Navigation – Plan du site
Notes de lecture
Médias, journalisme

Bill Kovach, Tom Rosenstiel, Principes du journalisme. Ce que les journalistes doivent savoir, ce que le public doit exiger

Trad. de l’américain par Monique Berry, Paris, Gallimard, coll. Folio actuel, 2014 [2001], 384 pages
Alexandre Eyries
p. 365-367
Référence(s) :

Bill Kovach, Tom Rosenstiel, Principes du journalisme. Ce que les journalistes doivent savoir, ce que le public doit exiger, trad. de l’américain par Monique Berry, Paris, Gallimard, coll. Folio actuel, 2014 [2001], 384 pages

Texte intégral

1Dans les sociétés postmodernes, dites sociétés de l’information (et de la communication), l’accélération constante du flux de l’information, la montée en puissance des dispositifs sociotechniques numériques de communication et la multiplication des affaires politico-financières réaffirment avec force et vigueur la nécessité d’un journalisme en phase, non pas avec les pressions financières et politiques, mais avec les attentes de citoyens de plus en plus lassés par les duperies et les mystifications qu’ils subissent et doutant de plus en plus fréquemment de la véracité des informations qui leur sont présentées : la couverture médiatique – étant allée jusqu’à de la désinformation – à propos de faux charniers qui auraient été découverts en 1989 à Timisoara en Roumanie lors de la Révolution ayant abouti à la chute du dictateur Nicolae Ceaucescu.

2Le livre Principes du journalisme. Ce que les journalistes doivent savoir, ce que le public doit exiger a été co-écrit par les journalistes américains Bill Kovach – ancien conservateur de la Nieman Foundation for Journalism à Harvard et président du Committee of Concerned Journalists – et Tom Rosenstiel – ancien responsable de la critique des médias au Los Angeles Times et actuel directeur du Project for Excellence in Journalism.

3Dans cet ouvrage stimulant structuré autour de dix chapitres – consacrés à la fonction du journalisme (pp. 23-60), au goût de la vérité (pp. 61-85), au rapport des journalistes avec le public (pp. 86-123), à la nécessité de vérifier les faits (pp. 124-168), à l’importance de l’indépendance d’esprit (pp. 169-199), à la dimension citoyenne et politique (pp. 200-235) du journalisme perçu comme une véritable agora (pp. 236-261), à la nécessité de mobiliser le public sur des sujets importants (pp. 262-290), à l’importance d’un traitement identique de tous les sujets (pp. 291-321) et enfin au nécessaire devoir de conscience des journalistes (pp. 322-351) – les auteurs exposent les principes qui leur semblent à la source même de toute pratique journalistique pensée en adéquation avec les attentes légitimes des citoyens.

4Dans l’introduction (pp. 11-21), Bill Kovach et Tom Rosenstiel écrivent : « Nous avons besoin de l’information pour vivre notre vie, pour nous protéger, pour tisser des liens avec autrui, identifier nos amis et nos ennemis. Le journalisme n’est autre que le système que les sociétés mettent en place pour apporter cette information » (p. 13). À propos de la genèse de leur livre, les auteurs expliquent qu’il faut remonter à juin 1997 et la réunion du Harvard Faculty Club avec un parterre de journalistes célèbres, d’auteurs et de professeurs de journalisme réunis autour d’une commune conscience de la dégradation de l’image de la profession et la nécessité d’apporter à la culture quelque chose d’essentiel et d’unique : « Une information indépendante, fiable, précise et générale qui seule peut assurer la liberté du citoyen » (p. 15). L’ensemble des membres de ce groupe de travail s’est consacré à l’examen rigoureux de ce qu’est censé être le journalisme afin d’inciter les journalistes à définir les valeurs d’une presse indépendante, et les citoyens à exiger un journalisme respectant les principes d’une presse libre.

5Le premier chapitre (pp. 23-60) s’interroge sur l’utilité du journalisme dans son acception professionnelle à l’ère des transformations induites par l’essor des technologies numériques et de ce que l’on a un temps appelé le « journalisme participatif ». Il donne à voir l’importance des progrès technologiques suscitant l’avènement d’« une nouvelle organisation économique des médias dans laquelle les règles du journalisme sont bousculées, redéfinies, et parfois abandonnées » (p. 27). Pourtant, indépendamment de ces progrès technologiques, le rôle du journalisme est beaucoup plus essentiel, il concerne le rôle que joue l’information dans la vie des citoyens.

