Navigation – Plan du site
Notes de lecture
Médias, journalisme

Étienne Damome, Radios et religions en Afrique subsaharienne. Dynamisme, concurrence, action sociale

Bordeaux, Presse universitaires de Bordeaux, coll. Identités religieuses, 2014, 319 pages
Thomas Atenga
p. 354-356
Référence(s) :

Étienne Damome, Radios et religions en Afrique subsaharienne. Dynamisme, concurrence, action sociale, Bordeaux, Presse universitaires de Bordeaux, coll. Identités religieuses, 2014, 319 pages

Texte intégral

1Une audiosphère confessionnelle avec ses modes de production, ses logiques informationnelles, communicationnelles, commerciales, partenariales et sociales propres, s’invente en Afrique subsaharienne dans la longue durée. Les formes professionnelles qu’elle prend au Benin, au Burkina Faso, au Ghana et au Togo, son « potentiel encore largement inexploité » (p. 16) préoccupent Étienne Damome depuis sa thèse soutenue en 2007 (Radios et religion en Afrique : information, communication et/ou prosélitysme. Analyse comparée des cas du Bénin, Burkina-Faso, Ghana et du Togo, thèse de doctorat en sciences de l’information et de la communication, Université Bordeaux 3). Ce livre élargit sa perspective terrain en y incluant le Kenya, la République démocratique du Congo, la Tanzanie. Aux détours des analyses, il ne manque pas de bifurquer par l’Afrique du Sud, le Cap-Vert, la Côte d’Ivoire, le Nigéria (pp. 86-90). Il ambitionne de « caractériser les usages que les institutions religieuses font des médias, les fonctions qui leurs sont assignées, ainsi que la communications spécifique développée, et les discours élaborés » (p. 16).

2Les termes « radios religieuses » ou « radios confessionnelles » renvoient non pas exclusivement aux contenus, mais à l’obédience du promoteur. Dans un continent où la culture de l’oralité structure encore fortement les échanges interpersonnels, « la radio a une vertu essentielle pour qui veut décupler les moyens de la mission de l’Église ou de l’appel à l’islam. Moyen de communication de masse et outils d’animation des communautés, elle permet de toucher les non-atteints mais aussi les fidèles et ouvre une voie pour l’approfondissement personnel de la foi » (p. 16). L’avènement des radios confessionnelles est constitutif de la trajectoire sociale et politique de l’État en Afrique, de la période coloniale aux indépendances en passant par les années de monolithisme. D’après l’auteur, c’est « après la libéralisation de l’espace audiovisuel dans les années 90 qu’on peut parler d’une véritable explosion de radios religieuses de tous bords, modifiant considérablement le paysage médiatique dans la plupart des cas » (p. 32).

3La notion de radio confessionnelle balaie un large spectre qui va des radios catholiques, protestantes et néo-évangéliques jusqu’aux radios musulmanes. Ces dernières, « tard venues » du paysage radiophonique religieux d’Afrique, sont encore en infériorité numérique. Selon Étienne Damome, cette situation trouve son origine dans le fait que, « ces dernières années, les musulmans d’Afrique de l’Ouest s’étaient davantage illustrés dans la construction des mosquées et la formation des jeunes cadres notamment au travers de la technologie wahhabite dispensée en Arabie Saoudite et dans les universités arabo-islamiques ouest-africaines » (p. 65). La socio-anthropologie de l’audiosphère religieuse en Afrique présentée est une contribution significative en ce qu’elle ne se cristallise pas sur la radio comme simple produit dérivé de l’entreprise coloniale et ses éléments constitutifs que furent les missions de civilisation et d’évangélisation par exemple. Elle s’intéresse aux logiques autochtones d’usages et d’appropriation de cette technologie, aux fonctions assignées par leurs promoteurs.

