Navigation – Plan du site
Notes de lecture
Médias, journalisme

Loïc Ballarini, Gilles Delavaud, dirs, Nouveaux Territoires médiatiques

Paris, Mare et Martin, coll. MediaCritic, 2014, 261 pages
Sariette Batibonak
p. 344-346
Référence(s) :

Loïc Ballarini, Gilles Delavaud, dirs, Nouveaux Territoires médiatiques, Paris, Mare et Martin, coll. MediaCritic, 2014, 261 pages

Texte intégral

1Ce livre revisite les « nouveaux » enjeux importants du « media-turn » (Engelke, « Religion and the Media Turn : A Review Essay », American Ethnologist, 2, vol. 37, 2010, pp. 371-377), à l’ère des technologies « médiales » au sens d’Harold A. Innis (Empire and communication, Oxford, Clarendon Press, 1950). Les auteurs répertorient les enjeux politiques, économiques, symboliques en rapport à chaque investissement médiatique sur fond de nouveauté (p. 11). De la présentation du blogging en contexte scientifique, comme outil de recherche novateur analysé par André Gunthert (pp. 22-26) au nouveau paradigme de l’économie des biens et services culturels abordé par Christophe Magis (pp. 99-100), la trame commune des contributions demeure les différentes modalités par lesquelles individus, groupes et sociétés transitent pour exposer leurs habitus médiatiques.

2Virginie Spies exploite le live-tweet et sa déclinaison sur les nouvelles sociabilités à travers les réseaux sociaux (pp. 34-40). Dans cette « génération numérique » (p. 46), Luisa Pinar (pp. 47-50) présente l’harmonie internet/télévision comme « nouvelle étape de la communication, dominée par les médias numériques » (p. 45) et sa corrélation avec les « anciens » médias. La performance-performativité des images de Frédéric Lambert (pp. 67-69) milite pour cette mise en relation des différents supports. L’agir des images semble procéder par performance et par performativité afin de rendre les médiums compréhensibles et exploitables par tous. Illustration sonore de publicité médiatique, liens entre collectivité territoriales et créativité, création-réactivation des mythes nationaux par la télévision, stratégies de contournement pour répandre des visées extrémistes, promotion des minorités linguistiques à travers des politiques médiales, thèmes et thématiques novateurs, toutes les contributions illustrent performance et performativité nouvelles, soit dans l’usage du support médiatique, soit à partir du terrain étudié. Pour y parvenir, les acteurs mis en scène mobilisent des capitaux considérables. Capitaux médiatique, entrepreneurial, imaginatif et créatif, tous convergent autour de la nouveauté. Les auteurs ne traitent pas explicitement de ce capital communicationnel. De même, leurs contributions n’explorent pas les méandres de l’aliénation par ces nouvelles expressivités médiatiques. Pourtant, il ressort clairement que l’inflation des images immerge les usagers. Ces derniers se trouvent impuissants face aux flux de ces images.

3157 blogs, 507 utilisateurs inscrits, 2 700 billets, 90 000 vues par mois, telles sont les statistiques présentant le blogging en contexte scientifique (pp. 21-22). André Gunthert (pp. 21-32) vante les performances de ces outils. Performance qui n’aurait pas été possible sans la mobilisation des ressources (financières, matérielles et humaines) de qualité indubitable. Ainsi le succès du blog Culture visuelle (accès : http://culturevisuelle.org/​) repose-t-il sur l’appui financier de l’Agence nationale de la recherche (anr). La multiplicité des usages du web n’est plus à démontrer. Un autre regard du web – le tandem Twitter/émissions de télévision – illustre le principe de la télévision à travers le web, une sorte d’alliance des écrans multiples. Nouveaux Territoires médiatiques aurait dû profiter de la multiplicité des expressions pour scruter la pluralité des écrans. Écrans de cinéma, de rétroprojecteur, de vidéoprojecteur, de télévision, d’ordinateurs (fixe et portable), de tablettes, de radios (ordinaire et automobile), d’alarme, de gps, de montre, de téléphones (gsm-smartphone, fixe et mobile), illustrent ce pluralisme des écrans – virtuels ou réels – qui, tout en les exposant, font parfois écran à une partie des événements quotidiens.

