Navigation – Plan du site
Notes de lecture
Médias, journalisme

Michaël Abecassis, Gudrun Ledegen, dirs, Écarts et apports des médias francophones. Lexiques et grammaire

Oxford, P. Lang, coll. Modern French Identities, 2013, 290 pages
Gérald Arboit
p. 343-344
Référence(s) :

Michaël Abecassis, Gudrun Ledegen, dirs, Écarts et apports des médias francophones. Lexiques et grammaire, Oxford, P. Lang, coll. Modern French Identities, 2013, 290 pages

Texte intégral

1Ce 110e volume de la collection « Modern French Identities » constitue les actes de la journée d’étude Comment on nous parle : culture et média francophones qui s’est tenue à Oxford en décembre 2010. Il déroule onze chapitres traitant des différentes formes de médias oraux et écrits, faisant suite à une brève introduction (pp. 1-9) d’Alain Bentolila insistant sur les modifications des facultés critiques et linguistiques des utilisateurs de la télévision et de l’internet et rappelant l’importance à tout point de vue de l’éducation, avec ce terrible avertissement : « Se défausser de cette responsabilité sur l’apparente toute puissance informative du Web serait un renoncement » (p. 9). Deux axes autour des traitements médiatiques oraux et écrits permettent aux plus grands spécialistes de la question de tracer les lignes principales du paysage médiatique français et francophone d’un point de vue historique et linguistique.

2Six chapitres s’intéressent aux médias oraux. Angeline Djoum Nkwescheu étudie l’« accent d’insistance » dans le Cameroun francophone (pp. 13-36) et Philippe Martin discute la structure prosodique du français (pp. 71-91). Tous deux mettent en relief le fait que même si les réalisations attendues ne sont pas toujours respectées, des traits acoustiques nécessaires et suffisants pour chaque système de variante assurent la compréhension de l’énoncé de la part de l’auditeur (p. 90).

3Mat Forsgren analyse les discours des talk shows et des débats présidentiels (pp. 37-49) et Alice Krieg-Planques considère les techniques de communication média et politique (pp. 51-69). De leurs approches différentes résultent deux constats : d’une part, le caractère figé de certains éléments ou des figures du discours relatives à des phénomènes sémantiques et à des propriétés formelles ; d’autre part, la détachabilité des énoncés appréhendable à la lumière d’une perspective combinant la sociolinguistique du travail avec l’analyse des interactions verbales.

4Michaël Abecassis expose le « plurilinguisme » du cinéma français d’avant-guerre (pp. 93-112) tandis qu’Alena Podhorna-Policka et Anne-Marie Fiévet démontrent les capacités du rap à innover lexicalement (pp. 113-139). Ces contributions montrent deux évolutions totalement opposées, à partir d’expériences polyphoniques chronologiquement différentes. Dans la première, ces expériences sont de plus en plus plurilingues grâce au langage qui, par le biais du cinéma, devient « identité collective et individuelle » (p. 110) d’une France semblant se perpétuer par l’« emploi de l’argot vari[ant] selon le quartier, la banlieue et surtout selon l’âge » (p. 96). Dans la seconde, au contraire, le rap, argot contemporain, influence plutôt « la contextualisation de mots d’origine opaque et leur resémantisation » (p. 137).

5Cinq chapitres traitent des médias écrits. Catherine Kerbrat-Orecchioni étudie le fonctionnement de l’excuse dans le langage politique retranscrit par les médias et établie trois cas de figures : en deçà de l’excuse ; « semi-excuses » ; excuses « formelles » (pp. 143-173). Poul Søren Kjærsgaard se penche sur l’augmentation des « fautes de grammaires » dans les médias français pour mieux proposer de simplifier l’orthographe syntaxique pour adapter la langue française actuelle aux exigences contemporaines (pp. 175-201) : « L’enjeu, c’est le maintien d’une langue qui vit avec son temps et dans son temps » (p. 199). Françoise Sullet-Nylander évoque les discours rapportés et les jeux langagiers des titres des unes de Libération et du Canard enchaîné (p.p. 203-225), mettant en évidence des aspects syntactico-discursifs propres, comme la présence d’un thème et d’un rhème, et pragmatico-communicationnels et stylistico-rhétoriques, d’où le discours rapporté devient l’une des pratiques principales de l’intertextualité de la une. Enfin, Marie-Pascale Hamez examine les changements de stratégie dans l’enseignement du français langue étrangère (fle) induits par l’utilisation de la presse écrite (pp. 245-283). Utilisant un corpus d’une trentaine de manuels de fle parus de 1984 à 2010, l’auteure ne fait qu’insister sur l’augmentation de l’utilisation de sources journalistiques (papier et web), qui semble donner une plus grande autonomie aux apprenants, mais tend à valoriser encore trop peu le rôle de la réécriture. En outre, les activités grammaticales et lexicales présentées ne sont pas souvent en relation avec la production écrite prescrite. Marie-Pascale Hamez insiste donc sur la mise en œuvre d’une véritable synergie entre ces activités pour développer tant l’acquisition linguistique que la qualité des textes produits par les apprenants.

6La contribution de Romain Vanousheusen apporte un autre éclairage en cherchant à décoder le lexique « hyper-appréciatif » des journalistes sportifs (pp. 227-244). Il met en évidence un hyper-appréciatif pouvant être réparti en trois niveaux : « Stylistique avec des emplois pré-établis de tropes, […] lexical avec des emplois des noms, adjectifs et verbes marqués […], morphologique pour l’utilisation et la création des mots avec affixation hyperbolique » (p. 229). Ce faisant, il montre des journalistes, « loin d’être libres de pouvoir utiliser un discours sans limite » (p. 241), alimentant « un discours de stéréotypes linguistiques préexistants mis à leur disposition.

7Utilement, un index permettant de naviguer lexicalement à travers ce volume a été prévu par les éditeurs scientifiques. Ils offrent un livre stimulant, bien que difficilement appréhendable pour le lecteur non spécialiste. Toutefois, l’intérêt des contributions et des perspectives analytiques permet d’apprécier ce volume bien équilibré entre considérations théoriques et application « terre-à-terre » de l’analyse linguistique à des sujets de culture et de politique comme le fle, le rap, le journalisme sportif, l’industrie du film ou le langage médiatique de la politique en général.

Haut de page

Pour citer cet article

Référence papier

Gérald Arboit, « Michaël Abecassis, Gudrun Ledegen, dirs, Écarts et apports des médias francophones. Lexiques et grammaire », Questions de communication, 28 | 2015, 343-344.

Référence électronique

Gérald Arboit, « Michaël Abecassis, Gudrun Ledegen, dirs, Écarts et apports des médias francophones. Lexiques et grammaire », Questions de communication [En ligne], 28 | 2015, mis en ligne le 31 décembre 2015, consulté le 23 octobre 2017. URL : http://questionsdecommunication.revues.org/10237

Haut de page

Auteur

Gérald Arboit

Crehs, université d’Artois, F-62030
gerald.arboit@aliceadsl.fr

Articles du même auteur

Haut de page

Droits d’auteur

Tous droits réservés

Haut de page