4L’auteur porte une attention particulière au fonctionnement et aux contenus. Sur le fonctionnement, le lecteur apprend que ce sont des radios à but non lucratif qui ne sont pas autorisées à diffuser des émissions ou des informations politiques ou à donner la parole aux représentants des partis politiques durant ou en dehors des campagnes électorales, etc. (p. 77). Au quotidien, ces structures reposent généralement sur des bénévoles pas toujours formés. Et l’auteur remarque : « Le problème étant que l’amateurisme est certes sympathique, mais il n’est pas porteur d’avenir » (p. 85). Même si, quelques pages plus tôt, il souligne déjà que « les radios confessionnelles sont mieux organisées que leurs consœurs commerciales. Le caractère communautaire y contribue-t-il sans doute » (p. 82). Les formes de capitalisation et de financement interrogent elles aussi et font apparaître une économie de type patrimoniale, voire familiale, qui repose d’abord sur l’apport du promoteur : « Pour la plupart des entreprises de radiodiffusion confessionnelles, le gros du financement incombe à leurs promoteurs. Ainsi les responsables d’église et/ou de structures ecclésiales locales, ainsi que les imams et autres responsables de communautés musulmanes sont les premiers pourvoyeurs des fonds dont vivent les entreprises radiophoniques » (p. 89). L’analyse de contenu des programmes qu’il propose au chapitre 5 (pp. 131 et sqq.) indique qu’ils sont multiples et composites. Un des chapitres où il reconnaît avoir éprouvé le plus de difficulté du fait du faible archivage et du caractère souvent disparate et discontinu des archives existantes parfois sur une même émission.

5Néanmoins, Étienne Damome estime qu’on peut en extraire quelques grands traits qu’il nomme, au chapitre 8 (pp. 207 et sqq.), « les logiques de la communication religieuse en Afrique », c’est-à-dire « l’usage que les institutions font des médias », et non pas les « positionnements des uns par rapports aux autres au sein de l’institution et les ajustements dans les rapports avec la société… », encore moins « la circulation de l’information entre fidèles et représentants de l’appareil, mais de la communication médiatique de l’institution dans son ensemble » (p. 208). À partir des terrains labourés, l’auteur affirme que, « du point de vue théorique, quatre caractéristiques marquent la logique médiatique de la communication religieuse, du moins en Afrique. Elle est ambivalente, communautaire, utilitariste et médiatrice » (p. 208).

6À la lecture, l’ambition de ce chapitre apparaît par trop générique et typifiante, là où l’hétérogénéité et la diversité des terrains de l’auteur auraient demandé plus de nuances soit à l’intérieur d’un même contexte pays, soit dans des pays différents, ou encore en termes régional, sous-régional, francophone, anglophone, etc. De même, ces logiques ne sont pas mises en perspective avec des problématiques comme le radicalisme, le terrorisme, etc. qui travaillent pourtant nombre de terrains de son corpus. Reste que le livre rend très bien compte de la manière dont « les médias constituent une force de changement » (p. 254) et sont des supports de l’action de développement des organisations locales et internationales qui interviennent sur les terrains africains. Même si elles sont d’obédiences confessionnelles, ces radios jouent un rôle politique déterminant en ce sens qu’elles touchent à plusieurs niveaux d’une manière ou d’une autre, « à l’amélioration des conditions de vie des populations » (p. 254). En contribuant à la promotion des cultures locales, elles participent à la formation et à la structuration des espaces publics nationaux. À travers leurs ondes, « l’engagement politique s’exprime davantage sous l’angle de la sensibilisation pour une bonne culture démocratique et de la mise en place des conditions de l’avènement d’un véritable espace de dialogue » (p. 256) dans un contexte où l’histoire connaît des accélérations qui recomposent toutes les strates sociales, rendant toujours provisoires les résultats des recherches.

Haut de page

Pour citer cet article

Référence papier

Thomas Atenga, « Étienne Damome, Radios et religions en Afrique subsaharienne. Dynamisme, concurrence, action sociale », Questions de communication, 28 | 2015, 354-356.

Référence électronique

Thomas Atenga, « Étienne Damome, Radios et religions en Afrique subsaharienne. Dynamisme, concurrence, action sociale », Questions de communication [En ligne], 28 | 2015, mis en ligne le 31 décembre 2015, consulté le 23 octobre 2017. URL : http://questionsdecommunication.revues.org/10250

Haut de page

Auteur

Thomas Atenga

Université de Douala, CMR
thomas.atenga@gmail.com

Haut de page

Droits d’auteur

Tous droits réservés

Haut de page