4L’adhésion à une communauté virtuelle de téléspectateurs ou à un club virtuel via moult écrans ouvre de nouvelles formes de sociabilité télévisuelle (p. 39) et la culture du numérique forge de nouveaux principes du vécu quotidien.

5Parmi les nouveautés, on note la sur-utilisation du support médiatique « écran » affichant texte, images fixes et/ou mobiles, vidéo, film, audio. Ce renouveau de l’usage de l’écran est ce que Frédéric Lambert appelle la « prise de la Bastille numérique » par les utilisateurs (p. 60). Dans ce contexte, il importe de questionner la place des images dans la totalité des territoires médiatiques, de même que les postures des images et leurs producteurs, les mots et leurs auteurs, puis les supports et leurs exploitants. Les images se présentent comme des vérités inédites parfois diffusées sans auteur, comme tombant du ciel, sans institutions, partageables à tous en un laps de temps court, légitimant les réalités face auxquelles on se trouve parfois impuissant (pp. 68-69). Les images ont une efficacité symbolique, magique, virtuelle, et « réelle », et, dans certains cas, peuvent faire concurrence à la « vérité ». Elles se comportent comme des codes de conduite en société, comme des conventions auxquelles on adhère sans s’opposer. Au terme de la contribution de Frédéric Lambert, résumerait-on : images bien faites pour des histoires toutes faites afin d’avoir une portée rituelle (p. 74).

6De la contribution de Sarah Leperchey (pp. 77-97), il apparaît que tous les capteurs/utilisateurs d’images sont susceptibles d’en fabriquer, de les orienter, de les façonner, et peuvent ainsi transformer les messages à travers les supports médiatiques. Sophistiqué ou non, l’objectif des programmes proposés au public est de projeter des sensations fortes, de susciter les émotions, de prouver l’authenticité, dans une logique spectaculaire, à travers ce qui touche immédiatement et physiquement. Il s’agit de re-produire des images, d’entretenir la fiction à tout prix, de rehausser ce qui est projeté. Les images transmettent même des événements difficiles à gérer telles les guerres. Ainsi dira-t-on que l’histoire se fera avec les images ou ne se fera pas. Dans un tel contexte est-on encore en mesure de parler de présentation de la réalité ? Les médias ne véhiculent-ils pas tous des façons de voir le monde ? Est-il possible de (re)présenter la réalité étant donné que les technologies actuelles, miniaturisées, accessibles au grand public permettent de (re)toucher, (re)corriger, (re)travailler couleurs, transitions, de produire des flous, des faux raccords, (re)cadrage sur et sous-expositions (pp. 81-83) ? À l’observation, « tout est susceptible d’avoir été truqué, détourné, falsifié » (p. 88).

7Les auteurs présentent l’omniprésence des images, leur surabondance, leur redondance, leur inflation sans montrer comment les usagers, spectateurs, téléspectateurs, peuvent négocier, gérer ce flot. Comment résister à la banalisation, la prolifération des images ? Que dire de ce voyeurisme passif dénoncé ? « Il y a une mise à l’épreuve du monde, qui permet de réaffirmer le lien de l’image à la réalité » (p. 92). Dans ce monde, « tout se passe comme si la réalité ne pouvait plus être appréhendée qu’à travers le prisme du spectacle médiatique » (p. 95). Par conséquent, les peuples qui n’ont pas accès ou qui ne sont pas facilement accessibles par les nouveaux médias se retrouvent résolument hors de l’histoire. Ignorée dans l’ouvrage, cette exclusion médiatique mérite d’être relevée.

8Les mutations dans des secteurs tels la musique, la production audiovisuelle, la vidéo, la publicité, l’art ou le film permettent de cerner un nouveau paradigme des biens et services culturels. L’orientation capitaliste, mercantile, conduit à parler de marché médiation, de « business » communicationnel. Avec la démocratisation, la généralisation de l’accès à l’information et l’émergence des nouveaux territoires médiatiques rappellent le temps d’avant le xvie siècle quand la question des droits d’auteurs ne se posait pas encore. À travers l’internet assiste-t-on à une sorte de régression, de retour à la propriété collective du savoir ?