6Dans le deuxième chapitre (pp. 61-85), les auteurs soulignent fort à propos que si tous les journalistes convergent vers la nécessité de dire la vérité, ils sont en revanche beaucoup moins enclins à trouver une définition commune de ce qu’est la vérité journalistique. Le désir de vérité, consubstantiel à l’humanité elle-même, est battu en brèche par la multiplication des sources d’information qui rendent encore beaucoup plus cruciales les stratégies et les procédures de synthèse, de recoupement, de vérification et de validation des informations, d’authentification des sources dans une perspective d’objectivité maximale.

7Dans le cinquième chapitre (pp. 169-100), Bill Kovach et Tom Rosenstiel proposent une stimulante réflexion sur ce qu’est (ou plus exactement sur ce que devrait être) le journalisme d’opinion qui consiste en une « observation vigilante de la société et de l’action de ceux qui la dirigent et [entendent] offrir un forum au débat public » (p. 171). Il ressort de cette analyse que, plutôt que la neutralité et l’objectivité (qui sont nécessaires à toute forme de journalisme), c’est l’indépendance d’esprit et le recul critique qui doivent prévaloir. Il s’agit d’un principe pragmatique, moins théorique qu’opérationnel, qui concerne l’indépendance du journaliste par rapport aux milieux économiques, politiques et aux différents lobbies et groupes de pression.

8Le sixième chapitre (pp. 200-235) prend pour objet les problématiques sous-tendant une conception du journalisme comme véritable contre-pouvoir et comme tribune offerte à ceux qui, habituellement, n’ont pas voix au chapitre. Évoquant la figure célèbre du prix Pulitzer venant récompenser des articles ressortissant au journalisme d’investigation, les auteurs revendiquent une « mission militante, réformatrice et dénonciatrice de la presse » (pp. 200-201). Le journalisme d’investigation, et les deux auteurs le montrent très bien, ne consiste pas systématiquement à contrer le pouvoir en place. En revanche, le journaliste peut très bien et doit même s’efforcer d’être un watchdog, un chien de garde, une sentinelle se consacrant à communiquer au public les informations cruciales pour sa compréhension du monde et pour sa vie de tous les jours. « Donnant à la fois la parole aux sans-voix et démasquant les escrocs bien cachés » (p. 206), les journalistes d’investigation constituent un rempart de la démocratie même s’il ne faut bien sûr pas exagérer leur importance, ni minimiser les nombreuses zones de rencontre entre les intérêts financiers et politiques et les collusions de toutes sortes. Les principes d’indépendance et de neutralité que l’on prête au journalisme font également partie d’une puissante mythologie (aux représentations souvent erronées et aux fantasmes persistants).

9Dans le dixième et dernier chapitre de l’ouvrage (pp. 322-351), Bill Kovach et Tom Rosenstiel soulignent l’aporie existentielle de tout journalisme, « l’inévitable tension entre, d’une part, le service de l’intérêt public – cet aspect du travail qui justifie la curiosité tous azimuts du journaliste – et, d’autre part, l’impératif commercial qui assure la viabilité financière de l’entreprise » (p. 325).

10Dans la mesure où le journalisme n’est soumis à aucune loi, aucune règle officielle, où son exercice ne requiert aucune habilitation professionnelle (ou plus exactement une seule, la carte de presse), on comprend aisément qu’une lourde responsabilité, en matière d’éthique et de jugement, pèse sur le journaliste et sur l’organe de presse. Le devoir de conscience constitue la véritable plus-value identitaire et symbolique de la profession : le journaliste doit avoir un sens personnel de l’éthique et de la responsabilité, une boussole morale guidant la moindre de ses actions : « Il a, de plus, l’obligation de faire entendre haut et fort la voix de sa conscience et de permettre à ceux qui l’entourent de faire de même » (p. 326).

11Par la multiplicité des questionnements qu’il porte, par la richesse de ses approches et les nombreuses implications sociales, politiques et éthiques qu’il recèle, cet ouvrage représentera à coup sûr une lecture des plus stimulantes pour tous ceux qui s’intéressent aux rapports entre espace public, technologies numériques et société de l’information.

Haut de page

Pour citer cet article

Référence papier

Alexandre Eyries, « Bill Kovach, Tom Rosenstiel, Principes du journalisme. Ce que les journalistes doivent savoir, ce que le public doit exiger », Questions de communication, 28 | 2015, 365-367.

Référence électronique

Alexandre Eyries, « Bill Kovach, Tom Rosenstiel, Principes du journalisme. Ce que les journalistes doivent savoir, ce que le public doit exiger », Questions de communication [En ligne], 28 | 2015, mis en ligne le 31 décembre 2015, consulté le 18 octobre 2017. URL : http://questionsdecommunication.revues.org/10265

Haut de page

Auteur

Alexandre Eyries

Cimeos, université de Bourgogne, F-21000
alex.eyries@yahoo.fr

Articles du même auteur

Haut de page

Droits d’auteur

Tous droits réservés

Haut de page