Navigation – Plan du site
Notes de lecture
Médias, journalisme

Mélanie Lallet, Il était une fois... le genre. Le féminin dans les séries animées françaises

Paris, Ina Éd., coll. Études et controverses, 2014, 152 pages
Pierre Leroux
p. 367-368
Référence(s) :

Mélanie Lallet, Il était une fois... le genre. Le féminin dans les séries animées françaises, Paris, Ina Éd., coll. Études et controverses, 2014, 152 pages

Texte intégral

1Mélanie Lallet est doctorante en sciences de l’information et de la communication à l’université Sorbonne Nouvelle – Paris 3, membre du laboratoire Communication, information, médias (Cim) et de l’équipe Médias, cultures et pratiques numériques (mcpn). Elle présente ici une étude qui s’interroge sur les identités de sexe et de genre dans les dessins animés français produits pour la télévision. Le corpus étudié regroupe des séries diffusées entre 1997 et 2012, dont le nom (Les Zinzins de l’espace, Totally Spies !, Les Aventures de Petit Ours Brun, Il était une fois notre terre ou Les P’tites poules) ne dira sans doute rien aux chercheurs en communication, fussent-ils spécialisés dans les programmes de télévision… à moins qu’ils n’aient eu, en tant que parents, à jeter un œil sur les séries que regardaient leurs enfants à ce moment. Objets délaissés (voire écartés des études des productions animées), du fait de leur faible ambition artistique (ce qui n’est pas le cas de l’ensemble de la production de dessins animés), « accablés d’indignités » comme le souligne l’auteure (p. 5), on a coutume lorsqu’on les mentionne de « pointer du doigt leur prétendue médiocrité et leurs effets standardisateurs » (ibid.). Les séries animées ne reviennent de temps à autre dans les analyses que pour se trouver « au cœur des débats sur les dangers de la télévision et la vulnérabilité des plus jeunes » (ibid.) comme des formes de distraction « commerciale et addictives » (ibid.). Le désintérêt pour cet objet est plus grand encore dès lors qu’il s’agit de procéder à une étude systématique de leur contenu sous un angle des études de genre emprunté par l’auteure qui postule que, « comme tout autre objet culturel [, ces séries] renseignent notre compréhension du monde, et notre créativité prolonge le rôle du jeu dans l’apprentissage et sont aussi le support de pratiques de sociabilité qui dépassent très largement le moment du visionnage » (ibid.). Mais, au-delà, les animations studies – dont l’approche renvoie plus globalement aux cultural studies – portent un regard mitigé sur ces productions : non exemptes de stéréotypes, elles sont aussi parfois ambivalentes par rapport aux oppositions classiques accédant parfois à « une politique de représentation réellement subversive » (p. 6). Ainsi les séries du corpus, analysées sous l’angle des rapports de genre, « se montrent[-t-elles] particulièrement ambivalentes » (ibid.).

2Ce court ouvrage est structuré en trois parties. Intitulée « L’analyse des représentations sociales de genre dans l’animation » (pp. 11-54), la première pose le cadre méthodologique, l’histoire de l’objet (des premières représentations du mouvement aux séries animées et à l’industrialisation de la production) avec un détour par l’économie du secteur de l’animation et fait un rappel sur le croisement « femmes-médias » au-delà du sujet des séries animées. Les éléments de cette contextualisation sont utiles pour qui aurait, d’une part, peu de données sur l’évolution de ces séries et/ou qui aurait, d’autre part, besoin (mais l’histoire est mieux connue) d’un rappel de la construction progressive d’une « épistémologie féministe » (comme la nomme fort justement l’auteure, p. 7) permettant notamment de questionner les produits des médias et ici les séries animées françaises.

3La deuxième partie (pp. 53-92) en vient plus précisément à l’étude du corpus et les conclusions sont dans le titre, « La seconde place. La subalternalité du féminin dans les séries animées françaises ». En effet, l’étude du corpus montre une sous-représentation numérique et symbolique (du fait souvent de leur rôle) des personnages féminins (conforme à ce qui avait été constaté pour des productions audiovisuelles dans d’autres pays) avec, cependant, des transformations (le féminin est plus présent, mais dans des personnages secondaires) et des disparités importantes selon les séries. De même les ambitions pédagogiques et « subversives » (par rapport aux stéréotypes) varient énormément : une série comme Il était une fois… notre terre s’autorise à être didactique et militante pour la cause des femmes et, dans certains épisodes, se donne pour objectif de rendre compte des moments marquant d’une histoire des femmes à l’échelle de la planète prolongée par des informations sur leur situation contrastée dans le monde. Les « fictions », elles, font parfois preuve de moins d’invention : dans l’espace domestique, le féminin est « assigné à résidence » (p. 83) c’est-à-dire à une conception classique de la division sexuée des rôles et des tâches : ainsi dans Petit Ours Brun « Papa Ours taille la haie » (p. 83) pendant que Maman Ourse est dans la cuisine.

4Enfin, dans la troisième partie (pp. 93-133) intitulée « Ambivalences : dépasser les stéréotypes de genre », l’auteure relève des éléments plus novateurs contenus y compris dans des séries globalement conventionnelles : on sera sans doute surpris de trouver, à côté de rapport de séduction dans lequel les figures féminines ne sont plus seulement convoitées mais aussi actives et exigeantes (ce qui n’a en soi rien de révolutionnaire), des perspectives d’un « trouble dans le genre » (p. 101) que Judith Butler ne serait sans doute pas allée chercher dans ces productions, ou encore des éléments de représentation de luttes proprement féministes. Et l’humour, la satire ou les ressources de la fiction aident aussi à entamer la force de la domination masculine.

5L’intérêt de l’ouvrage est de fournir une porte d’entrée dans les deux dimensions de son objet (la production de séries animées d’une part et les représentations genrées d’autre part), et si ces études n’aboutissent pas à des révélations bouleversantes, le tour d’horizon du sujet est complet. On peut aussi constater que, si l’on est peu familier de ces produits, l’étude confirment jusqu’à un certain point ce qu’on pouvait présupposer tout en révélant parfois une complexité à laquelle on ne s’attendait pas (par rapport à la représentation du féminin). Comme le souligne Mélanie Lallet à plusieurs reprises, le dessin animé dispose de ressources originales et peut permettre d’user d’une grande liberté de représentation et de récit : figures humaines sexuées, super-héros, animaux anthropomorphisés évoluent dans des contextes et décors qui peuvent s’affranchir des contraintes des fictions audiovisuelles plus classiques.

Haut de page

Pour citer cet article

Référence papier

Pierre Leroux, « Mélanie Lallet, Il était une fois... le genre. Le féminin dans les séries animées françaises », Questions de communication, 28 | 2015, 367-368.

Référence électronique

Pierre Leroux, « Mélanie Lallet, Il était une fois... le genre. Le féminin dans les séries animées françaises », Questions de communication [En ligne], 28 | 2015, mis en ligne le 31 décembre 2015, consulté le 23 août 2017. URL : http://questionsdecommunication.revues.org/10268

Haut de page

Auteur

Pierre Leroux

Crape, Uco/Unam, F-49000
Pierre.Leroux@uco.fr

Articles du même auteur

Haut de page

Droits d’auteur

Tous droits réservés

Haut de page