codifié, n’est pas dénué d’ambiguïté : comment évaluer sa valeur ajoutée, comment l’articuler à l’information officielle et formelle ?

3S’interroger sur le rapport aux sources et à l’informel, c’est poser à nouveaux frais la question canonique du contact et de la distance au fondement du travail journalistique. Comme le fait Rémy Rieffel (pp. 99-118), c’est notamment interroger le rapport aux sources tel qu’il est envisagé dans les manuels de journalisme qui, certes, donnent un cadre au rapport avec les sources mais ne s’interrogent pas (ou peu) sur l’écart à la norme, les transgressions, conséquences des pratiques informelles, laissant de fait au journaliste le soin de trancher : « Le professionnel est capable de juger par lui-même en faisant appel à son intime conviction, les limites qui peuvent parfois être franchies » (p. 105). Reste que, lorsqu’on confronte ces quelques préceptes à la théorisation indigène (à travers des ouvrages de journalistes politiques), on s’aperçoit que, note Rémy Rieffel, aujourd’hui, les journalistes « se sentent d’avantage en porte-à-faux avec des codes de bonne conduite formalisés dans un autre contexte socio-technique » (p. 118). La construction de dispositions professionnelles éthiques et l’apprentissage de l’informel, dans le cadre de la formation des journalistes d’une prestigieuse école professionnelle (l’École supérieure de journalisme de Lille) étudiés par Samuel Bouron (pp. 119-137), pose in situ la question de l’articulation des préceptes (dans le cadre des cours) avec les pratiques (pendant les stages). La socialisation professionnelle contribue à rendre « les élèves […] capables […] de trouver les ressources symboliques afin de construire leur identité personnelle » (p. 137).

4Étudier la relation aux sources et les pratiques informelles c’est aussi s’éloigner des appréciations morales qui stigmatisent par principe les pratiques informelles et la fréquentation des sources en se contentant de les appréhender par ce qu’elles ont de plus visible (connivence et/ou instrumentalisation). L’analyse de pratiques – notamment dans le journalisme spécialisé – montre que l’insertion dans le milieu qu’il couvre va de pair avec l’établissement, pour le journaliste, de liens professionnels multiples et la fréquentation prolongée et récurrente des mêmes acteurs, ce qui peut constituer, face à ses confrères, un atout professionnel qualitatif. Mais la spécialisation le conduit aussi à s’insérer dans un univers social dont il n’invente ni les règles, ni les codes, ni les usages et qui, pourtant, formate ses modalités de travail. L’intérêt de l’ouvrage consiste à montrer que l’analyse des pratiques journalistiques conduit à prendre en compte l’articulation (et le brouillage) entre les pratiques formelles et informelles. Ceci au regard d’un contexte de travail le plus souvent relationnel (par rapport aux confrères et aux titres, à la fraction de l’espace journalistique considéré, etc.) et des logiques structurelles relatives à un espace social donné (la pratique du journalisme agricole se différencie en cela du journalisme parlementaire au-delà de la seule différence des sujets). En soumettant ces éléments à l’analyse, l’ouvrage permet de prendre une distance avec l’ambiguïté des réponses en termes d’équilibre, de dosage ou de responsabilité individuelle, pour examiner comment les questions se posent concrètement dans différents champ de l’activité journalistique sachant qu’il faut considérer, comme y invite Nicolas Kaciaf (pp. 21-37), « les journalistes et leurs médias comme des acteurs à part entière des secteurs dont ils sont amenés à couvrir les activités » (p. 22). Partant de la couverture d’un parti par les journalistes politiques, l’auteur invite à « articuler étroitement l’examen des configurations dans lesquelles les acteurs sont insérés et l’analyse des conditions pratiques et normatives d’exercice du métier de journaliste » (p. 37). Comme pour le confirmer, l’éclairage du travail des journalistes du quotidien d’information générale gratuit 20 Minutes par Philippe Riutort (pp. 21-37) met l’accent sur l’importance du cadrage du travail journalistique par la logique éditoriale des titres. La presse gratuite s’insère moins que d’autres dans les usages informels mais, tout en soulignant les profits de cette relative extériorité, elle tend à intégrer de plus en plus l’univers politique avec pour effet un traitement de la politique plus proche de celui de la presse payante.

5Le domaine politique est un fil rouge du livre : deux tiers des contributions traitent plus ou moins directement du journalisme ou de sujets politiques, domaine où l’informel est a priori le plus visible, tout particulièrement à travers la pratique du off the record (« micro fermé ») évoquée dans de nombreux ouvrages de journalistes politiques. Ainsi Jean-Baptiste Legavre revient-il sur le off, question qu’il a traitée longtemps auparavant, pour en livrer une nouvelle approche invitant à « repenser l’interaction » (p. 71) du fait de l’importance prise par les phénomènes de rupture du secret du off et de réflexivité (dans des ouvrages, ou au sein même des articles). Pour sa part, Carole Bachelot (pp. 39-55) souligne les poids des informations issues des pratiques informelles dans la relation du Parti socialiste avec les médias : selon l’auteure, la dévalorisation de l’information formelle expliquerait ce rééquilibrage. La transparence croissante d’instances d’échanges entre politiques laisse libre court à une diffusion d’information par une multitude de responsables socialistes, introduisant un brouillage de la distinction formel/informel.