9Les différentes logiques d’appropriation, de réception et de consommation de l’information, sont analysées par Jean-Baptiste Le Corf (pp. 139-158) et Loïc Ballarini (pp. 125-138). Une enquête minutieuse dans le Pays de Saint-Brieuc y montre les survivances des médias classiques dans cette région. Les tenants des médias classiques semblent dire que les nouveaux médias sont cannibales, dévoreurs de temps et d’énergie. Dans le même temps, certaines catégories restent attachées à ces médias dits classiques (radio, télévision).

10Jean-Baptiste Le Corf expose l’entrepreneuriat médiatique déployé entre collectivités et acteurs de la communication. Des relations médiatiques avec les collectivités, il ressort que les communautés et les agences médiatiques doivent œuvrer ensemble pour imaginer, co-concevoir, collaborer, coopérer, co-construire, personnaliser, fabriquer, produire, créer, originaliser, mutualiser, innover pour améliorer les services de publicité numérique (pp. 142-152). Le maître-mot est l’innovation, dans un contexte où l’entreprise web mutualise attentes et idées pour servir et mettre plusieurs collectivités dans un monde qui fait face à de nouvelles contraintes et à de nouveaux environnements. Les acteurs économiques de l’innovation des services numériques semblent dire qu’il faut viser la « conception partagée » (p. 153).

11Pour Thi Thanh Phuong Nguyen (pp. 183-206), les mythes médiatiques sont construits, travaillés, élaborés, caractérisés via la course aux technologies (pp. 185-187). Dans cette contribution, l’auteur présente les Vietnamiens situés entre tradition et modernité, comme des « moules de perception » (p. 189). Or, selon l’anthropologie de la communication, tous les médias ne sont que des moules de perception, des constructions d’une vision globale des événements médiatisés. Les informations « sont elles-mêmes façonnées par les mythes qu’elles transmettent » (p. 193). Dans les médias vietnamiens, programmes attractifs, arguments nouveaux, symboliques originales, astuces percutantes, thématiques nouvelles, titres novateurs retransmis en direct sont orchestrés pour captiver l’auditoire. Dans le même élan, Mihai Coman (pp. 159-182) passe en revue le rapport médias, rituel ou univers cérémoniel, comme machinerie rituelle complexe pour accrocher les spectateurs. Les entrepreneurs médiatiques amplifient, (dé)mystifient le cérémoniel des événements et les transforment en « media events » (p. 163).

12Les médias, dans de nouvelles formules (Pérou, Vietnam, Allemagne), travaillent en vue de (re)présenter des catégories parfois oubliées : la mise en avant d’une culture minoritaire (p. 210), la mise en scène d’un parti médiatiquement « exclu » (pp. 240-244). Les supports s’érigent en instruments et dispositifs originaux pour légitimer leurs programmes, en usant « des stratégies de contournement […] dans les modes de communication modernes » (p. 239). Dans ce « tournant », les Nouveaux territoires médiatiques rappelle que nous sommes coincés dans l’étreinte des marqueurs novateurs des machines communicationnelles.

Haut de page

Pour citer cet article

Référence papier

Sariette Batibonak, « Loïc Ballarini, Gilles Delavaud, dirs, Nouveaux Territoires médiatiques », Questions de communication, 28 | 2015, 344-346.

Référence électronique

Sariette Batibonak, « Loïc Ballarini, Gilles Delavaud, dirs, Nouveaux Territoires médiatiques », Questions de communication [En ligne], 28 | 2015, mis en ligne le 31 décembre 2015, consulté le 23 octobre 2017. URL : http://questionsdecommunication.revues.org/10240

Haut de page

Auteur

Sariette Batibonak

Imaf, Aix-Marseille Université, F-13094
sbatibonak@yahoo.fr

Articles du même auteur

Haut de page

Droits d’auteur

Tous droits réservés

Haut de page