6En agence de presse, l’informel prend une place différente tiraillé entre traçabilité et confidentialité : historiquement la source doit de plus en plus nettement être précisée (sans forcément être identifiable). Faisant appel aux grammaires professionnelles, Éric Lagneau (pp. 139-163) revient sur plusieurs « cas » emblématiques où l’informel est allé à l’encontre des exigences de l’agence et de ses clients pour souligner combien les ambiguïtés du rapport aux sources sont, dans une grande agence, « des pratiques risquées » (p. 156). Enfin, deux analyses hors du cadre français apportent un éclairage particulièrement intéressant à l’analyse des rapports des journalistes à leurs sources politiques. Nicolas Hubé (pp. 203-222) analyse « la codification de la confiance dans la politique allemande » en décryptant un système complexe, gradué et dont les règles sont transparentes pour régir les différents degrés d’officialisation des informations politiques, système auquel adhèrent autant les acteurs politiques et journalistiques. Dans leur contribution sur l’usage de l’informel à Bruxelles (c’est-à-dire les institutions européennes), Olivier Baisnée et Olivier Hahn (pp. 223-238) soulignent une évolution de l’usage du off par les porte-parole officiels de l’Union européenne, usage qui apparaît plus différencié, si ce n’est plus stratégique.

7Parmi toutes ces contributions centrées sur l’information politique, on regrettera que l’ouvrage ne fasse pas de place à un questionnement sur les conséquences de l’importance prise par l’informel dans le travail du journaliste politique. N’est-ce-pas le privilège accordé à la proximité permanente avec les acteurs politiques et au recueil de leurs confidences qui explique la place prise par le traitement routinier des coulisses de la politique (propos et comportements hors micro et caméras, anecdotes de terrain, portraits psychologiques des acteurs politiques, etc.) ? Et, dans le recours à l’informel en politique, n’y a-t-il pas pour les journalistes une facilité qui fait de la relation suivie et proche avec les acteurs politiques une fin en soi les privant d’une approche intellectuellement plus distanciée du jeu politique ?

8Les autres contributions traitent de domaines moins connus et rarement étudiés. Les travaux de Jamil Dakhlia (sur la presse people française, pp. 167-184) et d’Yvan Chupin et Pierre Mayance (sur la presse agricole, pp. 185-202) ouvrent des perspectives passionnantes sur le rapport à l’informel. Dans le cas de la presse people, à rebours de la perception commune (presse de ragots, de rumeurs…), la protection des sources apparaît bien comme un point critique auquel les rédactions des magazines portent une attention cruciale, et l’informel « caractérise la nature même de l’information échotière qui, à son tour, conditionne le jugement des journalistes spécialisés sur la valeur des nouvelles qu’ils produisent » (p. 179). Ces spécificités montrent que, loin d’un journalisme auquel la nature du travail laisserait la bride sur le cou, les responsables des rédactions obéissent dans leurs pratiques à des règles certes rarement formalisées comme telles mais tout compte fait extrêmement exigeantes. Le cas de la presse agricole montre quant à lui que, bien qu’évoluant dans un secteur où les acteurs institutionnels de divers ordres ont une place déterminante et où l’intégration professionnelle à ce milieu (à travers la constitution et/ou l’exploitation des réseaux) est une condition indispensable à la pratique du métier, l’informel « ne doit pas être analysé comme un dysfonctionnement au regard du modèle d’excellence journalistique qui valorise le journalisme détaché et loin de ses sources. C’est au contraire la proximité des journalistes avec le milieu professionnel dont ils rendent compte qui les fait accepter par leurs sources et leur permettent de travailler au quotidien » (p. 201).

9Ce riche échantillon d’analyses de pratiques éclaire une question complexe qui, jusque-là, n’avait pas fait l’objet d’une approche scientifique aussi large, alors que de nombreux journalistes (souvent parmi les plus connus) ont écrit sur le sujet, qu’il s’agisse de pamphlets, de dénonciations, mais aussi de livres défendant – par l’angle même qu’ils avaient choisi – des pratiques informelles seules à même de nourrir, selon eux, un journalisme indépendant de ses sources. En cela, et en s’éloignant d’un point de vue moral, la contribution intellectuelle de l’ouvrage constitue un questionnement fécond sur la réalité des pratiques.

Haut de page

Pour citer cet article

Référence papier

Pierre Leroux, « Jean-Baptiste Legavre, dir., L’Informel pour informer. Les journalistes et leurs sources », Questions de communication, 28 | 2015, 368-370.

Référence électronique

Pierre Leroux, « Jean-Baptiste Legavre, dir., L’Informel pour informer. Les journalistes et leurs sources », Questions de communication [En ligne], 28 | 2015, mis en ligne le 31 décembre 2015, consulté le 23 août 2017. URL : http://questionsdecommunication.revues.org/10270

Haut de page

Auteur

Pierre Leroux

Crape, Uco/Unam, F-49000
Pierre.Leroux@uco.fr

Articles du même auteur

Haut de page

Droits d’auteur

Tous droits réservés

Haut de page